Prada Et Adidas, La Convergence Des Icônes

Quand Prada et Adidas s’associent autour d’une collection capsule inédite, c’est pour mieux revisiter deux de leurs icônes…

Le sac Bowling de Prada. La Superstar d’Adidas. La collection capsule des deux maisons les plus innovantes de ces dernières décennies promet de ravir nombre d’afficiondos. Il faut dire que le concept a de quoi plaire — ce ne sont pas deux pièces séparées, mais bel et bien pensées et vendues ensemble. Concrètement?

Le sac Bowling de Prada et la Superstar d’Adidas ne pourront être achetés séparément — le pack constitue ainsi une édition limitée et numérotée, de 700 pièces seulement. Ici, le nom de Prada vient donc se griffer sur la légendaire Superstar d’Adidas; le mythique sac Bowling des années 2000, lui, se décline en blanc cassé… La teinte phare des Superstar !

Ne reste qu’à attendre le 4 décembre pour tenter d’acquérir le résultat d’une collaboration inédite et très attendue. Quand la maison la plus avant-garde de l’élégance rencontre la marque qui a su dérider la silhouette du quotidien… Il y a de quoi susciter le désir !

Le Sac Bowling de Prada, Le Retour d’Une Icône

Le retour en grâce d’une pièce clé du vestiaire ‘Sincère Chic’ de Prada — vue pour la première fois en 1999.

L’anticonformisme de Miuccia Prada a souvent donné lieu aux pièces les plus désirables de la mode des ces trente dernières années. Après le retour du Pocono, la maison Italienne a surpris le monde de la mode lors de son défilé Croisière 2020, avec son dernier remake en date — l’iconique sac Bowling.

Septembre 1999, Prada est la figure de proue d’un nouveau vocabulaire luxe: la jolie laide, une silhouette toute faite de mélanges décomplexés et franchement désirables, trouve son point d’orgue avec la collection du Printemps/Eté 2000. Baptisée ‘Sincere Chic’, le défilé fait la part belle aux codes depuis devenus iconiques de Prada. En vedette, un sac aussi inattendu que bien galbé — le sac Bowling.

C’est un hit, instantané. Les magasins Prada doivent mettre en place des listes d’attente, tant la demande pour le sac Bowling est forte . Réédité cette année pour sa vingtième année, le it-bag a aussi été repensé.
En color block dans sa version la plus pop, le sac Bowling a toutefois conservé ce cuir à l’aspect soyeux, véritable savoir-faire de la maison Prada. Une nouvelle vision de l’icône, raffinée et extrêmement cool !

Prada, La Rigueur Minimaliste du Printemps/Eté 2020

Quand Miuccia Prada rebat les cartes de la mode — le style l’emporte sur les tendances. La formule iconique de Prada en tête!

« C’est une collection sur le pouvoir qu’exercent les femmes sur leurs vêtements, et le style sur la mode. L’accent est mis sur la manière de porter le vêtement et sur la personnalité des femmes, le tout offrant une nouvelle pluralité. » Miuccia Prada n’est pas à sa première contre-indication mode. A l’heure où les nouvelles générations se questionnent sur l’avenir de la planète et remettent en cause l’intérêt même de la mode, Prada surprend et répond: il y trop de tout! Trop de vêtements, trop de tendances — l’idée: un retour à l’essentiel.

En mêlant les contraires avec l’adresse qui lui est propre, Miuccia Prada met en scène une collection Printemps/Eté 2020 en phase avec l’époque — une retour aux classiques, mais twistés, façon Prada! Dans une quête de pièces éternelles, le sens du style Prada se fait sentir dans des juxtapositions aussi osées qu’élégantes. En puisant dans sa formule iconique, Prada remet au goût du jour ses coupes caractéristiques des années 90 – mais avec ce zest années 20 et 70 dès plus allurant!

Car c’est bien cela, l’équation iconique de Prada — mêler les genres, les imprimés, les silhouettes d’antan dans une veine si contemporaine qu’elle tient de l’avant-garde. Et le look d’ouverture porté par Freja Beha dit tout de la tendance à venir: la mode Prada se veut désormais éblouissante dans les matières et la simplicité, laissant la femme qui la porte briller par son allure. Naturellement.

Le Sincere Chic Prada dans un Paletot Tapisserie pour le PE 19

_mon0181.jpg

« Ce qui me préoccupe aujourd’hui, c’est la tendance à tout simplifier. Même la politique est gouvernée par les slogans. Parfois, de simples hashtags. Si vous simplifiez à outrance, vous pouvez dire n’importe quoi. Et la mode ne devrait pas suivre cette simplification excessive, car plus vous simplifiez, plus vous utilisez un slogan, moins il y a de contenu. C’est cela que je veux montrer : la bataille entre ces deux camps. » Pour sa collection Printemps/Eté 2019, Miuccia Prada faisait défiler à Milan une version contemporaine de son déjà iconique Sincere Chic. Entre codes bourgeois twistés et imprimés tapisserie franchement laid, l’héritière Prada démontre une nouvelle fois de la pertinence d’une équation inventée il y a deux décennies de cela. Complexe et séduisante, la silhouette N°9 capture ainsi l’incroyable capacité de Prada à renverser l’attendu. 

 

« J’ai voulu jouer avec tous les clichés classiques du vestiaire féminin, la jupe tennis, le petit manteau paletot, les serres-têtes de dames, la chemise en chiffon… et les déchirer aux coudes, dans le dos pour montrer le contraste de la femme forte que Prada a toujours souhaité inspirer et représenter. » Ainsi déconstruite, l’allure bourgeoise trouve un écho faussement classique dans une silhouette mêlant manteau paletot, mi-bas apparents et clash des valeurs. Entre fantasmes et libertés croissantes, extrémisme et conservatisme, Prada impose une bizarrerie assumée. Pensée pour une femme élégante et très sophistiquée.

 

Côté accessoire, l’originalité du Sincere Chic est poussée à son paroxysme dans les bandeaux très BCBG allègrement pervertis au gré d’imprimés, de studs, de cristaux et autres pierreries. Un détournement et un commentaire sur l’époque très applaudis par un par-terre de VIP très Prada — Spike Lee, Poppy Delevingne ou encore Sofia Coppola qui souligne « la force de ces femmes aux looks de dames qui sont en fait des Bad Girls. »

 Quand le Sac en Pocono se mue en Robe pour le Printemps/Eté 19

_mon0383.jpg

Cette semaine à Milan, c’est à la Fondazione Prada que se tenait le défilé Printemps/Eté 2019. Une collection qui avait à la fois tout et rien de l’esthétique Prada. Tout car c’est autour du Sincere Chic et d’une vision quelque peu austère que s’ouvrait le défilé. Rien, car pour la première fois, les logos, les maillots et souliers-chaussettes démontraient la volonté de Miuccia Prada à se faire l’écho des tendances actuelles… Mais l’héritière a aussi et surtout ouvert la voie à une nouvelle collaboration avec trois figures féminines de l’architecture.  Cini Boeri, Kazuyo Sejima et Elizabeth Diller. 

 

L’Américaine Elizabeth Diller travaillait ainsi le mythique nylon Pocono autour d’une pièce hybride… Un sac-housse destiné à protéger les manteaux se transformant à son tour en une robe minimale et quelques peu austère. Dans les années 1980, cette matière un brin moins snob et rébarbative que le cuir a littéralement remis Prada au coeur de la fashion sphère —  durable, imperméable à l’eau et beau… La critique salue ; le monde de la mode est en émoi — et le pocono devient un incontournable. Mais voilà, une fois entre les mains d’Elizabeth Diller, la pièce sert le commentaire politique d’une Miuccia au sommet de son art ! 

 

« J’essaie de simplifier parce que les pièces excentriques ne sont pas portées par beaucoup de personnes… Peut-être devrions-nous tous réduire nos attentes. Parce que si vous franchissez la ligne, les gens ne s’en moquent. Et la mode a besoin de gens. Elle a besoin de gens qui se soucient d’elle » explique Miuccia Prada en coulisses de son défilé. Et il est vrai que le sac Pocono, une fois mue en robe, flirte gentiment avec la pièce parfaitement taillée pour la vie de tous les jours !

Le Laid Chic Prada du Printemps/Eté

_mon0549.jpg

A Milan la semaine passée, Miuccia Prada annonçait sa volonté d’instaurer une nouvelle élégance masculine; plus jeune, plus fraîche, et surtout plus sexy. De son propre aveu, c’est la première fois que Miuccia Prada prononçait le mot ‘sexy’; mais, sa volonté, elle, s’ancre bel et bien dans les codes mêmes de la maison Milanaise. Il faut dire que la dextérité Prada est depuis longtemps reconnue à sa façon d’élever la banalité des lignes et matières du quotidien pour en faire des pièces franchement désirables. Preuve s’il en faut, le désormais mythique Nylon bag ou les iconiques imprimés laid chic. 

Et pour le Printemps/Eté 2019, Prada infuse la silhouette de son homme d’une bonne dose d’extravagance. A commencer par ces shorts — réduits à la taille minimum, ils sont pour Miuccia « comme une minijupe » pensée pour homme. Le look 32 capture ainsi toute la vision de la saison prochaine: sweat néoprène aux teintes allumées et short graphique aux imprimés très 70’s. « J’ai mis ensemble beaucoup de pièces différentes — sérieuses, drôles, de toutes sortes — mais le but était de construire et de définir une élégance jeune et contemporaine. Ces pièces sont simples et je voulais d’elles qu’elles fassent sens » précisait-elle en coulisses.

Dans une veine quasi science-fictionnelle, Miuccia Prada a donc distillé sa griffe autour d’une notion jusque là inconnue chez Prada — des combinaisons sinon inattendues du moins totalement praticables. Et pour une maison qui adore jouer avec la laideur, aujourd’hui, c’est le sexy comme mauvais goût qui est exploré. Une proposition faite d’obfuscations visuelles qui, une fois passée à travers le savoir-faire Prada, gagne en justesse pour l’homme du présent! 

 

Doria Arkoun 

Le Logo Prada, Le Sceau Inchangé d’une Mode Versatile

prada_1247_l.jpg

Prada, c’est d’abord une enseigne de maroquinerie fondée à Milan en 1913. Mario Prada déjà développe une approche perfectionniste et élégante de la maroquinerie – si raffinée qu’en 1919, la maison devient fournisseur de la cour Italienne. Située dans la galerie Victor-Emmanuel-II à Milan, Prada reçoit le droit d’utiliser le symbole traditionnel de la royauté ; la maison signe désormais ses pièces d’un logo reprenant le motif du noeud de corde ; le sceau même de la maison de Savoie. Ainsi scellées d’un logo discret, les valises et les sacs à main Prada distillent une étiquette authentique et une allure éminemment italienne. L’association entre le nom Prada et son logo est telle qu’il est encore utilisé aujourd’hui pour signer les sacs à main. Il faut dire que l’arrivée de Miuccia Prada n’a pas seulement exporter la tradition familiale dans plus de 70 pays – elle a su l’élever au rang d’art contemporain ; une tradition extrêmement d’actualité.

La réputation Prada se niche ainsi dans le style et l’approche de Miuccia Prada. La petite-fille du fondateur a positionné la maison à l’avant-garde de la mode. « J’aime l’ironie dans mon travail, dit-elle. C’est ça qui m’intéresse, de la même façon qu’il me plaît d’analyser ce qui est et n’est pas à la mode, pourquoi les gens aiment certaines choses. » Et elle ne s’y trompe guère. En 1985, le premier it-bag de l’histoire est signé Prada. Confectionnée dans un nylon militaire – le Pocono – la pièce se distingue dans le raffinement de son exécution… Minimal et neutre, le sac est évidemment signé du logo Prada ; mais discrètement, avec toute l’élégance qu’on lui connait. À y regarder de plus près, la signature Prada distille des lettres très particulières ; une patte qui scelle à elle seule l’essence de Prada version Miuccia.

Car le style se dévoile bel et bien ici – nicher l’audace dans les détails ; bousculer sans jamais provoquer : Prada, c’est un style novateur et iconoclaste qui puise dans l’artisanat l’évidence de sa mode. Les artisans de la maison milanaise utilisent en effet des techniques si anciennes qu’elles dépassent la mémoire de l’humanité, et des méthodes si nouvelles qu’elles tiennent de secrets brevetés. Traduire ce raffinement dans une approche plus pratique et industrielle – voilà ce que signe aujourd’hui le logo Prada ; une signature qui scelle la volonté de préserver l’identité et la qualité fondamentale des pièces Prada.

Le Télescopage et la Chapka Prada Croisière 2019

prada_resort_19_015_jpg_6128_north_660x388_white.jpg

C’est la ville de New York que la maison Prada a choisit pour faire défiler l’une de ses rares collections Croisière. Et celle de 2019 signe le meilleur de l’ADN de la maison Milanaise. Il faut dire que la griffe Miuccia est depuis longtemps à l’avant-garde du système – un système qui, aujourd’hui, ne jure que par un chic étrange, dérouté, détourné. Justement, lorsque Miuccia Prada arrive sur le devant de la scène au milieu des années 1980, l’héritière s’attache à développer une mode à contre-courant ; une mode inspirée et percutante. Là, les styles, les imprimés, les coupes et les références se mélangent dans une cacophonie étrangement convaincante.

Aujourd’hui, la silhouette phare de Prada distille une mode qui ne se conjugue ni en genre, ni en nombre – une silhouette où le tee-shirt en lurex vient embrasser une longue jupe en mousseline de soie. « C’est comme mon fantasme de la réalité » déclarait backstage l’intéressé. Un fantasme qui, pourtant, touche de près à l’actualité, tant Miuccia Prada a en effet su faire se rencontrer détails geek, confort athleisure et préciosité un brin surannée.

Un opéra d’époques et d’influences ici chapeauté par une chapka des plus inspirées ! Ce couvre-chef, Miuccia Prada raconte l’avoir vu sur l’un de ses fils tout juste de retour d’un voyage en Russie. Mais une fois passée au filtre de l’ADN Prada, la chapka ne peut que gagner en style, imprimée de l’iconique motif tapisserie. Miuccia Prada vient sans doute d’inscrire là le geste mode de la prochaine saison !

Tailoring Pocono et Vert Prada pour l’Automne/Hiver 2018/19

tailoring-pocono-prada-fall-winter-2018-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

La grammaire Prada recèle de matières, de couleurs, d’esthétiques bref, de signatures audacieuses. Pour l’Automne/Hiver 2018/19, Miuccia Prada poursuit l’exploration de ses propres archives et, parmi les récentes révolutions que son style a provoqué dans la mode, exhume cette-fois le Pocono et le vert des boutiques. Au cœur de la toute nouvelle tour de la Fondazione Prada défilait ainsi des silhouettes comme autant d’actualisation d’éléments iconiques — la femme Prada est urbaine, libre et hautement éhontée. 

1984, Miuccia fait entrer son nom au panthéon de la mode. Et c’est ce Nylon Pocono qui y contribue. Elle reprend les rênes de la maison familiale Prada, et très vite, édite un sac en Nylon Pocono – matière alors utilisée pour les tentes militaires. Le sac est un succès immédiat. Mieux, il redéfinit les termes mêmes du luxe. Dans le même temps, Miuccia Prada réinvente les boutiques de la griffe — en 1983, le premier Green Store est imaginé par l’architecte Roberto Baciocchi. L’idée centrale de ce projet bientôt globalisé : une teinte verte immédiatement reconnaissable.

Pour l’Automne/Hiver 2018/19, cette silhouette où se mêlent vert Prada et tailoring Pocono a tout de la toilette iconique. D’abord, il y a cette élégance fraîche et audacieuse — un brin avant-gardiste, elle conjugue le vert néon au beige un brin désuet. Mais une fois passé sur le Pocono, l’ensemble gagne en efficacité ! Cette silhouette de l’Automne/Hiver 2018/19 propose ainsi une ligne infusée d’esthétique industrielle — une collection destinée « aux femmes fortes qui sortent dans un monde de violence. Mon rêve, c’est qu’elles puissent sortir dans la rue et ne pas avoir peur. Je voulais que la liberté soit exagérée. » Un souhait qui résonne tout particulièrement dans cette silhouette hautement réussie. 

Le Retour de la Linea Rossa de Prada pour l’Automne/Hiver 2018/19

prada-linea-rossa-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

Prada règne depuis longtemps à l’avant-garde de la mode. Depuis les années 1980 et l’arrivée de Miuccia à la direction artistique de la maison familiale, il n’est pas une saison sans que la maison ne révolutionne la silhouette. Ainsi, après avoir initié le Nylon Pocono et édité l’un des premiers it-bags de l’histoire en 1999, Prada se lance dans la confection d’une ligne sport. Baptisée Linea Rossa, elle figure avant nombre de maisons de mode l’encrage des designers dans le sportswear. Aujourd’hui, cette dialectique est partout exploitée.

Alors, lorsque sur le podium milanais de l’Automne/Hiver 2018/19, Prada fait défiler nombre de pièces iconiques tout droit issues des archives de cette ligne arrêtée en 2000, on se dit que Miuccia Prada vise juste, encore une fois. Comme un savant mélange entre gimmicks sports et élégance italienne, cette silhouette fait la part belle à la couleur orange — mais version néon. Il faut dire que la collection de la saison prochaine a défilé dans une ambiance très urbaine, presque futuriste. Cette pièce de sport prend ainsi des allures de vêtement spatial et, à travers le Nylon transformé en techno-matière, gagne en pertinence. 

Epaules rondes et étirées, une longueur chahutée par une jupe des plus ravissantes — l’équation Prada Sport de l’Automne/Hiver 2018/19 devance une nouvelle fois les attentes. Et c’est dans l’ADN même de la maison que l’on retrouve cette volonté de sublimer, de rendre luxueuses des matières techniques ou industrielles. À l’instar de cette jupe aux plumes très futuristes…