La Perle de Chanel

sans_titre-1.jpg

Pour le printemps 2015, Chanel choisit le rose pour métronome d’une collection inédite de cosmétique. Couleur des émotions et de l’éternel féminin, le rose ainsi se change sous la compétence Chanel en un nuage de poudre soyeuse. Imaginé pour attendrir le regard, pour aviver le sourire, pour rehausser et colorer les joues d’un souffle de candeur, le rose se décline en un fard iridescent, et en Rouge allure… Mais c’est lorsque qu’il touche au teint transparent qu’il s’amine pour mettre au terme un effet bonne mine. Ainsi donc, le fard Crescendo est un rose bleuté au caractère expressif, à poser en léger mouvement circulaire sur le haut des pommettes.

Quant aux lèvres, Chanel a imaginé pour elles une harmonie en arabesque : cinq nuances sont ainsi mises en scène dans un camaïeu de rose. Trois rouges à lèvres, affichant un rose corail aux nacres dorées, un rose franc et un rose intense à reflets cuivrés ; et deux gloss, déclinant un rose doux et un rose intense à reflet corail. Chaque nuance de Rouge Allure est une signature, une attitude. Mais la particularité de la perle de Chanel réside dans ce qu’elle s’offre seule ou en top coat, permettent de varier les effets à l’infini ! Une harmonie de fards lumineux et contrastés vient donc mettre en valeur toute les femmes, dans une rhapsodie concentrant autant de nuances de roses que de maquillages à la sophistication très aérienne… La perle de Chanel.

Touche Eclat, L’Illuminateur de Teint Yves Saint Laurent

16-9_touche-eclat-2014_1920x1080_fr_reference.jpg

En 1992, dans les laboratoires cosmétiques de la maison Yves Saint Laurent, Terry de Gunzburg, à l’époque directrice artistique de la marque, travaille sur une formule inédite, capable de diffuser la lumière sur le visage et de flouter les imperfections. Alors que la plupart des produits du marché propose un packaging lourd et encombrant, le Touche Eclat débarque plus sophistiqué que jamais, renfermé dans un stylo doré à la taille compacte. Rapidement, le Touche Eclat s’élève au rang de produit culte. Toutes les femmes se reconnaissent dans la campagne publicitaire, mettant en scène une Parisienne active et urbaine, se remaquillant dans le rétroviseur.

Le succès est tel qu’il se vend un Touche Eclat toutes les dix secondes dans le monde : son embout pinceau, pratique et précis, qui permet de suivre les volumes du visage et de corriger les imperfections des working-girls séduit toutes les générations et surtout, toutes les carnations. Un produit révolutionnaire qui combine le geste facile du stylo et de la retouche make-up. Il est désormais facile de s’offrir une retouche beauté et un soupçon de lumière en un clic. Une émulsion hydratante et ultra fluide qui va révéler instantanément l’éclat naturel de la peau, sublimer les reliefs, modeler les traits et gommer les signes de fatigue et zones d’ombre : cernes, creux du menton, contour des lèvres et ailes du nez. La Touche Éclat éclaire le teint et réveille le regard en lui apportant fraîcheur et lumière.

Tout simplement indispensable, souvent copié mais jamais égalé, Touche Éclat est « le » produit fétiche des stars et des tops modèles mais aussi des make-up artists du monde entier. Il est devenu l’icône beauté par excellence, si bien que le nouveau défi d’Yves Saint Laurent est de faire de son mythique pinceau enluminateur un fond de teint. Le but, selon Lloyd Simmons, le directeur artistique maquillage actuel de la marque : « Que peau et lumière ne fasse qu’un ».

 

Le Mascara des Tapis Rouges : Diorshow Iconic Overcurl

Mascara.jpg

« Le cinéma, comme la peinture, montre l’invisible », nous dit Godard. Le cinéma, un haut-lieu de créations et de métamorphoses, né de l’instant et de l’imaginaire. Un monde dans lequel le costume enveloppe son personnage jusqu’à en extraire une essence parfaite : une icône captivante, telle une Marlene Dietrich en Lola-Lola, dans L’Ange bleu. Cet art de la transformation, celui des coulisses, Dior l’immortalise cette année par son tout nouveau mascara, le Diorshow Iconic Overcurl. Ce rimmel inédit sait s’inscrire dans la continuité du fameux Diorshow Iconic que nous connaissons depuis 2002, tout en étant révolutionnaire et novateur.

Il s’inspire du spectaculaire, du grandiose et du luxe tout droit reçus de l’aura sensuelle des actrices des années 30. Si le costume et le maquillage fascinent, les astuces et techniques make-up de l’époque passionnent également : la brosse de l’Overcurl est incurvée et de taille XXL, telle la doublure de son actrice principale et originelle qu’est, aussi surprenant soit-il, la brosse à dent. La formule du mascara est enrichie de polymères-K, dont on reconnaît le caractère tenseur, gainant et fixateur. Le pinceau alors créé, entre héritage et innovation, offre et révèle des cils à la courbe parfaite et au volume foudroyant.

L’oeil de biche est ainsi le costume parfait que Dior nous offre, un costume à la fois intemporel, naturel et indispensable : il est aussi facile à porter qu’à enlever, entre artifice divin et nudité magnifique. Le Diorshow Iconic Overcul se présente tel une seconde peau, par laquelle nous deviendrions les héroïnes de notre propre mise en scène, de notre propre histoire. Entre podium, écran et quotidien, tout se confond, tout se transforme, et l’on croise aussi bien Marilyn Monroe que Grace Kelly, sans oublier Charlize Theron. Avec l’Overcurl, la peinture de l’invisible et de l’ineffable beauté féminine est à son comble.