Le Bleu Tiffany, Couleur de l’Amour

Alors que LVMH vient d’acquérir la mythique maison Tiffany’s pour 14,7 milliard d’euros, retour sur la couleur lapsus évocatrice de la galaxie: le bleu Tiffany’s, ou la teinte adorée.

Depuis sa fondation en 1845, Tiffany & Co. a défini les canons de l’élégance, célébré les plus belles romances, scellé les amours les plus sincères au gré d’atours éminemment sophistiqués. Et c’est au cœur d’une boîte d’un bleu devenu mythique que viennent se nicher ces bijoux hautement désirables. Partout dans le monde, la boîte bleue Tiffany est devenue une référence – un signe qui fait, littéralement, chavirer le cœur. « Je crois qu’il y avait d’abord la volonté de symboliser cette idée d’optimisme, d’énergie et de l’amour new-yorkais. Il a été prouvé d’ailleurs, par des études scientifiques et tout à fait sérieuses, que quand vous exposiez des femmes et des hommes à cette boîte bleue, le cœur battait plus vite de 20%. Ce qui est stupéfiant ! » soulignait l’ancien directeur général de la maison, Frédéric Cumenal, en 2014.

Sélectionnée par le fondateur Charles Lewis Tiffany pour la couverture du tout premier Blue Book – l’exquise collection de bijoux artisanaux de la maison – la couleur s’est ainsi mue en signe universel de luxe et de volupté… Une teinte qui évoque l’évasion, le calme et la fraîcheur du milieu aquatique ; le bleu Tiffany est bien tout cela à la fois. En 1906 déjà, le New York Sun rapportait : « Tiffany possède, dans son magasin, une chose qu’il refusera de vous vendre, qu’importe la somme d’argent que vous pourrez lui proposer. Cette chose, et il insistera pour vous l’offrir, est une de ses boîtes. »

Aujourd’hui encore, la simple vue d’une de ces boîtes éveillent en tout un chacun l’émotion d’un grand cadeau. A travers ce bleu éminemment compliqué à obtenir, Tiffany & Co. capture en réalité les rêves ambitieux d’un monde désireux de légendes. Un monde où la parure et les atours comblent de merveilles les clients avides de charme et de magie. Oui, la boîte bleue Tiffany renferme bien plus qu’un trésor – elle signe l’excellence des maîtres-artisans de la maison, en même temps que l’amour éternel de l’homme pour le beau !

Le Tiffany Blue, Quelques Dates Clés

Les années passent mais la maison Tiffany’s continue d’être porteuse de promesses et de rêves à travers son légendaire Tiffany Blue.

2018 : Pour sa campagne de printemps, la maison Tiffany’s présente le modèle Elle Fanning sortant d’un monde en noir et blanc pour plonger dans un monde couvert de bleu.

2018 : Une nouvelle montre au fond bleu, The Tiffany Micro Watch, est mise en vente. 

2018 : A l’occasion du Greenhouse Project, Marilyn Minter réalise une maison remplie de bijoux en argent Tiffany’s sur lesquels reflète la couleur bleue.

2017 : La campagne de Noël, A Tiffany Christmas, met de nouveau en avant la petite boîte bleue.

2017 : Lors de la passation présidentielle, Mélania Trump offre à Michelle Obama un produit Tiffany, reconnaissable par cette boîte bleue.

2017 : Au quatrième étage de son flagship newyorkais, Tiffany’s offre son Blue Box Cafe.

2017 : Tiffany’s édite un nouveau Blue Book.

2016 : Après édition du Blue Book annuel, un Blue Book Gala est organisé. 

2015 : Le nouveau Blue Book est remarquable de par le spectaculaire Turquoise Necklace.

2015 : La campagne de Noël Joy comes out from the Blue met en avant la boîte bleue.

2014 : La maison Tiffany & Co dépose un brevet sur la célèbre boîte bleue. 

2014 : Une nouvelle boutique Tiffany & Co aux devantures bleues ouvre sur les Champs Elysées.

2014 Valeria Garcia réalise la campagne de Noël mettant de nouveau le Blue Tiffany en valeur.

2013 : Une troisième édition du Blue Book est éditée, présente plusieurs pièces de couleur du Tiffany Blue et est l’occasion d’un Gala.

2013 : A l’occasion de sa campagne de Noël, A Very Tiffany Holiday, la maison met une nouvelle fois en valeur la boîte bleue, mais cette fois si revisitée par un ruban rouge.

2013 : Le Rockafellar Center s’éclaire en bleu pour le Blue Book Ball et une boîte bleue Tiffany géante est explosée devant.

2013 : A l’occasion de son 175ème anniversaire, la maison réalise une bague sertie d’un diamant bleu-vert de 2,51 carats.

2011 : Dans sa campagne de Noël, Blue is the color of dream, Tiffany’s met uniquement en avant sa jolie boîte bleue.

2010 : La campagne de Noël,  Have yourself a Merry little Christmas, Tiffany’s met tout particulièrement en avant sa jolie boîte bleue. 

2009 : La campagne de Noël, Give voice to your heart, valorise la célèbre boîte bleue.

2002 : Dans le film Sweet Home Alabama, Patrick Demsey fait la plus romantique des demandes en mariage à Reese Witherspoon dans une boutique Tiffany’s au milieu de boîtes bleues. 

1961 : Tiffany & Co sort un guide sur l’étiquette arborant sur sa couverture le fameux bleu.

1906 : Charles Lewis Tiffany déclare que tout produit Tiffany ne peut être vendu sans sa boîte bleue et que réciproquement toute boîte bleue Tiffany ne peut être obtenue qu’avec l’achat d’un bijou Tiffany.

1897 : Une deuxième édition du Blue Book est éditée. 

1889 : Lors de l’exposition universelle à Paris, un pavillon Tiffany paré de bleu est monté.

1845 : Un étui, un sac, une pochette vient compléter le packaging.

1845 : Charles Lewis Tiffany choisit de déposer le Blue Tiffany auprès de Pantone

1845 Une première édition du Blue Book est publiée.

1837 : Les premiers bijoux Tiffany étaient d’ores et déjà vendue dans une petite boîte bleue.

Charles Lewis Tiffany, le Setting et l’Icône Romantique

Alors que LVMH vient d’acquérir la mythique maison Tiffany’s pour 14,7 milliard d’euros, retour sur l’icône absolu du joaillier le plus populaire au monde !

L’histoire du joaillier Tiffany’s & Co s’écrit au milieu du XIXe siècle ; lorsque Charles Lewis Tiffany emprunte 1000 $ à son père pour ouvrir une petite papeterie et un magasin de fantaisie dans le centre de Manhattan. Très vite, la boutique devient le passage obligé des élégantes à la recherche d’atours un brin plus discrets. Il faut dire que la mode est alors à l’opulence victorienne et, sur les bijoux, cela se traduit par des pierres immenses montées sur des bagues encore un peu plus dimensionnées. 

L’attrait de la boutique Tiffany se niche dans l’approche différente de Charles Lewis – l’homme aime utiliser du métal pur à 92%, en même temps qu’il sillonne le monde et les expositions à la recherche des pierres les plus précieuses. Le joaillier qu’il est coupe ainsi les diamants et autres rubis selon leur brillance plutôt que le poids des carats. C’est ainsi qu’en 1867, il reçut une reconnaissance internationale en remportant le grand prix de l’artisanat d’argent à l’Exposition Universelle de Paris. Mais l’histoire du Setting, icône absolue du répertoire Tiffany’s & Co, apparaît une vingtaine d’années plus tard.

En 1886 donc, la mode des bijoux est encore et toujours celle de l’époque victorienne – lourdes décorations et gravures viennent presque étouffer l’éclat des pierres. Charles Lewis Tiffany aimerait justement changer l’équation. Ce qu’il recherche, c’est un moyen discret de laisser ses trésors briller sans faille – Charles Lewis Tiffany veut que la pierre et la seule pierre émerveille le monde ! Il imagine alors le Setting ; un anneau qui élève la pierre ; six broches qui viennent la soulever pour en maximiser le feu et l’éclat. Avec le minimum de métal possible, le fondateur de Tiffany’s & Co parvient à mettre en valeur la pierre. Mieux, le diamant ici s’élève comme s’il flottait au-dessus du métal… Le Setting est né, et sa légende ne tarde à s’ancrer dans l’imaginaire collectif.

Le Setting devient l’atour idéal pour être offert comme alliance, tant le bijou révèle et capture tout l’éclat du diamant pur. L’innovation de Charles Lewis Tiffany tient ainsi en ce qu’il parvient à concevoir une bague de fiançailles devenue le symbole absolu de l’amour et de l’engagement – une bague simple qui ne cache rien, ne laissant apparaître et briller que la nature sublime de la pierre. Et en 2016, la pièce n’a rien perdu de sa grandeur. L’occasion de son 130e anniversaire est pour Tiffany celle d’honorer toute sa pertinence. Tout au long de son histoire, le Tiffany Setting a en effet su maintenir et embellir son design original : un diamant taille brillant piqué et relevé par six griffes en platine. Rien de plus, rien de moins pour une bague érigée en figure de l’amour immuable.

Le Tiffany Setting en quelques dates clés :

Incontournable bague de fiançailles, le Tiffany Setting est devenu le témoin d’un amour éternel.

2017 : Jennifer Lawrence portait une version revisitée du classique Tiffany setting lors de l’événement Mostra à Venise.

2017 : Ophélie Guillermand pose pour la campagne “Will you ?” de Tiffany & Co avec le Tiffany Setting.

2017 : Le Tiffany Setting est au cœur d’une nouvelle campagne publicitaire, « Believe in Love« .

2016 : La campagne « I will » met en avant le savoir-faire des artisans en plein travail de montage sur le Tiffany Setting, sous la caméra du directeur artistique Keith Ehrlich.

2016 : La maison fête ses 130 ans en créant une édition limitée du Tiffany Setting disponible en 130 exemplaires et différentes déclinaisons.

2016 : Pour son mariage, Bridget Jones choisit le Tiffany Setting.

2015 : Sur le tapis rouge des Golden Globes, Amy Adams porte le Tiffany Setting.      

Printemps 2015 : Cora Emmanuel pose pour la campagne « Will you ? » de la maison avec un Tiffany Setting.

2015 : Afin de célébrer leur amour, Ashton Kutcher offre le Tiffany Setting à Mila Kunis comme bague de fiançailles.

2014 : La campagne vidéo “This is a Tiffany ring” met en avant le Tiffany Setting.

2013 : Tiffany & Co lance une collection de bijoux pour Gatsby le Magnifique qui inclut une bague de fiançailles “vintage”, considérée comme le Tiffany Setting que Carey Mulligan porte dans le film.

2013 : La bague de fiançailles de Kim Kardashian est un Tiffany Setting, qu’elle porte notamment sur le tapis rouge du “Tao Nightclub” pour son 34ème anniversaire.

2011 : Lee Pace joue le rôle du parfait fiancé et offre un magnifique Tiffany Setting à Laetitia Casta dans la nouvelle campagne de la maison.

Février 2011 : Pour le tapis rouge des Academy Awards à Hollywood, Anne Hathaway était parée d’un Tiffany setting.

2009 : Le Tiffany Setting fait son apparition dans le film Bride Wars.

2007 : Le diamant Tiffany Novo fait son apparition en hommage au diamant Tiffany Setting.

2000 : Charlotte de Sex and the City se fait offrir un Tiffany Setting par Trey dans la troisième saison.

1999 : La maison Tiffany lance une nouvelle taille de diamant sous le nom de Tucida.

1926 : Les États-Unis adoptent la norme de pureté de Tiffany (95 pourcent) en guise de norme nationale officielle applicable au platine.

1887 : Charles Lewis Tiffany achète les joyaux de la couronne de France pour réaliser ses Tiffany Setting.

1886 : Charles Lewis Tiffany créa le magnifique Tiffany Setting.

Liane De Pougy, Cocotte Et Reine De La Mode

Cocteau l’adouba ‘reine de la mode’; Liane De Pougy fut toute à la fois cocotte et reine du tout-paris. Inspirant de Lanvin à Boucheron.

Sarah Bernhardt lui prodigua le conseil d’une vie : « N’ouvre pas la bouche, contente toi de te montrer. » Si Liane de Pougy a en effet une beauté tapageuse, son talent, lui, ne brilla sur les planches. Ce n’est pas faute d’avoir eu le soutient de l’un des talents les plus glorieux de son temps. Henri Meilhac, l’homme derrière les librettos d’Offenbach et Bizet, prend sous son aile la jeune Anne-Marie Olympe (1869- 1950). La faisant jouer aux Folies Bergères, puis à l’Olympia, à la Scala et au Moulin-Rouge. Si les critiques restent dubitatives, le par-terre où se pressent Rois et Empereurs du monde entier, lui trouve un véritable talent! Il faut dire qu’à l’époque, les têtes couronnées venaient à Paris pour s’encanailler — trouvant là des femmes n’ayant d’autres choix que de devenir courtisanes. Mais les cocottes, comme on les appelle, ne sont pas de simples prostituées: elles incarnent une nouvelle forme de féminité. Tout en nuances et beauté. Affriolante de liberté!

Liane de Pougy tient ainsi le haut du pavé. Elle n’est peut être point une artiste, mais elle est incontestablement une icône de mode. Nombre de journalistes de l’époque rapportent que sa loge est pareille à une boutique de joaillier. Et pas n’importe laquelle. Liane de Pougy aime en faire l’inventaire : « Admirez ce collier de turquoises, cette rivière, cette broche en émeraude, et ces deux autres broches que me donnèrent deux lords… Vous voulez voir maintenant mes trente-trois bagues? Sont-elles belles, hein? Voyez d’abord ce grand serpent de diamants. Sa langue est de rubis. Cette petite bête vaut 900 000 Francs. C’est Boucheron qui l’a vendu à M. Meilhac de qui je le tiens. »

Il est vrai que depuis qu’il a ouvert sa boutique en 1858, Boucheron peut compter sur les commandes extravagantes de Liane de Pougy. Sans elle et les autres grandes courtisanes, les créations joaillières de l’époque auraient été cantonnées à la sobriété des femmes de la haute société. Et c’est bien là tout l’apport des cocottes dans la mode et le luxe. Figure féminine tout en style et exubérance, elle contribua a faire avancer les créateurs de l’époque. Cartier, Maubossin, Tiffany’s… Et c’est encore plus vrai pour la haute couture alors naissante!

« Je suis une femme, et je suis la mode. Alors un jour Doucet, un jour Callot » a-t-elle un jour confié à un magazine de mode. Oui car Liane de Pougy est très tôt reconnue pour être une figure de mode. On l’invite par exemple à endosser le rôle de rédactrice en chef lors d’un numéro spécial du magazine L’Art d’Etre Jolie. C’était en juillet 1904. Les couturiers eux-mêmes ne tarissent d’éloges; en 1892 déjà Jeanne Lanvin déclarait au journal Liberté, dans un article intitulé ‘Une ambassadrice de l’élégance. Avec Liane de Pougy pendant une séance d’essayage’ : « Elle est mon modèle. C’est un véritable plaisir de l’habiller, peu de femmes se préoccupent autant de la coupe ou du style de la robe. Elle peut porter les créations les plus difficiles. » Lorsque Liane de Pougy quitta la France pour une tournée aux Etats Unis, elle fut celle qui, la première, contribua à la renommée des couturiers Français qui l’habillaient avec délectation. Paul Poiret en tête!

C’est l’effet Liane de Pougy — son visage s’étalait dans tout Paris. Dessinée par Mucha. Photographiée par Nadar. Edmond Goncourt finit par la qualifier de ‘femme la plus belle du siècle’. Mais elle n’était pas la seule. La compétition entre ces grandes horizontales était un tel spectacle que celui-ci ne pouvait se faire autrement qu’à travers bijoux et luxueux vêtements. L’altercation la plus célèbre se déroula le 6 février 1897, dans la salle du Casino de Monte-Carlo. Albert Flament en a été témoin: « Dans ce milieu international, les foules brillantes d’un monde pour qui le monde sans l’or serait sans raison d’exister, la belle Otero attire d’abord l’attention. (…) Puis, de la tête aux pieds, elle n’est que pierres précieuses et diamants. (…) Ce soir dans l’atrium du casino de Monte-Carlo, la foule savait déjà qu’Otero ajoutait à ses précédentes exhibitions des émeraudes exceptionnelles. Jusqu’au seuil des salles réservées à la roulette s’enflait un grand brouhaha. Qu’en penserait Liane? »

« Complaisamment, Otero repassait, faisant la roue entre une double haie de spectateurs. Mais soudain, comme à l’approche d’un drame de palais, une rumeur courut. Le public, absurde et impressionable, paria que ce qu’il avait attendu éclatait. Mme de Pougy venait d’apparaître. Et, tandis que des remous se produisaient soudain, des applaudissements s’élevèrent. (…) Vêtue de mousseline blanche dont la diaphaneité se nuançait de rose, apparut Liane de Pougy. Pas un diamant, pas un rubis, pas un saphir… Il y manquait une dernière touche… En effet derrière elle, sa femme de chambre avançait, portant une de ses robes sur laquelle s’écrasaient plus de bijoux que jamais Otero n’en exhiba. Et c’est la femme de chambre qu’on applaudissait. » Peu étonnant que Liane de Pougy alla jusqu’à inspirer à Proust le personnage d’Odette de Crecy, l’obsession de Swan dans La Recherche. Une icône en somme, révérée par les arts.

La collection Return To Tiffany Love

tiffany1.jpg

L’objectif : opérer la mise en scène des nouvelles pièces de la collection Return To Tiffany Love – aux côtés des mannequins Pyper America Smith, Fernada Ly et Imaan Hamman. Trois mannequins choisis pour incarner la générosité, l’optimisme et l’esprit de la collection… Très rock, avec pour toile de fond New York et son atmosphère plus groovy que pincée, la nouvelle campagne digitale de la maison Tiffany’s & Co. a cela de surprenant qu’elle mêle avec malice clins d’oeil underground et distinction du joaillier, avec l’amour pour maître mot. « Nous vivons dans une culture du « like », mais pour Tiffany & Co. le like n’est pas suffisant. #LoveNotLike rappelle que l’amour est une attitude, c’est quelque chose qui se maintient et se célèbre » décrit Diana Hong, Vice-présidente Marketing Digital de Tiffany & Co.

Return To Tiffany Love se veut ainsi une collection iconique faite de symboles – beauté, optimisme et amour, ces valeurs si chères à la manufacture… Aujourd’hui, la nouvelle collection lancée en mai 2016 intègre donc l’héritage Tiffany, se posant, sans prétention, comme le gardien des rapports humains. Ainsi donc, l’iconique plaque cœur a ici été réinventée, ou plutôt propulsé dans un univers plus énergique : en or blanc et rose 18 carats, le cœur Tiffany se coule aussi dans l’argent – sur des bracelets aux lignes audacieuses, les pièces rappellent que l’amour est présent tout autour de nous… Et le partager rend surement le monde meilleur ! Une campagne à découvrir dès à présent sur les réseaux sociaux.

 

La Collaboration Tiffany & Co. Et Grace Coddington

tiffany.jpg

Elle s’intitule ‘Legendary Style’ – Style Légendaire – la campagne Tiffany & Co. de l’Automne 2016 est sans doute l’une des plus attendues de la maison joaillière. Il faut dire que c’est la première fois que la manufacture invite une personnalité de la mode à orchestrer une campagne de communication. C’est ainsi à la grande Grace Coddington que fut confié la mise en lumière des intemporels Tiffany.

« Tiffany et son emblématique Blue Box a toujours eu une signification particulière à mes yeux » raconte Grace Coddington. « Selon moi, ce n’est pas seulement une campagne publicitaire mais une opportunité de représenter une Maison iconique à travers des talents modernes et uniques. Chacun d’entre eux reflètera à sa manière les collections emblématiques de Tiffany. » L’une de ses missions consistait à caster les célébrités à l’expression puissante… Et c’est ainsi que son choix se porta sur l’actrice oscarisée Lupita Nyong’o, l’actrice Elle Fanning, le top model Christy Turlington Burns et la mannequin Nathalie Westling.

Mises en scène autour de portraits forts et authentiques – portraits capturés par le photographe David Sims – ces personnalités ont toutes une façon propre d’incarner et de porter les bijoux Tiffany & Co. Chaque célébrité partage ainsi sa propre interprétation du ‘Style Légendaire’. Et puisque c’est Grace Coddington qui stylait ces célébrités, chacune d’elles arbore les pièces iconiques qui reflètent absolument leur style et leur personnalité.

Ainsi, Lupita Nyong’o porte un bracelet Tiffany T Square comme l’expression de la confiance en soi – image de la force et de la vitalité. Les éblouissantes Tiffany Keys sont le symbole d’un futur étincelant, tandis que les clés Tiffany Victoria illustrent le rêve et glamour… Sans doute pour cela, Elle Fanning fut ici choisi pour incarner une jeune rêveuse dans un monde rempli d’opportunités. Quant à Nathalie Westling, femme en perpétuelle quête de liberté à New-York, Grace Coddington a pour elle choisi les nouvelles bagues T Two de la collection Tiffany T… A découvrir en boutique, dès la rentrée prochaine !

 

La Collection T De Tiffany

tiffanyt1.jpg

Celle-ci est née comme une envie de capturer l’énergie électrisante et l’esthétique art déco de la ville qui ne dort jamais – la collection T de la maison Tiffany a ainsi rendu hommage à New-York dans une ligne qui s’agrandit en 2016 de 5 nouveaux bijoux.

Il faut dire que la patte épurée de la directrice artistique Francesca Amfitheatrof n’a pas son pareil pour élaborer l’emblème d’une nouvelle ère. Dédiée à tous les citoyens d’un monde cosmopolite, la collection porte en elle des valeurs de changement. Exit l’exagération des diamantaires, les nouveaux modèles Tiffany T Wrap possèdent des angles graphiques qui, alliés à des lignes douces, intronisent un diamant, là pour élever subtilement l’atour.

Au total, c’est un bracelet et 4 bagues qui viennent s’ajouter à la composition de la collection Tiffany T – une ligne audacieuse et claire qui se prend à proposer superposition et accumulation. Le tout en 3 tons différents – en or rose, blanc ou argent, l’élégance est reine ! Une belle idée pour Noël.

 

La Collection T en Quelques Dates Clés:

2017 : Tiffany fait la promotion de la collection T qui est née à New-York en 2014.

Printemps/Eté 2017 : Le model Raquel Zimmermann pose avec le bracelet T pour la campagne de la maison Tiffany.

2017 : La campagne vidéo “A Tiffany Christmas” rend hommage au bracelet T.

2016 : Dans sa nouvelle campagne, Tiffany décide de choisir Lupita Nyong’o pour représenter le bracelet T.

2016 : Le bracelet T est de nouveau mis en avant dans une campagne photo avec le model Larissa Hofmann.

2016 : Déclinaison de la bague T for Two en or avec des diamants.

2016 : Le bracelet T est mis en scène dans la nouvelle campagne vidéo de la maison.

2016 : La campagne « Legendary Style » met en avant toutes les pièces légendaires de Tiffany & Co dont le T Two de la collection Tiffany T que Grace Coddington porte.

2015 : Brad Kroening pose avec son fils Hudson Kroening pour la promotion du bracelet T dans la nouvelle campagne de la maison.

Automne/Hiver 2014 : La collection T est mise en avant dans la campagne avec Freja Beha Erichsen.

2014 : Lancement de la collection T de Tiffany & Co par la directrice du design de la maison Francesca Amfitheatrof.