Le Par-dessus Mystérieux Fun Fur de Fendi pour l’Automne/Hiver 2018

fun_fur_fendi-fw2018_icon_icon_sebastien_girard.jpg

À Milan, la maison Fendi présentait sa collection Automne/Hiver 2018 comme l’introduction d’un « uniforme romantique pour une femme du monde » pour reprendre la définition de Karl Lagerfeld. Et il est vrai que les silhouettes du défilé distillaient une certaine élégance mêlée d’éléments très power-suit. Pour Silvia Venturini Fendi, le vestiaire de la saison prochaine est celui d’une femme « qui a de plus en plus de poids dans la société, qui peut se jouer des codes masculins et assumer le pouvoir. » Mais en lieu et place d’épaules surdimensionnées, le duo à la tête de la création a préféré donner à la femme des pièces à forte sensualité. 

Parmi les silhouettes ayant défilé la semaine passée, le Par-dessus Mystérieux Fun Fur illustre l’équation Fendi de la prochaine saison. Dans cette silhouette oscillant subtilement entre les années 40 et l’esthétique des années 80, le par-dessus s’habille d’épaules structurées, carrées « comme pour donner des super-pouvoirs à cette Femme Fendi » explique Silvia Fendi. La taille marquée et la profondeur de ce bleu soulignent un peu plus la volonté de célébrer une femme cérébrale mais non privée de romantisme. D’ailleurs, le mouchoir brodé qui accompagne le Par-dessus Mystérieux Fun Fur indique tout le contraire…  

Ce mouchoir symbolise ou plutôt reprend « cet objet que les femmes d’autrefois brodaient à la main de leurs initiales et donnaient à l’homme qui partait en guerre devient un élément d’habillement certes romantique mais aussi de prise de pouvoir : cette femme-là ne reste pas à la maison à broder, elle est dans la vie, dans la rue, la tête haute » indique Silvia Fendi. Et il est vrai que parée de telles pièces, la femme Fendi ne peut que conquérir le monde ! 

Le Fun Fur Booste la Silhouette Fendi de l’Automne/Hiver 2018

810-24.jpeg

C’est dans un décor reprenant tous des éléments d’un aéroport qu’ont défilé les silhouettes Fendi de la saison prochaine. Sur le tapis à bagages défilent ainsi des accessoires, des valises et même une couverture bébé évidemment griffée Fun Fur. Là, il faut sans doute y voir la jonction de la tradition Fendi et l’ouverture à l’époque. Oui, Silvia Fendi a démontré ici comment la maison fondée en 1952 sur Via dei Plebiscito à Rome est en proie à embrasser le présent. Fendi était avant tout une boutique vendant « des bagages, des malles et des parapluies » tient à rappeler l’héritière. Sa collection Automne/Hiver 2018 honore cette tradition – mais façon XXIe siècle.

            Les looks ici sont techniques, et épousent naturellement les techno-matières de l’époque. Surtout, l’on remarque la collaboration avec l’artiste Reilly connu sur Instagram ; graphique designer passé maître du collage entre antiquité et présent, à l’humour pinçant. Il y a justement dans cette collection de l’humour, des collages décalés et un côté sportswear – à l’instar de ce look à la sobriété boostée au contact du mythique logo Fun Fur.

            Cette enveloppe veloutée est réversible. Imprimée en brun et or, la silhouette lie tailoring et décomplexion sportive. Le travail exquis des ateliers permet de donner de l’allure à l’ensemble à coup d’effets traditionnels, mêlés à des lignes très millenials. Le trench en laine signe ici une allure ample et détendue, mais clairement anoblie du sceau Fendi. Le logo Fun Fur n’a jamais été aussi désirable.

Le Manteau Fun Fur de Fendi pour le Printemps-Eté 2018

2017-09-21t162520z_2_lynxnped8k1lr_rtroptp_4_fashion-milan-fendi.jpg

Karl Lagerfeld et Silvia Venturini Fendi ont présenté à Milan une collection haute en couleurs – et en audace ! On remarque d’abord une triangulation un brin spéciale : une matière, l’organza ; un motif, les rayures croisées empruntées au tartan ; et une palette tropicale. Le point de départ de la collection Printemps/Eté 2018 est le Futurisme Italien, un mouvement artistique cherchant à saisir la vitesse dynamique de l’âge moderne et celui de la machine. Dans la mode, Karl Lagerfeld le traduit autour de silhouettes si légères, de coupes si sensuelles que la géométrie de cette nouvelle collection emporte le public dans une délicieuse rêverie. « Une architecture flottante » précise Karl Lagerfeld en coulisses.

Sur le podium, Gigi Hadid, Kendall Jenner et la nouvelle recrue de la sphère Kaia Gerber, fille du top modèle Cindy Crawford, arborent des pièces composées comme « un tourbillon de couleurs et de saveurs caribéennes ». Et justement, la pièce iconique de ce défilé s’incarne dans ce manteau Fun Fur teinté comme une friandise. Un manteau d’été en vison doublé de chiffon de soie – sa composition conjuguant à la finesse du beige poudré, la vitalité du bleu océan et celle d’un vert éclatant…

Et la pièce témoigne tout autant de la maîtrise des ateliers Fendi pour la fourrure. Plus sophistiquée que glamour, peut être, cette nouvelle interprétation de l’héritage de la maison Romaine laisse l’oeil amusé des teintes ; fasciné par l’habile géométrie de ses composants. Une fois encore, Lagerfeld parvient à désembourgeoiser la fourrure, en la délestant littéralement de son poids et de ses contraintes. Un objet du désir certain présenté ici dans sa version Printemps/Eté 2018, soit teintée d’une insouciance toute Caribéenne.