La Petite Balle Jaune de Roland Garros

Entre les balles en étouffe de laine et la petite balle jaune de Roland Garros, neuf siècles se sont écoulés!

Entre le XIIème siècle et le XVème siècle, les balles de tennis se conçoivent dans mélange peu pratique, fait de poils d’animaux et d’étouffe de laine. Leur robustesse restant à déterminer, on décide de les durcir en les coupant cette fois dans un cuir que l’on emplit de sable et de chaux. Le résultat? Des mains endolories après les matchs, et une balle de tennis toute à parfaire. 1481, Louis XI interdit l’utilisation de ces esteufs. S’en suivent des essais de balles conçues à partir de draps pressés et liés avec des ficelles — on obtient la pelote. Mais voilà, les ficelles ne tiennent pas et, le jeu n’en est que plus délicat.

Il faut attendre le caoutchouc et son apparition pour obtenir des balles qui enfin rebondissent. Nous sommes en 1870, et c’est en partie à Charles Goodyear que l’on doit le principe de ces balles. Dans le même temps, le tennis est sur le point d’être officialisé — devenant une activité pratiquée avec ces mêmes balles en caoutchouc. En 1877, lors du premier Wimbledon, un joueur de Paume, John Mayer Heathcothe, suggère de coller une enveloppe de drap de laine sur les balles afin d’obtenir un meilleur rebond sur le gazon. Pourquoi pas. L’idée fait un carton, mais ce sont les années 20 qui font définitivement entrer le tennis dans son ère moderne.

La balle de tennis sous pression en caoutchouc (balle actuelle) fait alors son apparition. La balle officielle du tennis est née. En 1972, la Fédération internationale de tennis va plus loin encore et impose la couleur standard du jaune pour permettre cette fois aux téléspectateurs de mieux la voir. La balle de tennis délaisse sa couleur blanche… Sans autre forme de procès. Depuis 2011, c’est l’entreprise familiale Lyonnaise Babolat qui fournie Roland Garros en balles. L’agilité, le rebond haut et sa portée longue en font l’idéal des compétiteurs. Ses caractéristiques : un mélange de 14 ingrédients tenus secrets. Seule l’utilisation de laine de mouton de Nouvelle-Zélande, pour le feutre de la balle, a fuité… De quoi changer le regard posé sur une si petite balle à Roland Garros.

L’Arène Des Héros De Roland Garros Fait Peau Neuve: Le Nouveau Court Philippe-Chatrier

Un nom, un emplacement, des tribunes devenus les symboles du tennis à la Française — l’iconique court Philippe-Chatrier se réinvente !

L’édition 2019 de Roland Garros s’ouvre sur une myriade de nouveautés. A commencer par la rénovation du court Philippe-Chatrier. Construit en 1928, après que les Quatre Mousquetaires aient arraché la Coupe Davis aux Etats-Unis, le court central fait figure de terrain d’affrontement légendaire. Les meilleurs joueurs du monde y ont disputé plus d’un match d’exception. Ce n’est donc pas un hasard si, en 2001, le central de Roland Garros prend le nom de Philippe-Chatrier — joueur iconique du tennis hexagonal, membre de l’équipe de France pour la Coupe Davis dans les années 50, capitaine en 1969, puis président de la Fédération Française de Tennis…

Depuis, le court Philippe-Chatrier a vu les plus grands champions du siècle s’y affronter. De l’Américaine Chris Evert au Suédois Björn Borg, ex-recordman des victoires en simple à Paris, en passant par John McEnroe, Pete Sampras ou encore Steffi Graf et Rafael Nadal – tous ici ont livré des matchs cruciaux devant un public hypnotisé. Mais voilà, depuis quelques années, la pluie tenait de plus de plus en haleine des organisateurs trop souvent contraint de suspendre les matchs. Ni une ni deux, le comité Roland Garros n’a pas hésité à raser 80% du court, afin de reconstruire un lieu à la hauteur de sa légende.

Si, comme auparavant, jusqu’à 15 000 spectateurs retiendront leur souffle à chaque échange de balle, ils le feront assis dans de nouvelles tribunes plus confortables. «  La chose qui n’a pas été modifiée, c’est la surface de jeu. La sueur de monsieur Lacoste, elle est là, en dessous. C’est la même chose depuis 1928  » précise Gilles Jourdan, directeur des travaux, lancés à l’automne 2015. Et justement, la métamorphose tient surtout de l’esthétique — délaissant le vert, la nouvelle palette chromatique loue l’ocre de la terre battue, le bois naturel et le jaune de la fameuse petite balle. Elegant et finement Parisien, le court Philippe-Chatrier se dessine cette fois dans des courbes arrondies, éminemment raffinées. C’est, après tout, le tennis à la Française qui se joue dans l’arène. Ne lui manque que son toit, rétractable en 15 minutes, pour atteindre le statut de court idéal — là où le tennis seul tiendra en haleine spectateurs et VIP. Sans autre forme de distraction. Une coiffe royale prévue pour 2020.

La Terre Battue de Roland Garros, Un Revêtement Iconique

papier-peint-terrain-de-tennis.jpg

« Roland-Garros est l’un des joyaux de la capitale. Nous avons la chance d’organiser à Paris l’un, si ce n’est le plus beau tournois de tennis au monde et il va l’être encore plus dans les années à venir. Dans le cadre du Nouveau Roland-Garros, le tournoi est actuellement en pleine mutation afin de répondre aux attentes des différents publics du stade. Les spectateurs pourront découvrir à l’occasion du prochain tournoi de nouveaux aménagements, qui promettent d’être magnifiques » a rappelé Guy Forget. Et il est une chose à jamais indissociable du tournoi Parisien – sa terre battue.

Dans l’atmosphère de l’orée du bois de Boulogne, le Stade Roland Garros fait figure de jardin-arène où la terre ocre fascine le monde depuis 1928. Pourtant, c’est à Cannes, en 1880, que deux frères, les Renshaw, plusieurs fois champions de Wimbledo, ont pour la première fois utilisé une poudre de terre cuite pour recouvrir les courts en gazon… Impossible avec une telle chaleur de jouer sur pelouse ! Depuis devenue la véritable signature du tennis Français, la terre battue favorise un jeu un brin plus technique, et éminemment plus chic ! Lorsqu’on l’interroge à propos de ce que signifie de jouer sur terre battue, le champion Rafael Nadal précise: « Ça te permet d’avoir plus d’options de jeu. »

Accentuant les effets, favorisant aussi le spectacle d’un tennis moins direct et plus tactique, la composition même de la terre battue relève d’un profond raisonnement. Constituée de cinq couches d’environ 80 centimètres d’épaisseur au total, la terre voit se succéder cailloux épais, graviers, une couche de mâchefer (résidus de roche volcanique), et du calcaire compacté… Au-dessus, une fine couche de brique pilée est comme saupoudrée sur une épaisseur de deux millimètres ! Un assemblage qui, depuis la finale de la coupe Davis de 1928, a servi de terrain favori à l’affrontement des plus grands champions. Un affrontement qui, au terme du premier jour de cette édition, a vu la qualification des Français Gilles Simon et Benoît Paire, de Novak Djokovic ; l’élimination de Kristina Mladenovic et Stan Wawrinka… Une édition qui s’annonce une nouvelle fois riche en rebondissements.

Le Court Philippe Chatrier, L’Arène des Héros

roland-garros-court-philippe-chatrier.jpg

Un nom, un emplacement, des tribunes devenus en moins d’un siècle les symboles, les icônes d’un sport pratiqué à la Française. Construit en 1928, après que les Quatre Mousquetaires aient arraché la Coupe Davis aux Etats-Unis, le court Philippe Chatrier est le terrain d’affrontement des meilleurs joueurs au monde ! Justement, le court central de Roland Garros prend, en 2001, le nom d’un joueur légendaire du tennis hexagonal. Membre de l’équipe de France lors de la Coupe Davis dans les années 50, capitaine en 1969, puis président de la Fédération Française de Tennis – Philippe Chatrier donne son nom au court le plus célèbre du tournoi de Roland Garros, le 25 mai 2001. Il faut dire que le joueur, autant que l’homme, a beaucoup apporté à la pratique ; déjà, en 1968, il est l’un des acteurs majeurs de l’unification qui ouvrit la voie au tennis moderne. L’ère Open.

L’arène sportive fut ainsi le théâtre des rencontres les plus iconiques du tennis ! Les plus grands champions du siècle, de l’Américaine Chris Evert au Suédois Björn Borg, recordman des victoires en simple à Paris, en passant par John McEnroe, Pete Sampras ou encore Steffi Graf – tous ont ici livré des combats, des matchs cruciaux devant un public hypnotisé.

Le « bullring » comme l’appellent les anglo-saxons accueille au sein de son théâtre 15 995  places – mais voilà, l’ennemi juré de Roland Garros a souvent raison de l’actuel agencement du mythique court Philippe Chatrier. La pluie est en effet depuis quelques années la seule raison qui pousse les organisateurs à suspendre les matchs. Pour répondre à ces nouvelles exigences, le stade Roland Garros fait peau neuve et, à partir de 2020, le court Philippe Chatrier bénéficiera ainsi d’un toit rétractable déployable en une quinzaine de minutes ! Mieux, de nouvelles tribunes plus confortables viendront s’ajouter aux nouveaux espaces d’accueil des joueurs – une rénovation qui, assurément, apportera un charme novateur à ce site historique. Reste à savoir qui de Garbiñe Muguruza ou Caroline Wozniacki chez les femmes ; Rafael Nadal ou Novac Djokivic ou chez les hommes disputeront la finale sur cette terre ocre hautement prestigieuse !

 

Les Trophées de Roland Garros et les Malles Louis Vuitton

trophees.jpg

1927, quatre joueurs Français, Jacques Brugnon, Jean Borotra, Henri Cochet et René Lacoste, réalisent l’exploit de gagner la Coupe Davis sur le sol Américain. La gloire est immédiate et, ceux que l’on surnomme alors les « Quatre Mousquetaires » veulent honorer leurs faits d’armes et faire du tennis la discipline sportive Française par excellence. La Fédération Française de Tennis ainsi décide la construction d’une enceinte sportive digne de ses héros. Mais c’est le Stade Français qui organise alors les internationaux de France – qu’à cela ne tienne, il se propose de céder un terrain à la FFT. Trois hectares en plein cœur de Paris – la condition : que les lieux portent le nom de Roland-Garros, membre du club et pionnier de l’aviation. Son haut fait, avoir réussi la première traversée de la Méditerranée en 1913. La FFT accepte, et le stade Roland-Garros bientôt sort de terre.

Si cette histoire ici n’est point anodine, c’est qu’elle lie Louis Vuitton au tennis et plus largement aux héros et aventuriers d’antan. Il est vrai que depuis toujours la manufacture accompagne les explorateurs aux quatre coins du monde… Après avoir réalisé les Malles Trophées pour l’America’s Cup ou la Fifa World Cup, l’illustre malletier Français s’attache cette année à composer celle de Roland-Garros. Pièce originelle, emblématique, iconique, et immédiatement associée à la grandeur de la France, la malle Louis Vuitton relate à elle seule l’excellence et le savoir-faire hexagonal. « Louis Vuitton a toujours accompagné les plus grands explorateurs et pionniers dans leurs déplacements dont Roland Garros et Suzanne Lenglen eux-mêmes. En associant l’élégance à l’innovation, Louis Vuitton a su réinventer en permanence le voyage, à l’image de ce que fit Roland Garros pour l’aviation et Suzanne Lenglen pour le tennis. Après avoir fait voyager les Trophées les plus prestigieux du football, du rugby ou de la voile aux quatre coins du monde, nous sommes très fiers de participer à cette édition 2017 » annonce alors Michael Burke, Président de Louis Vuitton.

Et justement, les deux trophées légendaires de Roland-Garros prennent ainsi pour écrin les malles Louis Vuitton. Des écrins sur-mesure réalisés en bois de peuplier, à l’instar des malles plus qu’iconiques…  Habillés de la toile Monogram, ces écrins sont tous deux équipés des coins et de la serrure en laiton. D’une qualité artisanale incomparable, l’intérieur prend cette fois la couleur terracotta, clin d’oeil habile à la terre battue du tournoi. Sur le devant, l’on remarquera un V venant ici rappeler les lignes d’un court de tennis. Deux Malles Trophées, réalisées à la main dans les ateliers historiques de Louis Vuitton à Asnières, abriteront chacune la Coupe Suzanne-Lenglen et la Coupe des Mousquetaires. « Louis Vuitton et Roland Garros, c’est la France qui gagne, c’est la France qui fait rêver et qui inspire. L’association de deux des plus belles marques françaises est un symbole qui fera rêver les champions durant la quinzaine du tournoi. Jamais nos trophées n’ont été aussi beaux dans ce nouvel et magnifique écrin » s’enthousiasme Bernard Giudicelli, Président de la FFT. Ne reste plus qu’à attendre Samedi 10 Juin pour les femmes et Dimanche 11 Juin pour les hommes afin de savoir lequel de ces héro, Wawrinka ou Nadal, Halep ou Ostapenko, repartira avec les dits-précieux. 

La Légende de la Coupe des Mousquetaires

coupe.jpg

La légende de Roland Garros remonte à 1925 – c’est en effet cette année là que la Fédération Française de tennis décide d’ouvrir les championnats de France aux meilleurs joueurs étrangers… Les Internationaux de France voient le jour et, en 1928, c’est la construction du stade Roland-Garros qui scelle le tournoi éponyme. Jusqu’en 1933, quatre joueurs Français trônent sur le tournoi : Jean Borotra, Jacques Brugnon, Henri Cochet et René Lacoste – ce sont les Quatre Mousquetaires. Ainsi, lorsque dans le Paris de l’après-guerre une nouvelle ère débute, les Internationaux de France deviennent le premier tournoi dit ‘open’ du Grand Chelem. Nous sommes en 1968 et Roland Garros entre dans la légende internationale.

Evidement, il fallait un trophée à la hauteur de sa réputation. En 1981, le président de la FFT d’alors, Philippe Chatrier décide d’offrir une coupe olympienne au tournoi de plus en plus médiatisé. C’est ainsi qu’il lance un appel aux joailliers Parisiens… Le défi : façonner le symbole d’une victoire tous azimuts ! Et justement, au 9 rue de la Paix se trouve l’un des plus anciens joailliers du monde, adoré par Marie de Médicis, honoré par Marie-Antoinette… Mellerio dits Meller, le seul orfèvre capable de transformer une simple feuille d’argent en œuvre d’art. Dès lors, c’est à lui et à lui seul qu’est confié la réalisation des coupes de Roland Garros, et notamment la mythique Coupe des Mousquetaires. « En 1981, Mellerio a proposé à la Fédération française de tennis une coupe en forme de large vasque soulignée d’une feuille de vigne, ornée de deux anses en forme de cygne. Une esthétique naturaliste chère à la maison » précise Gilles Haumont, le nouveau propriétaire des lieux.

Il faut cinquante heures de travail à l’orfèvre pour mettre au monde la coupe en argent massif haute de 21 centimètres – un trophée qui demeure à jamais dans l’enceinte du state. Et c’est en effet la particularité de la Coupe des Mousquetaires. Lorsqu’elle vient couronner le vainqueur de Roland Garros, de Yanick Noha à Björn Borg en passant par Rafael Nadal, la Coupe est soulevée sur le Central, avant d’être remise dans l’enceinte du Stade, jusqu’à l’année suivante… Le vainqueur, lui, repart avec un modèle réduit. Et justement, la Coupe des Mousquetaires est si précieuse que c’est à la manufacture Louis Vuitton que fut confiée la réalisation de la malle trophée. Réalisée à la main dans les ateliers historiques d’Asnières, c’est cet attachement au savoir-faire, à l’excellence et au rayonnement de Paris et de la France dans le monde qui lie la manufacture au tournoi de Roland-Garros. Habillée de l’iconique toile Monogram, la malle abrite à merveille l’illustre Coupe – ne reste plus qu’à savoir qui d’Andy Murray, Rafael Nadal ou Stanislas Wawrinka repartira Dimanche prochain avec ce trophée iconique !

Swatch Roland Garros, Les Montres Chic En Edition Limitee

rolandg.jpg

Alors que l’industrie horlogère connaît sa plus grande crise dans les années 70, Swatch use de son esprit novateur pour freiner la concurrence japonaise, et se crée, ainsi, une place de leader sur le marché horloger d’entrée de gamme. Synonyme d’audace et d’impertinence, la montre de la Maison Suisse est originale et artistique. Souhaitant se démarquer des modèles existants, Swatch lance la collection Pop Swatch, popularisée par Keith Haring, qui permettait d’accrocher la monture aux habits, pour un zeste de fantaisie. A l’occasion du tournoi de Roland Garros, Swatch continue son expansion dans l’univers de l’horlogerie, grâce au lancement de deux modèles aux couleurs du jeu.

La simplicité du bracelet en silicone et les aiguilles orangées, qui rappellent avec finesse les illustres terrains français, s’accordent parfaitement avec le nom suggestif de la montre « Belle de Match ». Fidèle à son image chic et décalée, Swatch nomme son deuxième modèle « Center Court », et l’orne de tons bleus et blancs, dans l’esprit du tournoi. Sur le cadran de chacun des bijoux, est apposé le logo officiel de Roland Garros, ainsi qu’une autre surprise insolite de la Maison Suisse : les chiffres affichés représentent les scores des matchs de tennis, au lieu des habituels « 12, 15, 30, 45 » Attention, les deux modèles sont en édition limitée… Ne perdez pas une minute pour vous laisser séduire !

L’Intemporelle Montre Longines Conquest

longines.jpg

C’est en 1867, dans les ateliers du pré « Longines » en Suisse, que la griffe éponyme débute son histoire. L’illustre horlogerie naît au sein de la famille Agassiz, avant d’être rachetée par Swatch lors de la crise industrielle. Aujourd’hui, la marque au sablier ailé est dirigée par Walter Von Kanel, qui témoigne de son attachement historique à la Maison, au travers des multiples archives qu’il conserve depuis plusieurs années. Souhaitant rendre hommage aux plus anciens modèles, la collection « Longines Heritage » est créée, avec pour pièce phare, la « Conquest Heritage », de 1954. A l’époque, la Maison Suisse avait fait appel à l’iconique Grace Kelly pour populariser ce bijou de précision, aux côtés de Cary Grant dans « Le crime était presque parfait ». Depuis, le cadran « argenté soleil »  a traversé les âges, et sera repris, puis décliné au fil des années, en acier, en titane, en or jaune ou en or rose.

Symbole d’esthétique moderne, la montre Conquest ne cesse de mettre les sportifs à l’honneur ; après l’équitation, la gymnastique, et le ski alpin, Longines s’associe avec Roland Garros en 2007, et lance son modèle « Conquest 1/100th Roland Garros » qui dispose d’un mouvement quartz exclusif et d’un microcontrôleur à mémoire flash, pour une précision extrême. Le modèle, rehaussé de notes orangées, couleur emblématique des courts internationaux, associe sport, héritage, élégance et tradition. Chic et prestigieuse, la montre est ornée de saphir inrayable et dispose d’un traitement anti-reflets. Etanche jusqu’à 30 bars, la couronne est entièrement vissée et le fermoir déploie une triple sécurité ; avec un cœur de gamme entre 1200€ et 2000€, la marque dispose également de 4 à 8 tailles différentes par modèle. A vous de trouver la vôtre…

 

Le Polo Lacoste et Roland-Garros

sans_titre_4.jpg

Roland-Garros n’a de sens sans Lacoste. Ce puisque la construction du stade se conte à travers l’épopée des Quatre Mousquetaires, que sont Jean Borotra, Jacques Brugnon, Henri Cochet, et René Lacoste. En 1928, afin d’accueillir les Etats-Unis et défendre leur titre de Coupe Davis, voyant que la structure du stade ne répond pas aux exigences d’une compétition si importante, la ville de Paris concède l’agrandissement du stade Roland-Garros. Et justement, lors de cette coupe Davis, l’entraîneur de l’équipe française, Allan H. Mur, promet à René Lacoste une valise en crocodile s’il remporte son duel. Il n’en faut pas plus à la presse américaine pour le surnommer « l’alligator », surlignant par là même la ténacité dont René Lacoste faisait preuve. A la même période, René Lacoste trouve dans son futur-fameux polo le confort et le perfectionnement recherchés sur le court. Si ses productions lui étaient destinées, nombreux sont les ambassadeurs de la marque et les champions à fouler la terre battue en portant haut les couleurs et les valeurs de Lacoste. « Nous fêterons l’an prochain nos 40 ans de partenariat ininterrompu avec Roland-Garros. C’est un engagement logique et naturel vu le lien qu’il existe entre le stade, le tennis et l’histoire de la marque » explique Christophe Chenut, Directeur Général de Lacoste.

Aujourd’hui, à l’occasion de l’ouverture du tournoi de Roland-Garros (les têtes de série commenceront le tournoi le dimanche 24 mai 2015), la maison Lacoste présente une collection capsule entièrement dédiée au tournoi. Une casquette et une paire de sneakers ; des polos et des t-shirts, pour homme et pour femme : la ligne éphémère imaginée par Felipe Oliveira Batipta se griffe d’un triple logo composé autour du célèbre crocodile, de la coupe des mousquetaires et du logo officiel du tournoi. Des tee-shirts d’inspiration vintage s’amusent à décalquer la campagne publicitaire de 1973, tandis que la maison Lacoste rhabille chacune des statues des Mousquetaires d’un polo griffé ! Et pour ravir les enthousiastes du tennis, Lacoste a développé une application sur Facebook permettant de customiser sa propre balle de tennis, aux couleurs de Lacoste et du quarantième anniversaire !

La Jupe Plissée, une Icône de Roland Garros : des Courts de Tennis aux Pavés de la Ville

jupe_plissee_prada_ss17.jpg

À l’orée du XXème siècle, la tenue de tennis féminine voit s’opérer quelques changements. Les encombrantes manches gigots disparaissent, laissant place à des chemises plus simples inspirées des modèles masculins, le corset laissé au vestiaire et l’allure dans son ensemble est beaucoup plus fluide grâce à des tissus permettant de bouger plus facilement. Enfin la couleur blanche s’imprime durablement sur les vêtements de tennis. Ce n’est toutefois qu’au sortir de la première guerre mondiale, que la tenue de tennis féminine au même titre que la silhouette citadine connaît une évolution majeure. À cette époque, le sport devient un divertissement de plus en plus attractif pour les français. Jean Patou, couturier français, flaire la une nouvelle tendance. « Evolution not revolution is my motto » aimait-il rappeler. À l’instar d’une certaine Coco Chanel, il allait pourtant révolutionner le vestiaire féminin. Celui-ci se simplifiant à la ville, la première collection de Patou signe en 1919 une allure active et libérée qui tranche avec les coupes traditionnelles de l’époque.

Il crée pour la femme une pièce qui fera date dans le tennis : la jupe plissée. Faite en soie lavable, une première pour l’époque, et courte, elle permet une plus grande facilité de mouvement. La star internationale du tennis féminin, Suzanne Lenglen, connue pour ses mouvements acrobatiques, l’adopte dès 1925 et est ainsi la première femme à porter la jupe courte sur terre battue. La « Divine » comme elle est surnommée, devient alors la plus sportive des ambassadrices Patou. Associée à un cardigan en jersey inspiré du vestiaire masculin, la jupe plissée allie féminité et décontraction. Dépassant très vite la sphère sportive, elle envahit bientôt les gardes-robes de celles qui souhaitent être décontractées en restant élégantes en toute circonstance. Elle marque alors la naissance du sportswear qui va dominer la mode pendant des années. Peu à peu, la jupe de tennis s’est vue remplacer sur les cours de tennis au profit de jupes avec shorty intégrés. La couleur longtemps laissée au placard colorise les tenues de la façon la plus extravagante possible : fluo, avec motifs etc… le tout pour optimiser la visibilité du sponsor. Avec le temps, la sage petite jupe blanche plissée a dépassé le simple statut de vêtement de sport, elle est devenue une icône. Revisitée par des marques telles que Lacoste et Prada, elle s’est modernisée tout en gardant un petit côté rétro. Elle a ainsi su conserver sa place au sein de la garde-robe, symbole du sportswear, décontractée mais toujours chic ! Sur les courts de Roland Garros et sur les podiums.