Hennessy, Le Cognac En Fête Pour Noël

La maison qui célèbrera ses 255 ans d’existence en 2020 introduit, une fois encore, des bouteilles exceptionnelles à l’occasion des fêtes de fin d’année !

On lit l’origine de la maison Hennessy à son emblème — le blason familial du fondateur, Richard Hennessy, devenu depuis le symbole de son savoir-faire. La légendaire ‘hache au point’ signe en effet les cognacs les plus désirables de la planète. C’est que, ce savoir-faire remonte à loin. Il y a près de 255 ans, pour être plus exact. Officier Irlandais alors au service du roi Louis XV de France, Richard Hennessy découvre la Charente et la ville de Cognac en même temps qu’il se forme à la négoce. En 1765 il fonde sa propre maison qui, rapidement, conquiert les palais de la Cour du roi de France… Une entreprise certes, mais familiale avant tout, Hennessy se transmet dès lors de génération en génération. Une règle valant tout autant pour les fondateurs que pour ses maîtres-assembleur.

Quelques cent ans plus tard, en 1870 Maurice Hennessy initie une autre référence internationale pour les cognacs. Avec l’appellation XO (pour eXtra Old), il met au monde les cognacs les plus fins de la galaxie. Au départ réservé à sa famille et ses amis, Hennessy X.O est désormais accessible à tous! Et c’est évidemment ce même Hennessy X.O & Ice que la maison a choisi de mettre en vedette pour la fin d’année 2019.

Elle revisite ainsi Hennessy X.O avec un coffret givré qui se transforme en seau à glace… Histoire d’accompagner les nouveaux modes de dégustation — autour de la glace! C’est au Comité de Dégustation de la maison Hennessy qu’on le doit. Lui qui, chaque matin, à la même heure, au coeur de Cognac, se rassemble dans le but de suivre l’évolution gustative et le potentiel des cognacs. Cette fois, il propose trois façons d’expérimenter le Hennessy X.O. Avec 3 glaçons, avec un gros glaçon ou encore avec 5 ou 6 glaçons; le résultat, lui, reste le même: révéler ses arômes riches et complexes !

Autre nouveauté de l’année intimement liée à l’histoire de la maison… En 1947, Gerald de Geoffre de Chabrignac, neveu de Richard, dessine la carafe désormais iconique des cognac Hennessy. Sa forme, inspirée d’une grappe de raisin inversée avec des pampres de vigne en relief courant sur le verre, est un hommage fascinant aux vignes de la Charente. Mieux, lorsqu’en 1979, le Maître assembleur Maurice Fillioux crée ‘Hennessy Paradis’, un cognac unique alliant plus d’une centaine d’eaux-de-vie exceptionnelles, la maison ouvre un nouveau chapitre de son histoire.

Cela se retrouve aujourd’hui capturé dans la nouvelle carafe en cristal; contenant le joyau de la collection, le Hennessy Paradis Imperial. Conçue par l’artiste et designer contemporain Arik Levy, la nouvelle carafe en cristal est un équilibre délicat et audacieux. Elle vient ainsi contenir les cognacs Hennessy ayant atteint leur point d’élégance… Ce moment décisif et éphémère où une eau-de-vie est jugée prête à entrer dans la composition de l’assemblage de Hennessy Paradis Imperial !

Et puisque Hennessy tient le luxe pour valeur première, c’est au coeur d’une malle spécialement conçue par Louis Vuitton que l’icône de cette fin d’année vient une fois de plus se nicher. La malle Hennessy Paradis Imperial par Louis Vuitton célèbre ainsi l’excellence des savoir-faire — ces deux maisons offrent la même vision singulière du monde. Une vison largement appuyée sur des saveurs raffinées et une affinité commune autour de l’univers du voyage. Un voyage gustatif qui vous attend pour les fêtes de fin de d’année!

Noël Au Soleil, Luxe Et Volupté aux Canaries

Entre neige et soleil, sable et volcans — l’archipel dévoile le meilleur spot de cette fin d’année. En même temps que la voie lactée !

La destination la plus luxe de cette fin d’année? Les îles Canaries. Lieu de naissance du superbe Manolo Blahnik, les îles Canaries sont surtout celles d’où l’on perçoit la douceur et le luxe de vivre ! L’archipel de sept îles est caressé par les alizés, lové dans l’anticyclone des Açores. Petit coin de douceur absolue à tout moment de l’année, il constitue aussi et surtout le lieu de prédilection pour une fin d’année bien inspirée. Entre baignade porte-bonheur au douze coups de minuit, sous l’un des cieux les plus étoilés au monde, en passant par les traditionnels fruits de mer de la Nochebuana (le réveillon de Noël) — les Canaries ont plus d’une finesses à offrir.

On pose ses valises au Gran Hotel Bahía Del Duque ou à l’iconique Ritz-Carlton, Abama, pour un séjour où la tradition rencontre la surprise. Au détour de l’un des nombreux marchés de Noël, c’est le Mont Teide qui, sous un climat flirtant avec les 22°C en plein mois de décembre, dévoile au loin ses neiges. Mieux, observer le lever du soleil sur le Mont Teide et son manteau blanc contrastant avec la lave noire est une expérience à couper le souffle. C’est tout ça, les fêtes de fin d’année aux Canaries. Un brin moins alambiqué que le film ‘The Man Who Killed Don Quixote’ de Terry Gilliam; tourné sur l‘archipel durant 17 ans… Mais tout aussi iconique !

Les Champagnes Ruinart Et L’Icône Blanc De Blancs S’Habillent Pour Noël

A l’approche des fêtes, la maison Ruinart réitère son intérêt pour l’art autour de deux collaborations exceptionnelles — ou quand le talent de Vik Muniz et celui de Ron Arad accompagnent le plus légendaire des champagnes!

C’est en 1729, au plus haut de la révolution des Lumières, que le vignoble de Sillery, au sud-est de Reims, devient celui de la maison Ruinart. En 2018, c’est dans ce même vignoble que l’artiste Brésilien Vik Muniz passe de longues heures à y puiser l’inspiration. « Mon rapport aux images n’est pas vraiment lié à l’histoire de l’art mais plutôt à la mémoire » détaille l’intéressé. Oui car, déjà au XVIIIe siècle, les chefs de caves successifs de la maison Ruinart puisaient dans les matières, les couleurs et l’air du temps la composition originale de leur millésime. Le Blanc de Blancs en garde aujourd’hui la mémoire.

Si Vik Muniz est le huitième artiste à collaborer avec Ruinart à l’élaboration d’une bouteille d’exception, l’histoire entre Ruinart et les artistes remontent à 1896. Avant Jaume Plensa ou Erwin Olaf, c’est un certain Alphonse Mucha qui, le premier, fut appelé à collaborer. André Ruinart, patron de la maison, voit fleurir les affiches de l’artiste sur les colonnes Morris. Imaginées voire inventées pour Sarah Bernhardt, ces affiches initient par la même l’art des réclames. Mucha conçoit alors pour Ruinart une publicité toute en volupté, décalquant tout des cocottes de la Belle Epoque. L’Art Nouveau ainsi intronisé, Ruinart ancrait là l’illustration la plus aboutie de son savoir-faire. Qu’en est-il aujourd’hui? Ruinart et l’art résonnent à merveille, surtout dans les bulles du Blanc de Blancs!

Les fêtes de fin d’années ont amené Ruinart à éditer deux pièces exceptionnelles — l’une est la version exclusive de la bouteille imaginée cette année par Vik Muniz. La seconde consiste en trois seaux à champagne en étain, réalisés par Ron Arad. Pour rendre hommage à l’art de l’assemblage si cher à la Champagne, le célèbre designer et architecte a imaginé ces seaux autour d’un lien de cuir pour ne faire qu’un! Formant ainsi une vasque grand format, le trio vient se nicher dans une malle en chêne, issu de forêts éco-gérées… Confectionnée dans la plus pure tradition Française! A l’intérieur, aussi: les magnums Dom Ruinart Blanc de Blancs 2004, Dom Ruinart Rosé 1998 et Dom Ruinart Blanc de Blancs 1993.

Quant à Vik Muniz, il réitère son inspiration première autour des ceps de vignes. Il s’exprime cette fois sur sur un coffret d’exception proposé en édition limitée de 30 exemplaires… Dissimulant, là encore, un jéroboam de Blanc de Blancs! Reproduit à partir de bouts de bois noircis et de fusains, la figure étend ses lignes sur les quatre faces de cet imposant coffret en bois. Allant un peu plus loin dans son soucis de mémoire, Vik Muniz a voulu donner à cet objet exceptionnel une seconde vie… Devenant, allègrement, un élément de mobilier unique. Ruinart offre ainsi deux oeuvres aussi inspirées qu’originales. A découvrir dès à présent!