Edition Limitée Alhambra de Van Cleef & Arpels

50a6213b899ba.jpg

Le motif Alhambra voit le jour en 1968 et, rapidement, s’impose comme emblème de la maison. Un joaillier qui semble épouser les codes de son temps : l’esquisse d’un trèfle à quatre feuilles, comme écho au souhait de santé, de bonne fortune, de chance et d’amour.

Le premier modèle était un sautoir en or jaune. Au fil du temps, le motif se dessina sur une montre, la montre Alhambra Talisman. Cerclée de cinquante-deux diamants, elle semble faire scintiller la maison de la pureté du nacre ou de l’onyx qui en fondent le cadran, l’enchantant du désir emblématique de création. Et, l’atour Alhambra se veut avant tout intemporel. Van Cleef & Arpels fut d’ailleurs nommé fournisseur de la Cour de Monaco après que la princesse Grace fit connaître son engouement pour la collection iconique de la maison.

La mythique collection Alhambra de Van Cleef & Arpels se livre en une nouvelle édition limitée en cinq pièces exquises: un pendentif rehaussé d’un diamant, un sautoir, un bracelet, un collier ainsi que des boutons d’oreilles.

Taillée dans « l’amourette », un bois rare, naturel et dont on raconte qu’il apporte le bonheur, tel un talisman faisant teinter la chance au poignet.

La Reine De Naples de Breguet

50a6177596bc1.jpg

La maison Breguet organise l’exposition « Reine de Naples » du 22 octobre au 22 novembre au Musée Breguet, situé au numéro 6 de la place Vendôme, à Paris. La manufacture célèbre les 200 ans de la livraison de la première montre-bracelet, objet-bijou devenu phare.

En 1810, Caroline Murat, reine de Naples et sœur de Napoléon fait une commande spéciale à son fidèle horloger, Abraham-Louis Breguet. La passionnée de bijoux demande « une montre pour bracelet à répétition ». Cette fameuse commande n°2639 sera livrée 2 ans plus tard. La montre bracelet est née. En avance sur son temps, la reine de Naples est la première à porter l’objet dès 1812. Le bijou n’apparaitra que timidement sur les poignets vers 1880.

L’exposition est aussi l’occasion de fêter les 10 ans de la collection Reine de Naples. En 2002, La maison Breguet redonnait vie à l’esprit de cette montre d’exception en créant une nouvelle série inspirée du bijou de Caroline Murat. La référence de la montre ayant disparu, il fallut consulter les archives où Abraham Louis Breguet notait l’intégralité de ses œuvres. La collection reste fidèle à la forme ovoïde de la montre et reprend les complications horlogères mécaniques qui ont fait sa légende, telles que les phases de la lune.

Pour ce double anniversaire, la manufacture réalise une nouvelle montre, référence 8908, qui joint esthétique et technique à l’image du garde temps de la reine de Naples. La montre en or blanc et nacre de Tahiti est sertie de 117 diamants de 0,99 carats. Grâce à son bracelet en fils d’or souple et raffiné, elle renoue avec les attributs de l’exemplaire d’origine.

La Dandy Grande Date

Icon-icon-montre-watch-CHAUMET-Dandy-Vintage-Grande-Date-Chaumet.jpg

La maison de joaillerie Chaumet se passionne pour les dandys. Depuis 2003, en créant la collection de montres Dandy, Chaumet rend hommage à des gentlemen aussi illustres que le prince Anatole Demidoff, Robert de Montesquiou, Boni de Castellane, Marcel Proust, et Sacha Guitry, tous anciens clients fidèles de la maison.

Chaumet décline sa célèbre collection avec la Dandy Grande Date  » Vintage «  : une pièce à vous faire tourner la tête si vous avez l’impertinence des dandys, et la volonté de vous affranchir des stricts codes masculin-féminin.

Chanel : la Montre Première

montre-chanel.jpg

Vivre vite, sans se préoccuper du temps. À bien y réfléchir, les heures contraignent, les minutes traînent quand les secondes pressent. Alors Gabrielle, elle, ne portait jamais de montre. Parfois elle enfilait autour de son petit poignet une montre d’homme, à gros boîtier ou à gousset. Comme ça, juste pour le style. Puis, vint sa mort et la relève. La maison aux deux C se dépatouille alors dans un univers loin de ses goûts. Vinrent Karl Lagerfeld et, plus tard, la propulsion de Chanel dans la sphère de l’horlogerie par l’émérite Jacques Helleu. 

Le directeur artistique de Chanel, pour les parfums et l’horlogerie, réalise un coup de maître en dessinant la montre Première. Dans cette époque pompeuse où la mode se charge. Lui la décharge par l’épure : un boîtier octogonal 18 carats surmonté d’un verre saphir à pans coupés, en or jaune ; deux aiguilles trottant sur un cadran laqué de noir ; un bracelet décalqué sur la chaîne du 2.55. Aucun chiffre, aucune trotteuse de seconde, il ne reste que le sigle Chanel. On y retrouve d’ailleurs l’essence de la Dame aux camélias. Le nom – Première – se donne et se prononce comme un matricule ; le verre saphir rappelle le miroir XVIIIè de sa salle à manger… Jacques Helleu imaginera d’autres garde-temps. C’est à la J12 qu’il restera fidèle, jusqu’à sa mort. 

Voici venue l’année 87. Pour annoncer l’entrée de ce nouveau-né dans l’espace public, le faire remarquer autant qu’il le méritait, la maison opte pour un baptême aussi racé que la montre. Pour cela, la rédaction du dossier de presse est confiée à Nicole Wisniak, femme-artiste qui ne vibre que pour le beau, l’élégant, le distingué, bref, l’exception. Conceptrice de la revue « spasmodique »  Egoïste, elle use du même esprit pour le réaliser. Collaborateurs tendances, doués dans leur domaine, elle laisse le soin au littérateur Sagan de signer un texte titré La Femelle du temps et charge François-Marie Banier de lui tirer le portrait. Mais la plus belle déclaration fut celle d’Inès de la Fressange, la parisienne par excellence. Au défilé de prêt-à-porter, en octobre de la même année, elle jette la sienne dans le public… Il n’en fallut pas plus pour créer la légende de la Première. Depuis le 27 Mars et jusqu’au 3 Avril, la montre est exposé avec prestige au Baselworld de Bâle, réinvestissant à cette occasion le pavillon, habillé de l’emblématique constraste entre le noir et le blanc, qu’avait imaginé Peter Marino pour les 10 ans de présence de la marque dans le prestigieux salon de l’horlogerie.

Reverso Cordonnet Duetto

posts-58.jpg

Le dernier film de Jaeger-Lecoultre concernant la Reverso Cordonnet Duetto révèle l’essence de cette montre iconique : son aspect dual et sa capacité à se réinventer. Diane Kruger incarne à merveille l’essence de cette montre. 

Combien de fois peut-on se réinventer dans une vie ? Telle est la question de Jaeger Lecoultre dans son film et la réponse est : à l’infini. En effet, cette nouvelle Reverso Cordonnet Duetto est entièrement pavée grâce à un halo de plus de 1 250 diamants. Mais pour se réinventer, il faut avoir une origine, des inspirations. Et pour fêter ses 180 ans, Jager-Lecoultre s’est inspiré d’un modèle de 1936 symbolisant l’harmonie de l’esthétique et de la technique. Le mythe vient des deux cadrans dos à dos et du double aiguillage animé par le même mouvement mécanique, permettant de jouir de deux fuseaux horaires différents.

Cette montre en acier exprime son caractère dual en présentant, au recto, un cadran argenté à la séduction et à la sobriété plutôt pour la lumière du jour et, au verso, des diamants attirant les lumières de la nuit, pour sublimer le cadran noir. Depuis 2009, Diane Kruger incarne l’image de ce bijou. Elle aussi présente deux facettes. Au début de sa carrière, elle était un mannequin au grand charme. Ensuite, elle s’est tournée avec succès vers le cinéma. Si elle s‘est brillamment distinguée dans Inglorious Bastards et s’est imposée dans le 7ème art, elle garde néanmoins toute l’élégance caractéristique d’un grand mannequin, surtout avec une Reverso au poignet…

Grâce, raffinement, élégance… Autant de qualificatifs pour décrire Diane Kruger, mais qui pourraient aisément rappeler ce que la Reverso Cordonnet Duetto dégage. D’où un mariage réussi entre l’ange blond allemand et ce bijou suisse. 

La Seamaster d’Omega

Icon-icon-montres-watches-seamster-acqua-terra-ladies-femmes-omega.png

« If you start me up I’ll never stop! » Dès les premières notes du spot d’Omega pour les Jeux Olympiques, on a envie d’entrer dans la compétition, au rythme des Rolling Stones. Et, pour ce faire, quel meilleur partenaire que la Seamaster ?

Créée en 1948, la Seamaster est une montre taillée pour l’exploit. Design sportif, verre inrayable et antireflet, bracelet en acier, étanchéité garantie jusqu’à 500 pieds, tout la prédestine à affronter l’inconnu. Rien d’étonnant de la part d’une maison d’horlogerie qui fait du mythe son quotidien : on se rappelle de la Speedmaster, première montre à avoir été portée sur la Lune, au poignet de Buzz Aldrin ; on se souvient que depuis 80 ans, Omega est le chronométreur officiel des Jeux Olympiques ; et l’on découvre avec excitation la toute nouvelle édition limitée de la Seamaster, la London 2012, pour les héros du XXIe siècle.

Acteurs, sportifs, héros de fiction… Un seul point commun entre tous les ambassadeurs de la Seamaster : ce sont tous des hommes d’exception, pour qui la vie est un combat dans lequel ils se jettent avec enthousiasme. Porter la Seamaster, c’est refuser l’habitude, relever un défi.

« Ride like the wind, at double speed, I’ll take you to places that you’ve never, never seen! » chantent les Rolling Stones dans le nouvel hymne d’Omega. Voilà qui pourrait bien être la devise de la Seamaster.