Le Pop-Up Store de Converse à Paris

conversepopup.jpg

Pour tous les nostalgiques de la première heure, la célèbre marque de baskets Converse ouvre le 23 Mars, dans le 10ème arrondissement de Paris, un espace éphémère exceptionnel. Jusqu’au 21 Avril[i], 160 m2 seront dédiés à la plus indémodable des chaussures de sport, exposant des modèles mythiques tout comme des modèles exclusifs, et donnant l’occasion aux plus passionnés de customiser leurs précieuses Converse.

 Pour mémoire, la Converse, c’est d’abord un concept : c’est LA chaussure décontractée et confortable par excellence, créée en 1917 par le marquis Mills Converse : il décide de créer des chaussures avec une semelle en caoutchouc pour ne pas glisser. La converse All Star est née. C’est Chuck Taylor, joueur de basket passionné qui se charge de développer la marque en proposant des innovations pour adapter ses chaussures à sa passion. Taille haute, lignes élancées et coupe sportive, elle se métamorphose une première fois en 1962 : la version courte – Oxford – supplante la Chuck, et entre dans la pop culture américaine. Bien plus qu’un simple accessoire de sport, la marque scellée d’une étoile devient alors un véritable état d’esprit.

Courrez donc sans perdre un instant (re)découvrir la star des baskets !

 

[i] Espace Converse
 19, rue Yves Toudic 75010. 
Ouverture du 23/03 au 21/04. Tous les jours sauf le lundi.

Le Cabas par Bottega Veneta

BOTTEGAVENETACABAS2013.jpg

Un simple panier de cuir tressé. Une silhouette sobre et mesurée pour une échappée lyrique et prestigieuse. Telle est la conception de l’élégance selon Tomas Maier, directeur artistique de Bottega Veneta depuis 2001. « Elle est invisible, impalpable, difficile à définir, explique-t-il. Elle est ou elle n’est pas. C’est comme le charme ». Inspiré par l’artiste John Chamberlain, Tomas Maier s’amuse à transformer des matériaux pauvres en matières nobles, des objets prosaïques en chef-d’oeuvres de désir et de luxe. La perfection de l’épure est sa philosophie, offrant un minimalisme ultra-chic. Un raffinement emblématique qui est initié en 1966 par Michele Taddei et Renzo Zengiaro, dans cet « atelier de Vénétie ». L’esthétique toute en discrétion est déjà engagée, leur célèbre technique de tressage du cuir, l’Intrecciato, est instituée. Elle devient vite le paraphe incontournable de la maison. 

C’est avec évidence que le cabas, aux courbes relativement simples, s’impose alors comme le sac iconique de Bottega Veneta. Parfait support pour l’oeuvre d’art, il sublime l’Intrecciato. Les fines lanières de peau sont tressées manuellement, telles une véritable marqueterie de cuir. Nécessitant deux jours de travail complets, le cabas est confectionné par une seule et même ouvrière : le tressage est ainsi identique sur l’ensemble du produit, singulier et unique. Comble du chic, ces bijoux de maroquinier n’arborent aucun logo : seuls les cordages entrecroisés, le cuir de qualité et leur design d’exception suffisent à asseoir leur prestige. L’élégance se porte, elle ne s’affiche pas : « Quand vos initiales suffisent » nous dit l’adage de Bottega Veneta. Une philosophie du private luxury que Tomas Maier commente lui-même : « le chic est une chose très personnelle, une forme de désinvolture vis-à-vis du vêtement ou de l’accessoire. On doit pouvoir porter [le plus beau des sacs] avec la même indifférence que si c’était une banale pièce de confection ». 

Pour cet été, le cabas s’expose au noir. Cette « non-couleur » se présente alors telle la toile de fond, le faire-valoir et le contrepoint-même de la collection. Petite fantaisie bohème, une myriade de papillons merveilleux se pose délicatement sur le tressé. Aux robes poudrées d’ivoire, de pêches, de bleus, de jaunes et de rouges, ces lépidoptères sont le symbole de Bottega Veneta : ils reflètent le battement gracieux de la maison, entre innovation, modernité, qualité et tradition. Union de la simplicité élégante et de l’envol de papillons de cuirs, le cabas est résolument un poème enchanteur, fabuleux et sublime.