Le Tailleur Bar, Le Manifeste Dior

En 1947, au lendemain de la seconde guerre mondiale, Christian Dior envoie valser l’image de la femme-soldat d’usine — la femme-fleur est née, le Tailleur Bar en étendard.

Comment Le Tailleur Bar de Dior Est-Il Né?

Christian Dior, aux côtés de l’industriel du textile Marcel Boussac, s’engage pour que se fasse le « retour à un idéal de bonheur civilisé ». Par son refus du compromis, par son engagement en faveur du retour des vêtements seyants, Monsieur Dior pense une première collection qui renoue avec l’idéal de beauté.

Lui qui aimait passer boire un verre en fin d’après-midi au Plaza Athénée, c’est le bar du palace même qui lui inspire sa création phare. Epaules droites, légèrement tombantes de profil, jupe extrêmement large et couvrant le mollet, taille très fine et resserrée, constituant le point d’ancrage de toute la tenue — l’ensemble Bar fait fureur ce jour de 1947, dans les salons du 30 Avenue Montaigne.

La ligne se veut symbole de la féminité et de l’absolue élégance.  Le couturier assurait vouloir «  que mes robes fussent construites, moulées sur les courbes du corps féminin dont elles styliseraient le galbe. J’accusais la taille, le volume des hanches, je mis en valeur la poitrine. » En harmonisant le tout grâce à une doublure de trois mètres de percale et de taffetas, Christian Dior renouait ainsi avec une vieille tradition.

La silhouette galbée du Tailleur Bar évoque déjà les crinolines du XIXe siècle; la veste est un emprunt à l’âge d’or de la mode masculine, emprunt permis par la démocratisation du complet veston.

Mais en cette veille de défilé, les premiers essayages sur le mannequin Tania vont d’échec en échec. Les basques tombent à plat. L’effet sur les hanches est insignifiant… Dior a alors l’idée d’utiliser des plaques de coton chirurgical qu’il plie en accordéon pour créer le volume désiré. Ça marche !

Le tailleur-bar est né. Emerveillées, nombreuses sont les mondaines à s’être précipitées vers cette nouvelle signature de la mode Française. Dès 1947, le Tailleur Bar est reproduit dans tous les magazines; aux quatre coins du monde, les femmes s’habillent en Dior.

Le Manifeste Dior, Une Modernité Radicale

En ce qu’il constitue une balance parfaitement harmonieuse entre courbes et lignes, les proportions du Tailleur Bar magnifient les courbes naturelles d’une femme. Et c’est en cela qu’il est un chef d’oeuvre absolu de la maison.

De John Galliano à Raf Simons en passant par Maria Grazia Chuiri, le manifeste inventé par Christian Dior est une merveille à réimaginer. Toujours en avance sur son temps, le Tailleur Bar est devenu le basique des femmes — élégantes et de pouvoir… Un basique capturé à merveille par le photographe Peter Lindberg.

Car là où John Galliano en faisait une version extravagante toute en tissus et volumes imposants, Raf Simons a très vite prouvé qu’il était aussi efficace dans une version minimale.

Noir et coupé au cordeaux, le Tailleur Bar épousait ainsi en 2012 le pantalon dans une version des plus désirables !

Maria Grazia Chuiri a elle aussi beaucoup réinventé le Tailleur Bar ces dernières années — piochant dans ses lignes accentuées, une grammaire néo-féministe des plus radicales. Une légende qui résiste, finalement, à tous les changements d’époque.

Le Sac DiorBar

diorbar.jpg

Depuis cette première collection, Christian Dior n’a eu de cesse de créer un univers printanier de façon à sublimer la femme trop longtemps enfermée par les restrictions dues à la guerre. Le tissu se déploie, embrasse le galbe des hanches pour le faire jaillir sous ces formes de corolles, épouse la taille et structure les épaules pour une silhouette chic et élégante, féminine et amoureuse. À l’heure où Raf Simons entame sa conversion Dioresque, il offre au monde les plus belles références de la maison dans des détournements inattendus et emplis d’une nostalgique passion historique.

La révérence se fait évidemment devant un Tailleur Bar, souvenir de ces fins d’après-midi où cocktail rimait avec le luxe des bars de grands hôtels. De celle-ci naît le sac DiorBar reprenant méticuleusement les caractéristiques principales d’un mastodonte de l’histoire de la mode. Les lignes arrondies ne tardent pas à répondre à la forme simple et à la fois stricte d’un sac sensuel clos par deux fermoirs bijoux aux initiales du maître-couturier. Les courbes féminines dialoguent avec une palette de couleurs variées et des matières riches déclinées en veau gainé, cuir d’autruche ou crocodile. Ultime rappel, le profil du DiorBar évoque le « 8 » de la silhouette imaginée par Dior et inscrit cette création dans l’infini d’un passé réinventé.

La Robe Miss Dior 1949 du Défilé Automne 2013

DiorRAF.jpg

Le défilé « des Passions Communes ». C’est ainsi que Raf Simons désigne sa dernière collection pour Dior.

Les deux couturiers partagent la fascination pour les réminiscences des périodes de l’Histoire. Alors, si Christian se rêve à la Belle Époque, Raf Simons est au Modernisme. Et le syncrétisme aboutit à la réinterprétation de la robe bustier « Miss Dior 1949 ».

En tulle noir, brodée de cuir, elle convoque à elle seule le présent tournant de la maison : beaucoup des codes Dior ; substances et coupes nouvelles. La version moderne de la mythique robe conserve la longueur, et assure l’allure. Chic achevé, où Marie-José Croze se voit déjà. Comme sur un nuage !