La Perle du Sud avec la Conciergerie de Marrakech

atmosphere_du_soir.jpg

Le plus ancien et le plus légendaire des hôtels de Marrakech est la Mamounia. La Mamounia, c’est ce palace qui a su séduire des milliers d’âmes en quête de luxe, de calme, et de volupté… Glamour et haute-couture, le palace a toujours réjouis les sens, les a toujours charmés avec cette grâce et cette discrétion qui caractérisent le raffinement à la marocaine. Présidents, créateurs de mode, chanteurs, acteurs, mannequins, les plus grands noms de l’histoire y ont séjourné. C’est ici que Winston Churchill prenait ses quartiers d’hiver afin d’y peindre la lumière qui, à chaque instant de la journée, le surprenait lorsqu’elle venait s’écraser sur la terrasse de sa chambre, avec vue sur le grand jardin. Plusieurs de ses peintures représentant d’ailleurs les jardins de la Mamounia sont exposées au Musée Churchill de Londres, comme le Coucher du soleil sur les montagnes de l’Atlas, une huile sur toile datée de 1935.

A Marrakech aussi, les fantasmes prennent sens dans des hôtels phares telle la Villa des Orangers. Jouxtée aux souks, à 10 minutes de la place Jemaa el Fna, les charmeurs de serpents, diseuses de bonne aventure et groupes de musique locaux, y révèlent à la nuit tombée toute la fantasmagorie de la ville. Le Sofitel Palais Impérial, l’hôtel du Golf ou encore le Palais Namaskar… tous ces hôtels allient élégance intemporelle et espace exceptionnel dans un cadre tout simplement magique. Réputés pour leurs tables raffinées, leurs décorations soignées et leurs ambiances chics et orientales, ces somptueux hôtels sont les véritables lieux iconiques de Marrakech.

Et lorsqu’il s’agit de partir à la découverte de la Ville Rouge, la Conciergerie de Marrakech est le meilleur allié que l’on puisse trouver. Organisatrice d’évènements et de séjours d’exception, c’est là un concept unique et révolutionnaire. Experte du lieu et des plus grands secrets de la Perle du Sud, la Conciergerie de Marrakech sélectionne les lieux rares, uniques et authentiques : réservations d’hôtels de luxe, de villas somptueuses, de maisons d’hôtes typiquement marocaines, la Conciergerie n’en oublie pas pour autant de proposer des d’activités diverses, types excursions, trekking, quad, équitation, golf… La Conciergerie de Marrakech fait ainsi découvrir ou redécouvrir la ville ocre, dévoilant à ses clients secrets les merveilles jalousement gardées de Marrakech. 

 

Le Plaza Athénée : Un Palace Nommé Désir

plazaathenee.jpg

En 1911, les palaces fleurissent sur la côte Est de la France. Jules Cadillat décide de poser, avenue Montaigne, les fondations de l’Hôtel Plaza ; non loin, se décide l’installation du Théâtre des Champs-Elysées. Pensé comme l’endroit où passer, après un spectacle, la soirée, l’un ne va sans l’autre. 1913, l’un ouvrira le 31, l’autre le lendemain. Oui mais voilà, les histoires légendaires ne sont jamais plates. La marque Plaza est déjà utilisée et, un concurrent menace d’attaquer la société de l’hôtel. Ce fut Emile Armbruster, directeur général de l’époque, qui donna alors le cachet qui, peut-être, manquait : Athénée, le Plaza Athénée, voilà un sceau. Le 20 avril, il est inauguré. Naturellement, maîtres de la musique, compositeurs ou interprètes s’y rendent. Sans doute, la vue panoramique, qui s’étend de l’Avenue Montaigne à Montmartre, a contribué à en faire le lieu à la mode, l’endroit où il faut être pour un verre ou pour un séjour.

Au fil des années, sa réputation traverse les frontières. L’hôtel, lui, change de propriétaire. Mis en vente après la Grande Dépression de 29, on voit ses portes closes de 1934 à 1936. Les chambres du 7ème étage deviennent alors des studios, communicants ou non, loués au mois. Cette année-là, le restaurant Le Relais Plaza, aujourd’hui primé de trois étoiles au Michelin, fut réalisé par l’architecte et décorateur Constant Lefranc. Mais trois ans plus tard, Paris est occupé, le Plaza Athénée réquisitionné. Au risque de leur vie, le personnel transfère, secrètement, linge, vin, tapisseries et argenterie en sécurité, dans une maison privée de la rue Quentin-Bauchart. 

Lorsque Christian Dior, en 1947, inaugure sa boutique avenue Montaigne, la clientèle change. La nouvelle ère débute et fait de cette voie celle de la Haute Couture. Le palace, qui d’ailleurs est l’un des premiers à recevoir cette distinction en 2011, devient celui de la mode et de l’art. L’endroit est comme l’idéal de tout hédoniste. En 2008, l’Institut Dior y trouve une place et, le SPA lègue au Plaza Athénée une aura béate de confort et d’attention. Grace Kelly, Gary Cooper, la famille Ford ou Kennedy, tous y séjournent et incontournable, l’hôtel prouve son exception. L’esprit d’innovation des dirigeants successifs en a fait un standard de qualité, d’excellence, de savoir-faire gastronomique, et, de raffinement tant la nouvelle décoration allie l’élégance de la tradition à la modernité. En 2010, il est le premier à être labellisé « entreprise du patrimoine vivant ». Et voici que ce monstre de perfection fête son premier siècle en grande pompe. Le Palace de demain prouve qu’il faudra compter sur lui, avec délice.

Claridge’s, Londres

icon-hotel-claridges-london-dvf-ford-jacobs-grant-hepburn-mivat-1.jpg

“Ce n’est pas que je souhaite mourir… mais à ma mort, je ne veux pas aller au paradis : je veux aller au Claridge’s !” rêvait l’acteur américain Spencer Tracy. Une institution datant du 19e siècle située en plein cœur de Mayfair où ont séjourné Audrey Hepburn et Carry Grant. En 1951, Katherine Hepburn insistait pour porter un pantalon en public, ce qui n’était pas du goût de l’époque. Ayant reçu l’interdiction d’accéder au lobby du palace londonien, elle utilisera l’entrée du personnel !

A la longue liste des visiteurs de marque, la famille royale qui a ses habitudes au Claridge’s, aussi appelé le deuxième Buckingham ! On compte aussi l’impératrice Eugénie et des créateurs de mode : Tom Ford, Diane Von Furstenberg qui a signé le décor d’une suite ou encore Marc Jacobs qui s’inspirera du personnel du Claridge et de certains de ses hôtes pour un de ses défilés.

Car le Claridge’s a de quoi séduire. Outre son légendaire afternoon tea, on succombe à son style année 30. Le Claridge’s bar et son ambiance art déco, le « ballroom », le fumoir… sont autant de bonnes raisons de se plier à la dernière volonté de Spencer Tracy !