Cannes: La Montre Chanel Boy.Friend de Kristen Stewart

kristenstewart.jpg

69ème Festival International du Film de Cannes, montée des marches de « American Honey » de Andrea Arnold, Dimanche 15 mai : Kristen stewart, Ambassadrice Chanel, portait une boucle d’oreille « Comète Spirale » en or blanc 18K et diamants, un bracelet « Charleston » en or blanc 18K, diamants et onyx, et des bagues « Coco Crush » en or blanc 18K CHANEL Joaillerie, avec une montre Boy.Friend en acier sur bracelet alligator noir Chanel Horlogerie. Elle portait une jupe Chanel de la collection Haute Couture Printemps-Eté 2016 et un top chanel. Maquillage Chanel.

Les Nouvelles Montres Diamantissima de Gucci

g_16.09.27.jpg

La toile Diamante est connue de tous : tissu remarquable et motif incontournable de la maison Gucci, la toile est aujourd’hui aux mains de l’actuel directeur artistique de la maison, Alessandro Michele. Et il a promis de l’ériger en emblème absolu. Imprimé sur modèle raffiné ou version acier, le diamantissima se réinvente cette fois-ci au contact de matières reprenant exactement la forme première du garde-temps. L’un des rares designers à savoir mixer allure vintage, streetstyle, silhouette BCBG, sportswear et funk à l’Italienne s’éprend à faire des montres Gucci le nouvel accessoire fétiche de sa femme un brin perchée. Le tout sur fond de gaieté très Italienne.

D’ailleurs, pour incarner cette essence aussi espiègle que salvatrice, c’est Florence Welch qui raconte comment elle fut choisie : « Je suis collectionneuse dans l’âme, et quand j’ai rencontré Alessandro Michele, notre passion des bijoux nous a immédiatement rapprochés. Je trouve vraiment magique ce qu’il est en train de créer chez Gucci. Je suis très heureuse d’y participer. » Chez Alessandro Michele, directeur artistique de Gucci tout est question d’androgynie et de Renaissance italienne. Le créateur italien de 42 ans prône ainsi la confusion des genres.

En juillet prochain, ce sont ainsi trois nouvelles déclinaisons audacieuses qui seront éditées. Une esthétique singulière qui démontre encore tout du talent de Gucci… Une montre en PVD or jaune avec un bracelet en cuir lézard noir, ou version acier maille milanaise. Au total, deux tailles seront disponibles : 27mm et 32 mm. Un style très sophistiqué et épuré, dont le calibre rappelle que l’exigence baroque se sublime parfois de minimalisme racé.

Speedmaster Moonwatch Grey Side of the Moon par Omega

o.jpg

Associant design et innovation révolutionnaire, Omega conjugue exploration spatiale, technologies et matériaux inédits pour toujours plus d’élégance. La nouvelle Speedmaster Grey Side of the Moon s’inspire de la poussière lunaire foulée par les astronautes à chaque mission et est constituée d’un authentique morceau de météorite. Son nom évoque un voyage spatial à travers des pluies de météorites jusqu’à la mystérieuse planète rouge Sedna et porte en lui des inspirations célestes. Cette nouvelle venue dans la collection Omega Speedmaster raconte l’histoire de la mission Apollo 8, illustrant la phrase prononcée par l’astronaute Jim Lovell « La lune est essentiellement grise ».

Ce modèle futuriste n’est pas seulement une invitation à l’aventure, il est également d’une élégance incomparable. Cette montre d’exception est fabriquée à partir de céramique blanche traitée de manière à obtenir une teinte grise métallisée spécifique, semblable à la couleur de la lune. Le modèle est donc placé dans un four à plasma à haute température pour obtenir cette transformation. Côté moteur, on retrouve le célèbre calibre Omega manufacture 9300 et ses 60 heures de réserve de marche. Son cadran météorite est façonné à partir d’un morceau de pierre galactique. Il est composé de platine 950 sablé qui lui confère un look classique et élégant tout en soulignant le savoir-faire apporté à sa création. Cette montre se distingue également par son échelle tachymétrique revêtue de Super-Luminova qui permet une lecture quelle que soit la luminosité ambiante.

La Speedmaster « Grey Side of the Moon » est un vibrant hommage au rôle pionnier joué par Omega en matière d’exploration spatiale. En misant sur des matériaux innovants, un mouvement mécanique révolutionnaire et une apparence du modèle originel respectée, la marque ne cesse de rassembler de nouveaux amateurs autour de la Speedmaster.

La Big Bang Unico Sapphire All Black Par Hublot

h.jpg

Après s’être exercé avec l’ambitieuse Ferrari Sapphire, Hublot relève une nouvelle foi le défi difficile de façonner ce matériau. Cette pierre extrêmement complexe offre à la nouveauté Hublot une résistance aux rayures quasi parfaite, puisque seul le diamant peut la rayer. Le boitier, la carrure et la lunette sont entièrement taillés dans le saphir fumé noir poli et restent malgré tout étanche à 50 mètres. Seules quelques pièces sont en titane : les vis, la couronne surmoulée de silicone et la boucle déployante. Une prouesse admirable d’autant plus que le saphir a rarement été taillé à une si grande échelle. 500 exemplaires ont été prévus pour la Big Bang Unico Sapphire.

« La force d’Hublot réside dans son identité clairement définie : l’Art de la fusion, ce pouvoir unique de créer des montres qui mêlent tradition et innovation. » Certainement iconique mais aussi spectaculaire et précieuse, cette pièce est une oeuvre d’art. Totalement cultivée en transparence et squeletage, celle-ci dévoile tous les rouages du mouvement manufacture Unico. Un mouvement entièrement visible dont la roue à colonnes positionnée côté cadran n’est désormais plus la seule particularité à observer. Transparence et noir intégral se poursuivent jusqu’au bracelet : ligné et structuré sur boucle déployante en titane.

La maîtrise industrielle d’un matériau extrêmement complexe n’est pas la seule excellence qu’offre La Big Bang. Ce chronographe automatique flyback doté de 72h de réserve de marche est, entre autres, équipé d’une roue à colonnes et d’un double embrayage. Il possède une glace saphir traitée antireflet intérieur/extérieur avec le logo Hublot et des aiguilles avec revêtement luminescent noir. Une réussite exemplaire pour un concept all black réinventé.

Tag Heuer Carrera, Les Nouveautés Baselworld 2016

image001.jpg

Avant d’entrer dans l’histoire du luxe comme une pièce mythique, la merveille horlogère est d’abord un chronographe dessiné en 1963 par le suisse Jack Heuer pour les pilotes de courses professionnels. Passionné par le milieu automobile le nom de Carrera provient du légendaire  rallye mexicain «Carrera Panamericana» auquel Monsieur Heuer souhaita rendre hommage « La simple sonorité du nom  – élégant, dynamique, facile à prononcer dans toutes les langues et chargé d’émotions. J’ai su que mon nouveau chronographe serait le meilleur des hommages en l’honneur de cette légende »Aujourd’hui la mythique et avant gardiste maison horlogère a encore usé d’excellence pour sa nouvelle collection Carrera. Voici plus de cinquante ans que le modèle incarne l’essence même du style Tag Heuer : sportif et incroyablement précis par sa conception.

L’horloger suisse, au sens inné de l’innovation bouscule les codes de l’horlogerie avec le très attendu Tourbillon Chrono COSC Certifié volant en titane et carbone et  boitier en titanium. La Carrera Heuer 01 est également le premier chronographe de manufactures disponible pour moins de 5 000 CHF, gage de luxe accessible pour Tag Heuer. Une technologie révolutionnaire s’ajoute à ce design d’exception. La Carrera Heuer 02T c’est : 28’800 alternances/heure, un seul barillet, les fonctions du chronographe, le remontage automatique et le tourbillon volant logés dans un diamètre de 32 mm avec un écartement maximum de ses compteurs pour lui offrir modernité et équilibre visuel. Il aura fallu pas moins de 4 horlogers pour fabriquer à la main ce tourbillon léger qu’accueille le châssis industriel développé pour optimiser l’assemblage.

La version Black Phantom est proposée en édition limitée à 250 pièces numérotées. Plus sportive grâce à son bracelet en crocodile cousu sur caoutchouc et étanche à 100 mètres, la Black Phantom est encore plus résistante aux chocs. La Carrera Heuer-01 quant à elle rend honneur au fondateur Edouard Heuer. Elle symbolise par le chiffre 01 le développement apporté au calibre de 1887. Ce modèle est doté d’un boîtier TAG Heuer de nouvelle génération et est fabriqué en acier revêtu de carbure de titane qui lui donne plus de résistance. Son design reste néanmoins épuré et audacieux avec des détails tels que: la roue à colonne rouge du mécanisme qui attire l’attention. TAG Heuer relève une nouvelle foi le défi de rester fidèle à sa philosophie d’avant garde. 

La Montre Big Pilot Par IWC

sans_titre_2.jpg

C’est avant tout une qualité de fabrication, un mouvement, et un caractère. Dans un second temps, la Big Pilot signée IWC est une preuve d’authenticité. Alors que la seconde guerre mondiale éclate, IWC est chargée d’équiper les pilotes : pionnier en la matière, n’ayant aucun exemple à suivre, IWC réalise l’impensable et met au monde une montre capable de résister à la pression de l’altitude, aux gants épais et aux combinaisons de vol piqué. Et c’est ainsi que la montre présente un design tout exceptionnellement énorme. Dans une volonté de rendre la montre la plus lisible possible, IWC n’a utilisé aucun matériel exotique, n’y a même pas apposé de fonctionnalités : la Big Plot est là pour donner l’heure du prochain raid ou contrôler un plan de vol à 20 000 pieds, rien d’autre. Pourtant, sa fabrication irréprochable et son charme indémodable ont hissé la Big Pilot au rang de montres hors norme. C’est une pièce extrême dont la qualité comble depuis longtemps déjà ceux qui l’ont acquis. Celà, IWC le doit à la finition exceptionnelle du boîtier.

Avec une alternance de surfaces polies, brossées et des angles vifs, la Big Plot a tout des icônes qui captivent le regard. Exclusive dans sa fabrication, la Big Pilot l’est aussi au porté : sa grande ouverture de cadran et ses cornes assez longues la font paraître encore plus grande qu’elle ne l’est déjà (46,2mm). La couronne en oignon signée « Probus Scafusia » mérite à elle seule le détour. En effet, le cadran se fait très épuré et, dans cette beauté lisse et racée, rien ne vient perturber la lecture des informations essentielles : heures, minutes, réserve de marche, et, seule concession faite à un usage civil, la date. Ainsi, la lisibilité diurne est parfaite. Garde-temps conçu et fabriqué dans les ateliers de la manufacture, IWC a aussi introduit à l’intérieur un mécanisme des plus sophistiqués. Sans aucun doute, la Big Plot est la montre des héros – quelle que soit l’époque et ses exigences.

La Nouvelle Jaeger-LeCoultre Reverso 1931 Grande Seconde Centrale

sans_titre-1.jpg

Il n’est pas aisé d’exhumer pour intégrer au présent l’icône d’un siècle passé. Afin de d’approcher le parfait équilibre entre élans créatifs et profond respect de l’héritage, un travail approfondi sur les codes à transposer devient indispensable. Et c’est l’exact procédé opéré en amont par la manufacture Jaeger-LeCoultre pour réaliser la Reverso 1931 Grande Seconde Centrale. Faisant vœu de fidélité au modèle d’origine, le garde-temps reprend les moindres ambitions de la Reverso 1935. Ainsi donc, boîtier, aiguilles, et secondes au centre épousent l’équation originelle. Si la forme demeure, les ateliers Jaeger-LeCoultre,  poussés par l’esprit d’innovation du fondateur, consacrent leur savoir-faire et propulsent la Reverso 1931 Grande Seconde Centrale dans l’actualité : dimensions nouvelles, cadran deux étapes en position circulaire, et boîtier inchangé inaugurent un garde-temps entre deux temps justement.

La Reverso 1931 Grande Seconde Centrale vient ainsi ceindre le poignet dans une proportion inédite : sans ostentation ni exubérance, la montre se vit dans une élégance du quotidien. Particulièrement agréable, la sophistication de l’esthétique se fait en étroite filiation avec la pièce historique : la Grande Reverso 1931 Seconde Centrale se propose ainsi dans un boîtier en or gris –  boîtier entrant subtilement en contradiction avec le bracelet noir coupé dans un cuir d’alligator. Et justement, le noir est sa couleur ! En 2015, la collection Reverso renoue avec la profondeur du noir pour sied à l’esprit rétro de cette création qui, pour répondre aux exigences du siècle, s’instrumente cette fois-ci dans un mouvement à remontage automatique. Ainsi, sur le cadran opalin, venant comme embraser l’obscurité du fond, index, chiffres et aiguillent se détachent sur une note poudrée. Mieux, la seconde centrale déroule une mise en scène raffinée quand son compteur réfracte la couleur des index et des heures. Finalement plus héritée que fabriquée, la Grande Reverso 1931 Seconde Centrale s’immisce dans l’actualité à coup d’inflexions passées et précieuses, comptant néanmoins sur sa propre force de caractère pour suciter le désir, comme une réminiscence de la pièce d’origine.

La D De Dior

d4.jpg

Dessinée en 2003 par Victoire de Castellane, la D de Dior s’impose très vite par son allure masculine et ses formes épurées. Inspirée des années 70, la directrice artistique de la joaillerie Dior la décrit comme le garde-temps « d’une femme qui s’approprie la montre d’un homme pour toujours penser à lui ». Côté pile, la D divulgue une forme simpliste, et intègre des matériaux horlogers d’exception ; côté face, la montre dévoile un style enjoué par la présence de pierres nobles et éternelles. La D de Dior incarne ainsi l’esprit poétique Monsieur, tout en révélant son audace créative par une symbiose de couleurs et de matières. La D de Dior porte en elle la signature féminine de l’univers de la Haute Joaillerie Dior.

En 2011, la maison Dior revisite sa mythique pièce horlogère sous forme d’un arc-en-ciel au subtil dégradé. La D de Dior Color est cette icône qui brille par le choix minutieux des pierres, et la fusion des couleurs de chaque gemme. Cette création étonnante se dote d’un boîtier en or blanc équipé d’un mouvement Elite de Zenith à remontage manuel. Pièce rare et précieuse, La D de Dior Color conserve les attributs de la montre classique, alliant un savoir-faire de joaillier à l’élégance du geste horloger.

2015, la maison française dévoile trois nouvelles versions de La  Mini D . Mais cette fois, Dior joue des nuances de teintes irisées. Ce garde-temps à lunette, couronne et boucle ardillon serti de diamants, se propose monté sur un boîtier d’acier inoxydable. Victoire de Castellane enchante sa création par des reflets ludiques et romantiques. Quelle que soit l’heure, le temps, l’instant ou l’éclairage, la réverbération des bracelets en cuir de veau illumine le poignet d’éclats féminins d’or, de rose ou d’argent. Une collection technique et artistique laissant courir la créativité.