Les Bûches Iconiques de Noël 2019

Comme chaque année, les Chefs Pâtissiers Français débordent d’imagination pour orchestrer les bûches les plus folles — focus sur les plus iconiques !

Il y a longtemps déjà que la tradition de la bûche de Noël ne consiste plus à laisser brûler un bout de bois — au contraire ! Véritable exercice de créativité pâtissière, la tradition sonne désormais comme le rendez-vous très attendu par les gourmets de l’hexagone. Du monde entier même — tradition gourmande à souhait, les Chefs Pâtissier Français sont passés maîtres dans l’exercice.

C’est ainsi que cette année le Chef Pâtissier Dominique Costa revisite pour le Peninsula Paris la forme des vignes. Mais en version sucrée et hautement inspirée. Sa bûche se compose ici autour d’un bonbon praliné amande associé à un craquant au chocolat noir vanillé… Le tout enveloppé d’un fin glaçage où le croquant libère un biscuit aérien et parfumé au pain d’épices. La touche finale? Des morceaux de poire au vin exaltés par une légère mousse vanillée.

Autre lieu iconique de Paris, autre style. Pour La Réserve Paris, le Chef Pâtissier Adrien Salavert a choisi de célébrer leur impressionnante collection de livres anciens. La bûche devient ainsi trompe-l’oeil et, joue à chaque couverture d’une couche de chocolat légère et ravissante pour le palais — parfumée au thé et aux agrumes. Pour le Grand Hôtel du Cap-Ferrat, Florent Margaillan, champion de France des desserts en 2010, a voulu honorer l’harmonie des saveurs toutes simples et gourmandes.

C’est aussi le parti pris par Nicolas Paciello, nouveau Chef Pâtissier du Fouquet’s. Avec l’aide de l’historienne Marion Godfroy-Tayart de Borms, ils ont composé une bûche autour d’un biscuit Malmaison aux amandes torréfiés, beurre de noisette et zeste d’agrumes… Une composition qui célèbre les 120 ans Fouquet’s, complétée d’une crème madame et insert bergamote — une association inédite ! Autre création inédite, celle de Pierre Hermè pour le Royal Monceau: une bûche comme une roue, débordante d’une sophistication extrêmement gourmande. Elle se dévore déjà des yeux.

Tout comme la création exotique faite par Jimmy Mornet pour le Parc Hyatt Paris-Vendôme. Autour du sudashi, petit agrume vert et sauvage Japonais, le Chef pâtissier a développé toute une saveur aidée par l’audace du duo confit poire et citron, biscuit moelleux, citron jaune, sirop de poire et d’un croustillant amande et chocolat dulce.

Le Café Pouchkine n’est pas en reste puisque Patrick Pailler a, lui, concocté la bûche ‘Tropiki Pouchkine’. Un délice encagé dans une construction en chocolat blanc aux tons orangés… A l’intérieur? Une bûche composée d’un biscuit amande, d’un confit de mangue avec des morceaux de mangues fraîches… Imbibé d’un sirop de rhum blanc-passion, d’une mousse vanille de Madagascar et d’une gelée mangue.

Enfin c’est aux deux mythiques palaces de Paris que se découvre la tradition version 2019. Là où, pour l’hôtel Crillon, le Chef Matthieu Carlin imagine une bûche comme ‘Le Carrosse de Noël’ dont l’intégralité peut être dégustée. Une plongée Proustienne dans l’enfance, notamment parsemée d’une mousse au chocolat noir 66% et une gelée de pamplemousse rouge. Mais c’est justement l’antre de Marcel Proust qui dévoile la bûche la plus convoitée de l’année.

Il faut dire que le Chef François Perret pour le Ritz fut, en 2019, consacré meilleur Chef Pâtissier au monde. Un talent qui se dévore autour d’une bûche légère mais gourmande. Une création bâtie autour d’un biscuit moelleux aux noisettes torréfiées — enrobées d’un crémeux Gianduja et d’un chocolat noir Carúpano 70%. Une spirale désirable à souhait, à mettre sur toutes les tables de Noël.

Noël Au Ritz Paris: Le Chalet de la place Vendôme

C’est une première! Du 7 décembre au 5 janvier 2020, le plus chic des chalets de Noël trônera en face du Ritz Paris, place Vendôme.

Tous les jours de 15h à 20h, le chalet de Noël du Ritz Paris sera le rendez-vous immanquable des gourmets en goguette. L’idée? Pour la première fois, l’hôtel le plus glamour de la galaxie proposera dans un chalet en bois qui trônera sur la place devant l’entrée de l’hôtel ses goûters iconiques — sur place ou à emporter. Et notamment des gourmandises à offrir, nichées dans de belles boîtes siglées… Quelles douceurs contiennent-elles? Un duo de clés en chocolat, un cake marbré, sans oublier l’incontournable ourson en chocolat du Ritz Paris. Il ne reste qu’à choisir!

Car derrière le feuilleté au chocolat ou à la noisette cuit minute, on retrouve évidemment le talent du Chef pâtissier du Ritz, François Perret. Celui qui vient d’être élu meilleur chef pâtissier de restaurant du monde par Les Grandes Tables du Monde, profite aussi de l’occasion pour offrir une version revisitée du traditionnel Apfelstrudel… Le pain d’épices de Noël version chic, au Ritz Paris? Ce n’est, finalement, que la continuité avec le maître de la haute cuisine Française, un certain Auguste Escoffier. Considéré comme le « roi des cuisiniers », et « cuisinier des rois » il a longtemps œuvré au côté de César Ritz, fondateur du mythique hôtel qui porte aujourd’hui son nom, bien haut! Que lui doit-on, sinon l’invention des crêpes Suzette et celle de la pêche Melba… Des délices qui viennent désormais ravir les papilles du monde entier.

Le chalet du Ritz Paris proposera aussi une tradition bien Française. Pour l’Épiphanie, François Perret a en effet réalisé une galette gourmande, travaillée autour d’une frangipane crémeuse et fondante. Mais au Ritz, rien n’est comme ailleurs. Le chalet sera entièrement dédié à la vente des galettes des rois le weekend du 4 et 5 janvier. Alors, le chef pâtissier a glissé dans trois d’entre elles, une surprise de taille… Trois fèves dorées à l’or fin.  Les trois heureux gagnants remporteront chacun un brunch pour deux personnes. De quoi réveiller son attrait, en même temps que le palais.

En attendant, le lieu sera aussi l’endroit où déguster une autre spécialité du Ritz Paris. Le délicieux chocolat chaud, véritable signature du lieu. Le secret? Un chocolat Venezuela 70% au crémeux incomparable! Voilà qui séduira les plus gourmands. En même temps, comment résister à l’envie d’attraper un chocolat chaud avec une pâtisserie signée François Perret au milieu d’une des plus belles places de la capitale…

Les Nouvelles Montures-Bijoux d’Alexanian par Meyrowitz

uni-touche-de-miel-web-2.jpg

Installée depuis 1875 à deux pas de la Place Vendôme, Meyrowitz est depuis toujours associée à la grandeur de l’exceptionnel. C’est donc tout naturellement que la maison prend le soin d’introduire les dernières créations du maestro de la lunetterie — Alexanian, artisan travaillant ses lunettes dans l’or, depuis 1963 ! Sophistiqués et éminemment exclusifs, les deux nouveaux modèles puisent dans un sertissage cabochon minutieux de diamants ou de rubis toute leur préciosité. Sobrement baptisés modèle Diamants ou le modèle Rubis. 

 

Et c’est ainsi que seule la galerie-boutique du Ritz est en mesure de faire écho à la grandeur de telles créations. Dignes de la haute-joaillerie, ces lunettes trouvent dans le Palace de la Place Vendôme un écrin incroyable, à l’atmosphère aussi luxueuse qu’impénétrable. Là où le meilleur des savoir-faire converge dans une ambition unique : faire du luxe le point de rencontre entre l’art et la technique !

Le Barman du Ritz Distille L’Esprit Français Pour Air France

bloggif_5921d060da55a.jpeg

Né en 1961 au Royaume-Uni, Colin Peter Field se passionne lors d’un voyage à Paris, à l’âge de 14 ans, pour le métier de barman. Huit années plus tard, fort de sa passion, il obtient la médaille d’argent du Meilleur barman de France ainsi que celle du Meilleur barman dans le Grand Prix Mondial Martini. Et c’est en 1994 que Colin Peter Field est nommé Chef Barman au Ritz. Depuis, l’homme est devenu un artiste de la mixologie et son plus bel ambassadeur – en 2009, la catégorie Barman au sein du concours du Meilleur Ouvrier de France est initiée par ses soins. Alors, lorsqu’aujourd’hui, Colin Field imagine capturer la France dans un cocktail destiné à la compagnie aérienne nationale, le résultat ne pouvait être que bluffant.

Air France et Le Ritz Paris sont en effet depuis toujours animés d’une même passion : celle de perpétuer la grande tradition de service d’excellence et d’exclusivité à la Française. En proposant aujourd’hui ou plutôt, dès le mois de juillet prochain, un cocktail signature de Colin Field à ses clients voyageant en Première, la compagnie promet de faire rayonner le savoir-faire et la culture Française à travers le monde. Mieux, puisque la France est tout sauf lassante, le cocktail proposé changera tous les trois mois – une création toujours imaginée sur une base de calvados, cognac, armagnac, jus de pomme ou champagne… So French !

Le Tailleur Jupe en Tweed, Chanel Métiers d’Art 2017

cara_1.jpg

C’est une tradition instaurée par la maison Chanel au début du millénaire : chaque année, c’est une ville chère à Gabrielle qui sert de théâtre aux défilés des Métiers d’Art. Après Edimbourg, Salzbourg ou Rome l’année dernière, ce n’est nulle autre que Paris qui sert d’écrin à ce nouveau volet créatif. Entre les murs du Ritz, là même où Coco, dès 1937, trouva une maison à la hauteur de son esthétisme, se tint ainsi le défilé Métiers d’Art 2017, autour d’un “Paris Cosmopolite“.

La collection recelait de joliesse, d’audace mais aussi et surtout de classiques-twistés. A l’instar du mythique tailleur tweed, ici travaillé, ou plutôt dissous dans un tweed de laine écru. Parée de galons de perles, de fleurs et feuilles de tweed, la veste s’épanouit au contact de broderies florales, tandis que les épaules s’ouvrent en même temps que plonge la fente d’un col lui-même bordé. C’est à la broderie Montex, nouvelle venue dans les Métiers d’Art Chanel, que l’on doit en partie la somptueuse réalisation de la pièce ! Dans une couleur crème qui n’appartient qu’à la maison Chanel, le tailleur exprime ici une nouvelle modernité : épurée et légère ; le tailleur jupe en tweed s’apprête volontiers pour un déjeuner au Bar Vendôme.

La Minaudière Chanel N °5 du Défilé Métiers d’Art 2017

19.jpg

La place Vendôme est depuis longtemps l’une des inspirations de la maison Chanel. A vrai dire, il y a longtemps déjà que Coco et la place Vendôme sont liées ! Elle qui n’a jamais voulu s’installer a fait de la place Vendôme, et plus particulièrement du Ritz, son espace à part entière. Ainsi, lorsqu’il fallut donner une forme physique à sa pénétrante odeur, Gabrielle Chanel emprunta à la place sa forme, ses courbes droites et octogonales : son premier parfum, le N°5, adopte donc un flacon scellé d’un bouchon en forme octogonale

Aujourd’hui, l’occasion du défilé Métiers d’Art 2017 offre à Karl Lagerfeld l’opportunité de s’amuser avec la muse, une fois de plus. Réalisée comme un totem post-moderne, la minaudière Chanel N°5 se taille ainsi dans un flacon plexiglas, flanqué de rangs de perles. Voici un travail artisanal si fantastique qu’il achève de célébrer les qualités uniques d’un design imaginé il y a près d’un siècle… Une esthétique espiègle mais pragmatique au fermoir nostalgique.

Angel Precious Star par Thierry Mugler

Angel-Precious-Star-Thierry-Mugler.jpg

1992. Au Ritz. Le couturier super star Thierry Mugler présente son premier défilé haute couture. La même année, il sort son premier parfum, en faisant appel à la maison Clarins et Vera Strubi.

Là, il espère pouvoir créer un parfum évoquant « ses propres souvenirs d’enfance, les goûters chez sa grand-mère, la barbe à papa, les gâteaux au chocolat, le caramel… ». Une étoile est née : un flacon à cinq branches empli d’un jus bleu, véritable ovni au milieu des parfums fleuris comme l’eau d’Issey Miyake, sortie la même année. Une eau sensuelle et gourmande qui imprègne la peau d’un sceau astral comme venu d’Orient. 

Afin de célébrer ces deux décennies de succès, le créateur nous offre pour les fêtes, une réinterprétation du flacon : saupoudrée de poussières d’étoiles, un médaillon gravé « 20 », la nouvelle version est ronde côté face ; un prisme habille le côté pile. L’effet de perspective est facilité par l’étoile en métal argent qui surplombe la fiole.

La spirale que forme ce tout hypnotise autant que les égéries Mugler : après Jerry Hall ou Naomi Watts, c’est aujourd’hui Eva Mendes qui, parée d’une robe scintillante du même bleu profond que la fragrance, incarne la volupté voulue par le créateur. En plus de ses traits, la belle prête sa voix pour le prochain spot TV. 

Un objet unique destiné à toutes les inconditionnelles du jus. Pour les autres, il n’est pas trop tard.