Le Keepall de Louis Vuitton, une Pièce d’Histoire

capture_decran_2018-12-27_a_12.57.44.jpg

La maison Louis Vuitton est depuis longtemps connue pour le luxe et la qualité sans pareille de ses fabrications – nous sommes en 1930 lorsque le malletier attitré de l’Empereur français Napoléon III et du Maharadja produit le Keepall. Une pièce d’histoire qui raconte à elle seule comment l’explosion et le progrès du voyage n’ont pu se réaliser qu’en étant accompagnés d’une telle pièce de sophistication. Il faut dire que les années 1930 sont celles des croisières. La jet-set, la noblesse et l’aristocratie ne jurent alors que par des vacances chaloupées et improvisées passées à Deauville ou encore sur la côte atlantique de Biarritz… Les sports et les loisirs ont la côte ; la vie s’accélère avec la démocratisation des voitures et, une nouvelle fois, Louis Vuitton se veut apte à léguer à ces élégant(e)s la pièce indispensable à toutes folies. L’époque est à l’imprévu – on aime filer sur un coup de tête, à bord de voitures vrombissantes, le long des nouvelles autoroutes menant vers des destinations impromptues. 

 

En 1930 donc, le malletier Louis Vuitton édite le Keepall – le sac qui ‘garde tout’. Adaptée à ce nouveau mode de vie, la pièce se compose autour d’un cuir souple, zippé et ultra-léger. Coupé dans la-déjà mythique toile enduite monogramme, le Keepall déploie aussi une forme généreuse prêtant à son propriétaire la possibilité d’y glisser assez de vêtements pour un weekend inopiné. Et c’est bien là toute la force du Keepall – un sac léger et ultimement efficace. À lui seul, il incarne et symbolise toute l’insouciance de l’époque ! Mieux, depuis devenu sac de voyage iconique, le Keepall s’est réinventé jusqu’à transcender les époques, les utilités et la sophistication qu’on lui prête volontiers.

 

Ainsi lorsque Marc Jacobs arrive à la tête des créations Louis Vuitton pour en initier les lignes de prêt-a-porter, en 1997, il n’en oublie guère tout le passé de la maison. Se confiant au Vogue américain, il dit : « Ce que j’ai en tête sont des choses luxueuses mais de celles que vous pouvez jeter dans un sac et quitter la ville avec, parce que Louis Vuitton a un héritage dans le voyage ». Dès lors, le Keepall va se réinviter à l’aune de la créativité fantasque du New-yorkais. Relookée par des artistes invités par Marc Jacobs, de Takashi Murakami, Stephen Sprouse, et Yayoi Kusama en 2012 ; la pièce le sera tout autant par des collaborations aussi inédites qu’elles furent inattendues. Cherchant là encore à surprendre l’essence même du Keepall, en 2017, c’est la collaboration entre Supreme et Louis Vuitton qui donne vie à un Keepall Bandoulière Epi 45 rouge. La même année, Louis Vuitton collabore avec Jeff Koons, pour retranscrire la magnifique toile La Gimblette de Fragonnard sur les courbes d’un Keepall ultra-luxueux… Voici donc une pièce qui n’a jamais quitté le catalogue Louis Vuitton, au point de devenir un objet du désir atemporel et ultimement indémodable !

 Le Retour du Sac Baguette Fendi pour le Printemps/Eté 2019

_arc0330-2.jpg

On connait la force de la maison Fendi pour la façon qu’elle a d’intégrer l’ère du temps à sa partition. Pour le Printemps/Eté 2019, Silvia Venturini Fendi et Karl Lagerfeld se sont entendus autour d’une collection faisant la part belle à des pièces sublimes et fonctionnelles. Et à l’heure où les sacs prennent des dimensions chaque saison un peu plus réduites, Fendi, elle, réorchestre le Baguette. L’icône par excellence d’un beau justement fonctionnel ! Né du facétieux esprit de Silvia Venturini Fendi, le Baguette emprunte à la baguette de pain du Parisien une prise en main inédite.

 

Le chef d’oeuvre, crée en 1997, porte en lui tout de la philosophie Fendi. Anti-conventionnel, il est produit à une époque où les sacs qui comptent se nomment Jackie chez Gucci, ou Birkin chez Hermès. Le Baguette, lui, se présente dans des lignes minimales, avec une anse si petite qu’elle vient encastrer le sac sous l’épaule. La pièce détonne mais, la pièce trouve rapidement sa muse en Carrie Bradshaw dans ‘Sex & The City’ ! Dès son arrivée en boutique, il est l’accessoire à avoir ; ouvrant ainsi l’ère des it-bags… 

 

Dans sa version du Printemps/Eté 2019, le Baguette adopte les broderies en sequins dans une version plus baroque que minimale. « J’aime le mélange entre rigidité, structure et fluidité de la collection, pensée pour une femme performante, pratique et en même temps sensuelle » commentait Delfina Delettrez-Fendi, fille de Silvia Fendi. Et c’est en ce sens que le Baguette est ici ponctué d’un orange très gourmand. Un orange dont Karl Lagerfeld précise : « Ce n’est pas un orange ordinaire, parce que l’orange ordinaire, vous pouvez oublier ! »  Impossible en effet de passer à côté d’un tel objet du désir. 

 

Le Sac Paddington de Chloé

5c69eef8df28977b925aabb8ec10e5e4.jpg

Début des années 2000, Phoebe Philo, jusque-là assistante de Stella McCartney, prend le poste de directrice artistique chez Chloé. En moins de quatre ans, la Britannique repositionne Chloé au panthéon des marques les plus en vues. Fait d’arme le plus mémorable : la création du sac Paddington. Introduite en 2004, commercialisée pour la saison Printemps/Eté 2005, la pièce est de tous les éditoriaux lorsque les femmes commencent à voir grandir le désir de l’acquérir. C’est que, taillé dans une forme idéale, coupé dans un cuir très fin et piqué d’un gros cadenas, le sac Paddington a tout pour plaire ! 

 

Immédiatement reconnaissable, le Paddington de Chloé révolutionne le genre et fait entrer Chloé dans la légende 2.0. Il faut dire que ce gros cadenas lui donne un caractère, un charme aussi fou que chic ! Insufflant de la personnalité à cet objet du désir, le cadenas du Paddington lui confère aussi un poids non négligeable — le sac pèse près d’un kilo. Mais qu’importe puisque l’époque en raffole déjà. 8000 sacs sont produits et, pas un seul n’est disponible à la vente. Toutes les boutiques affichent sold out avant même sa commercialisation ! Et il s’agit pour la maison de conserver tout cet attrait. 

 

« Nous ne voulons pas que toutes les femmes se promènent avec un Paddington, nous voulons qu’il soit le seul sac de la soirée. » Adulé, désiré, le sac fourmille de détails, de fermetures, de poches, de bijoux dorés ou argentés qui gonfle son allure comme jamais ! S’il n’est pas le premier it-bag de l’histoire, il n’en reste pas moins que c’est le succès du Paddington de Chloé qui imposa l’expression de ‘it-bag’. Une pièce convoitée et hautement bien exécutée donc — le Paddington est aujourd’hui encore l’une des pièces les plus vendues au monde.

Le Constance d’Hermès, Une Icône Imperturbable

instasize_180811144605.png

Un sellier devenu maroquinier. La maison Hermès conte, autour d’un luxe inouï, l’histoire du monde, celle des transports, de la France et d’un savoir faire préservé face aux avancées techniques. Déjà en 1867, Hermès le sellier se fait remarquer en remportant un titre à l’Exposition Universelle. Dès lors la maison fournit les plus grandes écuries du monde, comme celle du tsar Nicolas II. Un goût de la perfection couplé à un sens du raffinement imperméable aux tendances, Hermès a su conserver tout d’un prestige aujourd’hui si recherché. Dans les années 1930, alors que la maison du 24 Rue du Faubourg Saint-Honoré ouvre sa production à un fort développement de lignes d’accessoires, Hermès a su injecter son héritage de sellier au coeur d’une pratique trop de fois soumise à l’utilitaire. Les sacs Hermès sont tout à la fois nobles et utiles ! Cultes surtout. 

 

Et sa place de légende dans le luxe est déjà attestée lorsque Catherine Chaillet imagine le Constance en 1959. Ainsi nommée en l’honneur de son cinquième enfant, Constance – née le même jour où le premier sac quitta le magasin de production – la pièce est fidèle à l’idéal d’excellence de la maison Hermès. Elégant, chic et éminemment pratique, le Constance ne tarde à taper dans l’oeil de Jacqueline Kennedy. L’éternelle première dame des Etats-Unis le popularise ainsi au sein de l’élite hollywoodienne. Il faut dire que le nouveau sac signé des ateliers Hermès trouve une versatilité et un porté tout particulièrement appréciés par ses femmes d’un nouveau temps. 

 

La pièce inspire l’esprit Hermès ; en respire la majesté ! Avec 50 pièces de cuir individuelles nécessaires à sa confection, le Constance demande 14 heures de travail… Minutieusement conçu, chaque sac Constance est l’oeuvre d’un seul et même artisan. Doté d’une anse-bandoulière coupée dans un cuir extrême raffiné, le Constance offre une liberté rare. Mieux, ses lignes fortes mais épurées forgent une allure toute glamour et pragmatique — avec son savoir-faire impeccable, le sac signe les silhouettes d’un luxe sans façon. Eminemment désirable, particulièrement convoitée, l’oeuvre d’Hermès demeure, aujourd’hui encore, cette icône imperturbable !

Le Luggage de Céline

169953aaf.03un_1_fall18_63693-2.jpg

Mars 2009. Le sac Luggage est imaginé une première fois à partir des lignes d’une archive de la maison — tout juste arrivée à la direction artistique de Céline, Phoebe Philo vient de retrouver dans ce glorieux passé un sac de voyage éminemment moderne. Forte de son expérience, Phoebe Philo transforme ainsi l’archive pour en extraire un sac cabas aux lignes structurées et étirées. Le Luggage se compose en effet autour d’un grand corps carré et spacieux qui vient s’étirer avec beaucoup d’espièglerie — une ouverture supérieure zippée ponctue deux poignées supérieures. Avec ses passepoils en cuir Wave sur le devant et ses côtés ailés rabattables, le Luggage attire l’attention des rédactrices. Au printemps 2011, le sac est sur toutes les lèvres !

Fort d’un succès incomparable, Phoebe Philo revoit sa copie et édite une version bien plus originale — les côtés ailés s’allongent, les versions se multiplient. Cinq formats différents, des matières changeantes au fil des saisons, une palette de couleurs conjuguant brun, noir, lilas, bleu, rose, sable et plus encore… Le Phantom Luggage devient l’une des icônes les plus recherchées de son temps. 

L’une des icônes les plus prisées de l’industrie aussi ! N’abandonnant ni luxe, ni confort pour un usage éminemment versatile, la pièce signée Phoebe Philo est un hit. Pratique et très élégant, le Luggage de Phoebe Philo distille ainsi sa personnalité au bras des Leighton Meester, Claudia Schiffer et autres Mary Kate Olsen… L’utilitarisme chic de Phone Philo devance une nouvelle fois les désirs de la femme des années 2010 — une pièce éminemment couture distillant une touche de bizarrerie parfaitement exécutée. Une signature devenue un incontournable de l’identité Céline.

Le sac Dionysus, Icône du Nouveau Siècle

borsa-a-spalla-in-tessuto-logato-con-farfalle.jpg

Avant d’être l’un des directeurs artistiques les plus gonflés et les plus créatifs du paysage mode de ces dernières années, Alessandro Michele officiait au sein de la maison Gucci à la tête de la création des accessoires. 14 années de présence au sein de la maison Florentine, dont 8 passées aux côtés de sa prédécesseure Frida Giannini. Et lorsqu’en 2015, Michele est nommé à la direction artistique de la maison, l’homme enchante bien au delà du monde de la mode, et ce, dès sa première collection. Parmi cette explosion de créativité, qui par le même temps remet Milan au centre de la fashion planète, critiques, journalistes et fashionistas repèrent déjà une pièce hors du commun : le sac Dionysus, un inédit.

Dans le plus grand respect du savoir-faire et de l’histoire de la maison Italienne, Alessandro Michele vient en effet d’insuffler un tout nouvel aspect aux codes de la griffe. En empruntant la toile monogramme si iconique dans l’univers Gucci pour l’apposer sur un sac à forme réduite, Michele actualise notamment le mythe de Dionysos. Dévoilée lors du défilé Automne/hiver 2015, la pièce instaure une nouvelle signature Gucci – le fermoir à tête de tigre. Scellée du sceau appartenant au Dieu de la vigne, du vin, de l’ivresse et du théâtre, l’icône de la maison est à présent un sac dépoussiérant toutes les normes pour laisser entrer le public dans la folie de la créativité. Et le succès est au rendez vous.

L’an passé, la ligne Dionysus s’agrandissait de huit nouvelles déclinaisons – des pièces placées sous le signe du voyage, largement inspirées de huit des grandes villes du monde. Mais ici, c’est bel et bien le dandysme, l’androgynie, la Renaissance Italienne et la flamboyance Gucci des 70’s qui embrasent la beauté de la pièce. Mieux, la maison a aussi mis en place la possibilité d’un DIY – abeilles, libellules et papillons, Gucci a vu les choses en grand pour cet objet du désir, pensant même à mettre à disposition de sa clientèle des cristaux Swarovski pour la customisation du Dionysus. Indéniablement, le sac Dionysus est l’icône du nouveau siècle.

Les sacs Gucci profitent d’un savoir-faire inaltérable , depuis 1947 , date de sa création l’un des sacs les plus connus refait son apparition lors des défilés printemps-été 2010 et Automne-hiver 2017-2018 : Le sac Gucci Bambou, inspiré des selles de cheval.