Les Nouveautés J12, Première, Boy∙Friend et Code Coco Chanel au Baselworld 2019

Les icônes de la rue Cambon ne changent pas. Elles poétisent le temps, le comprennent pour mieux se réinventer — elles sont J12, Première, Boy∙Friend ou Code Coco.

S’il fallait conter l’odyssée horlogère de la Maison Chanel, on commencerait évidemment par rappeler la Première — une pièce exclusivement créée pour les femmes en 1987. C’est que l’icône Première distille déjà beaucoup de la grammaire iconique de la rue Cambon : forme octogonale empruntée au bouchon du flacon N°5, celle même de la place Vendôme… Un bracelet multiple reprenant les mythiques lanières de cuir tressées dans la chaîne du 2.55. Voici donc qu’en 2019, la collection Première s’enrichit d’une version phare en or jaune sur bracelet effet velours ; quand la Première ne se dévoile pas dans une version inédite teinte d’un noir intense. La Première Rock.

La métamorphose clé présentée à Baselworld 2019 concerne la montre J12 — à l’orée de ses 20 ans, la J12 se transforme sans se dénaturer. C’est Jacques Helleu, alors directeur artistique des parfums et de l’horlogerie Chanel, qui la dessine sportive, toute noire et intemporelle. La J12, il la dessine pour lui. Inspiré de deux univers qu’il aime plus que tout, l’automobile et la voile. D’autant que la silhouette des voiliers de l’America’s Cup donne le ton des courbes de la montre. Bientôt, elle prendra le nom de ces mêmes voiliers. Les J12. Sacrée première icône horlogère du 21ème siècle dès sa commercialisation, la J12 de Chanel révolutionne le monde de l’horlogerie avec sa robe de céramique noire. Aujourd’hui, Arnaud Chastaingt lui offre une cure de jouvence en augmentant délicatement l’épaisseur de sa boîte.

Mais la nouveauté la plus époustouflante de ce Baselworld 2019 est bien la nouvelle collection ‘Mademoiselle Privé’. Conçue comme la collection « dévoilant les symboles que Mademoiselle chérissait et les éléments dont elle aimait s’entourer », elle présente des pièces littéralement uniques car produites en un seul exemplaire. C’est, cette année, l’univers poétique desparavents de Coromandel qui inspire au Studio de Création de l’Horlogerie Chanel une pièce comme l’expression des savoir-faire d’excellence des Métiers d’Art. Le Sautoir Mademoiselle Privé Coromandel. Une pièce en or beige 18 carats, rassemblant près de 400 diamants pour un total de 7,62 carats… Une pièce d’exception, et c’est peu dire à la vue du résultat tout juste époustouflant — oeuvre d’émailleurs, graveurs, ciseleurs, sertisseurs… Un numéro 5 merveilleusement entrelacé aux branches de cerisiers.

Le N°5 de Chanel Distille Ses Effluves A Paris

visitez_les_champs_de_fleurs_du_parfum_chanel_n_5_1235.jpeg_north_760x435_white.jpg

‘Dans les champs de Chanel’ – à deux pas de la rue Cambon, au coeur du jardin des Tuileries, le Louvre et la maison Chanel s’associent pour offrir une expérience éminemment délicieuse. Un champ/jardin éphémère et poétique où se déploient les 5 fleurs à parfums grassoises déterminant la composition des parfums Chanel. Jasmin de Grasse, rose de Mai, iris Pallida, tubéreuse, géranium rosat… Le jus Chanel N°5 dévoile ainsi les fleurs qui exaltent tout le raffinement de son essence !

Pour la première fois, la maison Chanel amène au cœur de Paris les éléments clés de ses parfums devenus iconiques ! Une visite orchestrée comme une ballade olfactive. Tous les jours, de 10h à 19h, les Jardin des Tuileries ouvre ses portes à la luxuriance des champs de Grasse… Une douceur visuelle qui distille, avec une certaine magnificence, des senteurs de légende. Et la maison du la rue Cambon est depuis passée maître dans la mise en scène de ses icônes !

‘Dans les champs de Chanel’ le visiteur est comme transporté au cœur des champs de Pégomas – la multitude de couleurs fait ici danser la rétine en même temps que se révèlent au nez les arômes premiers des parfums Chanel. Des parfums qui, comme le voulait Mademoiselle, sont aujourd’hui encore « fabriqués comme une robe. »

N°5 de Chanel : Une Version Nomade en Édition Limitée

chanel5.jpg

Alors que la maison de la rue Cambon s’apprête à commercialiser en France le tout nouveau format de son iconique fragrance, c’est à Londres que la maison aux deux C a choisi d’exposer la rétrospective de la création de Gabrielle Chanel. Intitulée « Mademoiselle Privé », l’exposition se tiendra au sein de la très célèbre Saatchi Gallery – du 13 octobre au 1er novembre 2015, le focus tiendra sur l’année 1909. Si nombre d’expositions eurent déjà pour qualité la mise en valeur de la création Chanel, Mademoiselle Privé est la première rétrospective à se concentrer sur la construction de l’empire à travers l’oeil de Karl Lagerfeld, actuel directeur artistique de la griffe.

Mais c’est aussi et surtout la personnalité charismatique de Coco qui sera mise à l’honneur, tandis que la prestigieuse galerie promet de conter la légende du Chanel N°5, qui n’est autre que le parfum le plus connu au monde. Et justement, le 16 octobre prochain sera introduit le nouveau format de 35ml – un flacon à portée de main servant d’écrin à l’eau de parfum et à l’eau première. Mais attention, il s’agit là d’une édition limitée. Une version miniature de toute l’audace, de la liberté et de l’innovation de Gabrielle Chanel – un flacon que l’on peut glisser dans son sac à main, histoire d’être toujours accompagnée de l’élément olfactif des grands voyages.

La Montre Première de Chanel s’Offre sa Première Boutique Ephémère

ld-popup_interieur_bis.jpg

Fêtant son premier quart de siècle, la Montre Première de Chanel s’offre une nouvelle jeunesse. La maison lance en effet une nouvelle version de celle qui marqua les premiers pas de Chanel dans le monde de l’horlogerie – joaillerie. À cette occasion, la première boutique éphémère dédiée à la montre icône a ouvert ses portes le 21 mai dernier et ce jusqu’au 31 décembre au 19 rue Cambon.

Née en 1987 sous le crayon de Jacques Helleu, directeur artistique de la Maison, la montre Première fut un pari risqué, tant Chanel n’était rien dans l’univers de l’horlogerie. Bousculant les codes de ce petit monde en se parant d’un design simple avec un cadre sans complication, elle fut un succès immédiat. Suivant toujours le fil conducteur de Mademoiselle, elle met en pratique la signature de la Maison : la ligne. Coco Chanel aimait à dire « La mode, c’est de l’architecture, une question de proportions». Ce n’est donc pas un hasard si la silhouette de la jeune Première s’inspire alors du bouchon du flacon N°5, rappelant par là même les proportions géométriques de la Place Vendôme (où Napoléon Ier, du haut de sa colonne, mesure le temps à mesure que le Soleil passe.) Car la montre se veut à l’image de Paris. Sertie de diamants ou simplement laquée d’or, elle évoque la Ville Lumière. Parisienne parmi les Parisiennes, la Première de Chanel offre ainsi un chic à première vue simple, cachant une sophistication travaillée. En 2013, elle s’allonge au profit d’une allure plus affinée sur un bracelet chaîne, se rendant encore plus féminine à porter.

Pour célébrer les vingt-cinq ans de sa montre Première, Chanel présentait en février dernier, une expérience digitale autour des emblèmes de la Marque. À mesure que l’on fait défiler les heures à l’aide de la barre fléchée/scroll, la montre révèle ses composants, selon qu’elle soit d’or ou de diamants . Un rouge Chanel, un 2.55, quelques perles bien sûr, un peu de N°5 pour huiler les mécanismes en camélia d’acier, tout ce qui constitue l’essence même de l’élégance à la française selon Chanel. Cette très belle expérience se conclut sur un film où la montre Première s’affiche au poignet des différentes femmes de Paris, prouvant par la même occasion que le mythe de la Parisienne est à mettre au pluriel.

Cette fois-ci, Chanel va encore plus loin en consacrant une boutique éphémère à son garde-temps atemporel. Dans un style contemporain, l’espace de 20 m² joue sur les armoiries de la Maison. Les murs bruts blancs contrastent ainsi avec un parquet noir tandis qu’une verrière intérieure s’ouvre en trompe-l’oeil sur la Place Vendôme qui prête ses traits depuis 25 ans à la montre Première. Aux côtés de la nouvelle collection, toutes les diverses variations qui ont marqué l’histoire de l’icône de Chanel seront présentés dans cet écrin, situé rue Cambon bien sûr.

CHANEL – BOUTIQUE EPHEMERE « PREMIERE »

19 rue Cambon – 75001 Paris

Chanel Met à Nu l’Imaginaire de Mademoiselle Privée.

chanel-s-watchmakers-strip-down-_mademoiselle-privee.jpg

« Mademoiselle Privé ». Deux mots figurant autrefois sur la porte d’entrée du studio de création de la rue Cambon. Derrière, l’intimité d’un univers : le lion, l’étoile filante, le camélia, tout est là, entourant Gabrielle. Ses emblèmes.

Chanel n’en finit pas d’inspirer CHANEL ; les traces poétiques de sa vie s’ancrent aujourd’hui dans une collection de garde-temps, baptisée Mademoiselle privée. Ralliant la Haute Joaillerie aux métiers d’art de l’Horlogerie, la collection est un écrin, un joyau qui met en lumière le diamant impénétrable qu’était Coco.

Sous le doigté des plus grands artisans sertisseurs, graveurs, ciseleurs, cette collection conquiert le territoire de l’expression des savoir-faire. Le camélia prend ainsi de subtils reflets lorsque, paré d’une précieuse marqueterie de nacre blanche, il tournoie en petite seconde. Les constellations, le majestueux lion resplendissent en émail Grand Feu bleu diaphane. La plume, ornée d’un dégradé de saphirs roses et de diamants, jaillit sur l’oeil comme virevoltante. Comble de volupté, les scènes des paravents chinois de Coromandel qui aujourd’hui encore tapissent les murs de l’appartement trois-pièces de Gabrielle Chanel, sont sublimées sur des miniatures en émail Grand feu par la technique de Genève. Une minutie qui comble la jouissance de l’esthétique par des sertis de neige en diamants parsemés sur les coffrets.

Une collection « Mademoiselle Privé », indéfiniment Chanel.

La Boutique Éphémère Chanel, un Écrin de Magie

ld-popup-facade-final.jpg

Ouverte en 1918, elle incarnait déjà le nouveau concept de la boutique contemporaine, associant accessoires et parfums, bijoux et produits de beauté, vêtements et chapeaux. Le rez-de-chaussée accueillait et accueille toujours le prêt-à-porter, le premier étage la Haute Couture. Au deuxième, ce sont les fameux appartements de Gabrielle Chanel, et au troisième, le studio et les ateliers où travaille aujourd’hui Karl Lagerfeld. On ne peut oublier le légendaire escalier de style art déco et tapissé de miroirs, en haut duquel Coco Chanel s’asseyait pour surveiller les présentations de collections : elle pouvait ainsi voir sans être vue, scruter les moindres détails de ses créations sans être aperçue. 

Véritable fief de Mademoiselle, cet immeuble du XVIIIè siècle s’est allié au fil des années à cinq autres de la rue, organisant un véritable quartier général pour Chanel, du 21 au 31 rue Cambon. La maison prévoit aujourd’hui de nombreux travaux d’agrandissement de son espace, planifiés de 2014 à 2016. S’étant offert un immeuble au numéro 19 de la rue, le projet est d’offrir une boutique éphémère dédiée à l’horlogerie. Pour les fêtes, ce lieu d’enchantement se pare d’un décor de neige reprenant les caractéristiques principales du film de lancement de la nouvelle montre J12. Entourée du cerf, du lion et de la locomotive, cette boutique est un ravissement pour les yeux et le coeur. Avant que la magie ne s’évapore le 30 du mois, profitez de cet écrin Chanel.