Le Nouveau Monogramme Burberry Habille Stella Tennant pour le Printemps/Eté 2019

_bur0325_jpg_7541_north_1382x_black-2.jpg

Riccardo Tisci faisait défiler à Londres son tout premier opus pensé pour la maison Burberry. Et, déjà annoncé au courant de l’été, le nouveau monogramme trouvait là un écho bien particulier. En se réappropriant le patrimoine identitaire de cette maison bi-centenaire, l’Italien Tisci a ainsi pioché dans les archives un motif dessiné par le fondateur lui-même. En 1908, avant même d’imaginer le trench-coat, Thomas Burberry donnait une identité visuelle à sa maison — un motif fait des lettres TB comme entrelacées qui, sous l’impulsion de Tisci, fut appelé à être réinventé ! 

C’est donc au célèbre designer Peter Saville que le nouveau directeur artistique de Burberry a soumis l’exercice. L’artiste disposait ainsi de quatre semaines pour donner vie à la vision Tisci pour Burberry. Et le pari fut réussi — sur une palette mêlant dynamiquement orange et blanc et beige, couleur iconique de la maison, est ainsi né le monogramme idéal pour l’époque. Plus abstrait, il vient donc se poser sur nombre de créations du Printemps/Eté 2019. En vedette : un ensemble coupé dans une soie onctueuse, arboré par la mannequin Stella Tennant ! 

Imprimé sur un chemisier à col lavallière, ton-sur-ton avec la doublure en soie d’un blazer en laine très British, le nouveau monogramme sur cette silhouette n°25 admet la démarche de Riccardo Tisci. Celle de célébrer la Grande-Bretagne dans un geste inclusif. Jeunes, âgés, sophistiqués, club kids ou punks, bourgeoises ou aristocrates : Riccardo Tisci l’a dit, il veut habiller et réunir tous les styles et toutes les générations. Et ce autour d’un monogramme fixé entre passé et présent !

La Robe de Cocktail Givenchy Printemps-Été 2016

cocktail2.jpg

En arrière-plan s’érigeait la skyline du nouveau World Trade Center. Le jour anniversaire du 11 septembre 2001, la maison Givenchy présentait lors de la Fashion Week de New-York le défilé de la saison Printemps/Été 2016. Avec l’aide de sa complice, Marina Abramovic, et porté par la coopération d’un stupéfiant soleil se couchant sur l’Hudson, Ricardo Tisci fit défiler une collection hommage : hommage aux collections des 10 dernières années, hommage à la catastrophe du 11 septembre.

De ces souvenirs, le directeur artistique de la maison Givenchy fait ressurgir l’essence de la haute couture et du prêt-à-porter masculin et féminin. Les 88 looks ayant défilé ont ainsi présenté un mélange de dentelle délicate, de drapés soignés et de soie chatoyante… Ce fut une collection sans trop de folie créative, tant elle s’attachait à ancrer la calligraphie noir et blanc des robes Givenchy. Parmi elles, la robe cocktail à dentelle romantique venait capturer le corps dans une légèreté toute déstructurée. Brodées et pensées dans une transparence d’un genre ultra moderne, la robe de cocktail Givenchy s’amuse doucement des solennités et, avec des bords en dentelle brodée, divulgue une féminité exacerbée mais intouchable.

Exposition de La Petite Veste Noire de Chanel

50a640a058fa5.jpg

L’exposition photographique « La petite veste noire : un classique revisité par Karl Lagerfeld et Carine Roitfeld » arrive enfin à Paris. Après avoir traversé le monde, l’homme au catogan et l’ex-rédactrice en chef de Vogue France continuent leur rétrospective au Grand Palais du 10 au 25 novembre. L’exposition inaugurée en avril 2012 à Tokyo passe par 10 grandes villes internationales pour mettre à l’honneur la pièce mythique de Chanel.

109 personnalités de la mode, musique, danse, des femmes et même des hommes ont posé devant l’objectif du kaiser de la maison de haute couture. Tous affichent avec un style différent le vêtement iconique (qui n’a cessé d’être) revisité depuis 1983. Inspirée des vestes du personnel d’un hôtel autrichien, la pièce créée en 1954 par Coco Chanel est devenue intemporelle et universelle.

Afin d’offrir une expérience multidimensionnelle à l’exposition, Chanel mise sur des supports plurimédias. Véritable plateforme, le site dédié thelittleblackjacket.chanel.com présente en teaser les coulisses du projet et le making-of du shooting. Les vitrines des boutiques Chanel de Paris célèbrent également la veste en tweed grâce à une scénographie inédite présentant une sélection de vestes de la collection Croisière. Et pour clore en beauté l’évènement parisien, la célèbre maison fait paraître un livre hommage du même nom que l’exposition. On y retrouve les portraits de Vanessa Paradis, Uma Turman ou Edgar Ramirez entre autre.

Déjà passée par Moscou, New-York ou Londres, l’exposition s’arrêtera à Berlin pour s’achever à Séoul cet hiver.

La Magie Hypnotique De Paco Rabanne !

Icon-Icon-Icône-phare-emblematic-emblématique-metal-dress-robe-metal-paco-rabanne.png

 Ce sera Lydia Maurer qui succédera à Manish Arora à la direction artistique du prêt-à-porter de Paco Rabanne.

D’origine germano-colombienne, elle est diplômée du studio Berçot à Paris. Passée par Yves Saint Laurent puis par Givenchy, la jeune styliste de 29 ans déclare au Fashion Daily News : « Le challenge sera de faire cohabiter l’esprit architectural et avant-gardiste des créations d’origine avec un véritable vestiaire, pertinent en 2012. Apporter de la chaleur, de la légèreté, de la souplesse à un style qui n’était pas nécessairement destiné à la vente, tout en recréant la magie hypnotique qui caractérise à mes yeux le style Paco Rabanne ».

Magie hypnotique! Du coup, les images défilent et on ne peut s’empêcher de penser au génie si singulier de Paco Rabanne. Ses pièces mythiques qui ont marqué à tout jamais l’histoire de la mode: la mythique robe de métal, le non moins mythique sac 69. Un bel héritage. A vivre, à toucher et porter. Rendez-vous en Octobre pour la collection printemps-été 2013.