La Bell & Ross La Fayette, Une Montre d’Exception

ross.jpg

L’aviation est une constante source d’inspiration pour Bell & Ross. Dès ses débuts, la manufacture s’est passionnée pour l’histoire militaire, tout en oeuvrant par la suite à celle des héros de l’air. La précision, la solidité et la fluidité des garde-temps conçus par Bell & Ross ont souvent eu affaire avec le succès d’une opération. Mais aujourd’hui, voilà que la manufacture a voulu rendre hommage aux pilotes de l’escadrille La Fayette – sa particularité ? Des pilotes Américains combattant sous pavillon Français. 

L’histoire s’écrit en 1916. Alors que la Première Guerre Mondiale s’enlise en Europe, de jeunes volontaires, nés outre-Atlantique, font le choix de s’engager dans la Légion étrangère afin de défendre la France, lors même que les États-Unis ne sont pas encore entrés en guerre. Rapidement, l’escadron prendra le nom de l’“Escadrille La Fayette“ – l’hommage est évident : Gilbert du Motier de La Fayette, l’homme qui était venu de France, en 1777, soutenir les insurgés Américains qui se battaient pour leur indépendance. Aujourd’hui, l’escadron a donc 100 ans, 100 ans durant lesquels des hommes donnèrent leur vie à la gloire de l’escadrille N 124 « Tête de sioux » qui occupe une place légendaire dans l’histoire de la Première Guerre mondiale.

En 2016 donc, tissant un lien entre le passé et le présent, entre les Etats-Unis et la France, entre l’Escadrille américaine de 1916 et l’escadron 2/4 La Fayette de 2016, le garde-temps met naturellement à l’honneur l’escadrille Tête de sioux. Cette montre, destinée au départ aux membres de l’escadron de chasse 2/4 La Fayette, est toujours réalisée sur la base du modèle emblématique de la marque : célèbre boite carrée qui reprend avec authenticité le design d’une horloge de cockpit d’avion. Conçue pour des hommes d’action en quête de précision et de robustesse, la BR03-92 EDC 2/4 La Fayette est une montre-instrument avec ses 42 mm de diamètre ; de celles qui s’adaptent à toutes les morphologies. 

Mais c’est en série ultra-limitée que la montre se présente. 100 pièces numérotées, arborant l’insigne de l’escadrille La Fayette, une tête de chef indien Sioux, tribu amérindienne connue pour sa bravoure et sa combativité… Derrière ce symbole de l’amitié Franco-Américaine, se cache une des plus belles histoires de l’aviation de chasse – de quoi séduire les amateurs et les collectionneurs.

Les Nouvelles Montres Diamantissima de Gucci

g_16.09.27.jpg

La toile Diamante est connue de tous : tissu remarquable et motif incontournable de la maison Gucci, la toile est aujourd’hui aux mains de l’actuel directeur artistique de la maison, Alessandro Michele. Et il a promis de l’ériger en emblème absolu. Imprimé sur modèle raffiné ou version acier, le diamantissima se réinvente cette fois-ci au contact de matières reprenant exactement la forme première du garde-temps. L’un des rares designers à savoir mixer allure vintage, streetstyle, silhouette BCBG, sportswear et funk à l’Italienne s’éprend à faire des montres Gucci le nouvel accessoire fétiche de sa femme un brin perchée. Le tout sur fond de gaieté très Italienne.

D’ailleurs, pour incarner cette essence aussi espiègle que salvatrice, c’est Florence Welch qui raconte comment elle fut choisie : « Je suis collectionneuse dans l’âme, et quand j’ai rencontré Alessandro Michele, notre passion des bijoux nous a immédiatement rapprochés. Je trouve vraiment magique ce qu’il est en train de créer chez Gucci. Je suis très heureuse d’y participer. » Chez Alessandro Michele, directeur artistique de Gucci tout est question d’androgynie et de Renaissance italienne. Le créateur italien de 42 ans prône ainsi la confusion des genres.

En juillet prochain, ce sont ainsi trois nouvelles déclinaisons audacieuses qui seront éditées. Une esthétique singulière qui démontre encore tout du talent de Gucci… Une montre en PVD or jaune avec un bracelet en cuir lézard noir, ou version acier maille milanaise. Au total, deux tailles seront disponibles : 27mm et 32 mm. Un style très sophistiqué et épuré, dont le calibre rappelle que l’exigence baroque se sublime parfois de minimalisme racé.

La Collection Haute Joaillerie Ladymatic par Omega

oo.jpg

Pour Omega, le secret de la joaillerie réside dans l’harmonie. Le style est individuel mais le goût pour la joaillerie est universel. La collection de montres féminines de la marque est reconnue à l’international pour son raffinement, ses matériaux précieux et ses détails emblématiques. Omega a su doter ses bijoux du même charme sensuel et raffiné, pour la collection de haute joaillerie Ladymatic, qui entre en résonnance avec ses montres.

Cette collection glamour offre un ensemble homogène, intemporel et charismatique de bijoux disponibles en or rouge, jaune et blanc. Inspirés des ondulations qui caractérisent le boîtier de la montre mythique Ladymatic, quatre motifs viennent rehausser chaque pièce de la collection joaillière. La bague affiche 8,40 carats d’or et 0,72 carat pour les cercles en diamant, le pendentif, qui fait écho à la bague, est serti de diamants totalisant 0,4 carat. Enfin le bracelet est composé de deux des quatre motifs ondoyants et de quatre vagues de diamants fascinants. Chaque vague totalise 0,56 carat.

La collection haute joaillerie Ladymatic d’Omega est un mélange savant d’extravagance et de subtilité. Ses pièces scintillent par leur élégance, leur prestige et leur grâce. En réinterprétant le design du boîtier emblématique de la montre, Omega crée une identité puissante, définie par une féminité élevée au rang d’icône.

Speedmaster Moonwatch Grey Side of the Moon par Omega

o.jpg

Associant design et innovation révolutionnaire, Omega conjugue exploration spatiale, technologies et matériaux inédits pour toujours plus d’élégance. La nouvelle Speedmaster Grey Side of the Moon s’inspire de la poussière lunaire foulée par les astronautes à chaque mission et est constituée d’un authentique morceau de météorite. Son nom évoque un voyage spatial à travers des pluies de météorites jusqu’à la mystérieuse planète rouge Sedna et porte en lui des inspirations célestes. Cette nouvelle venue dans la collection Omega Speedmaster raconte l’histoire de la mission Apollo 8, illustrant la phrase prononcée par l’astronaute Jim Lovell « La lune est essentiellement grise ».

Ce modèle futuriste n’est pas seulement une invitation à l’aventure, il est également d’une élégance incomparable. Cette montre d’exception est fabriquée à partir de céramique blanche traitée de manière à obtenir une teinte grise métallisée spécifique, semblable à la couleur de la lune. Le modèle est donc placé dans un four à plasma à haute température pour obtenir cette transformation. Côté moteur, on retrouve le célèbre calibre Omega manufacture 9300 et ses 60 heures de réserve de marche. Son cadran météorite est façonné à partir d’un morceau de pierre galactique. Il est composé de platine 950 sablé qui lui confère un look classique et élégant tout en soulignant le savoir-faire apporté à sa création. Cette montre se distingue également par son échelle tachymétrique revêtue de Super-Luminova qui permet une lecture quelle que soit la luminosité ambiante.

La Speedmaster « Grey Side of the Moon » est un vibrant hommage au rôle pionnier joué par Omega en matière d’exploration spatiale. En misant sur des matériaux innovants, un mouvement mécanique révolutionnaire et une apparence du modèle originel respectée, la marque ne cesse de rassembler de nouveaux amateurs autour de la Speedmaster.

La Big Bang Unico Sapphire All Black Par Hublot

h.jpg

Après s’être exercé avec l’ambitieuse Ferrari Sapphire, Hublot relève une nouvelle foi le défi difficile de façonner ce matériau. Cette pierre extrêmement complexe offre à la nouveauté Hublot une résistance aux rayures quasi parfaite, puisque seul le diamant peut la rayer. Le boitier, la carrure et la lunette sont entièrement taillés dans le saphir fumé noir poli et restent malgré tout étanche à 50 mètres. Seules quelques pièces sont en titane : les vis, la couronne surmoulée de silicone et la boucle déployante. Une prouesse admirable d’autant plus que le saphir a rarement été taillé à une si grande échelle. 500 exemplaires ont été prévus pour la Big Bang Unico Sapphire.

« La force d’Hublot réside dans son identité clairement définie : l’Art de la fusion, ce pouvoir unique de créer des montres qui mêlent tradition et innovation. » Certainement iconique mais aussi spectaculaire et précieuse, cette pièce est une oeuvre d’art. Totalement cultivée en transparence et squeletage, celle-ci dévoile tous les rouages du mouvement manufacture Unico. Un mouvement entièrement visible dont la roue à colonnes positionnée côté cadran n’est désormais plus la seule particularité à observer. Transparence et noir intégral se poursuivent jusqu’au bracelet : ligné et structuré sur boucle déployante en titane.

La maîtrise industrielle d’un matériau extrêmement complexe n’est pas la seule excellence qu’offre La Big Bang. Ce chronographe automatique flyback doté de 72h de réserve de marche est, entre autres, équipé d’une roue à colonnes et d’un double embrayage. Il possède une glace saphir traitée antireflet intérieur/extérieur avec le logo Hublot et des aiguilles avec revêtement luminescent noir. Une réussite exemplaire pour un concept all black réinventé.

La Boy.Friend Tweed

chanel.jpg

“Je me dis qu’il suffit de porter quelque chose au poignet pour avoir confiance en l’avenir” – Gabrielle Chanel était de ces êtres spirituels ayant, dans un mouvement créatif sans précédent, libérer corps et époque. La maison qui porte son nom perpétuait encore ce dessein en 2015 avec la création d’un nouveau garde-temps à l’allure masculine totalement dédiée aux femmes, la Boy.Friend. A l’occasion de Baselworld 2016, une toute nouvelle version de la Chanel Boy.Friend nous est dévoilée.

Il n’est un secret pour personne : Chanel aimait à mêler le féminin au masculin. Il est aussi une chose que l’on ne sait que trop bien concernant Coco: sa sensibilité amoureuse a accompagné son chemin jusqu’à être une de ses principales sources d’inspiration. C’est sans doute cette légende qui est aujourd’hui travaillée par les ateliers Chanel horlogerie, puisque la nouvelle version de la montre Boy.Friend est composée comme le point de rencontre entre le tweed et l’acier. 

Le premier, le tweed est duveteux et fait de laine tissée. Il sort tout droit d’Ecosse et de sa relation avec le duc de Westminster. Grâce à lui, elle découvre le tweed Anglais et en fait le point cardinal de la grammaire de la maison de la rue Cambon. Elle en fera surtout le tissu de la pièce qui signe son triomphe deux ans après son come-back, la veste en tweed. Le second, l’acier, est glacé et rappelle une vie faite d’épreuves – Coco abandonnée, fut quelque temps bénie des Dieux avant que ceux-ci ne lui retirent son âme soeur, Boy Capel.

En cette année 2016, la Boy.Friend et sa nouvelle déclinaison tweed garde sa forme octogonale inspirée de la géométrie de la place Vendôme, twiste les matières pour en faire un objet envoûtant. Un bracelet en tweed vient enserrer et boucler le poignet des femmes éveillant par là même le charme de l’allure garçonne. Un cadran en acier noir guilloché, ceinturé de diamants pour un des modèles, vient parachever un garde-temps dans le temps et hors du temps, imaginée comme un hymne à l’amour inconditionnel. Un opus de l’horlogerie Chanel entre écriture boyish et esthétique épurée à porter peut-être avec la veste la plus copiée du monde… En tweed bien sûr !

La Montre Dior VIII Grand Bal “Plissé Soleil”

dior_soleil.jpg

« La robe de bal vous fait rêver et doit faire de vous une créature de rêve. J’estime que dans la garde-robe d’une femme, elle est tout aussi nécessaire qu’un tailleur. Et si merveilleuse pour le moral… » Christian Dior n’aurait peut-être pu rêver d’accomplir la fusion d’une montre et d’une robe de bal. Pourtant, les ateliers de la Maison qui lui survit n’ont eu de cesse de dépasser les limites du possible pour éditer cette année une nouvelle version du garde-temps Dior VIII Grand Bal.

Une édition limitée plus généreuse avec 888 pièces ; un nom,“Plissé Soleil”, inspiré d’une technique de couture, et voici sans doute la pièce la plus éclatante de la collection. Le plissé soleil est ainsi reproduit sur la masse oscillante sous la forme d’une marqueterie de nacre gris métallisé, décorée d’un ourlet couleur vert d’eau… La Dior VIII Grand Bal “Plissé Soleil” s’éprend à faire détonner le bracelet qui, dans un profond bleu roi, vient un peu plus appuyer l’enchantement du garde-temps. Il ne fait pas de doute, la Dior Plissé Soleil est une icône en devenir.

La Montre Big Pilot Par IWC

sans_titre_2.jpg

C’est avant tout une qualité de fabrication, un mouvement, et un caractère. Dans un second temps, la Big Pilot signée IWC est une preuve d’authenticité. Alors que la seconde guerre mondiale éclate, IWC est chargée d’équiper les pilotes : pionnier en la matière, n’ayant aucun exemple à suivre, IWC réalise l’impensable et met au monde une montre capable de résister à la pression de l’altitude, aux gants épais et aux combinaisons de vol piqué. Et c’est ainsi que la montre présente un design tout exceptionnellement énorme. Dans une volonté de rendre la montre la plus lisible possible, IWC n’a utilisé aucun matériel exotique, n’y a même pas apposé de fonctionnalités : la Big Plot est là pour donner l’heure du prochain raid ou contrôler un plan de vol à 20 000 pieds, rien d’autre. Pourtant, sa fabrication irréprochable et son charme indémodable ont hissé la Big Pilot au rang de montres hors norme. C’est une pièce extrême dont la qualité comble depuis longtemps déjà ceux qui l’ont acquis. Celà, IWC le doit à la finition exceptionnelle du boîtier.

Avec une alternance de surfaces polies, brossées et des angles vifs, la Big Plot a tout des icônes qui captivent le regard. Exclusive dans sa fabrication, la Big Pilot l’est aussi au porté : sa grande ouverture de cadran et ses cornes assez longues la font paraître encore plus grande qu’elle ne l’est déjà (46,2mm). La couronne en oignon signée « Probus Scafusia » mérite à elle seule le détour. En effet, le cadran se fait très épuré et, dans cette beauté lisse et racée, rien ne vient perturber la lecture des informations essentielles : heures, minutes, réserve de marche, et, seule concession faite à un usage civil, la date. Ainsi, la lisibilité diurne est parfaite. Garde-temps conçu et fabriqué dans les ateliers de la manufacture, IWC a aussi introduit à l’intérieur un mécanisme des plus sophistiqués. Sans aucun doute, la Big Plot est la montre des héros – quelle que soit l’époque et ses exigences.

Rolex Oyster

rolex.jpeg

Une montre iconique qui ne donne pas seulement l’heure, mais raconte l’histoire, telle est bien l’Oyster de Rolex, classique indétrônable devenu tout un symbole.

C’est à un ambassadeur de Rolex que revenait lundi dernier l’honneur de faire l’ouverture du tournoi de Wimbledon, dont l’horloger suisse est le partenaire officiel pour la 36ème année consécutive. Si Roger Federer est aujourd’hui le visage de la marque, c’est en tant que légende qu’il en incarne au mieux les valeurs. Tennisman faisant l’histoire à chaque nouvelle victoire, modèle de longévité pour un champion. C’est ainsi que nous retrouvons dans la nouvelle campagne publicitaire de Rolex une pléiade d’individus d’exception s’étant voués corps et âmes à leur passion. Qu’il s’agisse de Marlon Brando, Andy Warhol ou Martin Scorsese, de cinéastes de renom, d’hommes d’Etat ou de champions, c’est une fresque incomparable en matière d’excellence que forme la caste des ambassadeurs de la plus fameuse des montres Rolex.

Retour sur l’objet en lui-même : la Rolex Oyster tient son nom d’une anecdote, suivant laquelle le fondateur de la marque, Hans Wilsdorf, jeune bavarois de génie installé à Londres et fâché de ne pas parvenir à ouvrir une huître, songea à créer un boitier pour ses montres qui serait aussi hermétique que ces délicieux fruits de mer, et c’est ainsi que l’une des plus célèbres montres du monde vit le jour en 1926. L’année suivante, elle traversait la manche au poignet d’une jeune nageuse pour devenir un symbole d’étanchéité tant était important le risque d’altération du mécanisme des montres de l’époque par des impuretés telles que la poussière. Cela n’empêcha pas le fondateur de veiller à ce que sa montre soit présentée en boutique dans un aquarium à titre de preuve supplémentaire de sa parfaite étanchéité. Autant d’anecdotes nous font presque oublier que c’est d’abord par la précision de ses montres que la marque se distingua, lorsque la dernière innovation de taille qui devait inscrire Rolex dans la légende fut le mécanisme à remontoir automatique dit perpetual, qui enterrait définitivement le fastidieux remontage manuel de la montre.

En plus de sa précision et de sa longévité, l’Oyster est réalisée avec un souci scrupuleux du détail et ce dans les plus beaux matériaux, quand chaque montre est ultimement soumise à un examen individuel rigoureux. Mais si l’Oyster fait aujourd’hui figure de montre iconique, c’est grâce à ses exceptionnelles qualités intrinsèques qui incarnent les valeurs qui ont rendu la marque célèbre dans le monde entier pour en faire un symbole universel de réussite et d’élégance. C’est ainsi que la longévité et le style intemporel de l’Oyster inscrivent son porteur dans l’histoire, tandis que sa précision évoque la plus haute exigence envers soi-même au quotidien, chaque instant étant précieux. Nul hasard donc, à ce que les personnalités les plus importantes de ce monde fassent le choix de Rolex depuis plusieurs décennies. Toujours aux premières loges de l’histoire au poignet de ceux qui la font, Rolex est une montre d’exception pour gens d’exception, couronnant et accompagnant son porteur tout au long de sa remarquable existence.

La Montre Première Tourbillon Volant de Chanel Récompensée

50ab9b7d7bb1d.jpg

Après avoir offert à la femme Chanel sa Première montre, la maison la fait entrer dans le monde énigmatique et mécanique de la technologie horlogère. 

C’est le coeur de ce garde-temps qui, à l’occasion de ce 25ème anniversaire, est mis à nu : un tourbillon d’exception qui ne peut que laisser deviner ce Camélia dont les pétales en résille et le coeur tapissé de diamants font s’écouler le temps. En secret, ce tourbillon volant boucle une rotation par minute ; un mouvement circulaire monté sur une platine stylisée de forme rectangulaire. La réalisation du coeur du garde-temps Cambon laisse perplexe : 23 heures de sertissage et, plus de cent heures d’assemblage.

Et, comme ce coeur tourbillon se meut dans l’ombre de la montre Première qu’il fait à son tour agir, les acteurs de cette splendeur se voient, cette année, décerner le Grand Prix de l’Horlogerie de Genève, au nom de Chanel, saluant ainsi le fruit d’une collaboration étroite entre la marque au deux C et les maîtres-horlogers suisses Renaud & Papi. Pour la première fois, la Première, allégorie même de Gabrielle Chanel, rafle le prix pour son artisanat horloger et fait une entrée remarquable dans le monde de la haute horlogerie.