Le Collier en Perles d’Akoya de Mikimoto

collier_paysage.jpg

Si Gabrielle Chanel a su porter avec distinction des colliers de fausses perles, Kichiki Mikimoto nous dédie depuis 1893 les plus précieuses et exceptionnelles gemmes sorties des mers et océans. Entre tradition et design, cette maison de joaillerie propose des bijoux uniques tels de véritables écrins magnifiant la perle. 

Le plus réputé d’entre eux est évidemment le collier que Joe DiMaggio avait offert à son épouse Marylin Monroe. Ce chocker d’une longueur d’environ 40cm révèle un style simple et brut. Les perles, quant à elles, sont produites par les huitres d’Akoya au Japon. Ce sont les perles les plus célèbres, réputées pour leur lustre intense et leur luminosité opaline. Le fermoir, détachable, reste le seul élément fantaisiste: une forme de plume en or blanc et une boule pavée de diamants. Alliance de raffinement et de douce séduction, ce sautoir sait révéler avec sobriété et délicatesse la beauté de toute femme.

Figure de la parisienne par excellence, la perle est ainsi mise à l’honneur, aussi bien pour la grâce qu’elle incarne que celle qu’elle reflète. Symbole de bonheur, de pureté et d’amour, elle captive et enchante hommes et femmes. 

Sacs à Main Pour la Saint Valentin

510b978ab6bc6.jpg

Pour célébrer Cupidon, un objet coup de coeur… le sac à main. Minimaliste ou classique, mini ou maxi, vintage ou futuriste, notre sélection de sacs icônes version printemps 2013.

La Suede de Puma

510b919406e28.jpeg

« Un puma rôde au fond de ma mémoire », disait le titre d’un roman de Patrick Virelles. La Puma Suede, véritable incontournable de la basket, est une chaussure qui parcourt le temps. C’est en 1968 qu’elle fit sa première apparition, aux pieds de l’athlète Tommie Smith, lors des Jeux-Olympiques de Mexico. Elle offrit à Smith ce jour-là une victoire sportive, mais aussi sociale et emblématique de toute une génération : l’image du champion au poing levé contre les discriminations raciales resta gravée dans la mémoire collective. La Suede continua à traverser les âges, et fut vite réinvestie dans les années 80 par les skateurs et ceux que l’on prénommait les « bad boys ». Elle devint et demeure témoin de la contre-culture, celle du street-style et de l’urban-dance, aux traits graphiques et à l’accent du Rythm And Poetry.

Cette année, la marque prouve son ancrage dans cette tradition, proposant une réédition de sa basket préférée. La Re-Suede de 2013 est la plus proche, par sa forme épurée et ses lacets affinés, de la Suede de 68. La gomme de la semelle est volontairement vieillie, apportant l’effet vintage tant recherché par les nouvelles générations. Se positionnant entre l’éternel et l’effet de mode, elle incarne avec justesse ce qu’on appelle la modernité. Le choix d’utiliser un daim synthétique et 100% recyclé la plonge dans la vague, dans l’ère du temps, qui est de plus en plus eco-friendly. Elle s’affirme par ses couleurs, entre originalité et tradition, ses combinaisons de teintes convaincantes et ses lacets raffinés : la Puma Suede est l’objet indémodable, iconique du monde sportif basculé dans le mode de vie urbain.

Des valeurs qui sont défendues par le rappeur Youssoupha, nouvelle égérie musicale de Puma. Youssoupha est également l’ambassadeur du nouveau projet PUMA THE QUEST (www.pumathequest.com), un projet artistique et international au but de promouvoir la danse urbaine et la Street Culture, à travers la création d’un groupe de danse formé et entraîné par le danseur Salah. Un voyage initiatique qui risque bien de nous captiver.

Dot de Marc Jacobs

marc-jabobs-perfume-sayuri-shoji450.jpg

Marc Jacobs, Sayuri Shoji, Annie Buzantian et Ann Gottlieb : respectivement le créateur, le designer et les parfumeurs. Une escouade de choc à l’origine du Dot, le parfum qui tombe à point nommé. Quand la coccinelle et les papillons se mêlent, c’est tout un monde qui embarque pour la plus belle des ballades printanières.

Pour son troisième parfum, le créateur de la souris nous présente un flacon ovni. Un rond pour la forme, des ailes pour l’envol, Marc Jacobs dote son nouvel élixir d’un flacon féerique.

Notes de tête, de cœur et de fond se joignent à l’or et aux perles pour un voyage olfactif exceptionnel. Comme un parfum d’enfance ou diverses effluves nous font découvrir un patchwork d’innocence passée.

Les baies rouges des jardins de notre enfance, le parfum vanillé d’un amour de jeunesse, ou encore le jasmin de nos premières vacances au soleil.

Marc Jacobs adore raconter des histoires, et nous conte ici celle « d’un papillon ou d’une coccinelle qui atterrissait sur une feuille. »

Il repousse ici encore une fois les limites de son métier. Celui qu’on appelle l’Andy Warhol de la mode, continue à faire ce qu’il fait de mieux : « prendre des choses du quotidien […] et en faire les choses les plus luxueuses du monde. »