L’Hôtel Eden Roc, la « Splendeur de la Riviera »

hotel-du-cap-eden-roc-luxury-dream-hotels-3_0_0.jpg

C’est en 1870 que la construction de l’hôtel Eden Roc prit fin. Bâti dans le pur style Napoléon III par le fondateur du Figaro, Hippolyte de Villemessant, la demeure se destine aux écrivains en mal d’inspiration. Mais c’est à Antoine Sella que l’hôtel doit sa dimension mythique qui, de sa superbe, donna à l’Eden Roc la réputation d’un établissement prestigieux. En 1914, Antoine Sella annonce en effet l’ouverture du Pavillon Eden-Roc, et de sa luxueuse piscine d’eau de mer creusée dans la roche. Il n’en fait pas plus pour attirer les souverains, maharajas, hommes d’affaires et artistes sur la Côte d’Azur ; non seulement l’hiver – la saison phare à l’époque – mais aussi, à partir des Années folles, l’été. Francis Scott Fitzgerald en témoigne d’ailleurs dans son roman Tendre est la nuit :  » C’est un grand hôtel au crépi rose […]. Une rangée de palmiers évente avec déférence sa façade congestionnée, tandis qu’une plage aveuglante s’étend à ses pieds. Un petit clan de gens élégants et célèbres l’a choisi récemment pour y passer l’été. « 

L’hôtel obtient sa cinquième étoile le 30 septembre 2009. Mais l’endroit s’est déjà mué en une véritable succursale du festival de Cannes. Souvent, les hommes de l’ombre dans les coulisses s’activent afin de satisfaire chacune des demandes des résidents temporaires. Noyé dans un parc luxuriant de 9 hectares plantés de pins d’Alep, le palace se compose de deux parties : l’Hôtel du Cap (la partie Napoléon III, qui domine le parc) et l’Eden-Roc (qui surplombe la mer). Il a toujours vécu dans le paradoxe. Un paradoxe qui, de Fred Astaire, Charlie Chaplin, Yves Montand, les Beatles, Cary Grant, Blake Edwards, Valéry Giscard d’Estaing, Liza Minelli, ou Frank encore Sinatra, a su subjuguer et se faire rencontrer les personnalités de tout bords. Marlène Dietrich lisant le journal dans sa chaise longue, Pablo Picasso en short et espadrilles croquant le paysage sur un coin de table, Gary Cooper, chemise nouée au nombril – il serait ans doute plus aisé de lister ceux qui n’y ont jamais séjourné. Pour Arielle Dombasle, « le magnétisme de cet endroit réside dans le ravissement permanent qu’il procure, mais aussi ce sentiment intérieur très fort de goûter à la nostalgie d’une époque de calme, de luxe désinvolte et secret… » C’est ainsi, l’Eden-Roc appartient tout simplement à ces établissements mythiques qui ne veulent pas vivre comme les autres.

Rémy Martin Louis XIII : Robe Ambrée et Prestige Doré

remymartin_louisxiii_iconicon.jpg

Naissant dans le cœur de la Grande Champagne, la cuvée Louis XIII produite par Rémy Cointreau et estampillée Rémy Martin, sont les 700 millilitres de cognac les plus prestigieux de tous. Pas moins de 1200 eaux-de-vie, vieillies de 40 à 100 ans, ainsi qu’un siècle de savoir-faire sont nécessaires à son élaboration. Pour cela, seuls les meilleurs éléments sont gardés lors d’une sélection drastique comme l’annonce non sans fierté, le maître de chai du domaine « Nous sélectionnons uniquement les eaux-de-vie de Grande Champagne qui ont été primées, qui ont un bonus de qualité maximum de 10% ». Le vieillissement selon la plus pure tradition, en tierçons dans des fûts centenaires en chêne du Limousin permet l’échange entre les eaux-de-vie et l’air. Ce processus permet à la robe du Louis XIII de prendre une intense note ambrée, caractéristique de l’intensité des arômes. La bouteille en cristal contenant ce cognac d’exception est aussi issue d’un savoir-faire rare. Sa conception résulte du souffle synchronisé d’artisans verriers, façonnant alternativement le cristal en bouche pour offrir un écrin de choix pour cette illustre cuvée.

Cinq générations se sont succédées dans les chroniques de la maison au centaure Rémy Martin tandis que le paysage de Grande Champagne brille depuis un siècle déjà au travers du cognac Louis XIII. La majesté de cette cuvée et de sa célèbre bouteille en cristal tient son nom du suzerain qui accorda en dépit de l’interdiction de 1738, une dérogation nonpareille à la maison Rémy Martin pour planter de nouvelles vignes. Une dérogation unique due à l’excellence des cognacs produits par le domaine. Le cognac Louis XIII, créé en 1874 est un hommage à ce geste, la carafe est aussi un témoignage de ce patrimoine, ainsi elle est inspirée d’une flasque qui fut trouvée sur le lieu de la bataille de Jarnac qui se tint en 1569. Le contenant, aujourd’hui presque aussi iconique que le contenu, rajoute une saveur particulière à l’instant de celui qui en déguste la liqueur.

Rien de plus naturel, pour une culture de vigne de plus de 300 ans ainsi qu’un des plus prestigieux cognac, que de connaître quelques menus changements lors de prestigieuses occasions. Dans les années 2007, le Louis XIII se joint à Baccarat pour donner naissance au Louis XIII Black Pearl. Avec 786 carafes numérotées, faites d’un cristal aux reflets noirs, le noir des perles des reines, le Louis XIII Black Pearl est une édition exclusive toujours plus attachée à l’histoire des rois et reines. L’année 2012, est une année de découverte; un cognac vieilli différemment permit à Pierrette Trichet, ancien maître de chai de la maison et son adjoint de mettre au monde le Rare Cask 43.8. Rare Cask 43.8 pour renvoyer à son degré d’alcool de 43,8 degrés qui pour Pierrette Trichet « avait atteint le point d’équilibre entre le degré d’alcool et les arômes, il y avait une harmonie quasi parfaite ». Comme le confie le vice président d’un restaurant de Montréal « On l’a acheté pour le prestige ». La nature insaisissable du Louis XIII en renforce l’aspect d’exception, les fûts centenaires que sont les tierçons n’ont pas encore révélé l’intégralité de leurs secrets. A l’automne 2009, Pierre Trichet exulte, « Lors d’une dégustation, j’ai ressenti la même émotion, une révélation dont j’avais le souvenir, j’ai compris que j’avais peut être découvert un second rare Cask ». Se distinguant à nouveau par son degré d’alcool supérieur aux habituelles 40%, le Rare Cack 42.6, joyaux parmi les joyaux, présenté dans sa carafe mêlant cristal noir et or rose est la confirmation qu’au domaine Rémy Martin, les mystères du Louis XIII restent impénétrables. Au travers des âges, le cognac Louis XIII, tout comme les anciennes fleurs de lys d’or, continue d’offrir des instants d’exception et de fascination à des consommateurs très avertis.

La Grande Dame Veuve Clicquot

veuve-clicquot-la-grande-dame.jpg

Grande Dame, un nom simple, établi parmi les plus grands du terroir champenois, pour cela, il provient de l’assemblage des 8 grands crus historiques de la maison Veuve Clicquot. La cuvée dominée par le Pinot Noir, équilibrée par une touche de Chardonnay est plébiscitée par tous, connaisseurs ou simples amateurs de Champagne, pour sa finesse, l’abondance de ses bulles ainsi que son allonge inimitable. C’est ainsi, que Veuve Clicquot, une des plus anciennes Maisons de Champagne continue, en concordance avec sa devise « une seule qualité, la toute première », de se distinguer via sa cuvée La Grande Dame au travers d’un savoir-faire immémorial caractérisé par des décades de modernité, une qualité sans pareille ainsi qu’une audace certaine. Cette cuvée, d’une intensité remarquable, présentée dans une bouteille aux lignes épurées, arborant les emblèmes de la maison, l’ancre et la comète, demeure un symbole prestigieux de par le monde et incarne encore et toujours, les valeurs chéries par Madame Clicquot. 

C’est le 23 Octobre 1805, au décès de son mari que Barbe Nicole Clicquot née Ponsardin devient la première femme dirigeante d’une maison de champagne ainsi qu’une des premières femmes d’affaires de notre ère. Avec une vision nouvelle sur la façon de gérer un domaine mêlée à un sens aigu des affaires et une force de caractère affirmée, Madame Clicquot réussit à multiplier par sept la production de bouteilles, pour notamment offrir au monde, le champagne le plus connu depuis l’Empire, celui qui permit à la maison de s’installer parmi les noms champenois les plus prestigieux, la cuvée Grande Dame.

« La reine de Reims » comme l’écrivait Mérimée, qui s’intéressa de près aux méthodes d’élaboration du champagne et qui inventa au cours d’une de ces expériences la « table de remuage », se voit aujourd’hui encore, célébrer par la maison éponyme, qui perpétue le souvenir de Nicole Barbe Ponsardin au travers de l’aérienne et raffinée cuvée Grande Dame. Cette cuvée Grande Dame, issue des terroirs classés Grand Cru de la maison Veuve Clicquot, est un champagne  à l’image de celle qui fut surnommée « la grande dame de Champagne », une cuvée des plus complexes, renommée pour sa classe mirifique, son inimitable style ainsi que ses millésimes légendaires.