La Jupe Isabel Marant

smallisabm.jpg

Dans la maison Isabel Marrant, tout n’est qu’indépendance. Pour confectionner ses collections, l’artiste n’use que de ce qu’elle résume essentiel : Isabel créée ce qu’elle veut porter. Et l’été prochain, Marant voit au prisme de l’art moderne : chez Miró et Tàpies, elle pique le travail graphique, mais en change le filtre. La formule est essentiellement identique : coupe hirsute, jean ample et mini-jupe ; la saison prochaine, les vêtements dansent au rythme de ses pas. Lorsqu’on lui demande ce qu’évoque pour elle l’été, l’intéressé répond : « La liberté, la nonchalance, le farniente, le laisser-aller. » Tout cela suinte la désinvolture, et très vite, voilà que l’élégance Parisienne se met à côtoyer leur nonchalance naturelle.

Mixer le féminin romantique à des pièces ou des tissus plus masculins, c’est là toute l’équation d’Isabel Marant : au chic, le sex-appeal ! Ses filles en jettent, et ont de l’allure. Sur les plis, le noir de jais est roi. Et le volume aussi : la jupe Isabel Marant de l’été prochain a une taille qui remonte haut ; comme une corolle, là voici qui se déploie dans un ceinturage façon pagne. Les matières se font graphiques donc, envoyant loin la notion même de cool : la mode est simplement libre, légère, et absolument facétieuse. Chez Isabel Marant, la femme est une conquérante, à demi-nue.

La Jupe Isabel Marant

sans_titre_3.jpg

Dans la maison Isabel Marrant, tout n’est qu’indépendance. Pour confectionner ses collections, l’artiste n’use que de ce qu’elle résume essentiel : Isabel créée ce qu’elle veut porter. Et l’été prochain, Marant voit au prisme de l’art moderne : chez Miró et Tàpies, elle pique le travail graphique, mais en change le filtre. La formule est essentiellement identique : coupe hirsute, jean ample et mini-jupe ; la saison prochaine, les vêtements dansent au rythme de ses pas. Lorsqu’on lui demande ce qu’évoque pour elle l’été, l’intéressé répond : « La liberté, la nonchalance, le farniente, le laisser-aller. » Tout cela suinte la désinvolture, et très vite, voilà que l’élégance Parisienne se met à côtoyer leur nonchalance naturelle.

Mixer le féminin romantique à des pièces ou des tissus plus masculins, c’est là toute l’équation d’Isabel Marant : au chic, le sex-appeal ! Ses filles en jettent, et ont de l’allure. Sur les plis, le noir de jais est roi. Et le volume aussi : la jupe Isabel Marant de l’été prochain a une taille qui remonte haut ; comme une corolle, là voici qui se déploie dans un ceinturage façon pagne. Les matières se font graphiques donc, envoyant loin la notion même de cool : la mode est simplement libre, légère, et absolument facétieuse. Chez Isabel Marant, la femme est une conquérante, à demi-nue.

Le Tailleur Bar Collection Croisière de Dior

_ag13591.450x675.jpg

« New-York m’est devenu presque aussi familier que Paris », écrivait Christian Dior en 1957 dans son autobiographie Christian Dior & moi. Il faut dire que le couturier a entretenu une relation de longue date avec les Etats-Unis. Aujourd’hui, sous les doigts de Raf Simons, le New-Look qui fit sa renommée Outre-Manche se profile sous un nouveau jour. Les volumes se resserrent et la silhouette s’affûte pour offrir cette saison une allure graphique et impertinente. Dans une démonstration de coupe virtuose, la veste Bar voit sa taille remonter d’un cran tandis que s’adoucissent ses lignes : la veste s’achève dans une pointe foulard. Le New Look se redessine ainsi dans des matières diaphanes et des coupes plissées.

L’ampleur de la jupe taille haute est maîtrisée ; les matières sont inédites. Pour ­restructurer la ligne près du corps, Raf Simons décline le Tailleur Bar dans une laine technique japonaise, proche du Néoprène, couleur noir charbon. « Les plis plats donnent une allure urbaine des plus sophistiquées » explique-t-il. Au final, Raf Simons architecture pour Dior l’allure d’une femme moderne et respectée. Une veste Bar profilée qui, quand elle s’ancre dans une mode sensuelle et déstructurée, devient le plus bel hommage à l’esprit résolument contemporain de Christian Dior.

The Fetish Box Clutch par Diane Von Furstenberg

Fetish-Box-Clutch-Diane-Von-Furstenberg.jpg
The Fetish Box Clutch se dessine sous le crayon de Yavan Mispelaere pour Diane Von Furstenberg. Luxe et fantaisie se mêlent pour incarner l’inessentiel quotidien : la montre, le dé, l’oeil ou la bouche se changent en minaudière, prenant enfin allure d’accessoire.
Depuis 1974, ses modèles révolutionnent l’histoire de la mode : l’iconique robe portefeuille traduit l’audace et, sans surprise, celle-ci se retrouve sur les femmes de caractère. La collection Rendez-vous de cet automne s’inscrit dans le même registre où l’humour enraille la mode conventionnelle : neuf modèles de minaudières surréalistes faites comme des boîtes secrètes.
Proposées en un nombre très limité – de 25 à 50 exemplaires numérotés pour chaque modèle – elles sont réalisées à la main, dans les ateliers italiens de la maison. Cuir, cristaux et broderies se marient aux motifs fantaisistes : du cœur rouge en perles au cadran d’horloge, en passant par l’imprimé nuage ou téléphone, l’intérieur s’orne d’un miroir en forme d’oeil stylisé qui, probablement, saura porter chance et protection à sa propriétaire.

Le Tailleur Bar de Dior

bar-suit-christian-dior-icon.jpg

Taille étranglée, formes amplifiées, poitrine haute, tels sont les mots du vocabulaire stylistique de Christian Dior. Alors que le tailleur Bar, la jupe corolle bref, le New Look d’après guerre s’invite boulevard Haussmann, revenons sur ce moment majeur de l’histoire de la mode.

 1947. La guerre est finie depuis peu, le pays essaie de se reconstruire, des tickets rationnent encore les achats de nourriture et de textile. Dans ce contexte difficile, la Haute Couture parisienne, qui n’a été sauvée que de justesse par Lucien Lelong, tente tant bien que mal de reprendre la position de centre incontournable de la mode qu’elle tenait avant la guerre. Les Etats-Unis, qui étaient auparavant le marché principal de la Haute Couture parisienne, ont pris leur autonomie lors de ces longues années de guerre et pensent pouvoir se passer des couturiers français… jusqu’à que le 12 février 1947 prouve le contraire.1

Le 12 février 1947, Christian Dior expose sa toute première collection Printemps-Eté, ligne Corolle et En huit, dans sa maison de couture, avenue Montaigne. C’est la fin de la saison des défilés, les acheteurs professionnels américains sont déjà pour la plupart repartis après avoir passés leurs commandes chez les grandes maisons de l’époque : Lelong, Balmain, Rochas, Piguet, Fath, Balenciaga. Mais la collection de Dior a un tel succès, immédiat et fulgurant, qu’ils reviennent pour faire de nouvelles commandes. Carmel Snow, la rédactrice en chef de Harper’s Bazaar, présente au défilé, s’exclame « Dear Christian, your dresses have such a new look! » et l’expression reste.2

Le succès de cette première collection est difficile à comprendre sans le contexte particulier de l’année 1947. Comme le résume si bien Christian Dior lui-même : « Nous sortions à peine d’une époque démunie, parcimonieuse, obsédée par les tickets et les points-textile. Mon rêve prenait donc naturellement la forme d’une réaction contre cette pauvreté. […] Nous sortions d’une époque de guerre, d’uniformes, de femmes-soldats aux carrures de boxeurs. Je dessinais des femmes-fleurs, épaules douces, bustes épanouis, tailles fines comme lianes et jupes larges comme corolles. »3 Voilà les fondements du New Look.

Toutes les caractéristiques de cette nouvelle ligne se retrouvent parfaitement réunies dans le tailleur Bar. Ce modèle ne fut peut-être pas le plus vendu, mais ce fut celui qui devint l’icône de toute la collection et il fut à ce titre plusieurs fois reproduits dans les journaux de mode dès 1947. Il n’est pourtant pas si révolutionnaire. Un modèle de Chanel datant de 1939 s’en rapproche fortement. La taille fine accentuée par une guêpière revenait à la mode depuis 1946. Des vestes contemporaines de Balenciaga affichent des basques rembourrées d’une longueur similaire. Quoiqu’on en pense aujourd’hui, ce n’est pas tant la veste qui a marqué (et choqué) le public, malgré la nouveauté de ses épaules adoucies et de ses basques rembourrées qui se décollent des hanches, mais bel est bien la jupe.

Pendant la guerre, le rationnement des tissus obligent les vêtements à être les plus efficaces possible : les jupes sont courtes et prennent peu d’ampleur. Une telle jupe, plissée de surcroît, nécessitant 19 m de diamètre à sa base a été reçue comme une insulte à la pauvreté de beaucoup de Parisiens d’après-guerre. Une séance de photos à la Butte Montmartre a viré à l’émeute. Des femmes se sont jetés sur les mannequins et ont tenté de déchirer leurs robes Dior, c’est dire combien les tensions entre les plus démunis et les plus riches étaient vives.4

Aux Etats-Unis, les Américaines reprochaient aux jupes Dior leur longueur. Christian Dior décrit dans son autobiographie comment, lors d’une conférence de presse à New York, il comparaissait « sous l’accusation de vouloir cacher les jambes sacro-saintes de la femme américaine »5. Les jupes n’arrivaient qu’à mi-mollet, mais pour les Américaines ces quelques centimètres de plus signifiaient un recul des libertés de la femme acquises pendant la guerre, et pour les maris l’achat d’une nouvelle garde-robe.6 Un « Little Below the Knee Club » fit son apparition et lors de son séjour aux Etats-Unis, Dior eut droit à des protestations et des pancartes qui clamaient « A bas le New Look », « Brûlez Monsieur Dior ! », « Christian Dior go home ! »7 Ses modèles firent tant de bruit qu’en novembre 1947, Pierre Gaxotte, membre de l’Académie Française, revenant d’un voyage aux Etats-Unis, déclarait que les deux hommes qui y étaient les plus connus étaient De Gaulle et Christian Dior.8
 

Loin de vouloir exacerber les inégalités sociales ou mettre en colère les féministes, Christian Dior cherchait au contraire à faire rêver les femmes et à leur rendre leur féminité. Et c’est ce qu’il réussit. Les femmes adoptèrent rapidement, la nouvelle silhouette qu’il proposait et portait des robes sinon de Dior, du moins « à la Dior ». Dans tous les journaux de mode, on annonce la nouvelle ligne : « ce qui frappe le plus dans les conceptions des maîtres de la couture c’est évidemment l’allongement spectaculaire des robes. […] Les vestes raccourcissent, se décollent légèrement des hanches […]. Les épaules dans l’évolution actuelle abandonnent leurs arrêtes anguleuses, leurs proportions athlétiques ; elles se fondent avec douceur, s’estompent fémininement, redemandant leur vérité. […] La femme dans cet enveloppement de lignes harmonieuses jouira de sa beauté hardiment transformée. »9 

1- PALMER Alexandra, Dior : a new look, a new enterprise 1947-1957, London : Victoria & Albert Museum, 2009

2- CAWTHORNE Nigel, The New Look : The Dior Revolution, London : Hamlin, 1996

3- DIOR Christian, Christian Dior & moi, Paris : Vuibert, 2011

4- CAWTHORNE, Nigel, The New Look : The Dior Revolution, London : Hamlin, 1996

5- DIOR Christian, Christian Dior & moi, Paris : Vuibert, 2011

6- CHENOUNE Farid, Dior, Paris : Assouline, 2007

7- DIOR Christian, Christian Dior & moi, Paris : Vuibert, 2011

8- PALMER Alexandra, Dior : a new look, a new enterprise 1947-1957, London : Victoria & Albert Museum, 2009

9- STEPHANE Jeanne, L’officiel de la couture et de la mode de Paris, 1947, n°301-2, p.52

Dior et ses Pièces Icônes s’Invitent au Printemps

50ab6e6db3fa9.jpg

Taille étranglée, formes amplifiées, poitrine haute, tels sont les mots du vocabulaire stylistique de Christian Dior. Le tailleur Bar à basque, la jupe corolle bref, le New Look d’après guerre s’invite boulevard Haussmann, au coté du légendaire Lady Dior. Depuis le 9 novembre, Raf Simons – nouveau directeur artistique – rappelle les modèles phares de la marque version miniature : 74 poupées, conçues dans les ateliers de la maison, animent les paysages enneigés d’un Noël parisien. Dior se raconte en 11 vitrines, retraçant plus d’un demi-siècle d’histoire, narré sur 12 modèles haute-couture. Dior au Printemps Haussmann, un décor contemporain pour un bal intemporel.