L’Enchère de l’Année : le Birkin Himalaya Niloticus Crocodile Diamond

birkin_bag.jpg

S’il nous apparaît aujourd’hui comme le classique des classiques, ce n’est qu’en 1984 que la manufacture Hermès imagine le sac Birkin. Tout commence dans un avion reliant Londres à Paris. A bord, Jane Birkin raconte : « Mon agenda Hermès était si chargé que tout est tombé. Il m’a dit que je ferais mieux de mettre mes effets personnels dans des poches fermées. Je lui ai répondu : ‘Si Hermès mettait des poches…’ il a répliqué ‘Je suis Monsieur Hermès et je vais mettre des poches pour vous’ » – c’est ainsi que s’amorce l’une des plus belles collaborations de l’histoire de la mode. Et c’est bel et bien Jane qui en dessine les lignes. Un mois plus tard, Jean-Louis Dumas lui fait envoyer la pièce en lui demandant s’il pouvait la baptiser de son nom.

Ainsi, lorsqu’en 2015, le scandale des peaux exotiques utilisées dans l’industrie rebat une nouvelle fois les cartes de l’opinion, Jane Birkin exige que son nom ne soit plus lié au sac. En dénonçant ainsi des « pratiques d’abattage cruelles » pour les animaux, Birkin convainc en réalité Hermès de prendre des dispositions satisfaisantes pour changer la donne – ni une, ni deux, les deux parties se réconcilient. Il apparaît évident à présent que le sac Birkin qui s’est envolé aux enchères Christie’s de Hong-Kong le 31 mai dernier est bien plus qu’une pièce d’exception.

Et pour cause, ce modèle ne fut que très peu produit – il s’en crée chaque année un ou deux exemplaires, seulement. Et aujourd’hui, Hermès parle même d’en stopper définitivement la production, « ce qui peut expliquer en partie l’augmentation de sa cote cette saison » a déclaré Matthew Rubinger, chef du département sacs et accessoires à l’international chez Christie’s. Le sac Himalaya Niloticus Crocodile Diamond Birkin 30 est ainsi réalisé en peau de crocodile ; incrusté de diamants, ses finitions sont aussi faites d’or… L’un des sacs de luxe les plus convoités au monde, selon Christie’s, fut ainsi adjugé à 338 000 euros auprès d’un enchérisseur anonyme.

 

Le Sac Kelly d’Hermès

k.jpg

1956, lors d’une sortie publique, à peine le pied posé hors de sa voiture, la princesse Grace de Monaco doit protéger sa grossesse débutante des flash avides des paparazzis – et c’est grâce à un sac Hermès qu’elle parvient à le faire. Très vite, la photo voyage aux quatre coins du monde et, ce qui n’était qu’une petite histoire devient le mythe d’une des pièces mode les plus convoitées au monde. Vingt and plus tard, le « petit sac à courroies » prend alors le nom de la princesse, scellant à jamais un destin commun. Aujourd’hui encore on retrouve dans la description de la pièce faite par la maison Hermès un clin d’oeil à l’évènement: «  Vous attendez un heureux événement et vous ne souhaitez pas encore en ébruiter la nouvelle ? Ce sac est conçu pour dissimuler votre embonpoint avec une élégance toute princière. »

La ligne intemporelle et le style épuré du Kelly ont ainsi traversé des générations sans ne rien perdre de leur évidence. Au fur et mesure des années, le sac s’est diversifié, et aujourd’hui, il se présente en cinq tailles différentes – du mini Kelly au “40 centimètres“. Les façons de le porter sont multiples : flottant nonchalamment au bout de sa bandoulière, ou porté à la main, il permet ainsi de protéger sa hanse de la chaleur des paumes grâce à ses iconiques twilly, des bandes de soie… Dernière déclinaison, le Kelly en pochette permet de dégager le mouvement pour mieux accompagner lors d’un cocktail. Avec sa forme baguette et ses deux sanglons rappelant le dessin d’origine, le Kelly Cut ancre un peu plus le modèle comme un complice idéal, comme le partenaire d’une vie. Mieux, les combinaisons en terme de matières et de coloris sont infinies. Le sac iconique taquine ainsi l’imaginaire créatif des ateliers Hermès et suscite des demandes extravagantes de la part des clientes… Paré de plumes, de peaux exotiques, de pierres précieuses ou de cuir Hermès Barénia, les rêves n’ont pour limite que l’imagination tant le savoir-faire exceptionnel des ateliers Hermès permet de réaliser n’importe quelle commande !

Et, parce que la sélection des matières dans les ateliers de peausserie est exigeante, près de deux ans sont nécessaires pour obtenir une pièce Kelly Hermès. L’assemblage, lui, s’étend sur quinze heures – quinze heures durant lesquelles chacune des pièces est cousue au point sellier sur l’envers, griffe emblématique de la maison, puis retournée afin de rendre les coutures invisibles. De la découpe à la finition du sac, la pièce fait finalement l’objet de l’attention d’un seul et unique artisan qui appose d’ailleurs ses initiales au coté du zip H de la poche intérieure… Comme la signature d’un artiste reconnaissant son œuvre. Le Kelly est et restera un mythe de la maison Hermès ; un mythe qui perdure tant les stars aujourd’hui encore ont su développé de nouvelles esthétiques autour d’une pièce phare… Des sœurs Olsen à Pharell Williams en passant par Victoria Beckam, preuve s’il en est de son caractère multiple et iconique.

 

Le sac Kelly de Hermès en Quelques Dates

2018 : Dans la nouvelle collection, Hermès étend pleinement le concept de sac Kelly multicolore.

12 décembre 2017 : La maison Christie’s met aux enchères le sac Kelly 20 Himalaya Crocodile Niloticus estimé entre 60 000 et 80 000€, et devient ainsi le sac le plus cher d’Europe.

16 novembre 2017 : Publication de l’article d’Alexandre Marain, disant que le 12 décembre prendrait place la vente aux enchères de sacs Chanel et Hermès dont le Kelly croco, estimé entre 60000€ et 80000€.

2016 : Le sac Kelly est vendu (en général) entre 10 000 et 12 000€.

2015 : Hermès propose l’édition limitée Grizzly.

1er juin 2015 : Le Kelly le plus cher du monde a été vendu pour 132 000€.

12 novembre 2015 : Publication du livre Guide et codes des sacs Hermès, écrit pas Geneviève Fontan.

2014 : Hermès lance le Kelly imprimé, qui présente un portrait de Grace Kelly datant de 1954.

22 juillet 2014 : Un sac Kelly en crocodile et or blanc orné de diamants a été vendu aux enchères pour 76.200 €, ainsi que le sac Kelly sérigraphié de Grace Kelly pour 73.700 €.

2013 : Les couleurs sont les protagonistes, de l’édition limitée Arlequin.

21 mai 2013 : Lors de la vente Hermès Vintage, un Kelly en crocodile Porosus vert émeraude, estimé entre 6 000 et 8 000€ a trouvé acquéreur à 13 000€. 

11 juillet 2012 : L’actrice américaine Kelly Rutherford porte un sac Kelly Hermès sur le tapis rouge de « Farewell, my Queen » à New York.

2011 : C’est le tour de l’édition limitée Mykonos.

12 mai 2011 : Un sac Kelly en cuir de crocodile rouge datant de 1996 a été vendu aux enchères 54 000€ alors qu’il était estimé entre 12 000€ et 14 000€.

2011 : Le sac « Kelly picnic » est commercialisé.

2010s : Alors qu’avant le sac Kelly était le sac de la Princesse, maintenant les célébrités le choisissent comment objet culte. C’est la saison des fans du sac Birkin contre les fans du sac Kelly.

2010 : Le sac “Kelly Relax” est commercialisé.

2010 : Hermès lance une version pochette du sac Kelly.

20 mars 2010 : Publication d’un article à propos du style de Kelly Rutherfod, portant un sac Kelly beige.

2010 : Le sac Kelly est protagoniste au musée Victoria and Albert de Londres pendant une grande exposition dédiée à la Princesse Grace de Monaco.

2009 : Il est temps de l’édition limitée du sac Kelly en peau Doblis.

2008 – 2009 :  Lily Van Der Woodsen porte souvent un sac Kelly noir dans la saison 2 de Gossip Girl.

2008 : Le sac Kelly est orné d’une bandoulière et d’un foulard sur la poignée.

2008 : Le sac “Kelly Longue” est commercialisé.

2008 : Le sac “So Kelly” est commercialisé.

2008 : Le sac “Kelly Cut” est commercialisé.

2007 : Jean Paul Gaultier crée le sac “Kelly Flat« .

2007 : Le sac “Kelly Jypsiere” est commercialisé.

2006 : Le sac “Kelly Lakis” est commercialisé.

2005 : Hermès joue avec ironie à travers l’édition limitée Teddy bear.

2005 : Pour la première fois la Kelly est vraiment multicolore avec l’édition limitée Multicolore.

2004 – 2014 : Le prix moyen du Kelly a augmenté de 250% aux enchères.

2004 & 2006 : Jean Paul Gaultier développe la ligne Kelly et imagine des petits sacs : la mini pochette Kelly et le Kelly long.

2004 : Jean Paul Gaultier revisite le sac Kelly en créant le sac “Shoulder Kelly”.

2003 : Le sac Kelly apparaît dans Le Divorce. La maison Hermès a loué le sac à 10000€ au réalisateur James Ivory.

2002 : Hermès propose la version très colorée du sac Kelly Vibrato.

2000 : Jean-Louis Dumas crée le “Sac Quelle Idole.”

1999 : Hermès lance la Kelly en peau d’autruche.

1996 : Une édition spéciale du sac Kelly est commercialisée, le “Kelly Plastic”.

1995 : Le sac Kelly est commercialisé au prix de 3500€.

1995 : Le “Kelly Ado” est commercialisé afin d’attirer une clientèle plus jeune.

1994 : La maison Hermès reçoit un Oscar pour ses boîtes orange, qui sont utilisées pour emballer les sacs à mains Kelly.

1981 : Hermès lance l’édition limitée Kelly Cavalcadour.

1980 – 1990 : Hermès présente une double version de la Kelly: une plus douce et une autre plus rigide, la Retourne et la Sellier, qui seront les modèles type pour les décennies suivant.

1980 – Aujourd’hui : Deux fois par an Hermès permet à quelques clients dans le monde entier de personnaliser matériaux et couleurs de leurs sacs Kelly, grâce à la Commande Spéciale. Ces sacs Kelly uniques sont marqués d’un fer à cheval.

1977 : La Maison Hermès décide de changer officiellement le nom du “Sac de voyage à courroie” pour “Sac Kelly.”

1977 : Le sac est réalisé en peau Togo.

1968 : Le sac “Mini Kelly” est commercialisé.

1950s : Les femmes du monde, et clientes Hermès commencent à appeler ce sac le « Kelly bag« .

1956 : L’actrice/princesse de Monaco, Grace Kelly, est photographiée avec le sac Hermès pour la première fois. La photo a été publiée sur le magazine Life et a fait le tour du monde.

1954 : Alfred Hitchcock demande à sa couturière d’aller acheter des accessoires chez Hermès pour son film La Main au Collet.

1935 : Robert Dumas crée un sac à main pour femme plus petit que le « Torpedo ». Le sac à main est commercialisé sous le nom de “Sac de voyage à courroies, pour femme.”

1930 : Robert Dumas redessine le sac Kelly comme un spacieux sac de voyage, appelé « Sac à dépêches ».

1923 : Emile-Maurice et Ettore Bugatti créent le “Torpedo”, un sac simple conçu pour être posé dans une portière de voiture. Il servira d’inspiration au « Kelly ».

1920 : La maison Hermès devient une marque de luxe en maroquinerie.

1892 : Premier prototype du sac Kelly. Grand sac en cuir utilisé pour porter les bottes et la selle d’un cavalier : le « sac à courroies ».

Le Drag Up Bag d’Hermès

50ad008852ced.jpg

Hermès puise à la source de ses racines et confirme ainsi la quintessence de ses réalisations passées. De son héritage, la Maison du triangle d’or nous propose une réédition du « Drag », ce sac conçut par Robert Dumas en 1964.

L’aîné du Birkin, dessiné par le père du « Carré » et du « Kelly », renforce les liens qui existent entre l’univers de la sellerie et celui de la création artistique. Classique, distingué, sophistiqué, le « Drag Up » sublime les savoir-faire des meilleurs artisans du cuir, de l’acier, de l’or et de l’argent travaillant pour la maison qui, dès sa fondation, use de métaux inaltérables sous l’impulsion de Thierry Hermès. Sur le « Drag Up », le métal se forge en H, deux fermoirs siglés montés sur des joncs, marqueurs d’identité, reflétant en toute sincérité la discrète transcendance opérée par Hermès sur et pour le monde équestre.

Si ces graphiques persistent, la directrice de la création maroquinerie-sellerie de la griffe – Couli Joubert – décide de le rehausser ; le « Drag Up » fait son entrée dans le monde d’Hermès cette année. Deux couleurs – cannelle et terre – deux tailles, une structure plus affinée et élancée, toujours dans une symétrie parfaite, de quoi donner une nouvelle universalité au beau. Après le « Kelly », le « Birkin », c’est incontestablement du « Drap Up » que vient le désir. Une nouvelle preuve qu’Hermès détient les clés des hautes valeurs esthétiques et intellectuelles car, dans la mode, l’un ne peut subjuguer sans l’autre.

Le Soulier A Boucle De Roger Vivier

Icon-icon-icône-le-soulier-à-boucle-Roger-Vivier-le-soulier-à-boucle-Roger-Vivier-Inès-de-la-Fressange-les-Belles-du-Jour-Catherine-Deneuve-.jpg

 « Certains produits traversent le temps avec brio. C’est le cas […] de la ballerine à boucle Roger Vivier. Une femme qui sort en jean court, sac Kelly Hermès et chaussures Roger Vivier se sentira toujours bien. » A ces dires, on comprend qu’Inès de la Fressange n’a pas choisi d’être à la tête de Roger Vivier par hasard : la marque, via les Belles de Jour, son modèle phare, est l’un des symboles de l’élégance à la française. Chic, style et confort sont les principaux composants de l’éternelle ballerine à boucle chromée.

Depuis sa création en 1965, le soulier n’a pas manqué de représentantes. Immortalisé par la ravissante Catherine Deneuve dans Belle de Jour de Luis Buñuel, un article de Vogue sur le film lui permet d’accéder à un succès jamais démenti depuis.

Tout au long du film, Séverine, le personnage de Catherine Deneuve, porte des Belles de jour de Roger Vivier. Que la jeune femme tente de s’échapper du carcan étouffant que représente pour elle l’univers bourgeois, ou bien qu’elle parte à la recherche du plaisir des sens, Séverine garde ses chaussures, ne les ôtant que pour raisons professionnelles.

A travers la jeune Séverine, la ballerine se révèle être une pièce véritablement moderne. Aujourd’hui encore, décliné en couleurs pop (collection Gommette Printemps-été 2012), le soulier à boucle Roger Vivier pétille à tous les pieds.