La Robe Neo-Victorienne S’imprime de Bouquets Sauvages chez Alexander McQueen pour le Printemps/Eté 2019

kim_1532.jpg

« La sororité, le mariage, la communion, cette idée qu’on peut avoir de la force en exprimant ses émotions. Des trésors et des bijoux de famille, le solstice d’été … la puissance et la fragilité mêlées. » Pour réaliser cette collection Printemps/Eté 2019, Sarah Burton a aussi et surtout pris pour point de départ une tapisserie du XVIIIème siècle peinte à la main et récemment acquise par la maison McQueen. Une fois mêlés à l’univers chamanique et ultimement païen de la maison, on constate avec émerveillement toute la pertinence de ces éléments ! 

 

À l’Orangerie du jardin du Luxembourg, c’est ainsi une garde robe romantico-médiévale qui défila pour le Printemps/Eté 2019. Parmi les 41 silhouettes présentées, la N°17 capte tout l’esprit du propos. Dans un cuir, matière fétiche du fondateur, Sarah Burton coupe avec une adresse folle la poésie qui habillera la fille McQueen la saison prochaine ! Le résultat ? Un bustier rigide recouvert d’un bouquet sauvage, une robe ajourée et un volume toujours aussi gracieux ! Il y a de la force et de la magie et un esprit néo-victorien dans cette robe qui s’impose indubitablement comme l’une des pièces vedettes de la grammaire McQueen… Une robe franchement désirable, magistrale et éminemment souveraine ! 

La Robe Conte de Fée de Kate Middleton par la Maison McQueen

a92c67e3ae3d8fbd5723af732597c0eb.jpg

L’évènement est de taille — première mariée royale de l’ère numérique, Catherine Middleton est sur le point de se lier au Prince William d’Angleterre. Et c’est la maison McQueen qu’elle approche afin de réaliser sa robe conte de fée. La future princesse avait remarqué le travail de Sarah Burton pour la robe de la journaliste de mode Sara Buys lors de son mariage avec Tom Parker Bowles, en 2005. Près de six ans plus tard, le nom McQueen est sur le point d’être associé pour l’éternité à celui de la famille royale la plus en vue de la planète. 

2011 donc, le monde découvre la robe de mariée de Kate Middleton au moment où celle-ci quitte le carrosse qui la dépose devant l’abbaye de Westminster. Une pièce traditionnelle et séduisante, chic et inspirée — la robe McQueen distille dans une tranquillité de broderie et de tulle les gimmicks propres à la mode. D’inspiration Victorienne, la robe présente un corset doucement sensuel ; en satin légèrement appuyé aux hanches (signature McQueen) le corsage s’étend sur un appliqué de dentelle, piqués de roses, de jonquilles et de trèfles là aussi en dentelle. « Nous avons pris six types de dentelle différents et trouvé des motifs différents pour chacun […] C’est un effet de miroir complet et chacun des éléments joints et raccordés dans la jupe comme dans le corsage a été créé à la main » détaille Sarah Burton. 

Sur le tulle de soie ivoire laisse ainsi se voir tout l’artisanat traditionnel de Carrickmacross… Un artisanat qui remonte aux années 1800, ici exécuté par la Royal School of Needlework, installée au Château de Hampton Court. À l’instar du voile — 2,7 mètres de tulle de soie venant souligner là encore la référence florale. 58 boutons de gazar et d’organza, brodés à la main, figurent ce que Sarah Burton a cherché ici à inspirer : une rose anglaise sur le point d’éclore pour éblouir le monde de sa beauté. Lorsque Kate Middleton s’est liée au Prince Williams ce 29 avril 2011, le monde était en effet sous le charme.

La Robe Celtique Alexander McQueen Printemps/Eté 2017

mcqueen1.jpg

Un luxe qui ne ressemble qu’à lui-même. Ainsi peut-on définir toute la ligne développée de son vivant par Alexander McQueen : hautement cultivées et réfléchies, les lignes empire de ses pièces aimaient à rivaliser d’ingéniosité pour exprimer quelque chose. Oui, Alexander McQueen fait partie de ces artistes ayant fait la mode. Toujours à la limite de la haute couture, les créations McQueen jouent des formes et des approches pour caractériser un sentiment, une émotion, ou parfois, mieux, un engagement.

Ainsi Sarah Burton poursuit-elle son exploration de l’héritage McQueen – spectacle des plus romantiques, le Printemps/Eté 2017 fait du travail de la dentelle et de cette héritage nouvellement perdu du Royaume-Uni quelque chose de très précieux. Pour point de départ, Burton a choisi les paysages côtiers sauvages et magiques des îles Shetland. Alexander McQueen s’est tant de fois inspiré de cette Ecosse, jusqu’à la sublimer… Sans surprise, c’est donc une robe à l’étoffe dentelle conçue de laine plume qui capture toute l’attention du défile – rehaussé d’un corset néo-gothique, la pièce gagne en actualité tant elle mêle esprit couture et contre-culture. Du pur McQueen !

La Jupe-Culotte d’Alexander McQueen Automne-Hiver 2015-2016

mcq-alexander-mcqueen-005-1366.jpg

Le punk a toujours influencé la maison Alexander McQueen. Et l’hiver 2016 ne fera pas exception. Le designer anglais Sarah Burton offre ainsi une collection en parfaite adéquation avec la ligne plus décontractée qu’est la griffe McQ. Une ligne parfaitement taillée pour les femmes en quête de vêtements urbains et contemporains. C’est alors avec toute l’application relevant des codes de son mentor que Sarah Burton exécute une collection distillant généreusement de grandes pièces de tous les jours. Mais attention, chez McQueen, le quotidien est remarquable.

En pourvoyant l’inspiration d’Alexander quant à sa fascination pour la culture street et la jeunesse un peu perdue, mais non moins consciente de son pouvoir, Burton s’engage dans une approche innovante : de l’oversized, des matières douces et un come-back inattendu, celui de la jupe-culotte. L’équation de la silhouette s’en trouve changée : plus simple, l’heure est à la longueur mi-mollet. La pièce se taille ainsi asymétriquement dans de la mousseline de soie, le tout teint d’une couleur crème des plus délicieuse. Un souffle un peu rétro donc, une approche un poil avant-gardiste, et voici que la jupe-culotte McQ devient le must-have de la saison prochaine.