La Montre Dior VIII Grand Bal “Plissé Soleil”

dior_soleil.jpg

« La robe de bal vous fait rêver et doit faire de vous une créature de rêve. J’estime que dans la garde-robe d’une femme, elle est tout aussi nécessaire qu’un tailleur. Et si merveilleuse pour le moral… » Christian Dior n’aurait peut-être pu rêver d’accomplir la fusion d’une montre et d’une robe de bal. Pourtant, les ateliers de la Maison qui lui survit n’ont eu de cesse de dépasser les limites du possible pour éditer cette année une nouvelle version du garde-temps Dior VIII Grand Bal.

Une édition limitée plus généreuse avec 888 pièces ; un nom,“Plissé Soleil”, inspiré d’une technique de couture, et voici sans doute la pièce la plus éclatante de la collection. Le plissé soleil est ainsi reproduit sur la masse oscillante sous la forme d’une marqueterie de nacre gris métallisé, décorée d’un ourlet couleur vert d’eau… La Dior VIII Grand Bal “Plissé Soleil” s’éprend à faire détonner le bracelet qui, dans un profond bleu roi, vient un peu plus appuyer l’enchantement du garde-temps. Il ne fait pas de doute, la Dior Plissé Soleil est une icône en devenir.

La Montre Dior VIII

diorpp.jpg
Ne disait-il pas « Le noir et le blanc pourrait suffire mais pourquoi se priver de la couleur ? ». De fait, ancrées dans l’univers du créateur, la Dior VIII est faite de symboles toute entière, à commencer par son nom. Le huit, chiffre récurrent, rappelle la date de création de la maison, le 8 Octobre 1946 ; le nom de la première collection baptisée « En Huit », ainsi que le VIIIè arrondissement de Paris, adresse de la maison Dior avenue Montaigne. Enfin, il s’inscrit dans un cercle infini lorsque s’inverse le chiffre étendard, signe d’un garde-temps absolu de la femme Dior.
Le design s’emploie aussi à se remémorer les années fastes de la maison de Haute Couture avec le motif pyramidal des maillons en souvenir du tailleur « Bar », silhouette si emblématique du New Look et révolution des années d’après guerre. De plus, c’est dans l’optique d’aborder une harmonie des créations d’hier et d’aujourd’hui que se déploie ce duo de montres aux couleurs vitaminées en hommage à la garde-robe féminine de Raf Simons. Dès lors, son envers se traite avec autant d’exigence que la doublure d’une robe. D’un cuir bleu métallisé associé au rose des saphirs, la seconde tient dans l’opposition des teintes, quand le cadran en céramique noire renforcé en acier inoxydable vient assagir l’explosion vibrante, pour ne pas se départir de cette élégance si chère à l’esprit Dior. Disponibles en seulement 188 exemplaires chacune, l’audace de la création couplée à l’élégance passée reste donc une fleur rare.

La Montre Dior VIII en Or Rose

51499f92e40c0.jpg

« Je voulais être architecte ; étant couturier, je suis obligé de suivre des lois, des principes d’architecture », expliquait Christian Dior à propos de sa couture. La montre Dior VIII, quatrième ligne horlogère née en 2011, poursuit cette quête de la composition. Au design graphique et à la construction précise, elle figure la structure magnifique des vêtements Dior, ainsi que la fameuse ligne horlogère suisse.

 Inspirée du tailleur « Bar », la montre se décline selon trois versions, telle une garde-robe complète et féminine. Pour les belles de jour et les valseuses diurnes, Dior Haute-Horlogerie propose une version inédite de la Dior VIII 33 mm automatique. Annoncé pour avril prochain, ce garde-temps revoit son étoffe pour 2013, tel un véritable bijou et ornement de l’instant présent. Le bracelet s’habille toujours de céramique, noire ou blanche, indice d’une modernité charnelle et brillante. La lunette, quant à elle, est ornée de diamants, de nacre et d’or rose. La couleur originale de ce précieux métal s’accorde avec le tout, pour une harmonie douce, tendre et gracieuse : la singularité et la luminescence de la montre sont ainsi transcendées. Lunette, cadran, fond, couronne et boucle créent de nombreuses courbes délicates, qui s’accordent avec élégance au graphisme franc des mailles du bracelet. 

 Véritable hymne et hommage aux codes de la maison Dior, ce luxueux accessoire incarne le 8, chiffre fétiche du couturier mais aussi symbole inversé de l’infini. La nouvelle Dior VIII est discrète et rayonnante à la fois, sobre et sophistiquée : objet de désir résolument unique, elle se veut absolue et absolument.