La Testarossa de Ferrari

ferrari-testarossa-sergio-pininfarina-1000x666.jpg

Lorsque l’ancien pilote Enzo Ferrari quitte son poste de directeur de la division course chez Alfa Romeo, le passionné n’a qu’une chose en tête : créer son écurie pour repousser les limites du génie mécanique. Et celui à qui l’Italie a reconnu le titre de Commendatore pour ses succès au volant ne tarde à se forger une réputation. Cheval cabré sur fond jaune — le sceau Ferrari ravit têtes couronnées et grands du monde. Sur la route et les circuits de courses. Construites sur-mesure pour chaque client, les Ferrari, coulées dans ce rouge à nul autre pareil, constituent rapidement des pièces de désir et de convoitise. En 1984, la Testarossa, avant-dernière création d’Enzo Ferrari, distille tout du panache d’une telle écurie — une écurie à jamais liée à l’Italie… Le rouge Ferrari autrefois imposée aux coureurs italiens lors des compétitions internationales d’avant-guerre est désormais celui du constructeur. 

 

Sa mécanique glorieuse, son allure tout à la fois classique et révolutionnaire, la Testarossa la doit aux coups de crayon du designer italien Pininfarina. En italien, Testarossa signifie culasse rouge — et c’est bien là que tient l’élégance féline de ce bolide. Présentée au Mondial de l’Automobile de Paris en 1984, la Testarossa impressionne par son allure. Large (1m97) et basse (1m13), phares escamotables, un seul et unique rétroviseur ; la Ferrari déroute et hypnotise l’assistance. En position centrale arrière, un moteur 12 cylindres 4.9 boxer réalise le souhait d’Enzo Ferrari et parvient à faire de la Testarossa une voiture éminemment puissante sans avoir recours aux nouveaux systèmes d’assistance et aides technologiques à la conduite. Vitesse maximale : 300 km/heure. 

 

Reconnaissable au prestige qu’elle confère aux virtuoses qui la conduisent, la Testarossa brille aussi de par sa carrosserie striée et ses lignes futuristes. Faisant sensation sur les pistes et les routes, la Testorossa est aussi devenue un mythe populaire. Elle atteint la consécration dans sa version immaculée dans la série à succès Miami Vice ; devenant le symbole des années 1980 ! Produite jusqu’en 1996, la Testarossa a comblé plus d’un passionné de vitesse… Parmi eux, Elton John, Marti Pellow ou encore Alain Delon ! 

 

La Testarossa de Ferrari, Quelques Dates Clés

 

2017 : La Testarossa est exposée à l’ Autoworld de Bruxelles.

2017 : Ferrari perd les droits liés au nom Testarossa.

2017 : La Testarossa Spider est exposée à l’Under the Skin à Londres.

2016 : La Testarossa Spider Valeo de Gianni Agnelli est vendue aux enchères chez Artcurial.

2015 : La Testarossa de « Miami Vice » est vendue aux enchères.

2015 : La Testarossa est disponible comme nouvelle voiture dans le jeu vidéo GTA (Grand Theft Auto).

2013 : La Ferrari Testarossa d’Alain Delon est vendue pour 171 500€.

2013 : La Testarossa fait son apparition dans le film Le Loup de Wall Street.

2012 : La Testarossa fait son apparition dans le clip « Protovision » de Kavinsky.

1998 : La Testarossa prend place dans son clip « La vie de rêve » du rappeur 3e Œil. 

1996 : Ferrari arrête la production de la Testarossa.  

1994 : Johnny Hallyday achète une Testarossa 512 TR Rosso Corsa. 

1994 : La Ferrari F512 M est une nouvelle version de la 512 Testarossa.

1992 : La Ferrari 512 TR est une nouvelle création et évolution du modèle Testarossa.

1988 : À la demande du sultan de Brunei, la Ferrari Testarossa F90 Speciale est créée.

1987 : Alain Delon achète une Ferrari Testarossa.

1987 : Dans la série « Deux flics à Miami », le détective Sonny Crockett joué par Don Johnson, conduit une Ferrari Testarossa blanche.

1986 : Ferrari Testarossa Spider Valeo, modèle unique de cabriolet, est conçue par Pininfarina pour le PDG du groupe Fiat/Ferrari, Giovanni Agnelli.

1984 : L’avant dernière voiture du Commendatore Enzo Ferrari, la Ferrari Testarossa, est créée.

La Ferrari 166, Un Bout d’Histoire

1949-ferrari-166-mm-touri-16.jpg

Si la quasi totalité des voitures Ferrari figurent aujourd’hui au panthéon des pièces de collection, la Ferrari 166 jouit d’une considération particulière. En 1948, Enzo Ferrari est à l’orée de sa légende lorsqu’il cherche à produire des voitures de grand tourisme pour financer ses ambitions de course. Le Commendatore approche alors l’un des grands noms de la carrosserie —  la Carrozzeria Touring, celle-là même qui, par le passé, contribua à l’élégance et aux performances des voitures Alfa Romeo. Pour lui, l’entreprise milanaise met au monde l’une des voitures les plus étranges de l’histoire ; une pièce devenue l’épitomé de la mécanique Ferrari. Il faut dire que la 166 procède d’un savoureux mélange de performance, de créativité et d’esthétique — une voiture à l’image d’une inventivité toute Italienne. 

 

Et pour Enzo Ferrari, la beauté d’une voiture ne peut que se coupler à sa performance. Ultime épreuve en compétition automobile, la course des Mille Miglia était à ses yeux celle dont il lui fallait décrocher la victoire afin d’asseoir sa réputation. C’est chose faite lorsqu’en 1948, la 166 est sur la ligne de départ de la Mille Miglia — au volant, Clemente Biondetti, assisté de Giuseppe Navone, offre la première place à leur écurie ! Dès lors, Ferrari établie sa légende en compétition. La 166 se complète alors de l’acronyme MM et, un an plus tard, c’est dans cette version qu’elle remporte les mythiques 24 Heures du Mans. Après une longue interruption de 10 années due à la guerre, la compétition signe son retour et attire évidemment l’attention de la planète entière. Avec le triomphe de Luigi Chinetti et Lord Seldsdon, le monde tombe sous le charme de l’engin ; son design style nouveau ne tardant d’ailleurs à être largement copié. Mais pour offrir cette victoire, Chinetti, lui, a dû conduire 23 heures durant — son copilote étant malade… Enzo Ferrari louant ainsi son engagement, le nomma importateur officiel aux États-Unis. 

 

La 166 MM entre dans la légende. Equipée à l’époque d’un V12 de 2 litres de cylindrée développant 110 chevaux, la voiture constitue dès ses débuts un objet de désir. Sa forte personnalité et ses exploits sur circuit lui valent d’être admirée par le public, adoubée par la critique. Entre 1948 et 1953, l’écurie Ferrari produit 38 exemplaires du bolide — peu étonnant de la voir aujourd’hui constituer le mythe fondateur de Ferrari. Un mythe estimé entre 8 et 10 millions de dollars.

 

La Ferrari 166, Quelques Dates Clés

 

2018 : La Ferrari 166 MM Spider vole la vedette au modèle rarissime du chanteur Johnny Hallyday.

2018 : Une Ferrari 166 MM Spider est vendue chez Sotheby’s. 

2017 : Une Ferrari 166P est exposée à Chantilly Art & Elegance.

2017 : La Ferrari 166 est exposée à l’Autoworld de Bruxelles.

2017 : La Ferrari 166 MM Barchetta est exposée au Design Museum de Londres.

2017 : Rétromobile fête les 70 ans de Ferrari. 

2017 : Une Ferrari unique, la Ferrari 166 Uovo,  est estimée à plus de 5 millions d’euros.

2017 : Ferrari expose la Ferrari 166 au salon d’Epoqu’Auto de Lyon.

2014 : Une ferrari 166 MM Barchetta est estimée à trois millions d’euros.

2012 : La plus vieille Ferrari encore complète est une 166 Corsa Spyder de 1947.

1955 : La Ferrari 166 MM Spider fait son apparition dans le film « Le Cercle Infernal ».

1953 : La Ferrari 166 MM Barchetta remporte le Rome Liège.

1950 : Les frères Marzotto créent de la Ferrari 166 Uovo.

1949 : La Ferrari 166MM est la première Ferrari à remporter les 24h du Mans.

1948 : La Ferrari 166 S remporte une victoire sur la Targa Florio.

1948 : La Ferrari 166 S, Sport course, est créée.

1948 : La Ferrari 166 Inter, GT coupé, est créée.

1948 : La Ferrari Inter Sport est créée.

1948 : La Ferrari 166 MM, Mille Miglia, est créée.

1948 : La Ferrari 166 est créée.

 

La Ferrari 275 GTB, Icône des Seventies

maxresdefault.jpg

Fin 1964. Enzo Ferrari est approché par l’écurie Milanaise d’Edoardo Spreafico désireuse de faire courir son ami Lorenzo Bandini aux 1000 kms de Monza — et c’est dans une Ferrari qu’ils entendent le faire concourir. Le Commendatore pense alors à élaborer une 275 GTB spécialement pour cette compétition… Si la nouvelle Ferrari reprend les lignes de la sublime 250 GTO, elle préfère en développer les caractéristiques techniques ! Conception allégée et technologie de pointe, la 250 GTO offre une véritable voiture de course, à la puissance spécifique, à la carrosserie iconique. Au coeur du bolide, six carburateurs weber DCN3 au lieu des trois homologués — de quoi équiper la voiture de 15 chevaux supplémentaires ! 

Deux ans seulement après son apparition, la 275 GTB bénéficie d’une évolution moteur historique ; c’est le mythique V12 dit ‘Colombo’ qui vient coiffer la bête de course. Approchant désormais les 300 chevaux, la 275 GTB exprime sa puissance dans un châssis quelque peu modifié — un travail remarquable évidemment exécuté par le maître Pininfarina. L’avant plongeant et les phares carénés, c’est autour de flancs exagérément soulignés qu’agit le charme de la 275 GTB. Un style résolument sportif qui accompagne des performances étonnantes — la série de voitures de Grand Tourisme lie sans difficulté performance et luxe bien pensé. 

Produite à 970 exemplaires, la Ferrari 275 GTB change aussi et surtout la donne technique de l’époque. La première utilisation d’une boîte de vitesses combinée à un différentiel dans une boîte-pont et l’intégration d’une suspension arrière indépendante… La 275 GTB révolutionne la conduite autour d’une vitesse de pointe supérieure à 250 km/h et un équilibre particulièrement net ! Elégante et racée, devenue l’icône des années 70, la voiture distille une foule de détails inspirés. Et c’est dans l’habitacle pareil à celui d’une voiture rallye que l’on perçoit le raffinement d’un Pininfarina au service du luxe Ferrari. Un cocon de cuir havane, une moquette épaisse et un bois précieux… La suprématie Ferrari est dès lors annoncée. 

 

La Ferrari 275, Quelques Dates Clés

2017 : Le premier prototype de Ferrari 275 GTB 4 est à vendre.

2017 : Dans son clip « Cloud 9 », Jamiroquai conduit une Ferrari 275 GTB.

2017 : La Ferrari 275 GTB est estimée entre 12 et 16 millions de dollars chez Forbes.

2016 : La Ferrari SP 275 rw competizione est une pièce unique pour Noël.

2014 : La Ferrari de Steve McQueen est vendue aux enchères.

2014 : Ferrari fête les 50 ans de la 275 GTB.

1976 : Claude Lelouch tourne son court-métrage : « C’était un rendez-vous » où la 275 fait son apparition.

1968 : La Ferrari 275 n’est plus produite.

1967 :  L’acteur Steve McQueen acquière une Ferrari 275 GTB 4.

1967 : North American Racing Team passe commande d’une version décapotable de la GTB4, la 275 GTB4 NART. 

1966 : Peter Seller acquière une Ferrari 275 GTB 4. 

1966 : Ferrari présente la 275 GTB 4.

1965 : Willy Mairesse termine troisième aux 24 Heures du Mans avec sa 275 GTB. 

1965 : La 275 GTC Competizione est créée.

1964 : La Ferrari 275 P remporte les 24 Heures du Mans.

1964 : La Ferrari 275 est présentée au salon automobile de Paris.

1964 : Une version spider est présentée : la 275 GTS.

1964 La Ferrari 275 est créée.

 

La Belle de Roger Vivier, un Soulier Emblématique

capture_decran_2018-08-11_a_16.16.58.jpg

C’est en 1937 que Roger Vivier fonde, à Paris, sa maison de chaussures. Et très vite, le style Vivier fait école — virtuose de la forme et de la matière, l’artiste parvient à élever le soulier au rang d’oeuvre d’art. Plastique, bois, dentelle de Bruges, corde tressée, satin, ou drapé… Roger Vivier conçoit, coupe et crée des souliers follement exquis. Les femmes ne s’y trompent guère – les artistes aussi : féru de music-hall, il signe ses premières pièces sur mesure pour Joséphine Baker.  Ornées de paillettes et de pampilles. La signature Vivier se reconnaît entre milles. Son savoir-faire aussi. Pour sa cérémonie de couronnement, Elizabeth II s’adresse à Roger Vivier. Pour la Reine d’Angleterre, il signe des souliers en chevreau or brodés de grenats assortis à la couronne. 

Mais le Youthquake des années 1960 entraîne avec lui un changement radical dans les silhouettes — moderne et épuré, le style Vivier s’adapte ou, plutôt, capture l’époque. Déjà associé à la maison de Christian Dior, Roger Vivier est appelé par Yves Saint Laurent afin d’imaginer les souliers qui ponctueront sa nouvelle ligne : la silhouette Mondrian. En 1965, le voilà qui signe les escarpins vernis noir à boucle métal de la collection — la Belle Vivier, une chaussure habillée, éperdument en phase avec la jeunesse. Bout rond et talon bas, la pièce est photographiée sur Jackie Kennedy dans l’édition de décembre 1966 du Women’s Wear Daily. Un an plus tard, c’est sur Catherine Deneuve que les souliers Roger Vivier entrent définitivement dans l’imaginaire populaire ! 

En 1967, Catherine Deneuve immortalise la Belle Vivier dans le film Belle de Jour du réalisateur Luis Buñuel. Un petit bijou aussi pratique qu’élégant, le soulier Vivier est si reconnaissable qu’il devient la signature maison. Et aujourd’hui encore, l’impact d’un tel design demeure intact. Acquise par Diego Della Valle, la maison Roger Vivier peut désormais poursuivre l’oeuvre du Fragonard de la chaussure. Bruno Frisoni, directeur artistique jusqu’en 2018, transcrit le style de la Belle Vivier au présent. « Lorsque je les ai redessinés, je n’avais jamais eu les originaux entre les mains. La boucle actuelle est plus rectangulaire que carrée et a des angles arrondis. Le talon est plus plat. C’est la même image, mais pas la même silhouette. » L’icône absolue de la maison fait brûler de désir les belles du jour.

 

La Belle de Roger Vivier, Quelques Dates Clés

2018 : Collection « Mystery Kiss » Automne/Hiver 2018/2019, dernière collection du directeur artistique Bruno Frisoni

2018 : Collection Printemps/Eté 2018 sortie de la collection VERTIGO inspirée du classique de Roger Vivier avec Ana Girardot comme nouvelle égérie 

2017 : Automne-Hiver 2017/1018 installation de Jean-Paul Goude pour la nouvelle collection

2017 : Brigitte Macron porte une paire de Belle Vivier Trompette lors de la réception à l’Elysée du Premier ministre libanais Saad Harir 

2016 : Automne-Hiver 2016/1017 sortie de la nouvelle collection Belle de Nuit avec Louise Follain comme égérie

2016 : Nouvelle réinterprétation de la boucle Belle Vivier dans la collection Flower Strass

2015  : Lancement d’une édition spéciale limitée de la Belle Vivier, 8 paires disponibles exclusivement dans la boutique de Genève

2015 : Jeanne Damas visage de la campagne Automne/Hiver 2015-2016

2014 : « Le Bazar » Collection Automne/Hiver 2014/2015 avec la nouvelle Belle de Nuit et autres interprétations de la fameuse boucleivier

2013 : Kerry Washington porte une paire de Belle de Nuit au MTV Movie Awards

2012 : Belle Vivier déclinée en couleurs pop dans collection Gommette Printemps-Été 2012

2012 Mars : la maison Roger Vivier propose ses célèbres ballerines « Gommette » en modèle enfant. Une micro capsule baptisée « Roger Vivier – Jeune Fille » qui se décline en cinq coloris (bleu, noir, blanc, rouge et rose) du 27 au 34, ornés d’une boucle amovible. Une partie des ventes est reversée à une association différente selon les pays. En France il s’agit de Mécénat Chirurgie Cardiaque

2011 : Les chiquettes de Roger Vivier à l’affiche des « Bien-Aimés » de Christophe Honoré

2011 : Victoria de Suède réitère au Polar Music Prize

2011 : Inès de la Fressange porte une paire de Belle Vivier au festival de Cannes

2011 : Anne Hathaway porte une paire de ballerine « Gomma » à Santa Monica

2010 : Katie Holmes porte les chaussures Belle Vivier lors de la première du film Extra Man

2010 : Freida Pinto porte une paire de Belle de Nuit au Hamptons International Film Festival

2010 : Catherine Deneuve porte des escarpins Belle de Nuit dans le film « Potiche » de François Ozon

2010 : Victoria de Suède se marie avec une paire de Belle de Nuit 

2009 : Jessica Alba porte une paire de Roger Vivier lors de l’avant-première de « My Bloody Valentine 3D » à Los Angeles

2008 : Catherine Deneuve porte une paire de Belle Vivier aux funérailles d’Yves Saint Laurent

2003 : Inès de la Fressange devient ambassadrice Roger Vivier

2003 : Arrivée de Bruno Frisoni comme directeur artistique de la maison Roger Vivier, il redessine la fameuse boucle, la rend plus actuelle, plus rectangulaire que carré avec des angles arrondis 

1968 : Grace Kelly porte une paire de Belle Vivier lors de sa visite à Fred Astaire sur le tournage de « La Vallée du bonheur » de Francis Ford Coppola

1967 : Jackie Kennedy porte une paire de Belle Vivier

1967 : Modèle immortalisé par Catherine Deneuve dans « Belle de Jour » de Luis Buñuel

1966 : Sophia Loren porte une paire du classique Roger Vivier

1965 : Roger Vivier signe les escarpins vernis à boucle métal de la collection Mondrian d’Yves Saint Laurent (les Chiquettes)

Elizabeth Taylor et Bulgari, une Affaire de Parures Légendaires

bulgari_serpenti.jpg

Elizabeth Taylor était une actrice à part — de celles à l’aura de divas capables de transmuer toutes pièces en légende. La belle aux yeux couleur d’améthyste avait par exemple la particularité d’agrémenter ses tenues de scènes au gré d’atours personnels. D’ailleurs, dès 1962, sur le tournage de Cléopâtre, l’oeuvre de sa vie, l’actrice s’éprend d’une montre-bracelet vénéneuse… Une pièce sulfureuse signée de la maison Bulgari. Coulée dans un or pur, la montre s’enroule autour du poignet, laissant ainsi la tête et la queue du serpent pavées de diamants ; les yeux en émeraudes ! Photographié au poignet d’une Elizabeth Taylor dans son rôle de Cléopâtre, le bijou Bulgari est immédiatement érigé au rang d’icônes. C’est que, sur le tournage de Cléopâtre, Elizabeth Taylor bientôt scandalisera le monde au bras d’un certain Richard Burton. 

 

Lorsqu’ils se rencontrent sur le tournage du film, à Rome, Burton et Taylor sont tout les deux mariés. Mais qu’importe puisque l’amour vient de frapper ! Les paparazzis les harcèlent ; leur romance s’affiche en Une des tabloïds — le scandale est tel que le Pape lui même se dit choqué. Forcé dans un premier temps de vivre cet amour loin des caméras, c’est en Bulgari que se vit la relation. « Richard était tellement romantique qu’il trouvait toujours une excuse pour m’offrir un bijou » écrit plus tard la dernière icône d’Hollywood. Richard Burton, lui, se rappelle: « J’ai fait connaître la bière à Liz et elle m’a fait connaître Bvlgari. » Témoins muets de cet amour hors norme, les bijoux Bulgari deviennent éminemment associés au personnage d’Elizabeth Taylor. 

 

Richard Burton s’en amusait… « Le seul mot que connaît Elizabeth en italien est Bulgari. » Cet amour du sublime, cette passion pour la magnificence Bulgari ont ainsi conduit Elizabeth Taylor à constituer une collection spectaculaire. En 2013, Bulgari a donc regroupé les pièces portées ou collectionnées par l’actrice pour les présenter au public à travers une exposition toute aussi spectaculaire ! A Pékin, Shanghai, Londres, le monde est littéralement tombé en pâmoison. C’est que, devant tant de grandeur, la beauté vénéneuse du Serpent Bulgari ne peut qu’envoûter toute personne s’y approchant d’un peu trop près.

 

Elizabeth Taylor et Bulgari, Quelques Dates Clés

2016 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor à Londres. 

2016 : Dans la Galerie Nationale de Victoria à Melbourne, Bulgari réalise une nouvelle exposition sur les bijoux Bulgari des grandes personnalités, dont la parrure en émeraudes et diamants d’Elizabeth Taylor portée dans le film Cléopatre. 

2015 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor du 29 mai au 9 juin à Shanghai. 

2015 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor du 29 avril au 12 mai à Pékin.

2013 : Bulgari organise un événement durant lequel la maison présente les bijoux portés par Elizabeth Taylor.

2011 : La parure de Elizabeth Taylor est fait désormais parties des listes de la maison des enchères Christies. 

2002 : Le livre « My Love Affair with Jewerly » reprenant les mots de Elizabeth Taylor est publié : elle évoque sa fascination pour les bijoux Bulgari.

1972 : Burton offre à Elizabeth Taylor pour ses 40 ans un collier saphir Bulgari.

1966 :  Elizabeth Taylor porte la parure Bulgari en diamants et émeraudes lors des Academy Award.

1963 : Elizabeth Taylor posséde désormais le bracelet en émeraudes et diamants.

1962 : Elizabeth Taylor porte un collier Bulgari en émeraudes et diamants offert par Richard Burton durant le tournage de « Cléopâtre ».

Le Mythe Serpenti de Bulgari

serpenti_tubogas_1.jpg

L’esthétique exquise des atours Bulgari se façonne à l’époque du fondateur. Fin du XIXe siècle, Sotorio Bulgari quitte la Grèce et sa famille d’orfèvres pour l’Italie. Sans le savoir, le joaillier est sur le point de donner au luxe italien une toute nouvelle identité. En conjuguant ici les influences perse, grecque et latine, Sotorio Bulgari s’assure d’un art relevant d’un raffinement universel. Une liberté de joaillier mêlée à une rigueur d’orfèvre : la vision Bulgari s’incarne dans le premier fétiche de la maison, le serpent. Déjà en 1932, le serpent est le personnage clé de la collection ‘Tubogas’ ; dénomination du bracelet caractéristique où de fines lames d’or s’enroulent autour d’un support plat.

 

« Pour réussir, vous devez associer le monde passé, présent et futur. Tel est le défi qui nous attend, et les perspectives sont nombreuses. » L’affirmation de Nicola Bulgari, arrière-petit-fils de Sotorio, capture l’esprit pionnier de la maison. Le Serpenti, lui, toute l’essence de son succès. Le mythe Serpenti relève ainsi de la rencontre entre un style inspiré de modèles antiques et la découverte joaillière datant de la seconde moitié du XIXe siècle… Cet ingénieux système, articulé par des charnières d’or, accorde à l’objet, par un ressort caché, une souplesse reptilienne. Et le Serpenti Bulgari distille plus d’une symbolique. Le bijou s’enroule ainsi jusqu’à sept fois autour du poignet — figure des 7 péchés capitaux. Mais l’ornement antique devient entre les doigts de ces maîtres joailliers un mécanisme horloger. 

 

Ici, la gueule du serpent s’ouvre pour permettre d’y loger un cadran horloger. Mieux, en référence à l’esthétique industrielle en vogue à l’époque, Bulgari conjugue la Haute Joaillerie aux procédés nouveaux ; prenant soin de nicher son objet dans une magnificence toute absolue. Mélange singulier de symbolisme, d’esthétique et de technologie donc, la beauté vénéneuse du totem Bulgari s’ancre à son tour dans l’éternité. Dans sa version la plus fascinante, le bracelet reptilien se met en scène dans des écailles d’émail coloré. Long de trente-quatre centimètres, fin de moins de deux centimètres, le corps du serpent s’achève sur une tête piquée de diamants ; une tête hypnotisant avec ses yeux rouges rubis. Une pièce du répertoire Bulgari qui, en 1962, fut catapultée au rang de mythe ; immortalisée au poignet d’Elizabeth Taylor dans le film Cléopâtre. 

 

Le Mythe Serpenti de Bulgari, Quelques Dates Clés

Symbole de sagesse, les collections Serpenti continuent de faire la renommée de la maison italienne.

Mai 2018 : Le modèle Lily Aldrige érige la campagne publicitaire pour la nouvelle collection Serpenti Irresistible temptations

2018 : 4 nouvelles variations de la Serpenti Twist Watch viennent animer la collection Automne-Hiver.  

Printemps-Eté 2018: La maison réalise une nouvelle gamme de lunettes Serpenteyes

Août 2017 : La marque poste une vidéo sur sa chaîne YouTube à l’occasion de l’Exhibition SerpentiForm à Singapour.

2016 : Une nouvelle collection, Serpenti Incantati, se veut être plus abordable.

2015 : A Baselworld, un nouveau design “Head Over Tail” propose des bracelets formés d’une façon à ce que la tête se repose sur la queue du serpent. 

2014 : Un rare bracelet Serpenti de 1965 s’est vendu aux enchères à un prix record de 1.107.038 $. 

2014 : Pour ses 130 ans, le joaillier dévoile un collier Serpenti Ultimate temptation.

2013 : L’édition du livre « Bulgari Serpenti Collection” marque le symbole de la collection Serpenti avec des photos sur les collections Serpenti par Marion Fasel et publié par Assouline. 

10 au 29 février 2013 : A l’occasion du nouvel an chinois placé sous le signe du serpent, Bulgari expose ses collections Serpenti dans son flagship de la 5ème Avenue à New York.

2012 : L’exposition à la Biennale des Antiquaires à Paris présente un collier Serpenti de 1100 carats, un bracelet en or avec plus de 200 rubis et un long collier recouvert de diamants. 

2011 : Un nouveau bracelet Serpenti à sept tours de poignet est créé.

2010 : Une campagne photos Eccentric Charisma met en scène l’actrice Julianne Moore portant des bijoux Serpenti.

2009 : A l’occasion de ses 125 ans, la maison organise des expositions, comme celle du Grand Palais à Paris dans laquelle elle expose ses bijoux Serpenti.

Début des années 1980 : La maison multiplie l’utilisation du motif Serpenti qui s’étend désormais dans la maroquinerie et dans toutes les gammes d’accessoires. 

1975 : Diana Vreeland, rédactrice en chef du Vogue américain commande un long collier Serpenti en émail rose et blanc qui se porte également en ceinture.

1970 : Un nouveau bracelet Serpenti en or et émail blanc et rose et aux yeux en saphir est disponible en édition limitée. 

Vers 1970 : La marque effectue une campagne publicitaire pour les montres et les bracelets Serpenti.

1968 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune sertie de jade, rubis et diamants sort. 

1967 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune et platine sertie d’émeraudes et de diamants sort.

1967 : Une nouvelle montre-bracelet Serpenti en or jaune et platine sertie d’émeraudes et de diamants fait son apparition.

1966 : Les trois fils de Giorgio Bulgari étendent la collection Serpenti en y ajoutant des ceintures.

1965 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune sertie d’émaux polychromes et de 2 émeraudes taille poire sort. 

1962 : L’actrice Elizabeth Taylor porte le bracelet-montre Serpenti en or, diamants et émeraudes sur le plateau du film Cléopâtre de Joseph L. Mankiewicz.

1932 : Apparition de la première collection de bijoux à l’allure serpentine, baptisée « Tubogas » en référence à l’esthétique industrielle de l’époque.

La Montre Octo de Bulgari, une Précision Absolue

octo_bvlgari.jpeg

On retrouve les premières traces de la montre Octo dans les archives de la maison Bulgari datées de 1975 — les héritiers réfléchissaient alors à une montre d’homme puissante mais élégante. Et c’est bien plus tard, en 2004, que Bulgari arrête sa décision sur une montre un brin spéciale. Entrant ainsi en collaboration avec le designer horloger Gérald Genta, l’illustre joaillier italien pense une première version de la montre Octo. Forme octogonale et lunette ronde, la pièce distille une association inédite oscillant entre principe esthétique de la Rome antique et puissance contemporaine. «  L’objectif était d’amener dans ce produit des éléments tirés de Rome, de son histoire et de son architecture, mais dans une approche horlogère résolument contemporaine. L’Octo a ainsi trouvé son inspiration dans les arches de la Maxence, située au coeur du Forum romain, un édifice considéré comme une merveille d’ingénierie de l’époque » Fabrizio Buonamassa Stigliani, Directeur Centre de design horloger de la maison. 

 

« Chez Bulgari nous aimons jouer avec la géométrie, avec des formes pures. » Fabrizio Buonamassa Stigliani. La Basilique de Maxence à Rome, datant de 310 après JC, inspire donc au garde-temps des lignes octogonales… Mieux, son boîtier à huit pans et plusieurs niveaux capture en fait toute la géométrie et le génie italien d’un Leonard De Vinci. L’artiste, fasciné par l’harmonie et l’architecture des formes, semble ici prêter à Bulgari toute son avancée. Dans la montre Octo se niche aussi une géométrie parfaite —  la géométrie d’un cercle dans un carré ! 2012, la maison est fin prête à commercialiser sa toute première montre Octo… 

 

Disponible en acier ou en or rose, l’Octo devient l’appendice éminemment raffiné de l’homme Bulgari. Un homme à la personnalité forte qui partage un goût appuyé pour la perfection. Les codes du design italien ainsi associés au savoir-faire horloger Suisse — l’emblématique Octo ne cesse de repousser les limites du genre. Au milieu de ce jeu de lignes exactes, une laque noire aspire littéralement le regard. Le design très marqué de la montre Octo ne retire pourtant rien à sa souplesse —  41 mm de côté et 13 mm d’épaisseur pour les Velocissimo, la montre devient l’extra-plate la plus fine du marché dans sa version Octo Finissimo. Une apparence profonde et une intensité inédite achèvent ainsi d’en faire le garde-temps des hommes d’une nouvelle époque ! 

 

La Montre Octo de Bulgari, Quelques Dates Clés

2018 : Bulgari lance le pendant féminin de la Montre Octo, la Lucea.

2018 : La chaîne Youtube de la maison publie une vidéo publicitaire pour la nouvelle Octo Finissimo

2017 : La chaîne Youtube de la maison publie une vidéo publicitaire sur la trilogie Octo Finissimo.

2017 : Bulgari lance la montre Bulgari Octo Roma, différente des autres de par son bracelet en cuir.

2016 : La Maison introduit la ligne Ultranero au sein de la collection dont l’Octo Ultranero Finissimo Skeleton.

2016 : La Maison établit un nouveau record du monde avec son Octo Finissimo Répétition Minutes dont le mouvement affiche une épaisseur de seulement 3,12 mm. 

2015 : Adrien Brody porte la montre Octo Finissimo lors de la soirée Bulgari et Save the Children Stop.Think.Give à Beverly Hills le 17 février.

2014 : Pour les 100 ans de Maserati et les 130 ans de la maison, Bulgari s’associe à la marque de voiture et réalise la Bulgari Octo Maserati.

2014 : Bulgari créé une version chronographe de la collection, soit une Octo Velocissimo dotée du calibre BVL 328 basé sur un El Primero de Zenith.

2014 : La Maison présente une Octo Finissimo Tourbillon.

2014 : À peine deux ans après le lancement de la nouvelle Octo, la Maison introduit un modèle extra-plat, l’Octo Finissimo. 

2013 : Lors des Baseworld, Bulgari dévoile sur son stand une troisième version de l’Octo, cette fois en acier montée sur un bracelet acier.

2012 : La maison effectue une collaboration avec le groupe Maserati et réalise la première montre Octo Maserati.

2012 : La maison lance sa première montre Octo, disponible en acier ou en or rose.

2010 : On découvre pour la première fois le logo de Bulgari sur le cadran de l’Octo.

2004 : Bulgari entre en collaboration avec la manufacture Gérald Genta et les deux entreprises réalisent ensemble une première version de la montre Octo

1975 : Les créateurs Bulgari réalisent les premières esquisses de la montre Octo.

 

L’Abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers, L’Âme du Dom Pérignon

cloitre-de-labbaye-st-pierre-dhautvillers.jpg

Un lieu exceptionnel – l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers a vu passer les humbles et les puissants, les rois et les religieux. Au commencement était un songe, celui de saint Nivard, cinquième évêque de Reims, neveu du roi Dagobert. Un jour du premier siècle de notre ère, l’homme regagnait Reims en passant par Épernay – fatigué par sa route, il fit une halte sur les terres d’Hautvillers, où il s’assoupit contre un arbre. Il rêve – dans son sommeil, il voit une colombe dessiner des cercles autour d’un hêtre. Lorsqu’il ouvre les yeux, c’est avec surprise et effroi qu’il voit que l’oiseau est toujours là, volant autour de l’arbre contre lequel il s’était endormi ! L’évêque ne s’y trompe pas : c’est une inspiration divine l’invitant à bâtir une nouvelle abbaye. Il fonde alors l’abbaye d’Hautvillers et la place sous la règle de saint Benoît. Nous sommes vers 650. L’abbaye prospère en dépit des vicissitudes de l’histoire : détruite par les Normands en 882, restaurée puis brûlée par les Anglais en 1449, rebâtie puis rasée par les Huguenots en 1564. « (…) Grâce aux dons de Catherine de Médicis. Elle connaîtra une nouvelle apogée à la fin du 17ème siècle avant d’être démantelée en 1793 ».

Longtemps plus tard, lorsque Pierre Pérignon prit ses fonctions de procureur à l’abbaye en 1668, le moine se fixe pour mission de créer le « vin le meilleur du monde ». Il veut moderniser l’abbaye, agrandir le domaine viticole pour assurer à la communauté́ des revenus suffisants, et en développer le rayonnement. Sur sa pierre tombale l’on peut ainsi lire : « Ci-gît Dom Pérignon, pendant quarante-sept ans cellérier dans ce monastère, son administration des affaires familières lui mérita les plus grands éloges, recommandable par ses vertus et plein d’amour paternel pour les pauvres. » Un esprit visionnaire et une audace extraordinaire l’amènent à tout réinventer, de la plantation des vignes, à leur mélange en passant par le procédé d’élaboration du vin. On raconte même qu’il est à l’origine de la découverte du champagne ! Grâce à lui, Saint-Pierre d’Hautvillers devient le plus grand domaine viticole de la Champagne.

Dom Pierre Pérignon sait en effet que le terroir d’Hautvillers peut se transcender et susciter une expérience inspirée et inspirante : il comprend que le règne de Louis XIV se distingue par l’excellence et l’inventivité́. Le Roi-Soleil réunit à sa Cour les artisans les plus remarquables et les artistes les plus célèbres – et il en fera indéniablement parti. Nombreux sont les hommes de pouvoir et d’Église comme Léon X, François 1er ou Charles Quint ayant apprécié les « vins tranquilles de la rivière de la Marne. » Il faut dire que le vin de Dom Pérignon a la particularité d’être une cuvée millésimée, qui n’est élaborée que lors des années exceptionnelles. Et cette tradition perdure encore aujourd’hui. Dès l’arrivée à Saint-Pierre d’Hautvillers, la présence singulière du monastère intrigue et fascine… Ici, une chose incroyable est née, une chose qui a changé́ à tout jamais l’histoire de l’art de vivre – c’est bel et bien le caractère sacré de l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers qui veille depuis des millénaires sur le champagne Dom Pérignon.

Le Rouge à Lèvres, Invention De La Maison Guerlain

rouge-a-levre-guerlain.jpg

Les premières traces de rouge apparaissent dans l’Égypte des pharaons. Pour faire remarquer ses lèvres, Cléopâtre use du henné et du carmin écrasés. Dès le IXe siècle, les geishas, au Japon, redessinent leurs lèvres en rouge vif avec des pigments naturels issus d’une plante (beni-bana). Au XVIe siècle, la bouche se teinte d’un mélange à base de poudre d’insecte comme la cochenille. Durant tous ces siècles, le fard à lèvres liquide ou crémeux, se distribue en fiole ou pot et s’applique au doigt ou au pinceau.

La maison Guerlain, née en 1828, fondée par Pierre François Pascal Guerlain, ouvre sa première boutique rue de Rivoli. Le parfumeur créait alors des parfums uniques pour les plus grands. C’est à la même période qu’il rapporte d’Angleterre le « Liquid Bloom of Rose » un rouge à lèvres liquide. En 1840, la réputation de Guerlain est déjà faite. Le parfumeur déménage rue de la Paix. La maison propose désormais une gamme complète de senteurs et fournit pratiquement toutes les cours d’Europe. En 1870, c’est la révolution ! Guerlain signe le premier rouge à lèvres, l’invention originelle du bâton à lèvres dans son tube. L’idée est venue à Pierre François Pascal d’un cousin qui fabriquait des bougies. L’objet gracieux est élaboré à partir de cire rose à bougie parfumée. Présenté dans un étui avec poussette, rechargeable, »ne m’oubliez pas » fait de lui le premier rouge à lèvres moderne de l’histoire.

Consciente de son succès et certaine du futur triomphal de la nouveauté, l’entreprise propose en 1920 un nouveau modèle le « Rouge d’Enfer », qui s’ouvre et se ferme en tirant sur un pompon. Précurseur permanent, innovateur l’établissement conçoit en 1936, le « Rouge Automatique » véritable bouleversement , qui prend forme sous l’aspect d’un stick sans capot. Aujourd’hui, la maison met en évidence son patrimoine innovant, sa mission d’allier héritage et modernité en renouvelant le  »  Rouge Automatique » d’une gamme considérable de nuances contemporaines.