Les Sandales Rainbow Signées Salvatore Ferragamo

hb_1973.282.2.jpg

Salvatore Ferragamo est âgé de 15 ans lorsqu’il quitte son Italie natale pour tenter l’aventure Américaine. Son rêve : créer des souliers hors du commun pour en inspirer le monde. Le jeune artiste s’installe alors sur Hollywood Boulevard — très vite, son talent et sa réputation de faiseur de chaussures fabuleuses et inventives gagnent tout le gratin du cinéma. Mary Pickford, Douglas Fairbanks, Pola Negri, Marilyn Monroe… Les stars poussant la porte de sa boutique, nombre d’anonymes s’y pressent pour acquérir une chaussure manufacturée de la créativité Ferragamo. Mais il ne peut bientôt plus répondre à la demande — en 1927, Salvatore retourne à Florence pour y installer sa production. « Il est revenu parce qu’il rêvait de fabriquer des chaussures uniques ; pour lui, créer ce partenariat avec les incroyables artisans Florentins était la seule chose pouvant l’aider à faire de ce rêve une réalité » souligne aujourd’hui James Ferragamo, vice-président et petit-fils du fondateur. 

 

Ainsi doublée d’un artisanat hors-norme, la créativité Ferragamo peut désormais tout se permettre. Il faut dire que l’artiste a su capter, intérioriser et combiner les idées et influences culturelles de son époque — son travail unifie pêle-mêle ses expériences de vie, le paysage du sud de l’Italie, les influences Mexicaines perçues en Californie et les fresques de Giotto ! Dès les années 1920, Salvatore Ferragamo fait tourner la tête des studios de cinéma. Formes originales, matériaux innovants et couleurs audacieuses ; les pièces Ferragamo sont de tous les films. En 1922, ses créations apparaissent pour la première fois à l’écran dans le film ‘Les Dix Commandements’, du réalisateur Cecil B. DeMille. Et c’est en 1938 que la maison réalise l’une des chaussures les plus célèbres de l’histoire. 

 

C’est pour l’actrice Judy Garland qu’il pense les Rainbow Sandales. La pièce capture tout de la synergie Ferragamo : formes architecturales, couleurs folles et savoir-faire innovant. Oui, les Rainbow Sandales ne se contentent pas d’être éminemment belles, elles sont aussi les premières chaussures plateforme montées sur du liège. C’est que, Salvatore Ferragamo est un brillant cordonnier — durant toute sa carrière, la maison qui porte son nom a déposé près de 400 brevets. Ici, c’est une base coupée dans du liège et qui lui vaut d’être crédité pour l’invention des compensées. Pour le film ‘Le Magicien d’Oz’, Ferragamo pense donc une sandale en daim et cuir doré, combinant formes lunaires et couleurs exaltées ! Incontestablement, les Rainbow Sandales figurent au panthéon des icônes de la mode — un intemporel éminemment avant-gardiste. 

Jaeger-LeCoultre Retrace l’Histoire de sa Mythique Montre Reverso

reverso-squadra-lady-duetto-diamants-or-rose-jaeger-lecoultre_copie.jpg
Le mini site évènementiel de l’horloger, dédié à l’ainée de ses créations horlogères, a tout d’un musée virtuel. De la naissance de la première Reverso dans les années 30 au lancement de sa cousine la Grande Reverso Night & Day lors du SIHH 2014 (Salon International de la Haute Horlogerie de Genève), la marque retourne sur plus de 80 ans d’histoire : La création de cette pièce apparaît à l’époque comme un défi de taille, puisque ce sont des officiers anglais alors installés en Inde, qui rêvent d’une montre bracelet qui serait suffisamment solide pour résister à un match de polo. La manufacture LeCoultre contourne alors la contrainte de dureté, en proposant une montre au boitier se retournant sur lui même, afin d’être protégé des chocs. Ainsi, naît la Reverso, aujourd’hui constituée d’un cadran en verre saphir, matériaux le plus dur au monde après le diamant.
Sous forme de timeline, la maison aux 400 brevets met en avant l’une des rares icones de la Haute Horlogerie, qui offre de nombreuses possibilités de personnalisation. Cadran inimitable ou message à transmettre, la manufacture horlogère de la Vallée de Joux met à profit ses meilleurs artisans ; sertisseurs, graveurs, émailleurs, afin de proposer à chacun une montre réversible unique. Outre le fait de passer commande, le site invite les internautes à participer à l’aventure Jaeger-LeCoultre en publiant, via les réseaux sociaux les caractéristiques de leur propre Reverso. Avis aux amateurs qui souhaitent entrer dans l’histoire, à leur tour.
De fait, cette plateforme née de la technologie flash est remarquable par son esthétisme. Elle manie très bien story telling et innovation, enjeux actuels de l’horloger du groupe Richemont. Voilà comment affirmer l’identité et démontrer l’expertise d’une maison bientôt bicentenaire. De quoi continuer à faire vivre la légende…