Le Rouge Valentino Magistral Sur une Cape d’Opéra Haute Couture 2018-2019

_val0997.jpeg

« J’ai eu un des plus grands chocs de ma vie à Barcelone: alors étudiant, invité au théâtre de l’Opéra, émerveillé, je vis dans une loge une femme aux cheveux gris, très belle, habillée de velours rouge. Parmi toutes les couleurs portées par les autres femmes, elle m’apparut unique, isolée dans sa splendeur. Je ne l’ai jamais oublié. Elle est devenue la déesse rouge. Fabuleuse. Je crois qu’une femme habillée de rouge est toujours magnifique, elle est au milieu de la foule l’image parfaite de l’héroïne.  » L’anecdote du fondateur Valentino Garavani a sans doute inspiré à Pierpaolo Piccioli cette collection éminemment Haute Couture. 

Sous la véranda de l’hôtel Salomon de Rothschild, l’actuel directeur artistique de la maison semblait en effet vouloir renouer avec cette grande tradition. Un hommage, loin de l’écueil nostalgique, qui forge ici l’une des plus belles collections de la saison. Rythmées par la voix de Maria Callas, les belles Haute Couture 2018-2019 Valentino défilaient dans mouvement lent, glissées dans une cape d’opéra au tombé parfait, à la couleur radieuse! Ce rouge iconique épouse ainsi un jeu sur les volumes bien rare en ce moment — un carmin flamboyant qui s’éprend d’une pièce follement couture. 

Une pièce qui, comme flottant dans les airs, habille l’élégante d’une grâce sans pareille. Fruit d’un savoir-faire nécessitant plus de 1800 heures de création… Les grandes divas de l’opéra Valentino distillent ici une vision paroxysmique. Celle d’une Haute Couture 2018 -2019 qui lie opulence magistrale et travail merveilleusement bien exécuté. Une vision qui vaut à Pierpaolo Piccioli une standing ovation — Valentino Garavani lui-même s’est levé pour applaudir. 

Doria Arkoun 

L’Impeccable Robe Fluide Ivoire Valentino pour l’Automne/Hiver 2018

valentino_automne_hiver_2018_2019_icon_icon_sebastien_girard.jpg

Le style Valentino a, dès ses débuts, signé une ode au raffinement antique – jamais chargées, encore moins mièvres ou ampoulées, ses toilettes allient pureté, équilibre et simplicité. Ainsi, lorsque dans les années 60, Jacqueline Kennedy, l’une des femmes les plus médiatisées de l’époque après l’assassinat de son mari, fait appel à lui pour imaginer une garde-robe complète pour marquer la fin de son deuil, cela ne pouvait qu’aboutir à la naissance d’une signature iconique. La collection sobrement baptisée « White », défile ainsi à Florence. « Pour moi, le blanc est une couleur ! Le blanc est un de mes porte-bonheurs. Je me souviens de la collection de 1967 dédiée à Jackie Kennedy pour laquelle j’avais créé douze robes blanches. Cela a été un tel succès. J’aime le blanc, parce que c’est la légèreté de l’été, la pureté. Le blanc peut être utilisé de façons tellement différentes. Je me souviens encore d’une vieille boîte de dentelles blanches qui avait été donnée par la comtesse Asti à l’une de mes tantes : ce fut le ravissement. »

            Ainsi, lorsque Pierpaolo Piccioli signe la pièce-phare de l’Automne/Hiver 2018/19, c’est une robe impeccablement fluide qui défile à Paris. Teintée du blanc iconique de la maison, elle loue en réalité toute la virtuosité des ateliers – l’épure ici forge toute l’allure de la pièce portée par la mannequin Giselle Norman. Audacieuse, forte et d’une exquise beauté, la robe ivoire délivre en même temps une ode au romantisme. Là encore loin des mièvreries, Pierpaolo Piccioli pense ce raffinement comme « une approche individuelle, personnelle, passionnée de la vie. Je pense que c’est une vraie force aujourd’hui, d’être capable d’être féroce, d’être fort et doux en même temps, de ne pas être agressif mais d’être autoritaire. J’ai commencé cette collection avec cette idée du romantisme comme une force et non comme une fragilité. »

            Le blanc Valentino, véritable symbole universel de poésie, précise ici une robe festonnée et graphique laissant le mouvement de la femme s’exprimer sans renverser sa sensualité. La silhouette est longue et, l’impeccable robe fluide teinte ivoire de de l’Automne/Hiver 2018/19 démontre de l’ADN même de la maison florentine. Valentino, c’est la flamboyance sophistiquée. Voilà tout.

La Robe-Pantalon Rouge Coquelicot Valentino de l’Automne/Hiver 2018

valentino-rouge-automne-hiver-2018-2019-icon-icon-sebastien-girard.jpg

Signature incontournable du grand couturier Valentino, le rouge est avant tout la couleur du premier émoi esthétique du fondateur. La vue d’une femme sur les balcons de l’opéra à Barcelone. « J’ai eu un des plus grands chocs de ma vie à Barcelone : alors étudiant, invité au théâtre de l’Opéra, émerveillé, je vis dans une loge une femme aux cheveux gris, très belle, habillée de velours rouge. Parmi toutes les couleurs portées par les autres femmes, elle m’apparut unique, isolée dans sa splendeur. Je ne l’ai jamais oublié. Elle est devenue la déesse rouge. Fabuleuse. Je crois qu’une femme habillée de rouge est toujours magnifique, elle est au milieu de la foule l’image parfaite de l’héroïne. » Dès lors, les directeurs artistiques qui se sont succédés à la tête de sa maison n’ont eu de cesse de distiller la magie et l’enchantement d’une telle couleur.

            La semaine passée à Paris, Pierpaolo Piccioli l’a une nouvelle fois actualisé autour d’une robe-pantalon des plus exquises. Aux pieds du Dôme de l’Hôtel des Invalides, c’est en effet une femme à la féminité assumée, à la sensualité exacerbée qui a défilé – légère et vaporeuse, la silhouette déploie une belle fluidité. La femme Valentino de l’hiver prochain est une romantique qui voit dans la sensibilité « une énorme force aujourd’hui, si elle est interprétée avec assurance, mais sans agressivité » selon les mots du directeur artistique.

            Dans cette pièce icône de l’Automne/Hiver 2018/19, la femme Valentino s’allonge et grandit ; pièce minimale et puissante, la robe-pantalon ici portée par la mannequin Bo Fasseur est une ode à la pureté. Cette robe-pantalon apporte en effet quelque chose de très gracieux à la femme qui l’arbore. Aidée par ce rouge dynamique et sophistiqué, la pièce phare Valentino de la saison prochaine est toute aussi actuelle qu’intemporelle et universelle. Une équation forte qui, sans tapage, signe l’une des silhouettes les plus réussies de cette Fashion Week parisienne.

Le Rouge Valentino Renoue avec son Essence pour la Haute Couture 2018

rouge-valentino-haute-couture-spring-2018-icon-icon-sebastien-girard.jpg

« J’ai eu un des plus grands chocs de ma vie à Barcelone : alors étudiant, invité au théâtre de l’Opéra, émerveillé, je vis dans une loge une femme aux cheveux gris, très belle, habillée de velours rouge. Parmi toutes les couleurs portées par les autres femmes, elle m’apparut unique, isolée dans sa splendeur. Je ne l’ai jamais oublié. Elle est devenue la déesse rouge. Fabuleuse. Je crois qu’une femme habillée de rouge est toujours magnifique, elle est au milieu de la foule l’image parfaite de l’héroïne. » Aujourd’hui, on imagine que cette robe aurait les mêmes lignes que la pièce spectaculaire introduite par Pierpaolo Piccioli lors de la collection Haute Couture Printemps/Eté 2018.

            Dans les salons de l’Hôtel Salomon de Rothschild, c’est sur l’air d’opéra Vissi d’arte de Puccini que s’est présentée une collection Couture tout simplement grandiose. Parmi les 68 silhouettes qui se sont suivies, la robe passionnée de la maison Valentino achève de combler l’assistance. Elle est, sûrement, l’expression pure du souvenir du fondateur Valentino Garavani. Ce rouge puissant épouse là, sur du taffetas, des ondulations très théâtrales et un volume d’un raffinement extrême. Mais l’exercice est réussi puisque la robe ne fait que flirter avec l’opulence – elle illustre plutôt la grande tradition de la Haute Couture.

            Une maîtrise impeccable de la part du directeur artistique de Valentino qui scelle ici un moment de beauté bien rare. Comme la note d’intention l’indique : « L’histoire de la Haute Couture est sa raison d’être aujourd’hui. » Un voyage à travers le temps donc, où la collection Printemps/Eté 2018 de la Haute Couture Valentino puise sa raison dans les origines, l’essence et les cérémonies qui l’entourent. La robe passionnée est une pièce savoureuse, voilà tout.

 

Le Rouge Valentino

valentino_resort_2018_collection.jpg

Ce fut un flash, une illumination, une révélation – bref, une inspiration. Valentino Garavani fut littéralement ébloui : « J’ai eu un des plus grands chocs de ma vie à Barcelone: alors étudiant, invité au théâtre de l’Opéra, émerveillé, je vis dans une loge une femme aux cheveux gris, très belle, habillée de velours rouge. Parmi toutes les couleurs portées par les autres femmes, elle m’apparut unique, isolée dans sa splendeur. Je ne l’ai jamais oubliée. Elle est devenue la déesse rouge. Fabuleuse. Je crois qu’une femme habillée de rouge est toujours magnifique, elle est au milieu de la foule l’image parfaite de l’héroïne. »

Il faut dire que le jeune Valentino est depuis longtemps fasciné par l’univers du cinéma, qu’il s’agisse d’Hollywood, du glamour pailleté de la Dolce Vita, ou de la grâce exquise des actrices : « C’est ainsi qu’est née en moi une admiration sans bornes pour les femmes symboles comme Lana Turner, Rita Hayworth, Ava Gardner, Marlène Dietrich. Surtout Marlène dans La Taverne des sept pêchés, Greta Garbo dans la Reine Christine. » Ainsi, l’héroïne Valentino se pare-t-elle de rouge, mais pas n’importe quel rouge – un rouge propre à la patte d’un couturier qui s’éprend à dessiner et à créer pour les seules personnes romantiques. Ainsi aussi se construit l’essence du style Valentino : une passion pour le rouge, symbole fascinant de la vie, de la mort, de l’amour, une force contre toute morosité ; et un design, le rococo –  ornements exquis développés à partir d’une base sculptée, rien de plus, rien de moins.

Son Rouge, Valentino le compose comme un entêtant mix de magenta, de jaune et de noir – une couleur flashy, mais également très seyante. A l’instar de ses robes, dont la première apparue en 1959, dès sa première collection : une robe de cocktail bâtie autour d’une jupe de tulle rose baptisée Fiesta. Depuis, il y a systématiquement une robe rouge dans les collections Valentino : « Une robe rouge est d’avantage qu’une façon de raconter : elle est synonyme de style » confie le couturier. Servi par une palette aux nuances voluptueuses : rouge écarlate, rouge feu… Depuis 1959, la maison italienne rend hommage à la couleur de la vie , elle en a même fait le thème d’une collection « Shangai » inédite dédiée à la Chine. Valentino use aussi d’aplats de couleurs vives pour transfigurer les formes de la robe. Courtes ou longues à diaphane , Le choix d’une robe Valentino est donc le choix de la distinction : le Rouge Valentino fait le bonheur des dames car il « les rend sensationnelles. Quand une femme habillée de rouge Valentino arrive dans une soirée, tout le monde la regarde. » C’est cela, la magie du Rouge Valentino – faire de la femme l’héroïne romantique de sa propre vie…

 

Le Rouge Valentino En Quelques Dates…

2018 : Pour la collection Prêt-à-Porter Automne/Hiver 2018/19, Pierpaolo Piccioli actualise une fois de plus le rouge coquelicot sur une robe-pantalon.

2018 : Pour la collection Haute Couture Printemps-Eté 2018, le rouge Valentino renoue avec son essence.

2017 : Pierpaolo Piccioli a donné le ton de la saison à venir : déesses et mythologie grecque et une version tellement plus couture de l’iconique rouge Valentino.

2016 : Lily Collins est vêtue d’une robe rouge Valentino lors du gala du MET Costume Institute. 

2014 : Valentino lance une collection capsule d’accessoires Rouge Absolute Signature pour la saison Printemps/Eté 2014.

2014 : La bougie « Rouge Absolute » créée en collaboration avec Cire Trudon est présentée en édition limitée pour Noël.

2013 : Dans la collection Shanghai, tous les nuances de rouge sont associées.

2012 Stacy Keibler vêtue d’une robe rouge Valentino lors du Golden Globe.

2008 : Lors du final du défilé Printemps-Eté, toutes les mannequins sont vêtues de la même robe rouge. 

2007 : Claudia Schiffer est vêtue d’une robe rouge Valentino lors du gala à l’occasion des 45 ans de la maison de couture Valentino.

2004 : Jennifer Aniston revêt la robe rouge mythique « Fiesta » Valentino. 

2000 : Parution de « Il Libro Rosso di Valentino » présentant 40 femmes vêtues de ces robes rouges.

1981 : Brooke Shields vêtue d’une robe rouge Valentino fait la une de Time Magazine.

1970 Jackie Kennedy vêtue d’une robe rouge Valentino fait la une de Life.

1959 : Fiesta  est la robe rouge Valentino présentée lors de la première collection.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Sac C-Rockee de Valentino Garavani

Pour sa nouvelle campagne, Valentino Garavani laisse entrevoir les secrets de fabrication de son nouveau sac « C-Rockee ». Des premières découpes à l’assemblage des garnitures puis l’incrustation du logotype à l’aide d’une feuille d’or, Valentino permet au grand public de découvrir un aspect souvent très secret d’une marque de luxe.

Le Manteau Valentino de Tilda Swinton

174744673_661540370_north_545x.jpg

Tilda Swinton porte un manteau Valentino haute couture de la collection automne-hiver 2013-2014 lors d’une conférence de presse à Séoul, pour la sortie de son nouveau film Le Transperceneige.