Bague Liens de Chaumet

L’Amour jamais n’est toujours, car rare est le premier amour qui dure. Q’importe, comment figurer ou plutôt, comment transcender ce sentiment insaisissable? Chaumet, en 1977, exergue la croisée de deux destinées au tour de l’atour auquel toute femme jure fidélité : l’anneau de Lien.

L’aventure prend forme en 1780 lorsque le patriarche Nitot se retire des joailleries impériales de la Reine Marie-Antoinette et, ouvre son propre atelier. Très vite, ses artefacts – fastes et pures – attirent à lui renommée et fortune, notamment lorsqu’il devient, en 1802, le joaillier attitré de Napoléon. Sensuelles et féminines, ses pièces charment et envoûtent jusqu’à la couche artistique de la population : Fossin, chef d’Atelier du fils Nitot, a définitivement scellé l’onirique savoir-faire de la maison. A Londres, la reine Victoria réclame ses chevalières : la réputation internationale est à présent faite.

Le XXe siècle signe l’originalité du style ; l’atelier de haute joaillerie de la place Vendôme frappe aux portes de l’Histoire lorsqu’il professe la modernité des années 70. Le monde, alors divisé, se questionne autour du modèle marital : tandis que certains prônent l’amour libertin, d’autres espèrent la conservation du modèle chrétien. Là, la maison confirme son talent en signant une bague en forme de symbole : un anneau ouvert pansé d’une boucle d’or jaune. Dans les années 90, elle enchaîne de nouveau les amoureux à travers une croix arrondie s’adaptant à la nouvelle ère des bijoux plantureux. Quelle femme pour une telle bague? Plutôt une femme dont le coeur et l’esprit sont en parfaite harmonie. Une femme qui, à la manière de l’impératrice Joséphine, saura marquer son époque d’une griffe impérialement douce. En 2008, la muse moderne fut choisie : Sophie Marceau – actrice élue par le coeur de la France.

Trente ans plus tard, rien n’a changé. Lien s’est allongée, a discrètement adopté une allure vintage so seventies, et le joaillier est entré au Panthéon de l’infatigable indémodable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *