Les Nouveautés J12, Première, Boy∙Friend et Code Coco Chanel au Baselworld 2019

Les icônes de la rue Cambon ne changent pas. Elles poétisent le temps, le comprennent pour mieux se réinventer — elles sont J12, Première, Boy∙Friend ou Code Coco.

S’il fallait conter l’odyssée horlogère de la Maison Chanel, on commencerait évidemment par rappeler la Première — une pièce exclusivement créée pour les femmes en 1987. C’est que l’icône Première distille déjà beaucoup de la grammaire iconique de la rue Cambon : forme octogonale empruntée au bouchon du flacon N°5, celle même de la place Vendôme… Un bracelet multiple reprenant les mythiques lanières de cuir tressées dans la chaîne du 2.55. Voici donc qu’en 2019, la collection Première s’enrichit d’une version phare en or jaune sur bracelet effet velours ; quand la Première ne se dévoile pas dans une version inédite teinte d’un noir intense. La Première Rock.

La métamorphose clé présentée à Baselworld 2019 concerne la montre J12 — à l’orée de ses 20 ans, la J12 se transforme sans se dénaturer. C’est Jacques Helleu, alors directeur artistique des parfums et de l’horlogerie Chanel, qui la dessine sportive, toute noire et intemporelle. La J12, il la dessine pour lui. Inspiré de deux univers qu’il aime plus que tout, l’automobile et la voile. D’autant que la silhouette des voiliers de l’America’s Cup donne le ton des courbes de la montre. Bientôt, elle prendra le nom de ces mêmes voiliers. Les J12. Sacrée première icône horlogère du 21ème siècle dès sa commercialisation, la J12 de Chanel révolutionne le monde de l’horlogerie avec sa robe de céramique noire. Aujourd’hui, Arnaud Chastaingt lui offre une cure de jouvence en augmentant délicatement l’épaisseur de sa boîte.

Mais la nouveauté la plus époustouflante de ce Baselworld 2019 est bien la nouvelle collection ‘Mademoiselle Privé’. Conçue comme la collection « dévoilant les symboles que Mademoiselle chérissait et les éléments dont elle aimait s’entourer », elle présente des pièces littéralement uniques car produites en un seul exemplaire. C’est, cette année, l’univers poétique desparavents de Coromandel qui inspire au Studio de Création de l’Horlogerie Chanel une pièce comme l’expression des savoir-faire d’excellence des Métiers d’Art. Le Sautoir Mademoiselle Privé Coromandel. Une pièce en or beige 18 carats, rassemblant près de 400 diamants pour un total de 7,62 carats… Une pièce d’exception, et c’est peu dire à la vue du résultat tout juste époustouflant — oeuvre d’émailleurs, graveurs, ciseleurs, sertisseurs… Un numéro 5 merveilleusement entrelacé aux branches de cerisiers.

Le N°5 de Chanel Distille Ses Effluves A Paris

visitez_les_champs_de_fleurs_du_parfum_chanel_n_5_1235.jpeg_north_760x435_white.jpg

‘Dans les champs de Chanel’ – à deux pas de la rue Cambon, au coeur du jardin des Tuileries, le Louvre et la maison Chanel s’associent pour offrir une expérience éminemment délicieuse. Un champ/jardin éphémère et poétique où se déploient les 5 fleurs à parfums grassoises déterminant la composition des parfums Chanel. Jasmin de Grasse, rose de Mai, iris Pallida, tubéreuse, géranium rosat… Le jus Chanel N°5 dévoile ainsi les fleurs qui exaltent tout le raffinement de son essence !

Pour la première fois, la maison Chanel amène au cœur de Paris les éléments clés de ses parfums devenus iconiques ! Une visite orchestrée comme une ballade olfactive. Tous les jours, de 10h à 19h, les Jardin des Tuileries ouvre ses portes à la luxuriance des champs de Grasse… Une douceur visuelle qui distille, avec une certaine magnificence, des senteurs de légende. Et la maison du la rue Cambon est depuis passée maître dans la mise en scène de ses icônes !

‘Dans les champs de Chanel’ le visiteur est comme transporté au cœur des champs de Pégomas – la multitude de couleurs fait ici danser la rétine en même temps que se révèlent au nez les arômes premiers des parfums Chanel. Des parfums qui, comme le voulait Mademoiselle, sont aujourd’hui encore « fabriqués comme une robe. »

You Know Me and You Don’t : Chanel en Campagne

n_5-the-deodorant.p105730.jpg

L’occasion du lancement de N°5 l’Eau All-Over Spray et N°5 l’Eau On Hand Cream fut pour la maison Chanel celle d’éditer une campagne digitale à forte intensité. L’idée est aussi précise qu’innovante : un court film sur une danse à la gestuelle paradoxale. Imaginés par le chorégraphe Dimitri Chamblas, les mouvements ici interprétés sont l’évocation énergique des nouveaux gestes induits par N°5 l’Eau All-Over Spray et N°5 l’Eau On Hand Cream. Une orchestration de lignes, de pas et des corps ; celui d’une femme « double » exprimant ses différents tempéraments à travers une danse cathartique.

N°5 est toujours en mouvement. Et ces nouvelles façons de se parfumer démontrent toute l’évidence d’une eau plus qu’iconique. À chaque produit, son geste, sa sensation, son intensité – le film de campagne réalisé par Jacob Sutton distille ainsi une énergie sensuelle et progressive, puissante et évanescente. Une énergie qui capture dans les mouvements de la danseuse, la poésie de la N°5 l’Eau On Hand Cream et la légèreté de la brume N°5 l’Eau All-Over Spray.

Joué en écran divisé, le film installe un dialogue en miroir – un dialogue qui devient interactif lorsque le spectateur devient l’acteur de l’expérience sensorielle N°5 l’Eau. Ainsi invité à dessiner son propre mouvement sur l’écran ou sur le trackpad, le spectateur est capable de diriger la grâce de la danseuse qui, immédiatement, interprètera ce mouvement en gestuelle. 15 gestes sont donc à découvrir sur les réseaux sociaux à partir du 10 mai prochain. Une campagne libre et bouillonnante ! 

La Minaudière Chanel N °5 du Défilé Métiers d’Art 2017

19.jpg

La place Vendôme est depuis longtemps l’une des inspirations de la maison Chanel. A vrai dire, il y a longtemps déjà que Coco et la place Vendôme sont liées ! Elle qui n’a jamais voulu s’installer a fait de la place Vendôme, et plus particulièrement du Ritz, son espace à part entière. Ainsi, lorsqu’il fallut donner une forme physique à sa pénétrante odeur, Gabrielle Chanel emprunta à la place sa forme, ses courbes droites et octogonales : son premier parfum, le N°5, adopte donc un flacon scellé d’un bouchon en forme octogonale

Aujourd’hui, l’occasion du défilé Métiers d’Art 2017 offre à Karl Lagerfeld l’opportunité de s’amuser avec la muse, une fois de plus. Réalisée comme un totem post-moderne, la minaudière Chanel N°5 se taille ainsi dans un flacon plexiglas, flanqué de rangs de perles. Voici un travail artisanal si fantastique qu’il achève de célébrer les qualités uniques d’un design imaginé il y a près d’un siècle… Une esthétique espiègle mais pragmatique au fermoir nostalgique.

N°5 de Chanel : Une Version Nomade en Édition Limitée

chanel5.jpg

Alors que la maison de la rue Cambon s’apprête à commercialiser en France le tout nouveau format de son iconique fragrance, c’est à Londres que la maison aux deux C a choisi d’exposer la rétrospective de la création de Gabrielle Chanel. Intitulée « Mademoiselle Privé », l’exposition se tiendra au sein de la très célèbre Saatchi Gallery – du 13 octobre au 1er novembre 2015, le focus tiendra sur l’année 1909. Si nombre d’expositions eurent déjà pour qualité la mise en valeur de la création Chanel, Mademoiselle Privé est la première rétrospective à se concentrer sur la construction de l’empire à travers l’oeil de Karl Lagerfeld, actuel directeur artistique de la griffe.

Mais c’est aussi et surtout la personnalité charismatique de Coco qui sera mise à l’honneur, tandis que la prestigieuse galerie promet de conter la légende du Chanel N°5, qui n’est autre que le parfum le plus connu au monde. Et justement, le 16 octobre prochain sera introduit le nouveau format de 35ml – un flacon à portée de main servant d’écrin à l’eau de parfum et à l’eau première. Mais attention, il s’agit là d’une édition limitée. Une version miniature de toute l’audace, de la liberté et de l’innovation de Gabrielle Chanel – un flacon que l’on peut glisser dans son sac à main, histoire d’être toujours accompagnée de l’élément olfactif des grands voyages.

La Montre Première de Chanel

chanelpremiere.jpg

Ouvrant le dernier défilé Chanel au Grand Palais, la Première apparait comme jamais : enserrant le bassin du top Cara Delevingne, c’est sans précédent que l’icône de la maison s’arbore en ceinture. L’expérience Première est cette ode à la vision du temps, un chant célébrant l’affranchissement de la femme. Créée exclusivement pour les femmes par Chanel en 1987, la Première reprend la forme du cabochon du flacon N°5, lui-même décalquant la géométrie de la place Vendôme. Première est une icône ; de celle qui précède les autres dans le temps pour faire rimer au rang l’espace. Dans sa composition, le garde-temps fonde une surface sans fin ; un cadran qui n’est ni étranglé par la tatillonne fragmentation des secondes, ni par la rigidité de l’espace.

Chanel N°5 : En Attendant Brad Pitt

50ace2d69c496.jpg

Une nouvelle fois, Chanel interpelle. « Pour la première fois, un homme s’exprimera sur le plus féminin… et légendaire des parfums » ; après Audrey Tautou, le N°5 est, cette fois, humé par Brad Pitt.

Car qui mieux que l’homme qui, maintes et maintes fois, avec ivresse et gourmandise, peut s’allier à l’effluve d’une femme, retrouvant aisément dans le présent un passé restauré ? Oui, la première impression que l’homme a d’une femme réside dans les particules de parfum et, lorsque cette senteur est le N°5 de Chanel, il semble que l’amour ne dure pas ; il perdure. Ici, Brad Pitt intervient : le nouvel ambassadeur sait être drôle, envoûtant profond, aimant, amant ; autant que ce N°5, déjà célébré par Warhol dans ses sérigraphies. Bref, la maison Chanel lui confie, le temps d’un spot publicitaire, un créneau de quelques secondes pour l’entendre conter une confidence.

C’est au parfum, dernier témoin de l’écriture féminine, que l’acteur semble, au second abord, se révéler. L’histoire défilera sur tous vos écrans le 15 Octobre à 19h. Une fois encore, le N°5, parfum de toutes les premières fois, bouscule les conventions, inspire, et, sans tapage, risque de faire des adeptes.