L’Escarpin Virgule, Pièce Iconique de la Maison Roger Vivier

la_virgule.jpg

Christian Dior disait : « Beaucoup de femmes pensent que les chaussures ne sont pas importantes, mais la vraie preuve qu’une femme est élégante est sur ses pieds ». Cette phrase illustre à elle seule toute l’importance que portait l’instigateur de la haute couture française pour les souliers féminins. Plus inventeur que chausseur, l’esprit créatif et avant-gardiste de l’artiste Vivier sied tant aux collections de Monsieur Dior qu’il ne fera appel à personne d’autre pour confectionner ses souliers. En fait, ce que Christian Dior admire chez un chausseur, c’est justement cette capacité à manufacturer des “ sculptures de pied“ ; et c’est exactement ce que Roger Vivier fait. Il voit en effet la chaussure comme une sculpture dont il ne cesse de questionner la forme : « Depuis toujours la ligne me passionne, confiait le bottier, cinq cents fois, je refais mon dessin pour vérifier la justesse de l’idée et respecter l’architecture du pied. » Les talons sont ses lignes de force, du talon aiguille, qu’il fut le premier à lancer en 1954, au talon Etrave (1958), et du talon Choc (1959), jusqu’au sinueux talon Virgule, voulu comme le manifeste de sa griffe éponyme. Cette forme atypique qui vient ponctuer la silhouette lui permet d’obtenir une identité artistique indépendamment des grandes maisons qui utilisaient ses créations.

            Depuis 2003, la maison du “Fabergé du soulier“ a été rachetée par le groupe Tods. Bruno Frisoni, directeur artistique de la griffe, a alors l’intelligence de ne pas seulement inventer à partir de sa personnalité et de sa créativité, mais de partir des archives et des fondements de Roger Vivier afin de se réapproprier les pièces cultes de l’histoire de la maison. En s’inspirant d’anciennes collections portées par les icônes du temps d’avant, aussi bien cinématographiques que monarchiques de l’époque, Bruno Frisoni modernise et fait du talon Virgule un objet artistique, adoré des icônes d’aujourd’hui, à l’instar d’Inès de la Fressange et Carla Bruni Sarkozy. Le talon courbé au fil du temps s’est fait l’emblème du chic et de l’élégance à la française. La Virgule n’incarne pas un type de chaussure classique ; avec son design unique, il représente pour les personnalités de la mode, et pour les clients Roger Vivier, un objet de collection.

           C’est finalement comme ça que le soulier a été présenté le long de l’exposition qui lui a rendu hommage en 2013, au Palais de Tokyo, sobrement intitulée « Virgule, etc. » Une ribambelle de chaussures Vivier s’est vue rassemblée autour de collections intergénérationnelles, se fondant gracieusement dans l’assortiment de tableaux et d’antiquités servant de décor au musée. L’objectif de l’exposition fut atteint, tant il était devenu impossible de faire la distinction entre la dimension artistique des sculptures égyptiennes et celles des sculptures du pied en forme d’apostrophe. En feuilletant les numéros classiques de Vogue, la Virgule dorée ou multicolore, unie ou quadrillée, en satin ou en cuir, on s’aperçoit à quel point celle-ci vient illuminer les tenues des shootings des photographes comme Peter Lindbergh ou Mario Testino. Cet objet iconique est une touche de féminité, et de légèreté ; un instrument fait pour se sentir sexy, gracieuse. Une chaussure certes, mais de celles qui portent en elles « l’esprit de Roger Vivier ».

Le Soulier A Boucle De Roger Vivier

Icon-icon-icône-le-soulier-à-boucle-Roger-Vivier-le-soulier-à-boucle-Roger-Vivier-Inès-de-la-Fressange-les-Belles-du-Jour-Catherine-Deneuve-.jpg

 « Certains produits traversent le temps avec brio. C’est le cas […] de la ballerine à boucle Roger Vivier. Une femme qui sort en jean court, sac Kelly Hermès et chaussures Roger Vivier se sentira toujours bien. » A ces dires, on comprend qu’Inès de la Fressange n’a pas choisi d’être à la tête de Roger Vivier par hasard : la marque, via les Belles de Jour, son modèle phare, est l’un des symboles de l’élégance à la française. Chic, style et confort sont les principaux composants de l’éternelle ballerine à boucle chromée.

Depuis sa création en 1965, le soulier n’a pas manqué de représentantes. Immortalisé par la ravissante Catherine Deneuve dans Belle de Jour de Luis Buñuel, un article de Vogue sur le film lui permet d’accéder à un succès jamais démenti depuis.

Tout au long du film, Séverine, le personnage de Catherine Deneuve, porte des Belles de jour de Roger Vivier. Que la jeune femme tente de s’échapper du carcan étouffant que représente pour elle l’univers bourgeois, ou bien qu’elle parte à la recherche du plaisir des sens, Séverine garde ses chaussures, ne les ôtant que pour raisons professionnelles.

A travers la jeune Séverine, la ballerine se révèle être une pièce véritablement moderne. Aujourd’hui encore, décliné en couleurs pop (collection Gommette Printemps-été 2012), le soulier à boucle Roger Vivier pétille à tous les pieds.