Jaeger-LeCoultre : 180 Ans Dédiés à La Haute Horlogerie

grande-reverso.png

Tchekhov nous disait : « Pour connaître la sensation du bonheur, il faut autant de temps que pour remonter sa montre ». Une montre au temps mécanique, savant et pointilleux. Une montre qui excelle en élégance et en technologie, toujours en développement. Une montre innovante. Tel est le bonheur que nous propose Jaeger-LeCoultre depuis 1833.

Pour fêter ces 180 ans dédiés à la Haute Horlogerie, la maison organise de nombreux événements exclusifs, aménageant sa fameuse boutique parisienne en un haut lieu de rencontre de passionnés. Elle propose également un nouvelle collection qui reprend avec sensibilité, technique et justesse ses mythiques garde-temps. Baptisé Jubilée, « Hommage à Antoine LeCoultre », elle fait une révérence à son père, inventif et autodidacte du savoir-faire horloger. La manufacture de la vallée de la Joux présente ainsi sa célèbre Master, version Grande Tradition Tourbillon Cylindrique à Quantième Perpétuel, ou Ultra Thin. On peut retrouver aussi l’Atmos, la pendule perpétuelle, ou la fameuse Reverso, créée en 1931 à la demande des amateurs de Polo, répondant au besoin de protéger le cadran d’éventuels chocs. 

Mais la plus onirique et poétique de ces montres est sans nul doute la Rendez-Vous Celestial. Elle  apparaît comme la consécration du génie technique et esthétique qu’exerce la manufacture Jaeger-LeCoultre depuis bientôt deux siècles. C’est un fidèle hommage aux métiers d’art. Elle présente une voûte céleste ornée d’un diadème de diamants, une constellation apposée sur une plaque de lapis lazuli, et une étoile filante perçue comme allégorie du temps. Véritable invitation au voyage galactique, elle montre la position des étoiles ainsi que le calendrier zodiacal. Pour un rendez-vous astral et face à son destin, pour un rendez-vous exceptionnel d’art, rendez-vous à la boutique Jaeger-LeCoultre, numéro 7 place Vendôme.

La Reverso Lady Ultra Thin de Jaeger-LeCoultre

postsssss.jpg

La fête des amoureux donne des envies de surprise. Pour l’occasion, Jaeger-LeCoultre allie son savoir-faire à celui de la maison de maroquinerie italienne Valextra. Ensemble, ils revisitent la version féminine de la légendaire Reverso. 

Quoi de mieux qu’un bijou intemporel pour célébrer l’amour qui s’incarne de la même manière ? C’est l’intention de contribuer à offrir un somptueux Valentine’s day qui pousse la grande maison d’horlogerie à présenter une Reverso Lady Ultra Thin, ultra-peaufinée. 

On peut admirer le soin apporté aux détails mais c’est avant tout la finesse du garde-temps qui en fait un bijou. Composée d’un cadran acier carré, classique et élégant, relevé de pierres précieuses ; habillée d’un bracelet en cuir rouge à double tour, ce modèle est un hommage à l’utopie féminine de la douce passion. Un bracelet créé par Valextra, aux couleurs soigneusement inspirées des tendances de cet été 2013. Se déclinant du rouge au vert, en passant par un beige fleurant la fraicheur du printemps. De quoi ravir les amoureuses de la mode (et celles qui le sont tout court).

La Nouvelle Montre Première de Chanel

chanelpremiere.jpg

De l’emblématique 2.55 on retrouve la chaîne tressée de cuir et de métal, venant ici enrouler le poignet ; de la Place Vendôme, c’est le cadran octogonal qui cette fois reprend les contours ; enfin, de Mademoiselle, on retrouve la couleur favorite : deux aiguilles apposées sur un noir total, sans chiffres, ni trotteuse de seconde, ni même un index ne viennent en troubler la profondeur. Libéré des codes de l’industrie horlogère suisse, Jacques Helleu dessine la Première de façon à la faire légère mais racée.

Cette année, la maison se penche dessus, non sans avouer que « c’était un vrai exercice de style de toucher à cette icône », selon les mots du PDG de Chanel Horlogerie et Joaillerie, Philippe Mougenot. La voilà qui de nouveau s’allège : actualisée, le cuir du bracelet est retiré pour ne laisser que des maillons assouplis. Sobre mais technique, la nouvelle Première suit une approche minimale du design, de quoi satisfaire toutes les femmes. Et à ce titre, la maison Chanel, à travers un court-métrage pétillant et fascinant, fait vivre au garde-temps 24h de la vie de la parisienne – rectification : des parisiennes. De la bobo de Montmartre à la BCBG de Passy, toutes sont mises en acte et à l’honneur dans les rues de la ville. De nuit comme de jour, du soir au matin, indépendamment du vêtement, la montre épouse chacune des personnalités que peut abriter la ville lumière. Et, pour parfaire la présentation de la Première, une expérience interactive vous invite à analyser, sous une dialectique de construction-déconstruction, toutes les facettes de celle-ci ; le tout condensant les essentiels de la Grande Mademoiselle.

L’Oyster Perpetual Datejust II par Rolex

rolexoysterperpetual-1-1-1-1-1.jpeg

Un coquillage renfermant sa perle : l’Oyster de Rolex est la montre-bracelet d’une incroyable capacité hermétique, reconnaissable entre toutes. Elle s’affirme depuis presqu’un siècle comme l’écrin impénétrable d’un trésor technique, horloger et joailler. 

 L’histoire commence en 1927, lorsque Mercedes Gleitze traverse la Manche en 15 heures et 20 minutes, à la nage. A son poignet l’Oyster, restée intacte : l’étanchéité totale est ainsi prouvée. Un record physique signé par une femme, une prouesse technique défiée par une montre. L’Oyster incarne cette dichotomie entre féminin et force, délicatesse et puissance. En 1931, elle est équipée du premier mécanisme d’enroulement automatique ; le Rotor bouge librement, grâce à la gravité, au simple mouvement du poignet : la qualité perpétuelle s’ajoute à l’Oyster. En 1945, elle est baptisée Oyster Perpetual Datejust, première montre à donner la date, ou plus précisément le jour du mois. Pour plus de visibilité, le chiffre est, en 1954, magnifié par une loupe Cyclope. Cette épopée vers le succès rassemble autant de codes et de détails qui deviennent les paraphes de l’esprit Rolex.

 Si l’Oyster est un composite de technologies, sa préciosité s’exprime également à travers les nombreuses gemmes qu’elle fusionne. Diamants, rubis, saphirs et or s’organisent avec légèreté et délicatesse, la raffinant et la magnifiant. L’acier 904L, utilisé pour le boîtier, est  inoxydable et très résistant. D’un bel éclat, il se combine admirablement aux autres métaux précieux. Fragilité et force s’harmonisent, entre sensualité joaillière et prouesse horlogère. La montre se révèle telle un divin hybride renfermant de nombreuses richesses, à l’instar de son coquillage éponyme. Objet de désir aux courbes intangibles,  l’Oyster sait s’adapter à son temps, être à la pointe et satisfaire de nombreux styles. Pour un défi d’éternité, de constance, de performance de subtilité, rendez-vous au Salon Mondial de l’Horlogerie et de la Bijouterie à Bâle, du 25 avril au 2 mai 2013.

La Nouvelle Montre Classic Fusion Squelette de Hublot

HublotClassicSquelette.jpg

En cette nouvelle année, la célèbre maison Hublot décline l’un de ses modèles emblématiques, à qui un an a suffi pour devenir une icône de l’horlogerie : une montre extra-plate squelette, la Classic Fusion. Présentée l’année dernière à Bâle, d’abord en King Gold et en titane, la Classic Fusion Squelette a, ensuite, été habillée d’un boîtier élégant, d’un diamètre de 45 mm, tout en céramique noir, poli, et satiné. Un profil plus fin, plus classique, associé au design « dark » aux finitions graphiques, qui reste fidèle aux codes Hublot. 

Accessoire authentique, cette montre est équipée du nouveau mouvement CLASSICO de Hublot (HUB1300), entièrement conçu et développé dans sa manufacture à Nyon. D’une épaisseur de seulement 2.90 mm, le boîtier laisse apparaître ses 130 composants. Quant au cadran, la petite seconde à 7H et les aiguilles répondent à l’esthétique des toutes premières montres Hublot – un joli clin d’œil à l’art de la fusion. Le garde-temps finit de se démarquer par un bracelet dont la boucle déployante en alligator noir est cousue sur caoutchouc. Le résultat ? Un porté des plus agréable ; une résistance augmentée. 

Cette montre est sans conteste racée et contemporaine, sans pour autant se renier. Avec ce modèle, la marque réinterprète l’ADN de Hublot, à travers le principe de Fusion, initié par Jean-Claude Biver : la Fusion via l’Art Horloger traditionnel associée à la Fusion de matériaux inédits comme l’or et la céramique, le kevlar et l’or rose, le tantale et le caoutchouc ; puis, la Fusion de mouvements lie la tradition horlogère suisse et l’Art Horloger du XXIème siècle. Le tout se fait en préservant le design unique et l’harmonie intemporelle des montres Hublot. Bijou oscillant entre classicisme de l’extra-plat et design dynamique et contemporain de son propre « look black », cette montre est un bel exercice de style, qui illustre, sans détour, la métaphore de la Fusion.

La BR S White Ceramic Phantom par Bell & Ross

icon_icon_brs_white_ceramic_phanotm_bell_and_ross_luxury_timepiece.jpg

Volonté, ambition, passion : ainsi, Bell & Ross a fait du temps l’allié des professionnels de l’extrême. Éprise de perfection, elle répand son savoir-faire dans des montres aux lignes épurées, d’une irréprochable fiabilité.

Fidèle à ses origines aéronautiques, Bell & Ross ouvre son credo à un éclectisme scintillant : la BR S White Ceramic Phantom est une création audacieuse, plus légère, plus urbaine, bref, plus féminine. Sans tapage, avec glamour et fraîcheur, le garde-temps suscite émoi et admiration. Cette magnificence de l’élégance se cristallise autour d’un cadran blanc virginal en céramique, tout en discrétion. Immaculée à la perfection, sa couleur blanche monochromatique entame un périple ambitieux : le choix extrême d’une désirabilité insoupçonnée.

Belle de jour, puisqu’elle se pare d’un antireflet, permis par son verre en saphir ; ravissante la nuit, puisque son revêtement photo-luminescent permet une totale lisibilité du cadran. Combinaison parfaite d’une montre d’exception : un esthétisme souverain associé à une redoutable conformité. Le bracelet innove dans sa conception où des maillons en céramique s’articulent autour d’une bande de caoutchouc élastique pour optimiser la résistance.

Une montre au caractère affirmé, à l’attitude décomplexée, voilà ce que Bell & Ross offre à toutes les convoitises féminines.

La Cape Cod d’Hermès

icon_icon_hermès_cape_cod_watch1.jpg

Hermès a fait du luxe humble sa marque de fabrique. Le maroquinier du Faubourg a pour habitude de nous servir des objets délicats, chics, d’une qualité sublime, symboles d’un luxe à la française. La montre Cape Cod, créée en 1991, s’inscrit dans cette droite lignée. Une icône de plus de la griffe H.

Style classique ? Pas vraiment. Ornée d’acier, la sobriété et l’élégance se dégagent d’un contour double tour initié par Martin Margiela en 1998, alors styliste pour la maison. Un bracelet en cuir tourbillonnant donc, trempé dans une matière noble et pure, révolutionnant ainsi la montre en conférant à son bracelet l’apparat du bijou, véritable signature Hermès. Un écran blanc, épuré où des aiguilles argentées orientent une envie de regarder l’heure, plus souvent… Mirer sa montre, le pas pressé, la regarder parce qu’elle est belle mais surtout pour déceler le mystère du temps si longtemps emprisonné.

La Cape Cod est douce à porter et jamais ce bijou horloger ne se démode. Plus fort encore, elle épouse le poignet de toutes générations. La vie est éternité et, l’éternité sert à la réalité. Le temps est un présent légué par la Cape Cod. Cape Cod, un nom hérité du cap de la côte Est des États-Unis, de quoi célébrer, une fois encore, l’attachement de celle qui fut la première montre bracelet au nouveau monde.

La Seamaster Planet Ocean

50ad0afaef845.jpg

Skyfall, the 23rd volume of the James Bond movie, that will be released on October 26, is not just the name that has been given to the secret agent, but it has become the mark of his timekeeper for the 7th time – Omega. For this occasion, the Swiss brand has launched the Seamaster Planet Ocean 600m “Skyfall” in Limited Edition.

The famous watch has been made to be completely dedicated to its mentor. This sea queen can easily reach 2000 feet (600 meters) water depth.

The watch, also named as a “Pure Perfection”, has also an amazing resistance to shocks and any other possible troubles thanks to the combination of two technological innovations – the silicon Omega spiral Si14, and the Co-Axial 8507 movement. The Seamaster Planet Ocean 600m “Skyfall” Limited Edition draws the attention with its breathtaking elegance. Heir of a rich legacy of singularity and varied references, the model enhances its recognition with the pride of being on the wrist of James Bond. The inscription of “Skyfall 007” – engraved in the black lacquer rotor – and the buckle of the bracelet gently refers to 007. Being fancy and wise, the watch face is giving us the time to admire its gracious movement thanks to its sapphire crystal.

The most secret agent and the Seamaster Planet Ocean 600m “Skyfall” Limited Edition will obviously formed the best emblematic duet of all time, as they will carry along with them this undeniable olfactive sense of prestige and success.

La Montre Dior VIII en Or Rose

51499f92e40c0.jpg

« Je voulais être architecte ; étant couturier, je suis obligé de suivre des lois, des principes d’architecture », expliquait Christian Dior à propos de sa couture. La montre Dior VIII, quatrième ligne horlogère née en 2011, poursuit cette quête de la composition. Au design graphique et à la construction précise, elle figure la structure magnifique des vêtements Dior, ainsi que la fameuse ligne horlogère suisse.

 Inspirée du tailleur « Bar », la montre se décline selon trois versions, telle une garde-robe complète et féminine. Pour les belles de jour et les valseuses diurnes, Dior Haute-Horlogerie propose une version inédite de la Dior VIII 33 mm automatique. Annoncé pour avril prochain, ce garde-temps revoit son étoffe pour 2013, tel un véritable bijou et ornement de l’instant présent. Le bracelet s’habille toujours de céramique, noire ou blanche, indice d’une modernité charnelle et brillante. La lunette, quant à elle, est ornée de diamants, de nacre et d’or rose. La couleur originale de ce précieux métal s’accorde avec le tout, pour une harmonie douce, tendre et gracieuse : la singularité et la luminescence de la montre sont ainsi transcendées. Lunette, cadran, fond, couronne et boucle créent de nombreuses courbes délicates, qui s’accordent avec élégance au graphisme franc des mailles du bracelet. 

 Véritable hymne et hommage aux codes de la maison Dior, ce luxueux accessoire incarne le 8, chiffre fétiche du couturier mais aussi symbole inversé de l’infini. La nouvelle Dior VIII est discrète et rayonnante à la fois, sobre et sophistiquée : objet de désir résolument unique, elle se veut absolue et absolument.