Espèces En Danger, L’Iconique Crocodile De Lacoste S’Engage

Pour la seconde fois de son histoire, la signature Lacoste laisse place à dix espèces en danger — une collection capsule, engagée pour la planète!

Le crocodile, c’est Lacoste. René Lacoste. Un joueur de tennis hors norme, vainqueur émérite de La Coupe Davis, désigné meilleur joueur du monde en 1926 et 1927. Dit Le Crocodile. Cette même année, son ami Robert George pique un crocodile brodé en 46 couleurs sur la poche du blazer blanc porté par René avant chacun de ses matchs. Ainsi lorsqu’en 1933 René Lacoste imagine le désormais mythique polo Lacoste, à partir d’une chemisette à laquelle il ajoute un col — la signature du polo L.12.12. lui vient tout naturellement.

Autre temps, autre priorité. En collaboration avec l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, la maison Lacoste tient cette fois à défendre 10 espèces en danger d’extinction. Le crocodile fait place à ses compères, dans une démarche aussi unique qu’engagée. Allant au bout de la logique, la production de chacun de ces polos dépend donc du nombre d’animaux recensés. Parmi ces dix espèces, le Lynx d’Espagne — 589 pièces. La baleine de Biscaye, 444. Le petit-duc de Mohéli, 400. Le phoque moine d’Hawaï, 1400. Ou encore le Wombat à nez poilu de Queensland, 115 polos… Des pièces dont l’intégralité des bénéfices soutiendra les efforts de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

 Le Polo Lacoste, Icône Unisexe pour le Printemps/Eté 2019

lacoste_001_20180926093751-2.jpg

‘Sportcore’ — pour le Printemps/Eté 2019, la maison qui survit à René Lacoste propose de bousculer les règles. Fidèle à sa maitrise de l’air du temps, Lacoste pousse un peu plus loin la question du genre et, autour d’une collection inédite, affranchie les codes d’une mode sexuée. Exit les lignes hommes/femmes, Lacoste pense désormais des pièces comme autant d’éléments d’une singularité et d’un non-conformisme salvateur.

 

En vedette, l’icône originale de la maison se dévoile dans une coupe unisexe, intemporelle et XXL. Le polo l.12.12 mise ainsi sur un minimalisme qui suscite toutefois l’émoi autour d’un travail précis et désirable. Un colorblock contrasté, mettant en lumière l’évident vert sapin, le bleu marine, le rouge et le blanc… Mais c’est dans ses nouvelles matières que le polo du Printemps/Eté 2019 gagne une attention toute particulière. Taillé dans le polyester et le taffetas diamanté, le vêtement poursuit le travail de René Lacoste, offrant à une nouvelle génération de nouvelles possibilités — entre style et dégaine, loin des questions poussiéreuses du genre ! 

Le Survet’ Lacoste du XXIè Siècle est Celui du Printemps-Eté 2018

405.jpeg

Devant un front row accueillant l’ambassadeur de la griffe, Novak Djokovic, Caroline de Maigret mais aussi Aymeline Vallade, Guillaume Canet et Marie-José Perec, la maison Lacoste faisait un retour tant attendu à Paris. Après 14 ans de présence à la Fashion Week New-yorkaise, l’actuel directeur artistique Felipe Oliveira Baptista signe une collection liant les deux extrémités de la faune Parisienne. Avec une dextérité assez rare pour la souligner, Felipe Oliveira Baptista a composé un vestiaire idéal inspiré des codes racailles du film La Haine de Mathieu Kassowitz, et ceux bourgeois du Conte d’été d’Eric Rohmer.

« Lacoste a toujours été une marque portée vers les extrêmes sociologiques. À l’origine, elle était très implantée dans la bourgeoisie car le tennis était un sport assez élitiste, mais dès les années 80 et 90, elle est descendue dans la rue avec tous ces gamins habillés en survêtement Lacoste » précise le directeur artistique de la griffe. Le résultat ? Le futur it du Printemps/Eté 2018 ! Le Survet’ version XXIe siècle se pare en effet des ganses iconiques du gilet Lacoste. Mais c’est dans une dégaine chic et si casual qu’il se présente pour la prochaine saison – un vestiaire sportswear si adapté à la vie citadine, en marine et blanc, les couleurs emblématiques de Lacoste.

«  Toutes les frontières entre ce qui est sportswear et ce qu’on porte pour travailler sont en train de tomber. Comme designer, c’est un moment très intéressant pour pousser ces réflexions plus loin  » ajoute Baptista. Et lorsque l’on voit sa collection Printemps/Eté 2018, on se dit en effet que le directeur artistique de la maison ne s’est pas trompé. Hautement désirable, chacune de ses pièces ouvre sur une nouvelle page de l’histoire de la griffe au croco.

Le Sportwear Lacoste pour l’Automne-Hiver 2017-2018

lacoste.jpeg

La dernière collection Lacoste présentée à New York avait donc pour thème l’espace. Pour ses recherches, Felipe Oliveira Baptista s’est envolé pour la Russie, pour visiter tout du musée de l’Espace de Moscou. Là, l’artiste explique avoir « fait une sorte de voyage cosmique »  « pour regarder dans le détail les vaisseaux spatiaux. » A la tête de la direction artistique de la griffe depuis 10 ans, il s’attache en effet à renouveler le style de la griffe au crocodile… Revenu de Russie avec en tête des pièces qui remettent à l’honneur toutes sortes de matières, c’est dans une veine épurée et travaillée que Felipe Oliveira Baptista propose de mettre en lumière le confort dont se targue la marque icône du sportif chic.

Combinaisons en nylon aux allures cosmiques, patchées de cuir pour une touche de puissance stylisée, les pièces de la saison prochaine se font très, très inspirées. « En des périodes comme celle-ci» où « ce n’est pas si facile au quotidien », « c’est bien de regarder à nouveau vers l’avenir, d’en chercher les aspects positifs et de se projeter en avant » a expliqué le designer. Mais en citant des légendes comme Kurt Cobain parmi les muses ayant inspirées cette collection, Felipe Oliveira Baptista se place en réalité dans un style un brin plus grunge et rock que complètement urbain.

Afin d’explorer ce qu’ont été les pièces iconiques et atemporelles des nineties, il associe alors des matières plus douces comme le coton, la laine ou le cuir, à des coupes amples et fluides dans des proportions un brin déroutantes. A l’instar de cette combinaison sportwear taillée dans un cuir bicolore ! Les couleurs sont tout en contrastes, et c’est en cela que la pièce se comprend parfaitement comme l’une des pièces iconiques de la maison Lacoste – une pièce puisant dans le passé urbain de Lacoste pour appartenir à son futur.

Lacoste Printemps-Eté 2017 : la Dress Lacoste s’Invite à Roland Garros

lacoste.jpg

Ayant choisi la villa Malaparte pour décor, avec la mer toute proche, la maison Lacoste présentait le 10 septembre dernier un défilé axé sur une silhouette fluide et colorée, clairement pensée pour l’été. Dans sa note d’intention, la griffe évoquait aussi « la plus douce des réponses à l’agressivité de l’époque“ – ADN joliment et subtilement revitalisé, voici une collection révisant avec soin les icônes trop souvent détournées.

Ce fut ainsi que Felipe Oliveira Baptista mis à l’honneur « la facilité, le confort et un état naturel » pour la saison Printemps/Eté 2017. Tenue impeccable parmi toutes celles ayant défilé, on remarque tout particulière la robe aux allures de veste de survet’ – évidente allure street chic, la robe jouit d’une fluidité certaine. Une bonne dose de style en plus, et voici l’une des pièces hautement désirable du nouveau vestiaire Lacoste signé Felipe Oliveira Baptista.

La marque est aussi très présente à Roland Garros, il n’est donc pas impossible d’apercevoir sur le court la robe Lacoste de la nouvelle collection.

La Robe Polo Graphique Lacoste Printemps-Été 2016

robe-polo.jpg

Depuis quelques saisons déjà, le nouveau directeur artistique de la maison Lacoste s’attache à recréer l’image de la maison. Dans une veine plus jazzy, et dans un esprit plus jeune et plus urbain, Felipe Oliveira Baptista crée, pour la saison prochaine, une collection qui fait une nouvelle fois bouger les lignes entre mode sportive et mode urbaine. A l’approche des prochains Jeux olympiques, le ballet des drapeaux nationaux s’est transformé en son esprit en un véritable évènement graphique.

Peu d’insignes crocodiles ; un drapeau éclaté s’érige ainsi en élément graphique qui vient infuser une nouvelle vie dans le patrimoine de la maison. Une nouvelle excitation visuelle abstraite, fragmentée et recombinée en un certain nombre de bannières-nationales – françaises, suisses, japonaises, américaines… Le polo se réinvente aussi et, entrant dans l’imaginaire Olievira Baptista, devient une mini-robe au motif kaléidoscopique. Un must have chic, fun et graphique aussi alluré que casual.

Le Polo Lacoste et Roland-Garros

sans_titre_4.jpg

Roland-Garros n’a de sens sans Lacoste. Ce puisque la construction du stade se conte à travers l’épopée des Quatre Mousquetaires, que sont Jean Borotra, Jacques Brugnon, Henri Cochet, et René Lacoste. En 1928, afin d’accueillir les Etats-Unis et défendre leur titre de Coupe Davis, voyant que la structure du stade ne répond pas aux exigences d’une compétition si importante, la ville de Paris concède l’agrandissement du stade Roland-Garros. Et justement, lors de cette coupe Davis, l’entraîneur de l’équipe française, Allan H. Mur, promet à René Lacoste une valise en crocodile s’il remporte son duel. Il n’en faut pas plus à la presse américaine pour le surnommer « l’alligator », surlignant par là même la ténacité dont René Lacoste faisait preuve. A la même période, René Lacoste trouve dans son futur-fameux polo le confort et le perfectionnement recherchés sur le court. Si ses productions lui étaient destinées, nombreux sont les ambassadeurs de la marque et les champions à fouler la terre battue en portant haut les couleurs et les valeurs de Lacoste. « Nous fêterons l’an prochain nos 40 ans de partenariat ininterrompu avec Roland-Garros. C’est un engagement logique et naturel vu le lien qu’il existe entre le stade, le tennis et l’histoire de la marque » explique Christophe Chenut, Directeur Général de Lacoste.

Aujourd’hui, à l’occasion de l’ouverture du tournoi de Roland-Garros (les têtes de série commenceront le tournoi le dimanche 24 mai 2015), la maison Lacoste présente une collection capsule entièrement dédiée au tournoi. Une casquette et une paire de sneakers ; des polos et des t-shirts, pour homme et pour femme : la ligne éphémère imaginée par Felipe Oliveira Batipta se griffe d’un triple logo composé autour du célèbre crocodile, de la coupe des mousquetaires et du logo officiel du tournoi. Des tee-shirts d’inspiration vintage s’amusent à décalquer la campagne publicitaire de 1973, tandis que la maison Lacoste rhabille chacune des statues des Mousquetaires d’un polo griffé ! Et pour ravir les enthousiastes du tennis, Lacoste a développé une application sur Facebook permettant de customiser sa propre balle de tennis, aux couleurs de Lacoste et du quarantième anniversaire !

Le Polo Lacoste Automne-Hiver 2015-2016

_a2x0355.jpg

Depuis son arrivée à la tête de la direction artistique de Lacoste, en 2011, Baptista a bien souvent exhumé l’héritage de la maison pour donner le ton de ses collections. Pour l’hiver 2015, il s’éprend de l’idée d’accentuer la déconstruction des classiques de la maison Lacoste, et ce afin d’en reconstruire l’aura iconique. Dans ce monde nouveau, il est une chose que Baptista tient à rappeler : René Lacoste a largement contribué à l’émergence du sportwear. A la fashion week de New-York, c’est sur le mannequin Sam Rollinson que l’on découvre ainsi la nouvelle interprétation de l’iconique polo Lacoste, et avec elle, la bientôt célèbre expression :  « René did it first ! », « Tennis d’hiver » et « touche de Famille Tenenbaum » inspiraient aussi la nouvelle collection de Felipe Oliveira Baptista ; jouant donc joyeusement des contrastes, le designer parvient à donner un côté très fun au traditionnel polo ; un côté ultra-moderne en somme.

Et justement, l’icône de la maison se revitalise au contact d’une coupe plus nette qui, chez les femmes, s’imprègne d’un effet seventies venant, cette saison, piquer le polo plus près du corps. Une pièce très désirable tant sa simplicité invite à contempler toute l’application mise dans sa conception. Un gris moucheté, une écriture graphique ; et voici une actualisation bien en légèreté. Ah oui, le crocodile aussi s’en va pointer loin de la poitrine – sur le col, qui, lui, reste inchangé. Chez Lacoste, c’est certain, René is back !

Le Polo Lacoste à l’Assaut de Roland Garros

polo_ss17_roland_garros_edition.jpg

C’est dans les années 30 que les premières chemises à crocodiles apparaissent sur les courts. Le succès est au rendez-vous ; en très peu de temps, le polo Lacoste L1212 devient la pièce phare de la marque. Aujourd’hui, le polo est bien plus qu’un best-seller mondial. Le Lacoste incarne le symbole d’une l’élégance décontractée parfaitement illustrée par le « easy chic ». Tellement apprécié qu’il n’a eu de cesse de se réinventer, le polo Lacoste est en perpétuelle innovation, constamment mis à l’ordre du jour pour s’inscrire au mieux dans son époque. Les collections « L!ve », ligne de polos urbains, jeune et ajustée, la « Club », polo emblématique du 75e anniversaire de la marque, ou encore les modèles plus récents stretchs en sont la parfaite représentation. Et les racines sportives ancrées dans ces collections sont plus que jamais d’actualité.

Depuis 2006, la marque a également lancé de nombreuses éditions limitées de son icône. Les créateurs Tom Dixon, Michael Young, le magazine Visionaire, les frères Campana, Li Xiaofeng ou encore Jonathan Adler… tous eurent la joie de réinventer le polo Lacoste en y ajoutant leur touche personnelle. C’est ainsi que l’Eco polo et le Techno polo, des pièces écologiques et futuristes, furent imaginées. Le Plastic polo mêle lui le textile au plastique, tandis que le polo Amazonien est inspiré des crocodiles d’Amazonie. Enfin, on doit à ces imaginatifs le polo Porcelaine, façonné à partir des paysages chinois, ou encore le polo Holiday Collector au style contemporain et moderne. Partenaire officiel de Roland Garros depuis 1971, cette année honore la 43e année du lien très spécial qui lie Lacoste au tennis. Et cette année encore, une collection spéciale a été élaborée ; une ligne pour hommes et femmes caractéristique de l’esprit Lacoste !

Lacoste fête les 80 ans de son Polo

Celà fait un peu plus de 80 ans que René Lacoste a imaginé le Polo L.12.12. et celui-ci reste une icône dans le monde de la mode masculine. Pour l’occasion, Lacoste s’est associé avec l’agence MNSTR pour créer cette campagne afin de lancer un véritable mouvement mondial sur les réseaux sociaux. Les meilleures contributions seront illustrées par un artiste, puis diffusées auprès des 10 millions de fans de la marque.