L’Hôtel Hermitage Monte-Carlo

lhotel_hermitage_monte-carlo-1200x900.jpg

Construit au tournant du siècle, c’est à l’architecte Nicolas Marquet, aidé par Gustave Eiffel, que l’on doit la magnificence de l’Hôtel Hermitage. Depuis classé monument historique, l’Hermitage distille tout le charme et le raffinement d’une époque ô combien salutaire – sa façade à encorbellements, ses fresques, ses colonnes de marbre rose et son jardin d’hiver coiffé d’une éclatante coupole de verre et d’acier… Tout ici n’est que luxe et volupté ! Et à l’heure du Grand Prix de Monaco, l’Hôtel Hermitage fait figure de retraite où apprécier le plus fin des arts de vivre.

Tourné à la fois sur le port de Monaco, le palais princier et la cathédrale de la Principauté, le palace capture une vue époustouflante sur la richesse du Rocher. Une richesse qui s’apprécie notamment dans l’assiette – son restaurant gastronomique, une étoile au Guide Michelin, Le Vistamarn fut ainsi longtemps chapeauté par le Chef Joël Garault. « Cette étoile salue le travail acharné de toute une équipe. Nous avons su nous remettre en question et l’arrivée de recrues provenant d’établissements étoilés nous a permis […] d’améliorer encore nos plats dans les cuissons, les assaisonnements mais aussi l’esthétique. Nous avons réagi avec promptitude et le résultat est là ! Mais au-delà de cette étoile, la fidélité de notre clientèle demeure la gratification la plus importante. »

Il est vrai que la clientèle vient des quatre coins du monde pour apprécier, la parenthèse de l’instant, tout le faste et la noblesse du savoir recevoir de l’hôtel Hermitage. Si le palace est tenu au secret, on raconte que les têtes couronnées du monde entier et les plus grandes stars concourent à la sublime réputation du lieu. Un lieu qui offre aussi un Spa des Thermes Marins Monte-Carlo sur plus de 7000m2. Le luxe absolu se niche dans le détail de ces thermes somptueux. De véritables joyaux…

Le Costume d’Académicien par Lanvin

image003.jpg

Le nouvel Académicien élu, Alain-Charles Perrot, architecte en chef des Monuments Historiques, a confié à Lanvin la réalisation de sa tenue d’immortel. L’occasion ainsi fut donnée à la maison cette année de renouer avec une tradition vieille de plus de 113 ans : la réalisation des costumes sur-mesure d’Immortels – le fameux Habit Vert. En effet, en 1901 déjà, avant même la création de son département costumes d’enfant, Jeanne Lanvin habillait son premier Académicien : l’illustre dramaturge Edmond Rostand. Et d’autres ont suivi : Paul Valéry, André Maurois, Georges Duhamel, ou Jean Cocteau… Nombreux sont ceux à avoir ici fait réaliser leur Habit Vert : le costume, comme l’épée, est commun à tous les membres de l’Institut de France. En drap bleu foncé ou noir, brodé de rameaux d’olivier vert et or, c’est à cela qu’il doit son nom.

Et voici comment s’opère le sur-mesure Lanvin : dans les ateliers du 15 Faubourg Saint Honoré à Paris, la réalisation du précieux vêtement a nécessité une quantité de travail à la hauteur de l’extraordinaire. Si la veste et le pantalon ont demandé 80 heures de travail, la chemise 12 heures, les broderies de branches d’oliviers, d’ailleurs dessinées par Monsieur Perrot lui-même, ont elles demandé près de 600 heures. Lanvin réalise ainsi l’Habit Vert d’Alain-Charles Perrot ; après six mois d’un travail méticuleux et quatre essayages. Le sur-mesure Lanvin, la magie du fait main !