Le Strato, L’Ours Blanc Symbole Du Luxe De Courchevel

Avec sa mascotte l’ours blanc, l’un des derniers nés des palaces de Courchevel jouit d’un héritage hors norme — celui de la famille Boix-Vives, l’esprit derrière la mythique Strato de la maison Rossignol.

Le Strato, L’Hôtel de Luxe Signé Rossignol

C’est en 2010 que s’achève la construction du Strato — l’hôtel de luxe initié par la famille Boix-Vives. Et c’est Janine Boix-Vives qui en résume le mieux l’ambition: « Grâce au Strato, nous espérons faire partager à nos hôtes les mille et un plaisirs que le ski et la montagne ont offerts à notre famille depuis de si nombreuses années. » Il est vrai que l’esprit novateur derrière la maison Rossignol connait bien la montagne.

Imaginée en 1965 par Laurent Boix-Vives, l’iconique ski ‘Strato’ a rapidement conquis les skieurs du monde entier. Près de 4 million de skis Strato vendus, elle fut aussi et surtout derrière nombre d’exploits sportifs. Alors, un hôtel niché au coeur de Courchevel ne pouvait qu’ouvrir sur l’art de vivre le ski et la montagne dans l’excellence.

10 ans après, qu’est-ce qui fait du Strato un refuge hyper-luxe au coeur de Courchevel? Un esprit familial couplé à une vision intimiste de la pratique du ski à Courchevel.

Le Strato, Ambiance Feutrée Et Séjour Inoubliable

Janine Boix-Vives le décrit elle-même comme un « confort empreint d’art de vivre et de douceur, pour une expérience mémorable au cœur des 3 Vallées. » Il est vrai que l’ambiance, confiée au duo de décorateurs, Pierre Dubois et Aimé Cécile, d’ailleurs récompensée d’un Milan Design Award en 2011, mêle à merveille art contemporain, traditions de montagne et élégance feutrée.

Murs de bois gougés, lumière chaude, coloris doux mais acidulés, le Strato fut érigé sous des toits de lauze et des façades boisées — 25 suites offrant une expérience douillette et poétique.

La vue sur les montagnes est époustouflante. Les fenêtres, larges et très présentes, laissent à l’imagination le soin de vagabonder sur les cimes des sapins enneigés. Mieux, aux murs, ce sont des oeuvres d’art contemporaines, et celles réalisées par l’un des patriarches de la famille, qui viennent titiller l’esprit.

Côté équipement, il est évidemment signé Rossignol.  Leader dans le domaine du ski, la maison s’offre aussi le concours d’artistes contemporains. Dernière collaboration en date celle de Richard Orlinski. L’artiste habitué de Courchevel imagine une collection capsule célébrant la Strato, en fibre de verre.

Le Spa Au Strato Est L’Affaire De Sothys

800m2 en ardoise dédiés au soin, au plaisir des sens et… à la vue sur les montagnes, visible de la piscine. Le spa du Strato, confié à la maison Sothys, baigne dans une lumière tendre, grâce à un grand lustre noir Murano. Entièrement dédié à l’après-ski, le spa Sothys fait de son soin signature ‘Le Strato’ la formule idéale. Energétique et relaxante. Les gestes fluides et fermes profitent d’une huile tonifiante à base d’huiles essentielles de cyprès, fucus, romarin et reine des prés… Réconfort absolu.

Le Restaurant Baumanière 1850

Et un havre de luxe ne peut être complet sans un lieu dédié à la gastronomie. Au Strato, c’est Thomas Prod’Homme, parrainé par Jean-André Charial (Chef du célèbre restaurant provençal L’Oustau de Baumanière, deux étoiles au Michelin) qui se charge de la poésie culinaire.

« Ma cuisine est sincère, gourmande, et pure. » Il est vrai que la gastronomie par Thomas Prod’Homme, une étoile au Michelin, vise à mettre au goût du jour des saveurs simples, et drôlement efficaces. Pommes de terre José cultivées à La Pierre en Isère, la truffe noire, le safran des Bauges, le beurre fermier de la ferme de St Ours…

Avec une once d’influence montagnarde, Thomas Prod’Homme fait de la cuisine de la Méditerranée une expérience follement hétéroclite ! Un chic en bouche complété par la dégustation dans le salon en chêne massif, couvert de tissus feutrés. Le luxe au Strato est une affaire de plaisirs discrets.

L’Hôtel White 1921, l’Autre Courchevel

Le White 1921… Habituellement, le nom évoque le très prisé hôtel de Saint Tropez, avec ses 8 chambres seulement. Mais voilà qu’en2015, le groupe LVMH décide d’implanter le White 1921 au cœur de la station de ski la plus élégante au monde : Courchevel.

Le White 1921 Courchevel, Luxe Et Sobriété

C’est un prolongement finalement très naturel qui a conduit à l’arrivée du White 1921 au cœur de Courchevel. Ouvert depuis décembre 2015, l’hôtel peut en effet se taguer de développer ici, ou plutôt d’apporter un cachet frais et pétillant sur ces montagnes enneigées. Le White 1921 Courchevel compte ainsi un peu plus de chambres que celui de Saint-Tropez : 25 chambres et suites imaginées pour conserver les piliers fondamentaux de sa philosophie… Composer une atmosphère intimiste autour d’un design contemporain et d’une luminosité éclatante !

Rapidement distingué de quatre étoiles, l’hôtel fut imaginé par l’architecte Français Jean-Michel Wilmotte – sa blancheur immaculée, sa façade contrastant avec le style alpin traditionnel, tout ambitionne ici de réinventer les codes de l’hôtellerie de montagne…

A l’intérieur, Le White 1921 Courchevel fut ainsi composé autour d’un style moderne dominé par le blanc, mais piqué de décors géométriques et de quelques touches de couleurs, par-ci par-là… Un design raffiné qui peut en réalité se targuer de compter comme la dernière fierté de l’empire LVMH.

Il est l’exacte transposition du très chic établissement de Saint-Tropez. Situé au pied des pistes au nom-référence à un mythique millésime champenois, l’hôtel se pense comme un refuge chic et sobre. L’endroit parfait pour un séjour sans tapage au cœur de l’une des stations de ski les plus prisée au monde !

Les Services Du White 1921

C’est pour cela que l’établissement dispose de son propre service ski, dédié à ses clients afin de leur permettre d’avoir à portée de main tout le matériel nécessaire pour dévaler les pistes… Si l’hôtel ne dispose pas de restaurant, c’est qu’il préfère se concentrer sur les soins suivant une longue journée sur les pistes.

Se relaxer dans le sauna ou le hammam… Pour les plus sportifs, c’est une salle de sport hyper-moderne qui accompagne l’entraînement quotidien. Enfin, pour les hommes avides de détente intellectuelle, l’hôtel propose une bibliothèque qui saura enchanter tout vagabondage de l’esprit.

Finalement, cet hôtel affirme la stratégie de LVMH visant à répondre avec grâce et élégance à une demande toujours plus forte de la part de ses clients avides de découvrir des destinations de rêve et variées tout en bénéficiant de “l’expérience LVMH“. Mais le modèle repose ici sur une vision qui, naturellement, valorise l’héritage pour stimuler la créativité et l’excellence !

Le Lana, Luxe Et Esprit De Famille à Courchevel

L’un des premiers palaces de la région, à près de 62 ans, est aussi l’un des dernières bijoux du luxe de Courchevel à être sous le giron d’une famille. La famille Tournier, garante d’un art de recevoir hors norme.

Une Histoire Très Chic, Très Courchevel

Route de Bellecôte, 1958. Joseph Claret-Tournier, visionnaire originaire de Chamonix, a l’idée de planter là, sur l’une des plus belles pistes de Courchevel son hôtel. C’est que l’homme a pour ambition d’y distiller un savoir recevoir à nul autre appareil — là, dans un bâtiment de style alpin, il crée 20 chambres. Un « hotel de premier ordre »; le Lana concourt à faire la réputation de Courchevel. C’est que Joseph Claret-Tournier a su croire en la force d’une station de ski toute juste naissante.

Nicolas Tournier raconte: « Originaire de Haute-Savoie, mon père Joseph Claret-Tournier était un des pionniers de Courchevel. Il y a notamment créé le premier bar, la première boîte de nuit, ainsi que divers établissements et a même participé à la construction de la patinoire. Le premier «décollage» de la station remonte au milieu des années 60. Mon père a repris Le Lana en 1961. Il a fait rajouter un étage aux deux existants et mené des travaux d’embellissement. Cet hôtel construit en 1959 était le premier quatre étoiles de Courchevel 1850. »

Sa disparition en 1993 marque un tournant pour l’hôtel . Dès lors placé sous la houlette de sa femme et son fils cadet, Nicolas Tournier, le Lana va se transformer. Pour le mieux ! En gardant tout cet esprit convivial qui a fait sa réputation, Nicolas Tournier fait s’agrandir le Lana jusqu’à obtenir cet hôtel de luxe 5 étoiles qui, aujourd’hui, brille sur les 528 hectares de domaines skiable de Courchevel.

Il fait alors confiance à la vision de Jean-Marc Mouchet — l’architecte d’intérieur fait le choix d’une ambiance hétéroclite. Des origines, il conserve la descente d’escalier et le bar en pierre. Cette fois d’inspiration byzantine, le bar s’insert ingénieusement dans une ambiance intérieure où bois, pierre, tissus et cuirs prédominent. Un arpège esthétique qui préserve tout du charme traditionnel du Lana.

Aux pieds du Mont-blanc, à 1850m d’altitude, le Lana jouit aussi de la délicatesse de grandes baies vitrées qui subliment la beauté du lieu. De quoi, justement, mettre en lumière la vue sur les montagnes enneigées. « C’est cet esprit montagne que j’aime. C’est magique » ajoute Nicolas Tournier.

Réserver Au Lana De Courchevel

Parce que la famille Tournier aime à écouter les demandes et les suggestions de ses clients, les 55 chambres, 28 suites et 2 appartements de 80 et 200 m² ont tous quelque chose d’unique!

Aspect rustique et must have design — réserver au Lana de Courchevel revient à faire le choix de la beauté et du confort à la fois traditionnel et très moderne. Un cinq étoiles cosy, luxe et surtout pas guindé, le Lana jouit d’un confort exceptionnellement décontracté.

Un confort qui force un peu plus le respect tant la Ski room offre un service irréprochable aux clients sur le point de s’élancer sur les pistes. C’est simple, il n’y a plus aucun effort à faire, sinon celui de se laisser porter par les experts du Lana.

Les Tables Gastronomiques Du Lana Courchevel

Avec ce même dessein de recevoir de la meilleure façon possible, le Lana propose deux restaurants, où la gastronomie, elle aussi, se fait opéra des sens.

A La Table du Lana, la cuisine sophistiquée et raffinée s’allie ainsi aux vins exceptionnels. Des grands crus, aux nouvelles découvertes, le Table du Lana est le point de départ d’un voyage vers de nouvelles saveurs. Une expérience de haut vol culinaire orchestrée par le Chef Philippe Guerin.

Un délicieux moment de dégustation où l’on redécouvre les mets et produits typiquement savoyards… Quand le Chef Philippe Guerin ne choisit de travailler des mets venus d’ailleurs, notamment en provenance de l’empire du soleil levant ! Justement, lorsque la météo le permet, c’est vers le paradis que l’on s’envole — au pied des pistes, sur la terrasse exposée plein Sud avec vue sur la forêt, buffet et barbecue sont servis sous le soleil dardant !

Autre restaurant du Lana, Le Saint-Nicolas. Ouvert tous les soirs pour le dîner, c’est là que l’on se délecte d’une cuisine savoyarde authentique… Dans une véritable ambiance montagnarde.

Le Spa Du Lana, Clarins à Courchevel

Et c’est au spa que les délices du corps et de l’esprit atteignent leur apogée. Taillé dans le roc, le spa Clarins fut le tout premier spa de la maison — l’idée? En faire une véritable expérience sensorielle. Toute en luxe et décontraction, celle-ci vise à rétablir l’équilibre des énergies.

6 cabines sur 400m2 où les spécialistes Clarins prodiguent massages, soins du corps et du visage pour femmes et hommes… La piscine intérieure vaut le détour, à l’instar du soin signature.

Le soin haute montagne distille un protocole bien ciblé visant à réaliser étirements et relaxation. Sur une table chauffante, la détente ô possible vient se compléter d’un travail d’expert qui tend à travailler les mollets et les cuisses. Un modelage en profondeur qui s’achève sur un soin hydratant du visage afin de, là encore, rééquilibrer la peau face au froid et aux rayons du soleil. A pratiquer avant ou après l’exercice réalisé au coeur de la plus chic vallée au monde.

L’Hôtel Les Neiges De Courchevel, Un Temple Signé Barrière

Inauguré en Décembre 2015, l’Hôtel Barrière Les Neiges à Courchevel ouvrait une nouvelle ère pour le groupe Barrière. « Un petit bijou », devenu palace en 2019, l’hôtel porte en effet la griffe iconique du groupe… Mais ici, ce n’est pas la Croisette mais bien la piste de Bellecôte que l’hôtel 5 étoiles offre à ses hôtes.

L’Hôtel Les Neiges Barrière, Le Luxe Emotionnel

L’hôtel du groupe jadis développé par les frères Barrière s’implante à Courchevel en 2015 – une première à la montagne. Il faut dire que les Barrière sont plus habitués aux côtes – en Normandie ou sur la Croisette, leur griffe a déjà conquis les clients les plus exigeants en provenance du monde entier.

Le 16 décembre 2015, c’est donc à 1850 m d’altitude sur les Trois-Vallées, que fut inauguré le nouveau palace de la région. Mais en réalité, l’Hôtel Les Neiges n’est que le transfuge de l’une des adresses historiques de Courchevel, vielle de 70 ans  !

Chalet d’exception et cocon enneigé donc, le groupe Barrière a voulu le lieu voué à la convivialité et à la famille. En affichant l’élégance discrète du confort haut de gamme, c’est un véritable haut lieu du luxe et des règles du recevoir qui s’érige au coeur des pistes de la Savoie. Des escapades hivernales inoubliables s’incarnent désormais dans le nouvel Esprit Barrière, pétillant et chaleureux  !

Mais c’est toujours un impératif d’excellence du service et de l’accueil de la clientèle qui anime la maison des frères Barrière. Ainsi, la perfection et l’exigence s’associent à la tradition alpine pour donner naissance à une architecture montagnarde où la pierre et le bois fondent une atmosphère toute particulière. Au pied de l’escalier monumental qui dessert les étages, un lustre poétique évoque la chute légère des flocons de neige dans la nuit…. Du haut de ses 7 étages, l’hôtel Les Neiges propose 42 chambres et suites d’un très haut standing pour un confort finalement très douillet.

« Nous avons travaillé les matériaux de montagne de façon contemporaine »  explique Nathalie Ryan, l’architecte d’intérieure qui a privilégié le bois et notamment le mélèze, une essence locale, le schiste et les étoffes soyeuses et chaleureuses dans un esprit très couture.

Les Restaurants du Palace Des Neiges, Le Fouquet’s Et Le BFire By Mauro Colagreco

Et le premier offre une gastronomie à la Française, orchestrée par le Chef 3 étoiles, Pierre Gagnaire — la brasserie Fouquet’s est sans doute l’antre des références classiques de la gastronomie à Courchevel. On y déguste une cuisine traditionnelle inspirée des saveurs locales, comme un parcours visant à égayer les sens.

Le second, le BFire By Mauro Colagreco, est, lui, le temple de la cuisine au feu de bois. Et sous la houlette de Mauro Colagreco, récemment consacré meilleur Chef du monde et Chef 3 étoiles au Guide Michelin, on découvre le mélange des saveurs argentines, italiennes et alpines. Une cuisine métissée qui frôle l’extase gustative !

Le Spa Le Plus Grand De Courchevel? Le Diane Barrière

Un spa de plus de 1000m², le plus grand de Courchevel vient ainsi compléter la superbe du palace. Un havre de douceur et d’attention au coeur de l’hiver — 6 cabines de soin et une piscine de 20 mètres baignée de lumière naturelle… Le jacuzzi extérieur et l’espace fitness dernière génération… Le Spa Diane Barrière est aussi et surtout le lieu où l’on prend des corps et de l’esprit dans une expérience-soin performante haute-couture signée de la Biologique Recherche. Evidemment sur-mesure, évidemment plus que parfait !

Le Chic-Montagnard D’Aman Le Mélézin A Courchevel

Unique hôtel Aman en hexagone, le Mélézin à Courchevel distille un luxe inspiré de la tradition alpine — franche et chaleureux.

Le Seul Hôtel Aman En France

Comme nombre de palaces de Courchevel, tout commence souvent par l’envie d’un habitué de s’y implanter. Et l’histoire du Mélézin ne fait pas exception. Dans les années 70, Adrian Zecha est un habitué des Trois Vallées — à Courchevel il descend toujours au même hôtel. Un petit lieu familial baptisé Le Savoy. Alors, le jour où les propriétaires parlent de s’en défaire, Adrian Zecha est très intéressé.

Il rachète l’hôtel, le place sous la tutelle de son groupe Aman, et le baptise, en 1992, le Mélézin. En 2017, après des mois de rénovation sous la houlette du décorateur Christophe Tollemer, le Mélézin fait peau neuve mais conserve tout de son chic très châtelain.

Le Mélézin, La Référence Savoyarde

Si l’ensemble est feutré le Mélézin a tout de la bâtisse Alpine — ses tours mais aussi les tissus tendus, les corniches, le chêne massif… Le Mélézin se complète aussi de pierres en granit; une allure tout en matériaux naturels. Les pierres brutes viennent ainsi contraster avec des bois sophistiqués, tandis que les 31 chambres du palaces cultivent des teintes aussi chaudes que naturelles.

Savamment orchestrée, l’ambiance du Mélézin s’habille aussi d’un zen tout droit importé des belles contrées d’Asie. Le penthouse, qui constitue la location la plus prestigieuse, offre ainsi une vue plongeante sur la vallée, et les cimes des sapins enneigés — la surprise? Un accès privé à un jacuzzi taillé en bois de cèdre rouge. Endroit idyllique pour siroter le cocktail signature Aman Le Mélézin, à base de champagne, myrtille et extrait de fleur de violette. Le luxe alpin, en somme.

Le Spa Et Le Restaurant: Le Zen Au Mélézin

Car le spa lui aussi emprunte des accents Asiatiques… Inauguré en 2017, le spa s’est fait maître en massages thaï — cinq salles de soins réparties sur un étage entier qui englobent une salle de yoga apaisante au possible, un sauna en bois et un hammam doublé d’une salle de gommage en pierre authentique… Les soins revitalisants capturent les techniques millénaires des quatre coins du monde. Le plus iconique? Le soin Mélézin, une signature qui combine brossage lymphatique, massage à l’huile et soins du visage nourrissants.

Côté cuisine, le Chef Keiji Matoba fait sérieusement rêver. Avec une savoureuse cuisine japonaise, le restaurant Nama encense les us et coutumes d’une contrée ô combien inspirante. Sushi, sashimi ou encore le bœuf Wagyu — le Chef Keiji Matoba élève la cuisine au rang d’art en respectant la tradition japonaise du washoku. Une tradition reconnue par l’Unesco ! De quoi adorer la vision du Chef Keiji Matoba sur la tradition locale et son utilisation originale des ingrédients cultivés à proximité. Une bulle d’excellence et d’apaisement où il ferait bon d’entrer sans tarder.

Le K2 Palace, Allures De l’Himalaya Au Creux De Courchevel

Il existe des lieux qui, de leur architecture même, content l’histoire de contrées lointaines. A l’image du K2, un palace de Courchevel où se niche toute la beauté des contrées Asiatiques.

Le K2 Palace, L’Adoré De Courchevel

On l’adore pour sa beauté certes, mais aussi et surtout pour son accueil et ses services bien évidemment hors du commun.

2011, le K2 est inauguré sur un flanc de montagne le long de la piste de Cospillot. C’est alors un hôtel 5 étoiles, imaginé par les architectes du prestigieux Kilimandjaro de Courchevel, autre pépite de la station.

Sorte d’héritier de cette expérience unique, le K2 Palace, associé ici au nom du célèbre sommet Himalayen situé dans le massif du Karakoram, puise ses lignes dans cette région montagneuse. Là où, du Tibet au Népal, les temples semblent suspendus entre ciel et terre. Et il est merveilleux: en puisant son sens et ses origines dans le défi et l’accomplissement d’un rêve, le K2 prend alors des airs de hameau de luxe, aux pieds des vallées enneigées.

Qu’Attendre Du K2 Palace Courchevel?

Les cinq chalets privés imaginés par Philippe Capezzone, s’égrènent au cœur de la montagne… Tandis que les vingt-neuf chambres et suites de l’hôtel illustrent son caractère exceptionnel — objets chinés justement en Asie, ici changés en œuvres d’art exposées dans l’impressionnant hall d’entrée, il est lui-même baigné de lumière. Une allure spectaculaire.

Mieux, des colonnes de roches s’élèvent jusqu’au plafond, des statues de guerriers viennent donner le ton: un mélange hétéroclite mais harmonieux d‘objets, de matières et de formes, orchestré par Suzanne Capezzone.

Chaque pièce résonne ainsi d’un souffle très contemporain, enveloppé d’une chaleur humaine évidente. Et à chaque pièce son univers – seul point commun, la vue sur la vallée à travers de larges baies vitrées. Les cinq chalets-suites du K2 sont ainsi emblématiques de ce lieu hors du commun – avec un luxe ultime pour les amateurs de neige. Chacune possède en fait son propre staff fait de majordome, gouvernante et chef de cuisine…

Le Spa Adoré De Courchevel, Le Goji

Le Spa du K2 bénéficie aussi d’une réputation sans pareille. Le Goji Spa, qui comprend 550m2 répartis sur deux niveaux, jouit d’un savoir-faire ancestral remis au goût du jour par des équipes aussi expertes que dévouées.

Un nom emprunté à la baie miraculeuse de l’Himalaya, le Goji Spa fait les mêmes miracles sur la peau et l’esprit — un équilibre inédit concocté par la maison Suisse Valmont.

Où Goûter A La Gastronomie? Direction Le Kintessence et Sarkara

Le K2 dispose en fait de deux restaurants dont le Kintessence, restaurant hautement gastronomique par deux fois étoilé au guide Michelin. Sous la houlette du talentueux chef Jean-Rémi Caillon, le Kintessence offre un opéra de goûts — émulsion parfaite entre terroir de montagne, produits nobles et produits de saison.

Rigoureuse et sincère, la cuisine du Kintessence ouvre ses portes lorsque la nuit apparaît dans la magie d’un lieu hors-norme. Et c’est à la table Le Sarkara que l’on déguste volontiers des douceurs — incroyablement réalisées par le premier chef pâtissier étoilé au monde, le chef Sébastien Vauxion. Deux étoiles là aussi, et une autre première car c’est ici et seulement là que l’on peut se délecter de desserts gastronomiques. Que de merveilles se nichent donc dans la merveille K2 Palace !

L’Apogée De Courchevel – L’Hyperluxe

Récemment intégré à la liste des palaces, l’Apogée de Courchevel se définit en deux mots: refuge hyperluxe.

L’Apogée, Savoir-Faire Et Valeurs Familiales

« Nous étions tous en vacances à Courchevel, lorsqu’on nous a parlé d’un terrain. Xavier Niel qui lui aussi séjournait à Courchevel au même moment, s’est joint à nous pour aller jeter un coup d’oeil. Et on s’est dit : “On fonce !” » C’est ainsi que Xavier Niel et Patrick Pariente eurent l’idée de fonder l’Apogée de Courchevel. Un refuge hyper-luxe de 53 chambres, situé à quelques 200 mètres du Cheval Blanc.

Inauguré en décembre 2013, et ouvert seulement durant la saison d’hiver, le palace de 9000 mètres carrés se veut chaleureux pour faire rimer intimité avec élégance… Il faut dire que ce sont les architectes de renom Joseph Dirand et India Mahdavi qui ont imaginé chaque élément de la décoration intérieure. Mais c’est autour d’un projet précis que se développe son impeccable style contemporain : créer ensemble une maison de maître parfaitement adaptée à la montagne.

Ainsi, des luxueuses salles-de-bain en marbre Fior di Bosco aux confortables fauteuils situés aux coins des cheminées, tout fut pensé de façon à harmoniser l’endroit comme la quintessence du luxe contemporain. L’utilisation de matériaux nobles et chaleureux vient ainsi contraster et apaiser la luminosité du soleil sur la neige. Le caractère unique de chaque suite confère aussi à certaines d’entres elles une terrasse, un balcon ou encore d’extraordinaires panoramas sur les forêts enneigées de la vallée !

Un Séjour A l’Apogée

Ce qui surprend, c’est le luxe et le goût des prestations. A l’Apogée, on peut louer une chambre, une suite, mais aussi le penthouse. 4 chambres, un service d’un majordome, et la fantaisie d’un bain à remous extérieur. On peut aussi louer l’un des deux chalets privés… Le premier, l’Alpensia — sur cinq niveaux, avec spa et salle de cinéma. Le second, l’Amarante, 550 m².

Côté bar, l’alchimie opère surtout sur la terrasse — avec cette vue époustouflante sur les cimes à la beauté irréelle ! Et ce style sur-mesure et ultra-raffiné se retrouve aussi en cuisine.

S’ouvrant vers les prestigieux paysages enneigés de la mythique station de Courchevel, Le Comptoir de L’Apogée et le chef Jean-Luc Lefrançois rendent ici hommage au terroir et à la France. En proposant une carte composée des meilleurs produits au monde et préservés avec la plus grande attention, le Bar ligne en croûte de pistaches ou Le Châteaubriand pommes voisins, cromesquis de champignons des bois comptent ainsi parmi les plats signatures à déguster dans ce temple de la gourmandise.

Mais puisqu’en pleine saison, plus de 90% de la clientèle des cinq-étoiles est Russe, L’Apogée a eu l’idée de rendre hommage à cette culture en ouvrant une nouvelle carte composée des plats typiques de la gastronomie russe. Le Zakouski, entrée à base de caviar ou encore la seliodka pod chouboy à base de petits morceaux de harengs ou le Vtaroye… De quoi raviver les papilles de ces hôtes à la recherche du savoir-recevoir à la Française.

Le Yatch Club De L’Hôtel De Crillon

Ou quand un yacht improbablement arty accoste au légendaire 10 place de la Concorde.

C’est le genre de terrasse qui pop-up joliment en été — l’Hôtel de Crillon, lieu emblématique de la vie Parisienne, accueille jusqu’en Octobre prochain un bien drôle de yacht. Accosté au coeur de la Cour Gabriel. On retrouve derrière la manoeuvre aussi folle que délicieuse, la direction artistique d’Alexandre Benjamin Navet. Une scénographie théâtrale aux couleurs vivantes qui vient en fait célébrer le centenaire du Negroni.

Cocktail iconique de la Dolce Vita, voici qu’à Paris, le Negroni sert de prétexte à une métamorphose onirique — un écho facétieux aux souvenirs d’escapades en bateau au bord des criques turquoises de la mer Adriatique! Durant quelques mois, le Chef Exécutif de l’Hôtel de Crillon Boris Campanella et ses brigades concocteront ainsi un menu pareil à une parenthèse enchantée… Il suffit de fermer les yeux, de goûter pour entendre la mer chuchoter son éternelle poésie. En bouche, pâtes ‘à la serviette’, tresses de mozzarella, poulpe grillé, culatello di Zibello tranché à la minute, sans oublier une coppetta di gelato maison… Le tout pour accompagner le plus emblématique des aperitivo Italiens!

L’Hôtel Hermitage Monte-Carlo

lhotel_hermitage_monte-carlo-1200x900.jpg

Construit au tournant du siècle, c’est à l’architecte Nicolas Marquet, aidé par Gustave Eiffel, que l’on doit la magnificence de l’Hôtel Hermitage. Depuis classé monument historique, l’Hermitage distille tout le charme et le raffinement d’une époque ô combien salutaire – sa façade à encorbellements, ses fresques, ses colonnes de marbre rose et son jardin d’hiver coiffé d’une éclatante coupole de verre et d’acier… Tout ici n’est que luxe et volupté ! Et à l’heure du Grand Prix de Monaco, l’Hôtel Hermitage fait figure de retraite où apprécier le plus fin des arts de vivre.

Tourné à la fois sur le port de Monaco, le palais princier et la cathédrale de la Principauté, le palace capture une vue époustouflante sur la richesse du Rocher. Une richesse qui s’apprécie notamment dans l’assiette – son restaurant gastronomique, une étoile au Guide Michelin, Le Vistamarn fut ainsi longtemps chapeauté par le Chef Joël Garault. « Cette étoile salue le travail acharné de toute une équipe. Nous avons su nous remettre en question et l’arrivée de recrues provenant d’établissements étoilés nous a permis […] d’améliorer encore nos plats dans les cuissons, les assaisonnements mais aussi l’esthétique. Nous avons réagi avec promptitude et le résultat est là ! Mais au-delà de cette étoile, la fidélité de notre clientèle demeure la gratification la plus importante. »

Il est vrai que la clientèle vient des quatre coins du monde pour apprécier, la parenthèse de l’instant, tout le faste et la noblesse du savoir recevoir de l’hôtel Hermitage. Si le palace est tenu au secret, on raconte que les têtes couronnées du monde entier et les plus grandes stars concourent à la sublime réputation du lieu. Un lieu qui offre aussi un Spa des Thermes Marins Monte-Carlo sur plus de 7000m2. Le luxe absolu se niche dans le détail de ces thermes somptueux. De véritables joyaux…

L’Hôtel de Paris à Monte-Carlo, le Renouveau de l’Icône Belle Epoque

hotel-paris-monte-carlo_article_l_e-commerce_1_to_12_frm.jpg

Edifié en 1864, rebâti une première fois en 1909, l’Hôtel de Paris de Monte-Carlo dévoile en 2018 une série de nouveautés. « Nous avons augmenté la volumétrie, passant de 35 000 à 55 000 mètres carrés » précise Daniel Lambrecht, directeur immobilier de la Société des bains de mer. Voisin du mythique Casino, l’Hôtel de Paris présente aussi et surtout 60 % de suites pour 40 % de chambres – la nouvelle ? Une suite impressionnante et éminemment raffinée ; la suite Princesse Grace, joyau du renouveau. Avec une surface de 910 m2, répartie sur deux étages, la suite princière offre aussi plusieurs terrasses avec une vue à couper le souffle ! Une vue à 360 degrés sur le Rocher, et, évidemment, sur le tracé du Grand Prix de Monaco…

Comme posée sur le toit de l’hôtel, la suite Princesse Grace est apprêtée d’œuvres d’art prêtées par le Palais. La salle à manger est ainsi équipée de vaisselle Hermès, d’argenterie Christofle, de verrerie Saint-Louis. Mieux, dans la bibliothèque, l’Hôtel de Paris de Monte-Carlo a pris soin de sélectionner les auteurs favoris de la Princesse. Pour compléter cette atmosphère contemporaine et ultimement élégante, les salles de bain et les dressings furent agencés à l’aide de matériaux rares et tout aussi exceptionnels.

Autre aspect iconique du palace, le restaurant triplement étoilé d’Alain Ducasse, le Louis XV. Interrogé à l’époque, Michel Lang, directeur du restaurant, indiquait : «  La cuisine, qui avait été créée par Alain Ducasse en 1987 va être totalement rénovée. Elle va être remise à niveau pour lisser le dénivelé de quelques marches que nous avions avec la salle et remise aux normes actuelles. Il y a aura une partie préparation au sous-sol et une cuisine de cuisson et de finition au même niveau que le restaurant. Ce sera beaucoup plus fonctionnel. » Aujourd’hui, le Louis XV est toujours installé au rez-de-jardin de la nouvelle Aile Rotonde – une véritable institution gastronomique à visiter lors du non moins captivant Grand Prix de Monaco !