Le Sac Bowling de Prada, Le Retour d’Une Icône

Le retour en grâce d’une pièce clé du vestiaire ‘Sincère Chic’ de Prada — vue pour la première fois en 1999.

L’anticonformisme de Miuccia Prada a souvent donné lieu aux pièces les plus désirables de la mode des ces trente dernières années. Après le retour du Pocono, la maison Italienne a surpris le monde de la mode lors de son défilé Croisière 2020, avec son dernier remake en date — l’iconique sac Bowling.

Septembre 1999, Prada est la figure de proue d’un nouveau vocabulaire luxe: la jolie laide, une silhouette toute faite de mélanges décomplexés et franchement désirables, trouve son point d’orgue avec la collection du Printemps/Eté 2000. Baptisée ‘Sincere Chic’, le défilé fait la part belle aux codes depuis devenus iconiques de Prada. En vedette, un sac aussi inattendu que bien galbé — le sac Bowling.

C’est un hit, instantané. Les magasins Prada doivent mettre en place des listes d’attente, tant la demande pour le sac Bowling est forte . Réédité cette année pour sa vingtième année, le it-bag a aussi été repensé.
En color block dans sa version la plus pop, le sac Bowling a toutefois conservé ce cuir à l’aspect soyeux, véritable savoir-faire de la maison Prada. Une nouvelle vision de l’icône, raffinée et extrêmement cool !

Le Laid Chic Prada du Printemps/Eté

_mon0549.jpg

A Milan la semaine passée, Miuccia Prada annonçait sa volonté d’instaurer une nouvelle élégance masculine; plus jeune, plus fraîche, et surtout plus sexy. De son propre aveu, c’est la première fois que Miuccia Prada prononçait le mot ‘sexy’; mais, sa volonté, elle, s’ancre bel et bien dans les codes mêmes de la maison Milanaise. Il faut dire que la dextérité Prada est depuis longtemps reconnue à sa façon d’élever la banalité des lignes et matières du quotidien pour en faire des pièces franchement désirables. Preuve s’il en faut, le désormais mythique Nylon bag ou les iconiques imprimés laid chic. 

Et pour le Printemps/Eté 2019, Prada infuse la silhouette de son homme d’une bonne dose d’extravagance. A commencer par ces shorts — réduits à la taille minimum, ils sont pour Miuccia « comme une minijupe » pensée pour homme. Le look 32 capture ainsi toute la vision de la saison prochaine: sweat néoprène aux teintes allumées et short graphique aux imprimés très 70’s. « J’ai mis ensemble beaucoup de pièces différentes — sérieuses, drôles, de toutes sortes — mais le but était de construire et de définir une élégance jeune et contemporaine. Ces pièces sont simples et je voulais d’elles qu’elles fassent sens » précisait-elle en coulisses.

Dans une veine quasi science-fictionnelle, Miuccia Prada a donc distillé sa griffe autour d’une notion jusque là inconnue chez Prada — des combinaisons sinon inattendues du moins totalement praticables. Et pour une maison qui adore jouer avec la laideur, aujourd’hui, c’est le sexy comme mauvais goût qui est exploré. Une proposition faite d’obfuscations visuelles qui, une fois passée à travers le savoir-faire Prada, gagne en justesse pour l’homme du présent! 

 

Doria Arkoun 

Le Logo Prada, Le Sceau Inchangé d’une Mode Versatile

prada_1247_l.jpg

Prada, c’est d’abord une enseigne de maroquinerie fondée à Milan en 1913. Mario Prada déjà développe une approche perfectionniste et élégante de la maroquinerie – si raffinée qu’en 1919, la maison devient fournisseur de la cour Italienne. Située dans la galerie Victor-Emmanuel-II à Milan, Prada reçoit le droit d’utiliser le symbole traditionnel de la royauté ; la maison signe désormais ses pièces d’un logo reprenant le motif du noeud de corde ; le sceau même de la maison de Savoie. Ainsi scellées d’un logo discret, les valises et les sacs à main Prada distillent une étiquette authentique et une allure éminemment italienne. L’association entre le nom Prada et son logo est telle qu’il est encore utilisé aujourd’hui pour signer les sacs à main. Il faut dire que l’arrivée de Miuccia Prada n’a pas seulement exporter la tradition familiale dans plus de 70 pays – elle a su l’élever au rang d’art contemporain ; une tradition extrêmement d’actualité.

La réputation Prada se niche ainsi dans le style et l’approche de Miuccia Prada. La petite-fille du fondateur a positionné la maison à l’avant-garde de la mode. « J’aime l’ironie dans mon travail, dit-elle. C’est ça qui m’intéresse, de la même façon qu’il me plaît d’analyser ce qui est et n’est pas à la mode, pourquoi les gens aiment certaines choses. » Et elle ne s’y trompe guère. En 1985, le premier it-bag de l’histoire est signé Prada. Confectionnée dans un nylon militaire – le Pocono – la pièce se distingue dans le raffinement de son exécution… Minimal et neutre, le sac est évidemment signé du logo Prada ; mais discrètement, avec toute l’élégance qu’on lui connait. À y regarder de plus près, la signature Prada distille des lettres très particulières ; une patte qui scelle à elle seule l’essence de Prada version Miuccia.

Car le style se dévoile bel et bien ici – nicher l’audace dans les détails ; bousculer sans jamais provoquer : Prada, c’est un style novateur et iconoclaste qui puise dans l’artisanat l’évidence de sa mode. Les artisans de la maison milanaise utilisent en effet des techniques si anciennes qu’elles dépassent la mémoire de l’humanité, et des méthodes si nouvelles qu’elles tiennent de secrets brevetés. Traduire ce raffinement dans une approche plus pratique et industrielle – voilà ce que signe aujourd’hui le logo Prada ; une signature qui scelle la volonté de préserver l’identité et la qualité fondamentale des pièces Prada.

Le Costume Tapisserie Prada Croisière 2019

le-defile-prada-resort-2018-2019-photo-6.jpg

C’est au septième étage de la Piano Factory, quartier général New-yorkais de la maison, que Miuccia Prada faisait défiler la semaine passée sa collection Croisière 2019. Un exercice qui, s’il apparait nouveau pour la maison, distille tout des gimmicks chers au style Prada. « La collection exprime ma vision de ce qui est réel, de ce qu’on veut porter aujourd’hui, du moins, c’est la façon dont je le rêve. » Une collection où l’étrangeté-chic de Prada se révèle une nouvelle fois efficace de bien des façons.

Fidèle à sa griffe, Miuccia Prada a ainsi fait défiler des silhouettes aussi étonnantes que pertinentes – à l’heure d’une mode plus audacieuse qu’élégante, la pionnière du laid-sublimé renouait ici avec nombre de ses gimmicks iconiques. A l’instar de cet ensemble veste-pantalon trempé dans un motif tapisserie très seventies. Déjà, lors de la collection Printemps/Eté 1996, Miuccia Prada faisait faire un grand bon à la mode en faisant défiler nombre d’imprimés jugés ‘laid’ aujourd’hui synonymes d’avant-garde…

Justement, la collection Croisière 2019 renoue avec l’ADN même de la maison Milanaise – un ensemble veste-pantalon taillé à la perfection, vibrant au contact d’un imprimé à l’effervescence assumée! Silhouette phare de la collection, l’ensemble célèbre ici le monde Prada. Un monde fantastique et riche en contrastes ; une mode bourgeoise pourtant éminemment poétique. Un style antiglamour qui, en 2018, continue d’incarner la figure de proue d’une mode décomplexée.

Le Télescopage et la Chapka Prada Croisière 2019

prada_resort_19_015_jpg_6128_north_660x388_white.jpg

C’est la ville de New York que la maison Prada a choisit pour faire défiler l’une de ses rares collections Croisière. Et celle de 2019 signe le meilleur de l’ADN de la maison Milanaise. Il faut dire que la griffe Miuccia est depuis longtemps à l’avant-garde du système – un système qui, aujourd’hui, ne jure que par un chic étrange, dérouté, détourné. Justement, lorsque Miuccia Prada arrive sur le devant de la scène au milieu des années 1980, l’héritière s’attache à développer une mode à contre-courant ; une mode inspirée et percutante. Là, les styles, les imprimés, les coupes et les références se mélangent dans une cacophonie étrangement convaincante.

Aujourd’hui, la silhouette phare de Prada distille une mode qui ne se conjugue ni en genre, ni en nombre – une silhouette où le tee-shirt en lurex vient embrasser une longue jupe en mousseline de soie. « C’est comme mon fantasme de la réalité » déclarait backstage l’intéressé. Un fantasme qui, pourtant, touche de près à l’actualité, tant Miuccia Prada a en effet su faire se rencontrer détails geek, confort athleisure et préciosité un brin surannée.

Un opéra d’époques et d’influences ici chapeauté par une chapka des plus inspirées ! Ce couvre-chef, Miuccia Prada raconte l’avoir vu sur l’un de ses fils tout juste de retour d’un voyage en Russie. Mais une fois passée au filtre de l’ADN Prada, la chapka ne peut que gagner en style, imprimée de l’iconique motif tapisserie. Miuccia Prada vient sans doute d’inscrire là le geste mode de la prochaine saison !

Le Manteau Pocono Prada de l’Automne/Hiver 2018

pocono-prada-automne-2018-2018-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

L’histoire moderne de Prada est indubitablement liée à celle du Nylon Pocono. En 1980, Miuccia Prada prend la direction artistique de la maison de maroquinerie familiale. C’est alors qu’elle a l’idée de développer d’une matière un brin moins snob et rébarbative le cuir de haute qualité, En 1984, Miuccia fait entrer le Nylon Pocono dans le répertoire Prada. Mais l’esprit visionnaire de la femme Prada ne s’arrête pas là — avant même la déferlante des it-bags, elle décide de faire de ce Nylon un sac griffé Prada. Durable, imperméable à l’eau et beau… La critique salue ; le monde de la mode est en émoi — et la pièce devient incontournable. 

« J’ai une passion pour le nylon — à en mourir. Le Nylon est l’emblème d’un aspect industriel et lorsque nous avons commencé à en faire, c’était complètement nouveau » précisait Miuccia Prada en backstage de son défilé homme en janvier dernier. Pour l’Automne/Hiver 2018/19, Prada a ainsi fait l’éloge de cette toile vedette qui a fait entrer la maison dans le panthéon de la mode. 

Et c’est ce Nylon à l’effet soyeux que l’on retrouve sur ce Manteau Pocono. Noir, comme le sac original, il reprend tout de l’esthétique et de l’approche utilitaire mais raffinée de Prada. Pièce absolue du vestiaire de l’hiver prochain, le Manteau Pocono distille une allure particulière — une allure piquée là-aussi par une autre matière fétiche de la maison, le tulle. Une pièce icône en devenir…

Tailoring Pocono et Vert Prada pour l’Automne/Hiver 2018/19

tailoring-pocono-prada-fall-winter-2018-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

La grammaire Prada recèle de matières, de couleurs, d’esthétiques bref, de signatures audacieuses. Pour l’Automne/Hiver 2018/19, Miuccia Prada poursuit l’exploration de ses propres archives et, parmi les récentes révolutions que son style a provoqué dans la mode, exhume cette-fois le Pocono et le vert des boutiques. Au cœur de la toute nouvelle tour de la Fondazione Prada défilait ainsi des silhouettes comme autant d’actualisation d’éléments iconiques — la femme Prada est urbaine, libre et hautement éhontée. 

1984, Miuccia fait entrer son nom au panthéon de la mode. Et c’est ce Nylon Pocono qui y contribue. Elle reprend les rênes de la maison familiale Prada, et très vite, édite un sac en Nylon Pocono – matière alors utilisée pour les tentes militaires. Le sac est un succès immédiat. Mieux, il redéfinit les termes mêmes du luxe. Dans le même temps, Miuccia Prada réinvente les boutiques de la griffe — en 1983, le premier Green Store est imaginé par l’architecte Roberto Baciocchi. L’idée centrale de ce projet bientôt globalisé : une teinte verte immédiatement reconnaissable.

Pour l’Automne/Hiver 2018/19, cette silhouette où se mêlent vert Prada et tailoring Pocono a tout de la toilette iconique. D’abord, il y a cette élégance fraîche et audacieuse — un brin avant-gardiste, elle conjugue le vert néon au beige un brin désuet. Mais une fois passé sur le Pocono, l’ensemble gagne en efficacité ! Cette silhouette de l’Automne/Hiver 2018/19 propose ainsi une ligne infusée d’esthétique industrielle — une collection destinée « aux femmes fortes qui sortent dans un monde de violence. Mon rêve, c’est qu’elles puissent sortir dans la rue et ne pas avoir peur. Je voulais que la liberté soit exagérée. » Un souhait qui résonne tout particulièrement dans cette silhouette hautement réussie. 

Le Retour de la Linea Rossa de Prada pour l’Automne/Hiver 2018/19

prada-linea-rossa-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

Prada règne depuis longtemps à l’avant-garde de la mode. Depuis les années 1980 et l’arrivée de Miuccia à la direction artistique de la maison familiale, il n’est pas une saison sans que la maison ne révolutionne la silhouette. Ainsi, après avoir initié le Nylon Pocono et édité l’un des premiers it-bags de l’histoire en 1999, Prada se lance dans la confection d’une ligne sport. Baptisée Linea Rossa, elle figure avant nombre de maisons de mode l’encrage des designers dans le sportswear. Aujourd’hui, cette dialectique est partout exploitée.

Alors, lorsque sur le podium milanais de l’Automne/Hiver 2018/19, Prada fait défiler nombre de pièces iconiques tout droit issues des archives de cette ligne arrêtée en 2000, on se dit que Miuccia Prada vise juste, encore une fois. Comme un savant mélange entre gimmicks sports et élégance italienne, cette silhouette fait la part belle à la couleur orange — mais version néon. Il faut dire que la collection de la saison prochaine a défilé dans une ambiance très urbaine, presque futuriste. Cette pièce de sport prend ainsi des allures de vêtement spatial et, à travers le Nylon transformé en techno-matière, gagne en pertinence. 

Epaules rondes et étirées, une longueur chahutée par une jupe des plus ravissantes — l’équation Prada Sport de l’Automne/Hiver 2018/19 devance une nouvelle fois les attentes. Et c’est dans l’ADN même de la maison que l’on retrouve cette volonté de sublimer, de rendre luxueuses des matières techniques ou industrielles. À l’instar de cette jupe aux plumes très futuristes… 

Prada : Slippers, l’Elégance Stupéfiante à L’Italienne !

prada-gold-embroidered-monkey-loafer-product-1-14360907-845573219.jpeg

Le « style Prada » est unique et original par les formes, couleurs et matières choisies. Sous l’impulsion de Miuccia Prada, la marque continue de nous surprendre à travers une originalité faite de perfection et d’élégance, dont elle seule a le secret.

Visant une clientèle aimant sortir des sentiers battus, et jouer avec la mode, chaque collection présentée est ponctuée de surprises et de pièces incontournables. Miuccia et Patrizio Bertelli (son mari) continuent ensemble de nous insuffler le chic à l’italienne, à travers cette nouvelle collection pétillante et inattendue, les Slippers du soir. Grande tendance de cette saison, qui constituent un bon compromis chic et original à la ballerine et à l’escarpin.  

Miuccia fidèle à une thématique kitch et baroque, nous propose des ornements précieux et de sublimes mélanges de matières. De quoi donner un coup de folie à son allure, et d’allier le psychédélique au raffiné. La créatrice se montre comme elle aime l’être, indomptable et imprévisible. « Tout le monde (ndlr : les créateurs) a une théorie sur ses propres collections de nos jours, j’en ai marre des théories. Cette collection parle du plaisir de la mode ».

Et ce génie de la mode nous fait plaisir en nous offrant l’occasion d’être chic et décalé, par un style déjà bien affiné du raffinement à l’italienne. On remarque le détails et la finesse des pièces, au lieu de simples chaussons de ville, elle nous présente les véritables souliers d’une cendrillon moderne, frappés par la ferveur italienne et l’extravagance juvénile. Impétueuse et ingénieuse elle se démarque, encore une fois là ou on ne l’attendait pas. La collection des chaussures Prada déjà vaste et variée vient d’accueillir une nouvelle collection appelée à devenir incontournable. Chaque pièce ornée de velours, écussons, paillettes, pierres ou bijoux, s’adoptera comme un accessoire  précieux, légèrement impétueux mais terriblement chic. 

Le style Prada avec ses contradictions, Miuccia a encore subvertit les codes et nous a séduit.

La Jupe 50 Par Miuccia Prada

untitled-1.jpg

 Miuccia Prada vient aujourd’hui compléter un travail commencé il y a plus de vingt ans – vingt que la directrice artistique de la maison joue de l’art de mélanges inattendus, érigeant le “mauvais goût“ au rang couture avec une liberté conséquente. Car oui, l’esthétique a fait école et, si aujourd’hui, elle signe sa collection Prémonitions, c’est que la Papesse de la fashion sphère est sur le point d’introduire une féminité plus en forme que jamais. En conciliant le précieux et le banal, l’austère et la profusion de matières, Prada met en lumière « l’allégorie de la femme avec le progrès de la nature » préparant à des « relations inattendues célébrant la force de la féminité ».

 Hypra-féminine et conquérante, la femme Prada de la saison prochaine s’inscrit parfaitement dans la tradition d’hybridité et d’avant-gardisme de la maison – un assemblage de références et d’inspirations aidant à ériger une héroïne (sans) complexe ! Ainsi enfile-t-elle une robe fleur taillée dans le brocart, épousant une vertigineuse stratification à l’aide de corselets de cuir ou de coton. Oui, la femme Prada veut se graver dans le temps – elle qui semble avoir traversé les guerres, les époques, et le tournant fast-fashion.