Rayures et Tricot Inachevés, le Retour en Grâce de l’Allure Rykiel pour le Printemps/Eté 2019

_lll1955_jpg_9530_north_1382x_black-2.jpg

Sonia Rykiel, disparue en 2016, a désormais une allée à son nom. Et c’est justement là, à deux pas du Boulevard Raspail, que Julie de Libran a choisi d’orchestrer le défilé du Printemps/Eté 2019 — là où, en 1968, ce haut lieu de la vie intellectuelle parisienne inspira à Sonia Rykiel l’ouverture de sa boutique. Cette allée, pour Nathalie Rykiel, est « un podium dans la rue pour que les femmes puissent se poser, exister. » Mais Rykiel, c’est surtout ‘l’accident du pull’, et un style qui respire la joie de vivre. La flamboyante voulait en effet un pull agréable à porter, un pull qui épouserait ses nouvelles formes car, enceinte, elle désirait une mode pleine d’espièglerie où l’élégance d’un porté suffirait à l’allurer ! 

 

Des décennies plus tard, le pull a fait école et, sa mode figure désormais l’alliance de la transgression et de l’élégance. Pour le Printemps/Eté 2019, point de filles du soir — Julie de Libran a travaillé autour de ce qu’elle nomme « les règles de dimanche. » Ainsi les tricots et rayures iconiques retrouvent leur aspect inachevé afin de coller au mieux à cette idée de look d’une Parisienne tout « juste sortie du lit. » Féminine et infiniment libre, la femme Rykiel de la saison prochaine se glisse ainsi dans la liberté de ton chère à la fondatrice — une façon de célébrer l’indépendance de celle qui porte Rykiel ! Celle qui, comme l’expliquait Julie de Libran, « s’habille chaque matin avec un sentiment de libération et de joie. »

Le Tricoté Envers de Sonia Rykiel Façon Haute Couture pour l’Hiver 2018 – 2019

kim_0206-2.jpg

Baptisée ‘L’Atelier Sonia Rykiel’, la toute première collection haute couture pilotée par Julie De Libran faisait l’inventaire des icônes Rykiel. Du béret en passant par le caban et la jupe culotte, c’est l’appropriation couture du tricoté envers qui retient toute l’attention. La ‘Reine du tricot’ n’avait en effet pas son pareil pour sublimer le non-fini. Petite déjà, Sonia Rykiel rechignait à porter des vêtements neufs – ceux qui l’attiraient été vieux, usés. Plus tard, la maison qu’elle fonda gagna ses lettres de noblesse autour d’une nouvelle virtuosité du vêtement. Dans les années 60, Sonia Rykiel file la laine, évince les ourlets, recoud à l’envers de manière à faire apparaître toutes les preuves de coutures… Rykiel s’est entendue : elle fait de la rayure sa signature ; de la maille son support.

La semaine passée à Paris, Julie De Libran reprenait ainsi toute la grammaire Rykiel autour d’une composition Haute Couture – « un reflet de l’essence pure Rykiel et une vision personnelle de l’univers de la marque adaptée au lifestyle des femmes d’aujourd’hui » précisait-elle. Une proposition couture donc qui distille l’élégance Rive Gauche autour d’une allure tout sauf affectée. Ce look met en vedette l’iconique tricoté envers dans des teintes somme toute très Rykiel. Version couture du mythique pull rayé de la maison, la pièce habille d’une nonchalance raffinée la femme de l’Hiver 2018.

« Faire remarquer la tête sans se faire remarquer. C’est ce que je veux pour moi et pour les autres… » Le mantra de la fondatrice se conçoit ici dans une silhouette couture qui se porte, s’apprécie, mais surtout se vit ! Une sensualité teintée de liberté, une pièce savamment informelle – Julie De Libran joue des codes Rykiel avec une fraîcheur délicieuse. Une désinvolture chic qui rappelle l’icône Sonia elle-même. « Elle était une icône Parisienne, et une femme que les autres femmes aspiraient à être, pour sa liberté, son allure et la façon dont elle jouait des vêtements » explique l’actuelle directrice artistique de la maison. Et il est vrai qu’il y a quelque chose d’éminemment coquin, pour ne pas dire malin, dans ce tricot à la désirabilité exponentielle.

 

Doria Arkoun

La Robe Rayée Sonia Rykiel de l’Automne/Hiver 2018

sonia_rykiel_automne_hiver_2018_icon_icon_sebastien_girard.jpeg

C’est une nouvelle fois au sein de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris que défilait la collection Sonia Rykiel de l’Automne/Hiver 2018/19 – au cœur de cette bâtisse qui accueille, depuis toujours, les shows enjoués de la maison. Il faut dire que les défilés Sonia Rykiel incarnent tout de l’esprit frondeur, espiègle et franchement libre de la fondatrice – un esprit qui célèbre cette année son cinquantième anniversaire. Car c’est bel et bien en 1968, un certain mois de mai, qu’est inaugurée la première boutique à Saint-Germain-des-Prés. Le style Sonia Rykiel est simple – la rayure est sa signature, la maille son support… Sa mode se porte, s’apprécie, mais surtout se vit.

            Disparue il y a peu, la Reine du Tricot a ainsi laissé derrière elle une maison comme nulle autre – une maison forte d’un héritage espiègle, novateur est ultimement frais et raffiné. Et pour l’Automne/Hiver 2018/19, l’actuelle directrice artistique Julie de Libran réorchestre une nouvelle fois la mythique rayure Rykiel. Pimpante, légère et irrésistible ; la formule de Sonia se retrouve dans cette robe extra-longue en maille. « Cette collection n’est pas un hommage mais honore l’esprit de Sonia Rykiel, qui a encouragé les femmes à vivre leur vie de façon créative, individuelle, haut et fort » précise celle aux commandes des collections depuis 2014.

            Et c’est dire tant la robe rayée Sonia Rykiel de l’Automne/Hiver 2018/19 distille cette palette de couleurs joyeuses et subrepticement étincelantes. Julie de Libran emprunte en effet aux gimmicks iconiques de la Reine du Tricot leur nonchalance et leur pertinence. « L’esprit post punk, la New Wave et la pop music ont exercé une influence majeure sur moi, peut-on lire dans sa note d’intention. C’est là que j’ai décidé de m’exprimer par le biais de la mode, moi qui étais une enfant timide. » On retrouve ainsi cette même effervescence juvénile, cette même insouciance et impertinence qui, déjà en 1968, insufflaient aux rayures près du corps de Sonia Rykiel une sensualité certaine !

La Maille Rayée Sonia Rykiel Automne-Hiver 2015–2016

sonia-by-sonia-rykiel-008-1366.jpg

Runway en moquette bleue, imprimé de bouches et raisins carmin, pour son second défilé à la tête de la griffe du chic parisien, Julie de Libran imagine une collection d’inspiration Nouvelle Vague. Combinant le fun au chic, le classicisme au futurisme, la nouvelle directrice artistique de la maison Rykiel ordonne de jolies silhouettes qui fonctionnent sans une once de préciosité. Et, puisque la maille est l’ADN même de Sonia Rykiel, l’Automne-Hiver 2015-2016 est l’occasion de recontextualiser l’icône de la maison.

Du lamé, du noir et du bleu marine : la femme Sonia Rykiel est un oiseau de nuit subtilement apprêté, qui ne veut surtout point trop en faire. Ainsi, en sequin ou tissées dans la maille, les rayures jouent à se fondre et à se confondre dans la matière de prédilection de Sonia Rykiel, quand les couleurs ressemblent au noir sans être du noir… Le tout donne une allure décontractée, efficace, et puissante ; une silhouette emblématique et chère au clan Rykiel.

La Maille Rayée Sonia Rykiel Automne-Hiver 2015–2016

sonia-by-sonia-rykiel-008-1366.jpg

Runway en moquette bleue, imprimé de bouches et raisins carmin, pour son second défilé à la tête de la griffe du chic parisien, Julie de Libran imagine une collection d’inspiration Nouvelle Vague. Combinant le fun au chic, le classicisme au futurisme, la nouvelle directrice artistique de la maison Rykiel ordonne de jolies silhouettes qui fonctionnent sans une once de préciosité. Et, puisque la maille est l’ADN même de Sonia Rykiel, l’Automne-Hiver 2015-2016 est l’occasion de recontextualiser l’icône de la maison.

Du lamé, du noir et du bleu marine : la femme Sonia Rykiel est un oiseau de nuit subtilement apprêté, qui ne veut surtout point trop en faire. Ainsi, en sequin ou tissées dans la maille, les rayures jouent à se fondre et à se confondre dans la matière de prédilection de Sonia Rykiel, quand les couleurs ressemblent au noir sans être du noir… Le tout donne une allure décontractée, efficace, et puissante ; une silhouette emblématique et chère au clan Rykiel.

La Collection Icônes de Louis Vuitton, une Adaptation Vestimentaire de l’Art de Charlotte Perriand

ob-zf097_shelfl_gs_20131008134853.jpg

Première femme designer française, elle se préfère artiste et montre une incroyable liberté de penser. Représentative du mouvement avant-gardiste et en collaboration constante avec l’ingénieux Le Corbusier, son credo l’industrie, se détecte jusque dans ses accessoires vestimentaires. Les nombreux clichés de Charlotte Perriand allongée sur sa célèbre Chaise-longue B306 la montre parée d’un collier à roulement à billes. Dernière obsession de cet illustre créatrice, l’aspect modulable et transformable de ses pièces issu d’une idée novatrice le « composez-le vous-même ». La Bibliothèque Nuage, créée en 1950 et réalisée par les ateliers Jean Prouvé, autre designer influent de ce temps, offre un parfait exemple de ce système personnalisable et individualisable.

C’est de cette nouvelle conception de l’art de vivre que Louis Vuitton a tiré une collection propre à chaque personne l’empruntant. Disponible dès Novembre, celle-ci se base essentiellement sur un texte de Charlotte Perriand, écrit en 1940 à son retour du Japon. Repris en préambule du catalogue de la collection Icônes, il synthétise à merveille le sens donné à cette « collaboration » : « Une nouvelle manière de vivre m’attendait […]. J’avais composé ma garde-robe avec des « modules » interchangeables, comme pour mes recherches de normalisation : pour le bas 4 jupes longues ou courtes, pour le haut, pulls chemisiers et bustiers, ce qui, conjugués, me donnait au moins seize combinaisons. En ajoutant écharpe, étoles, bijoux insolites, gants, j’atteignais ainsi à une grande variété avec beaucoup d’imprévu et de fantaisie – toujours semblable, jamais pareille ». Ainsi, les nervures d’une tunique en cuir rappelleront aux uns les lattes de bois courbées du Salon Tokyo de la designer, quand la coupe d’un imperméable évoquera à d’autres la Table Ventaglio.

Louis Vuitton adopte donc pour sa collection Icônes un nouveau jeu basé sur ces seize looks, à l’architecture épurée et combinable, offrant à la femme la liberté de ton qu’elle aimera donner à son vestiaire. Sans se départir d’une pure élégance et d’une féminité accentuée, Louis Vuitton nous fait revivre une des plus belles références françaises.