J’adore de Dior Célèbre la Journée des Femmes avec Charlize Theron

jadoreinjoy_encartsofistic_f39.jpg

Le parfum J’adore de Christian Dior est une ode olfactive et physique à la femme, à son charme et à sa puissance. Composée en 1999 par Calice Becker, J’adore renferme dans un flacon ciselé comme une amphore, une senteur florale, lumineuse, gaie et affirmée ! Le parfum vedette se réalise ainsi autour d’un mariage inédit de fleurs – le Champaca, et son odeur fraîche et exotique ; la violette et l’orchidée cristallisée… En fond, c’est le bois d’amarante qui vint s’accorder avec une note de vin de Banyuls et de prune confite… Une sophistication rare qui vient éminemment symboliser la féminité absolue de la femme Dior.

            Depuis 2004, c’est l’actrice au sourire lumineux, Charlize Theron qui lui prête ses traits et son aura. Cette année pour le 8 Mars, la belle expose devant la caméra, une réflexion sur ce que signifie d’être une femme aujourd’hui. Indépendante et sensuelle, forte et gracieuse, la femme Dior incarnée par Charlize Theron questionne en même temps qu’elle atteste la nécessité d’imposer sa vision, ses choix et sa personnalité. J’adore Être Une Femme devient ainsi l’ode audacieuse et contemporaine d’un parfum iconique !

            Il est de ces choses que l’on croit avoir toujours connues, dont on pense avoir toujours été accompagné – le parfum J’adore de Dior est de cela… Et aujourd’hui, la Journée Internationale de la Femme est l’occasion d’attester d’une nouvelle vision de la féminité – une femme forte qui renverse les normes et les codes établis, sans ne jamais renier qui elle est… Une femme d’esprit, authentique, généreuse, pétillante et indubitablement engagée !

La Nouvelle Campagne Dior J’adore

Compagnon intemporel venant illuminer la vie à chaque fois qu’il jaillit, le parfum J’adore de Dior a cela qu’il embrasse le cou de toutes les femmes, comme une ode de toutes les fleurs. Sans cesse réinventé depuis sa création, il est la senteur Dior par excellence : composition complexe mais imperceptible. Jamais ne faisant la démonstration prétentieuse de sa virtuosité, J’adore épouse en son coeur les fleurs rayonnantes qui allient les contraires, concluant des notes florales iconiques un ensemble attirant, inédit et terriblement mystérieux. Il y a d’abord l’Ylang-Ylang des Comores, puis sonne le fabuleux Jasmin de Grasse – emblématique du pays grassois, terre de Monsieur Dior lui-même. Enfin, l’accord capture l’essence de la Rose Damascena turque… Charnelle sans être pesante, la fragrance, souvent, est un lieu rêvé à la mesure du désir des femmes Dior.

Et voici qu’aujourd’hui Jean-Baptiste Mondino ouvre un nouveau chapitre de la passionnante saga du parfum J’adore. Dans ce nouvel opus, réalisé comme un nouveau départ : « Elle est à présent totalement libre, plongée dans une nature souveraine et débarrassée de tous les artifices. Son regard désigne ce qui importe aujourd’hui plus que tout : préserver notre planète et tout particulièrement l’eau qui est notre nouvel or. Elle nous dit que le luxe peut avoir du sens » explique le réalisateur. Justement, l’égérie Charlize Theron incarne à merveille la beauté et l’absolu du joyau intact qu’est J’adore en revenant aux fondamentaux – un luxe qui se cultive avec mystère, mais toujours sublime et complexe lorsqu’il épouse la Nature.

 

Huile Divine Par Dior

diorhuile.jpg

« Travailler sur la composition de J’adore l’Huile Divine a été un challenge technique. C’est un exercice passionnant car j’ai dû « rentrer » dans le parfum, en cerner les éléments les plus importants. Un travail d’introspection qui m’a permis de dégager l’âme de J’adore. » François Demachy, le nez de la maison Dior, fut en effet missionné de transposer les notes les plus éloquentes de J’adore, dans une texture différente et envoûtante, tout à la fois huile de corps et eau de bain. C’est ainsi que l’aventure l’Huile Divine s’amorce.

Huile Divine est donc avant tout l’exaltation les nuances miellées de la Rose de Grasse, reine des fleurs d’exception… En affirmant pour élever les accords inimitables du bouquet de l’eau J’adore, l’Huile Divine est une invitation à une découverte distinctive et hautement sensorielle : dans le bain, le soin se déploie pour caresser la peau d’un voile nourrissant… le bain devient lacté, doté d’une couleur onctueuse qui enveloppe sensuellement le corps. Appliquée justement sur le corps, Huile Divine glisse avec légèreté, pénètre facilement, et procure une sensation de douceur. La peau est éclatante, nourrie et ô combien parfumée.

A chaque moment, Huile Divine est ainsi est une promesse de bien-être, et de détente absolue. Un geste délicieux et gourmand qui ne laisse que les accords les plus voluptueux de J’adore sur la peau ! Une parenthèse sensuelle qui bientôt se mue en rituel – un bouquet floral capturé dans le flacon identique à celui de l’eau de Parfum…

 

J’adore Eau de Lumière de Dior

d.jpg

En droite ligne de la Haute Couture et de l’art de jouer des matières avec la veste Bar, le Parfumeur-Créateur François Demachy joue des fleurs pour son dernier opus J’adore. L’homme des parfums Dior fait une nouvelle fois la démonstration de sa sensibilité olfactive, et de sa capacité à nourrir en leitmotiv la grammaire florale de Dior. Souhaitant « accentuer le caractère lumineux de l’eau de toilette J’adore », François Demachy à la façon d’un jardinier-poète imagine l’Eau de Lumière, un effluve éclatant et voluptueux aux notes florales plus intenses.

Eau de Lumière sonne comme un éloge à la belle matière « aussi magique soit-il, un parfum est avant tout un art de la matière première ». Dans sa quête, le Parfumeur-Créateur choisit Grasse, jardin de Monsieur Dior, et berceau de la parfumerie française, pour s’arrêter et créer autour du très prisé Néroli de Vallauris « Il a des facettes uniques d’une puissance sans pareille. Il est pétillant, il résonne en tête grâce à sa floralité zestée. » L’essence de fleur d’oranger irradie les arômes délicats de vanille et de citron, le mélange raffiné du magnolia et de rose Damascena… sans jamais dénaturer l’âme de l’iconique floral J’adore, créé par Calice Becker en 1999.

« C’est le sillage qui parachève l’allure ! » aimait à dire Monsieur Dior. La nouvelle écriture olfactive Flower Power de François Demachy enveloppe la femme Dior d’un sillage floral, élégant et lumineux incarnée, sous l’œil de Peter Lindbergh, par la belle égérie Dior, Charlize Theron. A la manière d’une héroine à la Hitchcock, un brun plus solaire, elle avance, conquérante et plus radieuse que jamais… laissant filtrer l’Eau de Lumière Dior J’adore, bien sûr.

 

La Parenthèse So British de Dior Chez Harrods

diorharrods.jpg

Dior s’invite chez Harrods ! L’élégance française s’impose, depuis le 16 mars dernier, dans ce haut lieu du luxe britannique : pendant un mois, les vitrines du grand magasin Harrod’s serviront d’écrin au pop-up store de Dior. Rendant hommage aux icônes britanniques qui ont auréolé la maison, Raf Simons installe une collection couture, parfum et maquillage exclusive, autour des couleurs mythiques du royaume de Windsor.

Cette véritable exhibition est l’occasion pour Dior de faire (re)découvrir ses mythiques fragrances, telles les parfums J’adore et Miss Dior, ou d’en lancer de nouvelles : Gris Montaigne, créé par le nez de la maison François Demachy autour de notes de bergamote de Calabre, de rose de Turquie, de patchouli, de jasmin Sambac et de mousse boisée, sera ainsi dévoilé. Côté maquillage, la palette de fards et gloss Claridge’s 48 s’expose, évoquant le jour où Miss Dior, première fragrance lancée par le couturier, fut dévoilée au sein du célèbre palace londonien. La poudre My Lady affiche la silhouette du Lady Dior, le sac mythique créé pour Lady Diana. Côté couture, les sacs et pochettes s’habillent de tartan. Le sac Diorissimo voit la vie en vert : Dior s’amuse à réinterpréter les teintes emblématiques de chez Harrod’s, ce célèbre temple de la mode.

Pour un « coffee-break », un Café Dior est expressément construit pour l’occasion. On peut notamment y déguster de délicieux cupcakes frappés du sigle Dior. Pour une expérience des plus addictives et Diorific. So chic !

J’adore l’Absolu par Jean-Michel Othoniel

50ace6b50906f.jpg

Après avoir fait appel à l’artiste Anselm Reyle pour revisiter leur ligne d’accessoires en 2011, c’est vers Jean-Michel Othoniel que la maison Dior s’est tournée cette année, afin de réinterpréter le flacon du J’adore. Connu, entre autres, pour son Kiosque des Noctambules ornant la station de métro Palais Royal à Paris, Jean-Michel Othoniel a fait appel aux artisans verriers de Murano avec lesquels il collabore depuis une vingtaine d’années pour réaliser à la main 1000 exemplaires du flacon qu’il a pensé. Reprenant les courbes originelles mais déroulant le collier d’or autour de l’amphore, il transforme ainsi l’objet en véritable œuvre d’art et créée un contenant à la hauteur du contenu.

« Aussi magique soit-il, un parfum est avant tout un art de la matière première » nous dit François Demachy, nez de la Maison, et nous le prouve par sa réinterprétation plus intense du floral iconique créé en 1999 par Calice Becker, en associant les absolus de rose de Turquie, de jasmin et de Tubéreuse d’Inde.

La collaboration entre Jean-Michel Othoniel et François Demachy nous offre un objet talisman, à la fragrance intense et libérée de son collier massaï, à l’image de la femme d’aujourd’hui.