Rémy Martin Louis XIII : Robe Ambrée et Prestige Doré

remy_martin.jpg

Naissant dans le cœur de la Grande Champagne, la cuvée Louis XIII produite par Rémy Cointreau et estampillée Rémy Martin, sont les 700 millilitres de cognac les plus prestigieux de tous. Pas moins de 1200 eaux-de-vie, vieillies de 40 à 100 ans, ainsi qu’un siècle de savoir-faire sont nécessaires à son élaboration. Pour cela, seuls les meilleurs éléments sont gardés lors d’une sélection drastique comme l’annonce non sans fierté, le maître de chai du domaine « Nous sélectionnons uniquement les eaux-de-vie de Grande Champagne qui ont été primées, qui ont un bonus de qualité maximum de 10% ». Le vieillissement selon la plus pure tradition, en tierçons dans des fûts centenaires en chêne du Limousin permet l’échange entre les eaux-de-vie et l’air. Ce processus permet à la robe du Louis XIII de prendre une intense note ambrée, caractéristique de l’intensité des arômes. La bouteille en cristal contenant ce cognac d’exception est aussi issue d’un savoir-faire rare. Sa conception résulte du souffle synchronisé d’artisans verriers, façonnant alternativement le cristal en bouche pour offrir un écrin de choix pour cette illustre cuvée.

Cinq générations se sont succédées dans les chroniques de la maison au centaure Rémy Martin tandis que le paysage de Grande Champagne brille depuis un siècle déjà au travers du cognac Louis XIII. La majesté de cette cuvée et de sa célèbre bouteille en cristal tient son nom du suzerain qui accorda en dépit de l’interdiction de 1738, une dérogation nonpareille à la maison Rémy Martin pour planter de nouvelles vignes. Une dérogation unique due à l’excellence des cognacs produits par le domaine. Le cognac Louis XIII, créé en 1874 est un hommage à ce geste, la carafe est aussi un témoignage de ce patrimoine, ainsi elle est inspirée d’une flasque qui fut trouvée sur le lieu de la bataille de Jarnac qui se tint en 1569. Le contenant, aujourd’hui presque aussi iconique que le contenu, rajoute une saveur particulière à l’instant de celui qui en déguste la liqueur.

Rien de plus naturel, pour une culture de vigne de plus de 300 ans ainsi qu’un des plus prestigieux cognac, que de connaître quelques menus changements lors de prestigieuses occasions. Dans les années 2007, le Louis XIII se joint à Baccarat pour donner naissance au Louis XIII Black Pearl. Avec 786 carafes numérotées, faites d’un cristal aux reflets noirs, le noir des perles des reines, le Louis XIII Black Pearl est une édition exclusive toujours plus attachée à l’histoire des rois et reines. L’année 2012, est une année de découverte; un cognac vieilli différemment permit à Pierrette Trichet, ancien maître de chai de la maison et son adjoint de mettre au monde le Rare Cask 43.8. Rare Cask 43.8 pour renvoyer à son degré d’alcool de 43,8 degrés qui pour Pierrette Trichet « avait atteint le point d’équilibre entre le degré d’alcool et les arômes, il y avait une harmonie quasi parfaite ». Comme le confie le vice président d’un restaurant de Montréal « On l’a acheté pour le prestige ». La nature insaisissable du Louis XIII en renforce l’aspect d’exception, les fûts centenaires que sont les tierçons n’ont pas encore révélé l’intégralité de leurs secrets. A l’automne 2009, Pierre Trichet exulte, « Lors d’une dégustation, j’ai ressenti la même émotion, une révélation dont j’avais le souvenir, j’ai compris que j’avais peut être découvert un second rare Cask ». Se distinguant à nouveau par son degré d’alcool supérieur aux habituelles 40%, le Rare Cack 42.6, joyaux parmi les joyaux, présenté dans sa carafe mêlant cristal noir et or rose est la confirmation qu’au domaine Rémy Martin, les mystères du Louis XIII restent impénétrables. Au travers des âges, le cognac Louis XIII, tout comme les anciennes fleurs de lys d’or, continue d’offrir des instants d’exception et de fascination à des consommateurs très avertis.

Entre Ciel Et Terre, La Chaise Shang Xia

c1.jpg

Produit de longues heures de travail artisanal, la chaise Shang Xia symbolise à la fois passé, présent et futur. Pour cela, chacune des pièces faites de bois de santal rouge (zitan), bois noble et réputé pour sa résistance, est savamment travaillée par un maître artisan pour ensuite être assemblée selon le procédé artisanal qu’est l’assemblage à tenons et à mortaises pour finalement être polie. De ce fastidieux parcours ressort une création contemporaine empreinte d’histoire et de savoir-faire. La rareté ainsi que la préciosité des matériaux déjà utilisés à l’époque pour la confection du mobilier impérial additionnées à chaque étapes de la confection, du séchage à la sculpture en passant par le polissage, font de chaque chaise une pièce unique. Pour la confection d’un de ces objets d’art, seules les mains de l’artisan ainsi que sa patience sont mises à l’épreuve, entre tradition et modernité, le procédé utilisé s’appuie sur un héritage de plus de 5000 ans, une caractéristique fortement ancrée dans la culture de la maison affiliée au groupe Hermès.

Le design simple mais expressif de l’objet est basé sur la tradition du design chinois et s’appuie fortement sur la transmission à la fois du savoir-faire, mais aussi de l’esthétique caractéristique d’un style de vie aujourd’hui oublié. Au delà des courbes, du traitement des bois et de la finition qui prennent plusieurs mois d’élaboration, c’est une véritable philosophie qui ressort de la confection de ces chaises, appartenant à la collection « Dan Tian Di », ce sont les enseignements millénaires de la culture chinoise qui se retrouvent, dans l’harmonie de l’objet et de l’espace. Ces chaises, véritables œuvres d’arts aux lignes épurées ne sont pas moins que l’essence même d’une culture véhiculant à la fois grâce et harmonie dans la plus pure perpétuation de la tradition asiatique.

La mission que s’est donnée Shang Xia, au travers de sa directrice artistique, Qiong Er Jiang, est de poursuivre et de perpétuer les savoir-faire artisanaux du « pays du milieu », la redécouverte de l’art de vivre chinois, un art au patrimoine traditionnel si riche. La chaise Shang Xia est le fruit de cette recherche, son esthétique tant sobre qu’élégante est empreinte d’histoire et de souvenir, véritable marqueur de la philosophie de la maison, elle même inspirée d’un proverbe chinois disant « Hériter du passé construit l’avenir ». Au travers d’un objet d’exception, c’est un véritable lien générationnel qui se crée et qui séduit, tant par sa réalisation que par toutes les valeurs et l’héritage qu’elle représente.

La Grande Reverso Ultra Thin 1948 de Jaeger-LeCoultre

42956.jpg

Alors que tant de réalisations encensées d’avant-guerre appartiennent aujourd’hui à un passé franchi, la Grande Reverso Ultra Thin 1948 n’a elle en rien perdu son caractère actuel. Celle qui célébrait son 17e anniversaire en 1948 est en 2014 plus moderne que jamais. Déjà, dès sa création, ses caractéristiques devinrent intemporelles : la montre et son boîtier réversible, ses aiguilles et ses index à l’intense couleur bleue, s’ancrent dans le temps d’une époque avide de renouveau. Créée à une époque où tous les efforts étaient concentrés sur le progrès technique, et où la précision des montres ne cessait d’accroître, la Reverso, elle, se caractérise par son extraordinaire alliance entre esthétisme et prouesse technique. Dès lors, ce savant mélange d’élégance et de sportivité comblent toutes les aspirations, illustrant le savoir-faire de la manufacture Jaeger-LeCoultre.

En 2014, la manufacture rend hommage à la montre qui devançait les « Fabulous Fifties ». Avec son boîtier en acier inoxydable, la Grande Reverso Ultra Thin 1948 ressuscite l’esprit d’une ère révolue. Ses confortables dimensions et sa surface généreuse, soulignées par une stupéfiante minceur, se destinent aujourd’hui à exaucer tout souhait de personnalisation exprimé par son propriétaire. À nul connaisseur de s’y méprendre : raffinement, savoir-faire et pureté esthétique font ici plus que fonction de garde-temps, endossant celle de gardienne des souvenirs. Le boîtier aux godrons emblématiques conserve toute l’exaltation de la fraîcheur de l’acier qui fit sa renommée. Mais cette année, c’est proposé avec un bracelet alligator doté d’une boucle ardillon en acier que la Grande Reverso Ultra Thin 1948 choisit de se réinventer. A une époque où la ponctualité ne constitue plus un luxe mais une nécessité, la fiabilité de son mécanisme horloger reste un essentiel. La Grande Reverso Ultra Thin 1948 : uniquement disponible dans les boutiques Jaeger-LeCoultre.

Belvedere, Vodka Prestige des Grands Moments

vodka_belvedere_iconicon.jpg

L’aventure Belvedere s’amorce dans la région de Mazovia au cœur de la Pologne et par dessus tout berceau d’origine de la vodka. Le savoir-faire mêlant l’art des maitres distillateurs de Polmos Zyrardow aux meilleurs grains de seigle d’or permet à cette vodka de prestige de convenir à toute classe de consommateurs. Que ce soit pure, en cocktails ou simplement sur glace, elle attise la convoitise des plus initiés. Pas de contenu fascinant sans contenant à son image, la vodka Belvedere est présentée dans une luxueuse bouteille aux reflets satinés, ornementée d’une sérigraphie digne d’une fable prussienne. Vue comme au travers d’une fenêtre amplifiante, la sérigraphie représente, tel un songe, le palais présidentiel de Belvedere cerclé d’arbres recouverts de neige. Le palais présidentiel de Pologne entouré de son sous bois, tout comme le timbre d’origine apposé à la main sont, comme un symbole, une part de mystère ajoutée aux lettres de noblesse de cette vodka de renom.

La Vodka Belvedere est le produit d’un processus séculaire, une méthode traditionnelle héritage de 600 ans à partir d’un ingrédient d’exception. Obtenu après une centaine d’années de culture ainsi que 6 croissements de souches, le seigle de Dankowskie dit seigle d’or est le principal composant de la prestigieuse vodka Belvedere. La première étape de la fabrication commence par une quadruple distillation permettant d’obtenir une eau-de-vie qui sera ensuite laissée au repos avant d’être mélangée à de l’eau pure pour obtenir le produit final à 40°. Après test de pureté, la vodka Belvedere est en mesure de combler l’appétit des plus avisés par sa subtilité d’arôme, son léger parfum de vanille ainsi que sa rondeur.

La Vodka Belvedere se veut être la boisson des grands événements mais aussi des soirées les plus privées. Ainsi pour la quinzaine cannoise, ce divin breuvage se pare de ses plus beaux atours dans une nouvelle édition limitée : Le magnum Belvedere Silver Laser. Sur une base rétro éclairée, le flacon de 1.75 litre s’habille d’une couleur argentée et laisse transparaître dans la lumière ses iconiques arbres enneigés entourant le fameux palais polonais. Cette édition auréolée du prestigieux festival, sera exclusivement présentée sur la terrasse du Club Costes by Albane en plein cœur de la croisette par la chanteuse pop du moment, Rita Ora. Par la suite, la Belvedere Silver Laser s’installera pour une durée limitée dans les plus beaux établissements du monde de la nuit en France, parmi lesquelles figurent notamment le VIP Room Cannes ainsi que le Gotha Club Cannes. Cette édition Silver Laser inscrit définitivement Belvedere comme une vodka innovante dont la créativité ainsi que la recherche d’esthétisme lui valent son nom « Belle-à-voir » et l’inscrivent parmi les plus grands.  

Rémy Martin Louis XIII : Robe Ambrée et Prestige Doré

remymartin_louisxiii_iconicon.jpg

Naissant dans le cœur de la Grande Champagne, la cuvée Louis XIII produite par Rémy Cointreau et estampillée Rémy Martin, sont les 700 millilitres de cognac les plus prestigieux de tous. Pas moins de 1200 eaux-de-vie, vieillies de 40 à 100 ans, ainsi qu’un siècle de savoir-faire sont nécessaires à son élaboration. Pour cela, seuls les meilleurs éléments sont gardés lors d’une sélection drastique comme l’annonce non sans fierté, le maître de chai du domaine « Nous sélectionnons uniquement les eaux-de-vie de Grande Champagne qui ont été primées, qui ont un bonus de qualité maximum de 10% ». Le vieillissement selon la plus pure tradition, en tierçons dans des fûts centenaires en chêne du Limousin permet l’échange entre les eaux-de-vie et l’air. Ce processus permet à la robe du Louis XIII de prendre une intense note ambrée, caractéristique de l’intensité des arômes. La bouteille en cristal contenant ce cognac d’exception est aussi issue d’un savoir-faire rare. Sa conception résulte du souffle synchronisé d’artisans verriers, façonnant alternativement le cristal en bouche pour offrir un écrin de choix pour cette illustre cuvée.

Cinq générations se sont succédées dans les chroniques de la maison au centaure Rémy Martin tandis que le paysage de Grande Champagne brille depuis un siècle déjà au travers du cognac Louis XIII. La majesté de cette cuvée et de sa célèbre bouteille en cristal tient son nom du suzerain qui accorda en dépit de l’interdiction de 1738, une dérogation nonpareille à la maison Rémy Martin pour planter de nouvelles vignes. Une dérogation unique due à l’excellence des cognacs produits par le domaine. Le cognac Louis XIII, créé en 1874 est un hommage à ce geste, la carafe est aussi un témoignage de ce patrimoine, ainsi elle est inspirée d’une flasque qui fut trouvée sur le lieu de la bataille de Jarnac qui se tint en 1569. Le contenant, aujourd’hui presque aussi iconique que le contenu, rajoute une saveur particulière à l’instant de celui qui en déguste la liqueur.

Rien de plus naturel, pour une culture de vigne de plus de 300 ans ainsi qu’un des plus prestigieux cognac, que de connaître quelques menus changements lors de prestigieuses occasions. Dans les années 2007, le Louis XIII se joint à Baccarat pour donner naissance au Louis XIII Black Pearl. Avec 786 carafes numérotées, faites d’un cristal aux reflets noirs, le noir des perles des reines, le Louis XIII Black Pearl est une édition exclusive toujours plus attachée à l’histoire des rois et reines. L’année 2012, est une année de découverte; un cognac vieilli différemment permit à Pierrette Trichet, ancien maître de chai de la maison et son adjoint de mettre au monde le Rare Cask 43.8. Rare Cask 43.8 pour renvoyer à son degré d’alcool de 43,8 degrés qui pour Pierrette Trichet « avait atteint le point d’équilibre entre le degré d’alcool et les arômes, il y avait une harmonie quasi parfaite ». Comme le confie le vice président d’un restaurant de Montréal « On l’a acheté pour le prestige ». La nature insaisissable du Louis XIII en renforce l’aspect d’exception, les fûts centenaires que sont les tierçons n’ont pas encore révélé l’intégralité de leurs secrets. A l’automne 2009, Pierre Trichet exulte, « Lors d’une dégustation, j’ai ressenti la même émotion, une révélation dont j’avais le souvenir, j’ai compris que j’avais peut être découvert un second rare Cask ». Se distinguant à nouveau par son degré d’alcool supérieur aux habituelles 40%, le Rare Cack 42.6, joyaux parmi les joyaux, présenté dans sa carafe mêlant cristal noir et or rose est la confirmation qu’au domaine Rémy Martin, les mystères du Louis XIII restent impénétrables. Au travers des âges, le cognac Louis XIII, tout comme les anciennes fleurs de lys d’or, continue d’offrir des instants d’exception et de fascination à des consommateurs très avertis.

Entre Ciel et Terre, la Chaise Shang Xia

shangxia_iconicon.jpg

Produit de longues heures de travail artisanal, la chaise Shang Xia symbolise à la fois passé, présent et futur. Pour cela, chacune des pièces faites de bois de santal rouge (zitan), bois noble et réputé pour sa résistance, est savamment travaillée par un maître artisan pour ensuite être assemblée selon le procédé artisanal qu’est l’assemblage à tenons et à mortaises pour finalement être polie. De ce fastidieux parcours ressort une création contemporaine empreinte d’histoire et de savoir-faire. La rareté ainsi que la préciosité des matériaux déjà utilisés à l’époque pour la confection du mobilier impérial additionnées à chaque étapes de la confection, du séchage à la sculpture en passant par le polissage, font de chaque chaise une pièce unique. Pour la confection d’un de ces objets d’art, seules les mains de l’artisan ainsi que sa patience sont mises à l’épreuve, entre tradition et modernité, le procédé utilisé s’appuie sur un héritage de plus de 5000 ans, une caractéristique fortement ancrée dans la culture de la maison affiliée au groupe Hermès.

Le design simple mais expressif de l’objet est basé sur la tradition du design chinois et s’appuie fortement sur la transmission à la fois du savoir-faire, mais aussi de l’esthétique caractéristique d’un style de vie aujourd’hui oublié. Au delà des courbes, du traitement des bois et de la finition qui prennent plusieurs mois d’élaboration, c’est une véritable philosophie qui ressort de la confection de ces chaises, appartenant à la collection « Dan Tian Di », ce sont les enseignements millénaires de la culture chinoise qui se retrouvent, dans l’harmonie de l’objet et de l’espace. Ces chaises, véritables œuvres d’arts aux lignes épurées ne sont pas moins que l’essence même d’une culture véhiculant à la fois grâce et harmonie dans la plus pure perpétuation de la tradition asiatique.

La mission que s’est donnée Shang Xia, au travers de sa directrice artistique, Qiong Er Jiang, est de poursuivre et de perpétuer les savoir-faire artisanaux du « pays du milieu », la redécouverte de l’art de vivre chinois, un art au patrimoine traditionnel si riche. La chaise Shang Xia est le fruit de cette recherche, son esthétique tant sobre qu’élégante est empreinte d’histoire et de souvenir, véritable marqueur de la philosophie de la maison, elle même inspirée d’un proverbe chinois disant « Hériter du passé construit l’avenir ». Au travers d’un objet d’exception, c’est un véritable lien générationnel qui se crée et qui séduit, tant par sa réalisation que par toutes les valeurs et l’héritage qu’elle représente.

L’Art du Tailleur Selon Burberry

Christopher Bailey, le directeur artistique de la marque, lève le voile sur la confection du costume Burberry. Les anciens ateliers de la marque, une page d’archive détaillant les méthodes de l’époque, la sélection des matières premières, le soin apporté par une costumière à un bouton estampillé du logo Burberry, le détail d’un tissu Prince de Galles, le travail de la doublure… autant de moments hors du temps, qui prennent vie au son d’une des musique fétiche du créateur, interpretée par le groupe Morning Runner.

Le Savoir Faire de la Maison Eres

Derrière l’épure et le graphisme des coupes, les modèles recèlent des trésors de savoir-faire et de détails techniques pour créer une seconde peau qui magnifie et libère les courbes naturelles du corps. Qu’il s’agisse de maillot de bain ou de lingerie, chaque création signée Eres résulte d’une virtuosité croisée entre un trait de crayon immédiatement reconnaissable, l’utilisation de matières « high tech » et des techniques artisanales. De cette association naît une créativité unique, un esprit couture contemporain avec, toujours, pour but ultime d’embellir les femmes et leur quotidien.