Noël Au Soleil, Luxe Et Volupté aux Canaries

Entre neige et soleil, sable et volcans — l’archipel dévoile le meilleur spot de cette fin d’année. En même temps que la voie lactée !

La destination la plus luxe de cette fin d’année? Les îles Canaries. Lieu de naissance du superbe Manolo Blahnik, les îles Canaries sont surtout celles d’où l’on perçoit la douceur et le luxe de vivre ! L’archipel de sept îles est caressé par les alizés, lové dans l’anticyclone des Açores. Petit coin de douceur absolue à tout moment de l’année, il constitue aussi et surtout le lieu de prédilection pour une fin d’année bien inspirée. Entre baignade porte-bonheur au douze coups de minuit, sous l’un des cieux les plus étoilés au monde, en passant par les traditionnels fruits de mer de la Nochebuana (le réveillon de Noël) — les Canaries ont plus d’une finesses à offrir.

On pose ses valises au Gran Hotel Bahía Del Duque ou à l’iconique Ritz-Carlton, Abama, pour un séjour où la tradition rencontre la surprise. Au détour de l’un des nombreux marchés de Noël, c’est le Mont Teide qui, sous un climat flirtant avec les 22°C en plein mois de décembre, dévoile au loin ses neiges. Mieux, observer le lever du soleil sur le Mont Teide et son manteau blanc contrastant avec la lave noire est une expérience à couper le souffle. C’est tout ça, les fêtes de fin d’année aux Canaries. Un brin moins alambiqué que le film ‘The Man Who Killed Don Quixote’ de Terry Gilliam; tourné sur l‘archipel durant 17 ans… Mais tout aussi iconique !

Les Champagnes Ruinart Et L’Icône Blanc De Blancs S’Habillent Pour Noël

A l’approche des fêtes, la maison Ruinart réitère son intérêt pour l’art autour de deux collaborations exceptionnelles — ou quand le talent de Vik Muniz et celui de Ron Arad accompagnent le plus légendaire des champagnes!

C’est en 1729, au plus haut de la révolution des Lumières, que le vignoble de Sillery, au sud-est de Reims, devient celui de la maison Ruinart. En 2018, c’est dans ce même vignoble que l’artiste Brésilien Vik Muniz passe de longues heures à y puiser l’inspiration. « Mon rapport aux images n’est pas vraiment lié à l’histoire de l’art mais plutôt à la mémoire » détaille l’intéressé. Oui car, déjà au XVIIIe siècle, les chefs de caves successifs de la maison Ruinart puisaient dans les matières, les couleurs et l’air du temps la composition originale de leur millésime. Le Blanc de Blancs en garde aujourd’hui la mémoire.

Si Vik Muniz est le huitième artiste à collaborer avec Ruinart à l’élaboration d’une bouteille d’exception, l’histoire entre Ruinart et les artistes remontent à 1896. Avant Jaume Plensa ou Erwin Olaf, c’est un certain Alphonse Mucha qui, le premier, fut appelé à collaborer. André Ruinart, patron de la maison, voit fleurir les affiches de l’artiste sur les colonnes Morris. Imaginées voire inventées pour Sarah Bernhardt, ces affiches initient par la même l’art des réclames. Mucha conçoit alors pour Ruinart une publicité toute en volupté, décalquant tout des cocottes de la Belle Epoque. L’Art Nouveau ainsi intronisé, Ruinart ancrait là l’illustration la plus aboutie de son savoir-faire. Qu’en est-il aujourd’hui? Ruinart et l’art résonnent à merveille, surtout dans les bulles du Blanc de Blancs!

Les fêtes de fin d’années ont amené Ruinart à éditer deux pièces exceptionnelles — l’une est la version exclusive de la bouteille imaginée cette année par Vik Muniz. La seconde consiste en trois seaux à champagne en étain, réalisés par Ron Arad. Pour rendre hommage à l’art de l’assemblage si cher à la Champagne, le célèbre designer et architecte a imaginé ces seaux autour d’un lien de cuir pour ne faire qu’un! Formant ainsi une vasque grand format, le trio vient se nicher dans une malle en chêne, issu de forêts éco-gérées… Confectionnée dans la plus pure tradition Française! A l’intérieur, aussi: les magnums Dom Ruinart Blanc de Blancs 2004, Dom Ruinart Rosé 1998 et Dom Ruinart Blanc de Blancs 1993.

Quant à Vik Muniz, il réitère son inspiration première autour des ceps de vignes. Il s’exprime cette fois sur sur un coffret d’exception proposé en édition limitée de 30 exemplaires… Dissimulant, là encore, un jéroboam de Blanc de Blancs! Reproduit à partir de bouts de bois noircis et de fusains, la figure étend ses lignes sur les quatre faces de cet imposant coffret en bois. Allant un peu plus loin dans son soucis de mémoire, Vik Muniz a voulu donner à cet objet exceptionnel une seconde vie… Devenant, allègrement, un élément de mobilier unique. Ruinart offre ainsi deux oeuvres aussi inspirées qu’originales. A découvrir dès à présent!

Glenmorangie The Original, A (Re)Découvrir

cofret-noel-the-glenmorangie-original.jpg

Son arôme puissant est connu des amateurs de single malts whisky. Le Glenmorangie Original se développe autour d’un nez enveloppant l’arôme de vanille pour adoucir l’odeur des agrumes et des pêches mûres. Un bouquet qui s’ouvre un peu plus lorsque l’on ajoute un trait d’eau – les notes florales de géraniums découvrent alors les abricots, la bergamote, les mandarines, l’eucalyptus et le gingembre. Sur le palais, la vanille vient embaumer le caractère fruité, floral et complexe du whisky… Des notes d’amandes craquantes, de coco et d’épices douces viennent signer toute son élégance. Puis vient le final : l’arôme complet du whisky distille des pointes d’orange et de pêche.

L’élaboration centenaire de ce whisky, dans les plus hauts alambics d’Ecosse, est ce qui garantie toute la distinction du nectar. C’est pourquoi la distillerie Glenmorangie a décidé de célébrer son whisky iconique pour les fêtes de fin d’année. Glenmorangie The Original est ainsi proposé dans un coffret élégant et incontournable : un coffret aux teintes orange éclatantes, contenant une bouteille The Original 70cl et ses deux verres type ‘tumblers’. Le cadeau idéal pour (re)découvrir ce whisky au caractère remarquablement rond, doux et complètement fascinant.

La Bûche Toupie Féerique au Shangri-La Hotel

buche-de-noel-2017-la-toupie-feerique-shangri-la-hotel.jpg

Les fêtes de fin d’année se rapprochent à grands pas et, avec elles, les délices de Noël se font déjà sentir. C’est ainsi que le Shangri-La Hotel annonce sa nouvelle production avec le Chef Pâtissier Michaël Bartocetti – l’idée : mettre au point un dessert glacé des plus exquis. Une bûche certes, mais une bûche qui prend la forme, l’allure et le mouvement d’une toupie ! Aussi ludique que gourmand, l’objet inspire autant qu’il promet d’émerveiller les sens. Il faut dire qu’une fois mise en mouvement, la bûche provoquera assurément l’exclamation de l’assistance – clin d’oeil certain aux traditionnels ornements de Noël, la bûche Toupie Féérique habillera avec élégance les plus belles tables de fêtes.

La Toupie Féérique dévoile ainsi plusieurs couches superposées… C’est que le Chef Pâtissier Michaël Bartocetti l’a pensé dans un jeu de saveurs et textures tout en justesse, mêlant savamment l’onctuosité d’une mousse au chocolat Madong de Papouasie/ Nouvelle-Guinée, au croquant d’un praliné noisette à l’ancienne, avec un gianduja crémeux et un biscuit au pain d’épice. Un délice qui repose sur un croustillant à la noisette et à la fleur de sel recouvert d’une délicate couche de chocolat Caraïbe 66%. En puisant ici dans les souvenirs de l’enfance, le Chef Pâtissier du Shangri-La Hotel met ainsi au monde l’un des desserts les plus prisé de cette fin année.

Mais, c’est une fois la partie supérieure de la bûche dégustée, que les convives pourront se régaler de la surprise : son socle, pensé comme un délicieux mendiant raffiné aux fruits secs et aux noix, dont les morceaux seront à partager ! Cette œuvre d’art et de délectation sera donc proposée au restaurant La Bauhinia, du 5 au 25 décembre 2017. Une production de l’inouïe dont les chanceux seront se délecter avec ravissement.  

Le Calendrier de l’Avent Signé Dior

alternate_views_alt_mood_y9169280_jadore.jpg

On le sait, les maisons de luxe n’ont pas leur pareil pour magnifier l’esprit de Noël. Cette année, c’est la maison Dior qui surprend en créant pour la toute première fois son calendrier de l’Avent. Et bien évidemment, c’est d’un chic absolu. La maison du 30 de l’Avenue Montaigne a ainsi confié au studio d’illustration fondé par Anne-Charlotte Laurans la réalisation de ce sublime calendrier. Broll & Prascida, le studio qui aime à créer et dessiner à la main des images, s’est ainsi emparé de l’idée pour réaliser une interprétation très spéciale du siège historique de la maison Dior.

Tout spécialement pour Noël, le calendrier de l’Avent Dior est l’expression créative d’une fête placée sous le signe de l’or. En même temps que les Parisiens découvrent tout juste les vitrines de la maison au Printemps, Dior édite un calendrier lui aussi au design d’exception. La façade du 30 de l’Avenue Montaigne devient ainsi enneigée pour une féérie incontestable. Et évidemment, tous les codes emblématiques de la maison se parent d’or et de lumières pour l’occasion.

A l’intérieur, Dior surprend en glissant 20 précieuses surprises, et 4 décorations de Noël symboles de l’univers de la griffe… Pour s’immerger dans le monde enchanté d’un Noël en Dior, on retrouve ainsi des versions mini des icônes tant désirées – le Rouge Dior, Eau sauvage, le mythique J’Adore et bien plus de soins, parfums et de produits make up sont donc à découvrir chaque jour… Mais attention, le tout premier calendrier de l’Avent de Dior est produit en édition très limitée !

La Collection de Noël State Of Gold Par Dior

dior2_2.jpg

State of Gold fut imaginé pour ces femmes à l’aura magnétique, ces femmes qui, d’un regard, peuvent renverser le monde, avec élégance, grâce et assurance. Cette femme, c’est celle pour laquelle Peter Philips signe ce Noël la précieuse palette Or de Dior. Pour cette héroïne moderne, le directeur artistique de la cosmétique de la maison Dior propose un nouvel éclat à fleur de peau, inspiré par le nouvel esprit du luxe, feutré nuancé, secret… La palette State of Gold célèbre ainsi les reflets acier du noble métal ; une variation autour de l’or dans une nouvelle expression du luxe selon Dior. C’est ainsi que Peter Philips fait le choix d’associer à l’or l’emblématique gris de Monsieur Dior. A l’ivoire, l’artiste joint le platine qui diffuse ainsi un éclat délicat. Au rouge intemporel, il a l’audace d’opposer le fuchsia. State of Gold expose ici une beauté en tension, infusée de doré où le violine et le cuivré donnent la réplique aux doux pigments d’un tilleul ou d’un rose baby pink !

Il y a dans cette collection de Noël l’idée d’ornement et de raffinement extrême. Le résultat ? Une ultra-féminité au bout des doigts. Délivrant un éclat subtil, le vernis Diorific mue les ongles en de véritables joyaux. Le vernis State of Gold compose, lui, des paillettes aux reflets platine et or. Quatre autres teintes viennent ainsi compléter cette série de Noël : un vernis prune, intense, qui exhale un parfum de “Mystère” ; un rouge ardent qui déchaîne la “Passion”, un rose baby pink qui invite au “Secret” ; et enfin, la teinte vedette, le “gris-or”, nuance qui comme nulle autre change au gré de la lumière… Une envoutante palette chromatique à mettre sous tous les sapins !

La Buche « Sphère de Noël » du Shangri-La Par Michaël Bartocetti

noel.jpg

Repéré par l’équipe du Shangri-La, Paris au début de l’année 2015, Michaël Bartocetti est auréolé des distinctions dues à un premier de classe. Se découvrant une vocation pour la pâtisserie dès son plus jeune âge dans les deux restaurants familiaux, le Chef Pâtissier avoue avoir été attiré par ce métier qu’il qualifie de « généreux ». Apprenti chez Fischer, enseigne prestigieuse de Thionville, le jeune Lorrain affiche des talents de prodige lors du concours « Un des Meilleurs Apprentis de France », dont il termine finaliste. En 2005, Guy Savoy lui ouvre ses portes à Paris ; il n’est alors âgé que de vingt-et-un an.

Continuant un parcours digne d’un cursus honorum de la pâtisserie, Michaël Bartocetti travaille pour Alain Ducasse au Benoît, puis au Plaza Athénée en 2009. En juin dernier, le jeune gourmet rejoint la place d’Iéna et les cuisines du Shangri-La, un nouveau « formidable challenge » où il compte « exprimer sa passion et laisser libre court à son imagination à travers l’ensemble de [ses] créations ». Représentation hôtelière de la « quintessence de l’art de recevoir asiatique » et de l’art de vivre français, le Shangri-La ne se trompe pas lorsqu’il lui confie la tâche de sans cesse créer des mets plus inventifs en son nom. Pour Stefan Bollhalder, Directeur Général, « [sa] maîtrise technique et [son] exigence constituent un véritable atout ».

Pour les fêtes de 2015, Michaël Bartocetti nous fait ainsi le cadeau d’une bûche légère et surprenante. Emblématique des repas de Noël, cette icône du dîner traditionnel à la française se voit revisitée par le Chef. Toute en rondeur, l’insolite pâtisserie trouverait même sa place parmi les boules du sapin, légère et décorative. Dans une alliance conflictuelle, la « Sphère de Noël » présente d’abord un biscuit de chocolat moelleux enveloppé d’un croustillant à la noisette. Puis, l’onctueuse dispute se poursuit en son sein, lorsqu’une fine mousse au chocolat pur de Madagascar à la citronnelle se mêle à d’exotiques parfums de yuzu et de mandarine. Disponible du 5 au 25 décembre au Bauhinia, restaurant étoilé de l’hôtel, le gâteau d’exception sera également disponible sur commande. Une création joignant douceur et acidité qui laissera en bouche un goût d’excellence et d’inattendu, et dont il ne restera certainement pas une seule miette à disposer près de la cheminée…

La Gourmandise de Noël « Krug & Potato »

krug_potato_par_sbastien_gaudard_-_fond_blanc.jpg

Il n’est un secret pour personne : Krug Grande Cuvée est l’expression la plus généreuse du champagne Krug. Issu d’un assemblage de plus de 120 vins, chacun âgé de dix années différentes, le nectar offre en bouche une mosaïque d’arômes et de saveurs exceptionnelles. Depuis toujours, la maison Krug explore ainsi le potentiel créatif de son champagne aux côtés des chefs internationaux les plus en vogue. C’est ainsi que pour ce Noël 2015, Krug s’associe à Sébastien Gaudard, tant cette collaboration sonne comme une évidence… Il faut dire qu’ils partagent cette même philosophie exempte de tout compromis, libre de toute idée préconçue ! En laissant le chef pâtissier donner libre cours à son imagination, Krug l’invite à travailler un ingrédient inattendu et imaginer l’accord parfait avec Krug Grande Cuvée ; cette année, pour le premier épisode d’une saga internationale, Krug a sélectionné la pomme de terre.

« L’individualité, c’est-à-dire l’art de comprendre chaque parcelle comme un ingrédient à part entière, est au coeur du savoir-faire de la Maison Krug. Lorsque j’ai entendu parler de l’idée d’explorer l’accord de Krug Grande Cuvée avec un unique produit, la pomme de terre, j’ai immédiatement été séduit. Une association fantastique, inhabituelle mais surprenante. » Eric Lebel, chef de caves de la maison, n’a jamais douté de Sebastien Gaudard ; lui qui fait renaître un dessert traditionnel de sa tendre enfance : fils de pâtissier, il appelle, cette année, la vanille bourbon de Madagascar pour développer des arômes complexes, et délicieusement répondre à la mosaïque de saveurs de Krug Grande Cuvée. Le dessert de Noël « Krug & Potato » par Sébastien Gaudard sera ainsi disponible en exclusivité du 15 au 31 décembre 2015, au Salon de Thé des Tuileries de Sébastien Gaudard, 1 rue des Pyramides, Paris Ier. Un hommage à la créativité à ne manquer sous aucun prétexte !

La Collection de Noël State Of Gold Par Dior

dior2.jpg

State of Gold fut imaginé pour ces femmes à l’aura magnétique, ces femmes qui, d’un regard, peuvent renverser le monde, avec élégance, grâce et assurance. Cette femme, c’est celle pour laquelle Peter Philips signe ce Noël la précieuse palette Or de Dior. Pour cette héroïne moderne, le directeur artistique de la cosmétique de la maison Dior propose un nouvel éclat à fleur de peau, inspiré par le nouvel esprit du luxe, feutré nuancé, secret… La palette State of Gold célèbre ainsi les reflets acier du noble métal ; une variation autour de l’or dans une nouvelle expression du luxe selon Dior. C’est ainsi que Peter Philips fait le choix d’associer à l’or l’emblématique gris de Monsieur Dior. A l’ivoire, l’artiste joint le platine qui diffuse ainsi un éclat délicat. Au rouge intemporel, il a l’audace d’opposer le fuchsia. State of Gold expose ici une beauté en tension, infusée de doré où le violine et le cuivré donnent la réplique aux doux pigments d’un tilleul ou d’un rose baby pink !

Il y a dans cette collection de Noël l’idée d’ornement et de raffinement extrême. Le résultat ? Une ultra-féminité au bout des doigts. Délivrant un éclat subtil, le vernis Diorific mue les ongles en de véritables joyaux. Le vernis State of Gold compose, lui, des paillettes aux reflets platine et or. Quatre autres teintes viennent ainsi compléter cette série de Noël : un vernis prune, intense, qui exhale un parfum de “Mystère” ; un rouge ardent qui déchaîne la “Passion”, un rose baby pink qui invite au “Secret” ; et enfin, la teinte vedette, le “gris-or”, nuance qui comme nulle autre change au gré de la lumière… Une envoutante palette chromatique à mettre sous tous les sapins !