L’Atemporelle Grammaire Saint-Laurent d’Hedi Slimane

50ad06f193251.jpg

C’est dans une boîte noire qu’Hedi Slimane signe son retour. Simplicité, naturel, souplesse ; une paraphe « saint-laurentienne » purement seventies. D’elle, s’échappent d’androgynes silhouettes indubitablement épelées « Saint-Laurent » ; l’atemporelle grammaire d’Yves, enrichie du rock à la Hedi, tout y est, souvent teint de noir : les immenses capelines structurent l’allure ligne que confère les petites vestes ajustées aux transparentes blouses de soie liquide parées de jabots qui, à leur tour, aèrent la coupe stricte de pantalons cigarettes ou slims en cuir…

La saharienne s’allonge et, pour la saison 2013, se pare de daim ou de cuir. Puis de longues robes vert d’eau, bleu opalin, faites de mousseline de soie, sagement transparentes, glissent sur le catwalk. Avec grâce, M. Slimane lègue à ces pièces l’ultra-sophistication, la nonchalance et le mystère des filles qui, à la manière de Kate Moss, allient le temps présent à la douce désinvolture de la tradition rock.

La Cape Cod d’Hermès

icon_icon_hermès_cape_cod_watch1.jpg

Hermès a fait du luxe humble sa marque de fabrique. Le maroquinier du Faubourg a pour habitude de nous servir des objets délicats, chics, d’une qualité sublime, symboles d’un luxe à la française. La montre Cape Cod, créée en 1991, s’inscrit dans cette droite lignée. Une icône de plus de la griffe H.

Style classique ? Pas vraiment. Ornée d’acier, la sobriété et l’élégance se dégagent d’un contour double tour initié par Martin Margiela en 1998, alors styliste pour la maison. Un bracelet en cuir tourbillonnant donc, trempé dans une matière noble et pure, révolutionnant ainsi la montre en conférant à son bracelet l’apparat du bijou, véritable signature Hermès. Un écran blanc, épuré où des aiguilles argentées orientent une envie de regarder l’heure, plus souvent… Mirer sa montre, le pas pressé, la regarder parce qu’elle est belle mais surtout pour déceler le mystère du temps si longtemps emprisonné.

La Cape Cod est douce à porter et jamais ce bijou horloger ne se démode. Plus fort encore, elle épouse le poignet de toutes générations. La vie est éternité et, l’éternité sert à la réalité. Le temps est un présent légué par la Cape Cod. Cape Cod, un nom hérité du cap de la côte Est des États-Unis, de quoi célébrer, une fois encore, l’attachement de celle qui fut la première montre bracelet au nouveau monde.

Les Daft Punk en Smoking Saint Laurent

posts-7.jpeg

Sous le pavillon Saint Laurent, Hedi Slimane ravive la relation du rock à la mode à travers les clichés de la dernière campagne. Ce n’est pas tout. Cette année, il drape aussi les Daft Punk.

Mai 1971, Yves Saint Laurent habille Bianca et Mick Jagger pour leur mariage à Saint Tropez. 2013, Hedi Slimane pare d’étoiles les nouvelles icônes de la musique. En tête, les Daft Punk. Le groupe précurseur de la “french touch“ n’en est pas à sa première collaboration avec le couturier. C’était déjà Hedi Slimane qui avait signé leurs costumes pour Human After All –  des combinaisons de biker en cuir. Puis, les Daft Punk ont à leur tour habillé de riffs le défilé 2012 par la reprise blues de I Gotta Try You Girl, du compositeur américain Junior Kimbrough. Le retour de bâton ne s’est pas fait attendre puisque les français l’ont choisi pour l’esthétique mode groovy du clip Get Lucky. Dans le teaser diffusé aux festivaliers de Coachella apparaissent les deux androïdes en vestes de smoking brodées de sequins, dont le col est en satin : les scintillements accompagnent alors le fredonnement de Pharell Williams et l’heureux jeu de guitare de l’ancien du groupe Chic. Sans rien perdre de la fascination et de l’exaltation de la voûte nocturne, Hedi Slimane la transfigure dans le vêtement. La coupe est évidemment skinny, venant rappeler le style glitter rock des seventies. Il dessinera aussi les tenues de scène de la prochaine tournée du duo électro, assurément aussi enivrantes et captivantes de justesse que ce premier essai. Aucun doute, la patte Slimane est un classique, quelque peu mystique.

Durant près de dix ans, celle-ci fut travaillée au contact de la relève d’un mode de vie. Emprisonnée par l’objectif du récent directeur artistique de la maison Saint Laurent, elle accompagne aujourd’hui sa collection : les égéries de la marque sont Marilyn Manson posant dans la L01 motorcycle jacket, Kim Gordon, le jeune rockeur californien Ariel Pink et la déesse Courtney Love… et maintenant les Daft Punk. Lors de ses shootings réalisés à Los Angeles, il met en avant des portraits, de véritables portraits : les icônes dissidentes d’un siècle muet s’y vêtissent de pièces Saint Laurent, mais de celles qu’elles ont choisies. Ainsi Courtney Love a enfilé, dans sa maison de New-York, une robe du soir drapée, issue de la Pré-collection Automne-hiver 2013-2014. Bref, ces pièces atemporelles suspendent les mortels dans une grâce infiniment irrévérencieuse. Capturées, ces idoles le sont par la griffe d’Hedi Slimane, qui joue du noir et du blanc, ses couleurs fétiches.

Objets de Désir de la Fashion Week de Londres

51262c354bc2a.jpg

Un tourbillon de couleurs, d’inspirations et de matières nous parvient des îles britanniques, à l’occasion de la Fashion Week de Londres, pour l’Automne-Hiver 2013-2014. De l’iconique tartan Burberry au velours façon Christopher Kane, en passant par les patchworks colorés de Vivienne Westwood, Londres s’affirme dans un éclectisme élégant et raffiné.

Minijupe et Robe Trapèze au Pop-Up Courrèges des Galeries Lafayette

posts-28-1.jpg

La maison Courrèges nous offre depuis sa fondation en 1961 une vogue atemporelle, où architecture, philosophie et couture s’entremêlent. En témoigne son créateur : «mon style va avec une silhouette, une façon de se mouvoir dans la vie». Porter du Courrèges est bien plus que suivre une mode, c’est affirmer une véritable allure et manière de vivre.

Depuis le 4 février dernier, sa collection Millésime printemps-été 2013 captive et séduit le premier étage mode, luxe et création des Galeries Lafayette. La maison s’est organisée un espace éphémère aux accents graphiques, modernes et résolument épurés, ranimant presque l’esprit d’André Courrèges baptisé le «Corbusier de la haute couture».

 Les modèles cultes sont renouvelés, mêlés à de nouvelles pièces et créations : on peut retrouver les fameuses robes trapèzes et chasubles, le blouson vinyle et les minijupes, essence même de l’esprit de la maison. Le cabas iconique est lui aussi réédité en deux formats retravaillés avec le logo d’origine. Les mythiques lunettes sont réinvesties, issues cette année d’une collaboration avec le créateur Alain Mikli. Gai et enjoué, le pop-up affiche un colorama oscillant entre le jaune poussin, le rouge coquelicot, le bleu lagon et le blanc, couleur si chère au créateur. Pour une harmonie éternelle entre élégance, abstraction et désir cosmique.

Le Boxer Bag de Reed Krakoff à l’Heure Estivale

posts-29.jpg

Minimalisme sobre ou acidulé, formes épurées, élégance et sophistication sont les maîtres mots du style de Reed Krakoff. Le célébre designer lance la semaine prochaine une édition limitée de son emblématique Boxer Bag.

Lancé en 2010 par la marque éponyme, le Boxer Bag de Krakoff est l’incarnation du luxe absolu ; hybride et chimérique, il tient à la fois du cartable, du handbag et du sac de voyage. 

Ce printemps, Reed Krakoff s’est de nouveau amusé à juxtaposer palettes de couleurs, matières exotiques et détails à l’élégance graphique pour une édition limitée de son Boxer Bag, exclusivement disponible chez Saks Fifth Avenue, à New York.

Taupe, blanc et noir; rouge, tangerine et fuchsia; citron, lime et chartreuse : les combinaisons de couleurs sont riches, audacieuses, acidulées. Parmi les vingt Boxer Bag disponibles, on retrouve également des modéles monochrome marbrés, faits d’alligator, de python, d’autruche ou simplement de feutre ou de cuir.

Le Vavavoom, Symbôle du Renouveau Valentino

posts-10.jpeg

“Si nous proposons une vision, une esthétique, notre mode refuse d’être totalitaire. Chaque cliente peut se réapproprier nos créations. Chaque pièce est importante. Une chaussure, un pantalon, une chemise, un sac, contient sa part de Valentino” affirment Maria Grazia Chiuri et Pier Paolo Piccioli, le célèbre duo à la tête de Valentino.

 Cette année, les deux créateurs nous offrent leur dernière création, le Vavavoom : petit et fonctionnel, il peut être porté à l’épaule, en bandoulière ou en pochette.  En cuir ou encore en python, ce sac à main d’exception se décline dans tous les matériaux et selon tous les styles. Avec sa chaîne dorée, ses deux compartiments et son rabat avec fermeture à bouton pression, le Vavavoom est totalement versatile : citadin, pratique et élégant, il nous accompagne aussi bien de journée que de nuit.

 D’abord et surtout un véritable bijou, le Vavavoom arbore des matières nobles et des finitions exceptionnelles, ajoutées à la poignée cloutée emblématique de la maison. Résolument moderne et audacieux, le motif du clou, d’inspiration rock, orne désormais les souliers et les sacs, devenant rapidement l’une des nouvelles signatures Valentino.

Maria Grazia Chiuri et Pier Paolo Piccioli ont ainsi brillamment modernisé le style romantique si cher à Garavani Valentino, le fondateur de la Maison. Des longues robes rouges flamboyantes à l’éloge de la légèreté, ils tissent, entre dentelles et transparences, grâce innée et modernité décomplexée, un nouveau chapitre de l’histoire Valentino.