Espèces En Danger, L’Iconique Crocodile De Lacoste S’Engage

Pour la seconde fois de son histoire, la signature Lacoste laisse place à dix espèces en danger — une collection capsule, engagée pour la planète!

Le crocodile, c’est Lacoste. René Lacoste. Un joueur de tennis hors norme, vainqueur émérite de La Coupe Davis, désigné meilleur joueur du monde en 1926 et 1927. Dit Le Crocodile. Cette même année, son ami Robert George pique un crocodile brodé en 46 couleurs sur la poche du blazer blanc porté par René avant chacun de ses matchs. Ainsi lorsqu’en 1933 René Lacoste imagine le désormais mythique polo Lacoste, à partir d’une chemisette à laquelle il ajoute un col — la signature du polo L.12.12. lui vient tout naturellement.

Autre temps, autre priorité. En collaboration avec l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, la maison Lacoste tient cette fois à défendre 10 espèces en danger d’extinction. Le crocodile fait place à ses compères, dans une démarche aussi unique qu’engagée. Allant au bout de la logique, la production de chacun de ces polos dépend donc du nombre d’animaux recensés. Parmi ces dix espèces, le Lynx d’Espagne — 589 pièces. La baleine de Biscaye, 444. Le petit-duc de Mohéli, 400. Le phoque moine d’Hawaï, 1400. Ou encore le Wombat à nez poilu de Queensland, 115 polos… Des pièces dont l’intégralité des bénéfices soutiendra les efforts de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

 Le Polo Lacoste, Icône Unisexe pour le Printemps/Eté 2019

lacoste_001_20180926093751-2.jpg

‘Sportcore’ — pour le Printemps/Eté 2019, la maison qui survit à René Lacoste propose de bousculer les règles. Fidèle à sa maitrise de l’air du temps, Lacoste pousse un peu plus loin la question du genre et, autour d’une collection inédite, affranchie les codes d’une mode sexuée. Exit les lignes hommes/femmes, Lacoste pense désormais des pièces comme autant d’éléments d’une singularité et d’un non-conformisme salvateur.

 

En vedette, l’icône originale de la maison se dévoile dans une coupe unisexe, intemporelle et XXL. Le polo l.12.12 mise ainsi sur un minimalisme qui suscite toutefois l’émoi autour d’un travail précis et désirable. Un colorblock contrasté, mettant en lumière l’évident vert sapin, le bleu marine, le rouge et le blanc… Mais c’est dans ses nouvelles matières que le polo du Printemps/Eté 2019 gagne une attention toute particulière. Taillé dans le polyester et le taffetas diamanté, le vêtement poursuit le travail de René Lacoste, offrant à une nouvelle génération de nouvelles possibilités — entre style et dégaine, loin des questions poussiéreuses du genre ! 

La Robe Polo Graphique Lacoste Printemps-Été 2016

robe-polo.jpg

Depuis quelques saisons déjà, le nouveau directeur artistique de la maison Lacoste s’attache à recréer l’image de la maison. Dans une veine plus jazzy, et dans un esprit plus jeune et plus urbain, Felipe Oliveira Baptista crée, pour la saison prochaine, une collection qui fait une nouvelle fois bouger les lignes entre mode sportive et mode urbaine. A l’approche des prochains Jeux olympiques, le ballet des drapeaux nationaux s’est transformé en son esprit en un véritable évènement graphique.

Peu d’insignes crocodiles ; un drapeau éclaté s’érige ainsi en élément graphique qui vient infuser une nouvelle vie dans le patrimoine de la maison. Une nouvelle excitation visuelle abstraite, fragmentée et recombinée en un certain nombre de bannières-nationales – françaises, suisses, japonaises, américaines… Le polo se réinvente aussi et, entrant dans l’imaginaire Olievira Baptista, devient une mini-robe au motif kaléidoscopique. Un must have chic, fun et graphique aussi alluré que casual.

Le Polo Ralph Lauren

polo_ralph.jpg

Alors que rien d’autre que le talent n’appelait Ralph Lauren au succès, la marque du jeune homme, initialement vendeur de cravates dans le Bronx, connait la gloire dès 1970. Se faisant connaître par les costumes preppy et bon ton qu’il réalise pour le film The Great Gatsby, c’est grâce à son logo que la marque acquerra son côté iconique. En 1971 paraît le symbole de son enseigne américaine, le joueur de polo monté sur un cheval, inspiré de ce sport bourgeois tant admiré par Ralph Lauren. Entrant avec résonnance dans l’histoire des self-made men, il connait un succès retentissant au travers du polo en 1972. Désigné dans son magasin de Beverly Hills indiscernable d’un authentique manoir anglais, le vêtement phare se décline en vingt-quatre couleurs différentes. A manches courtes, léger mais habillé, le polo est la quintessence même du style Ralph Lauren, à l’effigie des Hamptons families.

Le polo est l’incarnation d’un chic populaire et d’une nonchalance « made in USA » : il donne au créateur une place méritée parmi les plus grands, comme le rappelle Calvin Klein, voisin de Ralph Lauren à ses débuts : « Il s’habillait toujours de manière originale. Moi, j’étais plus marginal, plus provoc. […] Ralph, lui, avait l’air de venir d’ailleurs. ». La « Laurenisation de l’Amérique » se poursuit alors au travers du polo et de sa mixité, faisant des années 1980 la décade estampillée Ralph Lauren. En effet, la version féminine, empruntée au vestiaire masculin, vient s’ajouter à la collection de prêt-à-porter un an après la sortie du modèle pour hommes. C’est en réalité à la demande de sa femme, Ricky Lauren, qui avait pour habitude de se composer des tenues avec des habits masculins, qu’il crée sa première gamme de vêtements pour dames.

Représentation classique d’une Amérique accomplie et distinguée, le polo Ralph Lauren s’exporte et se mondialise, comme égérie d’un chic intemporel et décontracté. Après avoir pris part à la réalisation des costumes de l’équipe nationale olympique des Etats-Unis en 2012, le créateur réaffirme le rayonnement international de sa pièce maîtresse par un succès indubitable. Substantif d’un vêtement qui s’était vu initialement donner d’autres noms, comme le « tennis shirt » de Lacoste, le polo est à lui seul le pionner d’un genre. Devenu l’image universelle des élites et classes moyennes aisées à travers le monde, le polo est plébiscité pour sa qualité, préoccupation première du créateur. Rêve accompli du jeune Ralph Lauren lycéen qui inscrivait vouloir devenir millionnaire au yearbook de fin d’année, le polo et ses inventives déclinaisons continuent de faire briller la marque depuis quarante ans déjà. Comme le rappelait David Lauren, fils du fondateur renommé, l’histoire de la marque est l’histoire d’un polo : « It’s not about fabric. It’s about dreams. ».

Le Polo Lacoste et Roland-Garros

sans_titre_4.jpg

Roland-Garros n’a de sens sans Lacoste. Ce puisque la construction du stade se conte à travers l’épopée des Quatre Mousquetaires, que sont Jean Borotra, Jacques Brugnon, Henri Cochet, et René Lacoste. En 1928, afin d’accueillir les Etats-Unis et défendre leur titre de Coupe Davis, voyant que la structure du stade ne répond pas aux exigences d’une compétition si importante, la ville de Paris concède l’agrandissement du stade Roland-Garros. Et justement, lors de cette coupe Davis, l’entraîneur de l’équipe française, Allan H. Mur, promet à René Lacoste une valise en crocodile s’il remporte son duel. Il n’en faut pas plus à la presse américaine pour le surnommer « l’alligator », surlignant par là même la ténacité dont René Lacoste faisait preuve. A la même période, René Lacoste trouve dans son futur-fameux polo le confort et le perfectionnement recherchés sur le court. Si ses productions lui étaient destinées, nombreux sont les ambassadeurs de la marque et les champions à fouler la terre battue en portant haut les couleurs et les valeurs de Lacoste. « Nous fêterons l’an prochain nos 40 ans de partenariat ininterrompu avec Roland-Garros. C’est un engagement logique et naturel vu le lien qu’il existe entre le stade, le tennis et l’histoire de la marque » explique Christophe Chenut, Directeur Général de Lacoste.

Aujourd’hui, à l’occasion de l’ouverture du tournoi de Roland-Garros (les têtes de série commenceront le tournoi le dimanche 24 mai 2015), la maison Lacoste présente une collection capsule entièrement dédiée au tournoi. Une casquette et une paire de sneakers ; des polos et des t-shirts, pour homme et pour femme : la ligne éphémère imaginée par Felipe Oliveira Batipta se griffe d’un triple logo composé autour du célèbre crocodile, de la coupe des mousquetaires et du logo officiel du tournoi. Des tee-shirts d’inspiration vintage s’amusent à décalquer la campagne publicitaire de 1973, tandis que la maison Lacoste rhabille chacune des statues des Mousquetaires d’un polo griffé ! Et pour ravir les enthousiastes du tennis, Lacoste a développé une application sur Facebook permettant de customiser sa propre balle de tennis, aux couleurs de Lacoste et du quarantième anniversaire !

Le Polo Lacoste Automne-Hiver 2015-2016

_a2x0355.jpg

Depuis son arrivée à la tête de la direction artistique de Lacoste, en 2011, Baptista a bien souvent exhumé l’héritage de la maison pour donner le ton de ses collections. Pour l’hiver 2015, il s’éprend de l’idée d’accentuer la déconstruction des classiques de la maison Lacoste, et ce afin d’en reconstruire l’aura iconique. Dans ce monde nouveau, il est une chose que Baptista tient à rappeler : René Lacoste a largement contribué à l’émergence du sportwear. A la fashion week de New-York, c’est sur le mannequin Sam Rollinson que l’on découvre ainsi la nouvelle interprétation de l’iconique polo Lacoste, et avec elle, la bientôt célèbre expression :  « René did it first ! », « Tennis d’hiver » et « touche de Famille Tenenbaum » inspiraient aussi la nouvelle collection de Felipe Oliveira Baptista ; jouant donc joyeusement des contrastes, le designer parvient à donner un côté très fun au traditionnel polo ; un côté ultra-moderne en somme.

Et justement, l’icône de la maison se revitalise au contact d’une coupe plus nette qui, chez les femmes, s’imprègne d’un effet seventies venant, cette saison, piquer le polo plus près du corps. Une pièce très désirable tant sa simplicité invite à contempler toute l’application mise dans sa conception. Un gris moucheté, une écriture graphique ; et voici une actualisation bien en légèreté. Ah oui, le crocodile aussi s’en va pointer loin de la poitrine – sur le col, qui, lui, reste inchangé. Chez Lacoste, c’est certain, René is back !

Le Polo Lacoste à l’Assaut de Roland Garros

polo_ss17_roland_garros_edition.jpg

C’est dans les années 30 que les premières chemises à crocodiles apparaissent sur les courts. Le succès est au rendez-vous ; en très peu de temps, le polo Lacoste L1212 devient la pièce phare de la marque. Aujourd’hui, le polo est bien plus qu’un best-seller mondial. Le Lacoste incarne le symbole d’une l’élégance décontractée parfaitement illustrée par le « easy chic ». Tellement apprécié qu’il n’a eu de cesse de se réinventer, le polo Lacoste est en perpétuelle innovation, constamment mis à l’ordre du jour pour s’inscrire au mieux dans son époque. Les collections « L!ve », ligne de polos urbains, jeune et ajustée, la « Club », polo emblématique du 75e anniversaire de la marque, ou encore les modèles plus récents stretchs en sont la parfaite représentation. Et les racines sportives ancrées dans ces collections sont plus que jamais d’actualité.

Depuis 2006, la marque a également lancé de nombreuses éditions limitées de son icône. Les créateurs Tom Dixon, Michael Young, le magazine Visionaire, les frères Campana, Li Xiaofeng ou encore Jonathan Adler… tous eurent la joie de réinventer le polo Lacoste en y ajoutant leur touche personnelle. C’est ainsi que l’Eco polo et le Techno polo, des pièces écologiques et futuristes, furent imaginées. Le Plastic polo mêle lui le textile au plastique, tandis que le polo Amazonien est inspiré des crocodiles d’Amazonie. Enfin, on doit à ces imaginatifs le polo Porcelaine, façonné à partir des paysages chinois, ou encore le polo Holiday Collector au style contemporain et moderne. Partenaire officiel de Roland Garros depuis 1971, cette année honore la 43e année du lien très spécial qui lie Lacoste au tennis. Et cette année encore, une collection spéciale a été élaborée ; une ligne pour hommes et femmes caractéristique de l’esprit Lacoste !

Jaeger-LeCoultre Retrace l’Histoire de sa Mythique Montre Reverso

reverso-squadra-lady-duetto-diamants-or-rose-jaeger-lecoultre_copie.jpg
Le mini site évènementiel de l’horloger, dédié à l’ainée de ses créations horlogères, a tout d’un musée virtuel. De la naissance de la première Reverso dans les années 30 au lancement de sa cousine la Grande Reverso Night & Day lors du SIHH 2014 (Salon International de la Haute Horlogerie de Genève), la marque retourne sur plus de 80 ans d’histoire : La création de cette pièce apparaît à l’époque comme un défi de taille, puisque ce sont des officiers anglais alors installés en Inde, qui rêvent d’une montre bracelet qui serait suffisamment solide pour résister à un match de polo. La manufacture LeCoultre contourne alors la contrainte de dureté, en proposant une montre au boitier se retournant sur lui même, afin d’être protégé des chocs. Ainsi, naît la Reverso, aujourd’hui constituée d’un cadran en verre saphir, matériaux le plus dur au monde après le diamant.
Sous forme de timeline, la maison aux 400 brevets met en avant l’une des rares icones de la Haute Horlogerie, qui offre de nombreuses possibilités de personnalisation. Cadran inimitable ou message à transmettre, la manufacture horlogère de la Vallée de Joux met à profit ses meilleurs artisans ; sertisseurs, graveurs, émailleurs, afin de proposer à chacun une montre réversible unique. Outre le fait de passer commande, le site invite les internautes à participer à l’aventure Jaeger-LeCoultre en publiant, via les réseaux sociaux les caractéristiques de leur propre Reverso. Avis aux amateurs qui souhaitent entrer dans l’histoire, à leur tour.
De fait, cette plateforme née de la technologie flash est remarquable par son esthétisme. Elle manie très bien story telling et innovation, enjeux actuels de l’horloger du groupe Richemont. Voilà comment affirmer l’identité et démontrer l’expertise d’une maison bientôt bicentenaire. De quoi continuer à faire vivre la légende…

Le Polo Lacoste, Jeu, Set et Match

lacoste.jpg

Propriétaire d’une boutonnerie de Troyes et créateur de Jil, la marque de sous vêtements, André Gillier se chargera de la fabrication de ces fameuses chemises. L’affaire est dans le sac. La Chemise Lacoste, sera alors le nom donné à l’entreprise. Et c’est de fil en aiguille que l’histoire de la mode connaîtra l’inédit, le premier logo apparent sur un vêtement, ici sur la toute première chemise Lacoste, L.12.12. Le choix de ce nom aux allures de formule chimique est à René Lacoste, ce que le récit du N°5 est à Gabrielle Chanel. En effet, le L pour Lacoste, le 1 désignant la matière du coton petit piqué, le 2 signifiant les manches courtes, puis le 12 qui sera synonyme du nombre de versions présentées à René Lacoste, marqueront le point gagnant. Au fil des coups de crayons de son ami Robert George, le crocodile Lacoste, se dessine, se mue puis deviendra le logo prédateur par excellence, à l’image de ténacité si bien attribuée à René Lacoste. Entre innovation et création, la marque Lacoste confectionnera prêt-à-porter sportswear, accessoires en vogue et articles de sport, comble du chic.

René Lacoste, connu pour sa persévérance sera aussi connu pour sa générosité avec la création, en 2006, de la Fondation Lacoste. Son but, faire découvrir l’esprit d’équipe aux plus jeunes et les aider à trouver leur voie via le sport. Persévérance, motivation et dépassement de soi, sont les valeurs auxquelles René Lacoste ne cessera jamais de croire. Plus tard, en 2008, la marque participe, toujours avec ferveur, à l’opération « Save your logo ». Cette dernière permettra à des entreprises privées et à certaines institutions de contribuer à la préservation de la biodiversité mais surtout de s’engager pour la sauvegarde et la défense du crocodile, de l’alligator, du caïman et du gavial, tous actuellement en voie d’extinction. Dès lors, Lacoste est la référence en matière d’authenticité, de performance, alliée à l’élégance, au savoir-être, finalement au savoir-vivre. « Ah les croco, allez crocodile ! »

Jaeger-LeCoultre : 180 Ans Dédiés à La Haute Horlogerie

grande-reverso.png

Tchekhov nous disait : « Pour connaître la sensation du bonheur, il faut autant de temps que pour remonter sa montre ». Une montre au temps mécanique, savant et pointilleux. Une montre qui excelle en élégance et en technologie, toujours en développement. Une montre innovante. Tel est le bonheur que nous propose Jaeger-LeCoultre depuis 1833.

Pour fêter ces 180 ans dédiés à la Haute Horlogerie, la maison organise de nombreux événements exclusifs, aménageant sa fameuse boutique parisienne en un haut lieu de rencontre de passionnés. Elle propose également un nouvelle collection qui reprend avec sensibilité, technique et justesse ses mythiques garde-temps. Baptisé Jubilée, « Hommage à Antoine LeCoultre », elle fait une révérence à son père, inventif et autodidacte du savoir-faire horloger. La manufacture de la vallée de la Joux présente ainsi sa célèbre Master, version Grande Tradition Tourbillon Cylindrique à Quantième Perpétuel, ou Ultra Thin. On peut retrouver aussi l’Atmos, la pendule perpétuelle, ou la fameuse Reverso, créée en 1931 à la demande des amateurs de Polo, répondant au besoin de protéger le cadran d’éventuels chocs. 

Mais la plus onirique et poétique de ces montres est sans nul doute la Rendez-Vous Celestial. Elle  apparaît comme la consécration du génie technique et esthétique qu’exerce la manufacture Jaeger-LeCoultre depuis bientôt deux siècles. C’est un fidèle hommage aux métiers d’art. Elle présente une voûte céleste ornée d’un diadème de diamants, une constellation apposée sur une plaque de lapis lazuli, et une étoile filante perçue comme allégorie du temps. Véritable invitation au voyage galactique, elle montre la position des étoiles ainsi que le calendrier zodiacal. Pour un rendez-vous astral et face à son destin, pour un rendez-vous exceptionnel d’art, rendez-vous à la boutique Jaeger-LeCoultre, numéro 7 place Vendôme.