Les Editions Limitées Du Mocassin Tod’s Leo Clamp

m.jpg

Symbole de luxe et d’élégance, le mocassin Gommino, emblème de la Maison, est un indispensable du vestiaire masculin. Semelle légère, ornée de 133 picots de caoutchouc, l’icône représente aujourd’hui plus de la moitié des ventes de Tod’s. Un modèle de savoir-faire et d’art de vivre à l’italienne. A l’occasion de la design week de Milan, la pièce phare de la saison printemps/été 2016, le mocassin Tod’s Leo Clamp, a été décliné en cinq éditions limitées, imaginées par de jeunes artistes du studio Giulio Cappellini : Lanzavecchia+Wai, Leonardo Talarico, Mist-O, Studio Zanellato/Bortotto et Zaven.

Pour écrire la collection spéciale “Looking at Tod’s Leo”, les designers sont partis d’un détail : la boucle en métal et cinq matériaux pour réinventer le Mocassin Leo Clamp. Chacun livre des réinterpretations contemporaines à l’esthétique affirmée et sans ostentation… à l’instar de la céramique et du bois qui soulignent la pureté de la forme et la souplesse du Gommino ou du marbre et métal qui témoignent de la technique et de la précision des artisans des ateliers Tod’s. Les designers ont aussi joué la carte des couleurs. Le Gommino se pare de subtiles teintes. Tantôt audacieuse en rouge et bleue, élégante et chic en blanc et noir, la Leo Clamp gagne en épure en noir et argenté ou encore dans un camaïeu de bruns.

Les cinq éditions limitées du mocassin Tod’s Leo Clamp seront présentées à Milan aujourd’hui, au sein de la boutique de Via Della Spiga, lors d’un cocktail exclusif, réunissant tous les artistes et seront disponibles dans les boutiques Tod’s et au musée Mudec de Milan. La marque aux picots poursuit sa conquête de l’Homme moderne, avec un talent toujours intact…

Elie Saab, La Nouvelle Eau de Toilette

bb.jpg
Rose : à la fois fleur, couleur et parfum. Source infinie d’inspiration pour Elie Saab, symbole absolu de féminité, le rose et la rose donnent naissance à un nouveau parfum qui épouse encore à merveille l’identité de la maison, couture, évidemment. Moderne et spontanée, la nouvelle Eau de Toilette d’Elie Saab incarne une féminité rayonnante, inspirée par l’une des couleurs fétiches du couturier.
Délicatement sophistiquée, Rose Couture se construit sur une envolée florale dans laquelle se mêlent la pivoine et la rose, dans une souffle de pétales. Arrondi de facettes fruitées et attendri d’une pointe de vanille, un fond boisé vient soutenir cette composition aérienne. Dans une robe spécialement conçue pour illustrer la nouvelle eau de toilette, le mannequin Toni Garrn incarne la femme Elie Saab, dans une robe de soie à l’extraordinaire traîne, qui évoque le sillage olfactif de Rose Couture ! Comme un opus à la femme Elie Saab et au couturier qui déclare :« J’aime les “femmes-femmes”, celles qui font virevolter leurs robes avec infiniment d’envie et de fierté. » 

La Tod’s Gommino Double T En Exclusivité Au Bon Marché

1.jpg

A la frontière des VIème et VIIème arrondissements, en bordure de Saint-Germain-des-Prés, se dresse Le Bon Marché. A lui seul, le grand magasin incarne la culture, le chic, enfin l’esprit Rive Gauche : une ouverture sur l’exotisme, une fenêtre sur le monde et ses beautés, une tradition sans cesse revisitée. Ici, tout n’est que volupté, ou créativité. C’est pour cela que la maison Tod’s l’a choisi afin d’y présenter son tout nouveau Gommino : un futur incontournable, qui n’a que le plaisir à revendiquer.

La manufacture de Diego Della Valle a ainsi imaginé une nouvelle série limitée qui met à l’honneur le mocassin Double T. En poulain blanc, en cuir ou coupé dans une version plus précieuse en python teinté or, ces trois modèles seront exclusivement vendus au Bon Marché. Au sein d’un pop-up store qui ouvre ses portes jusqu’au 22 avril prochain, la nouvelle déclinaison du Gommino s’embellit d’un accessoire en métal qui lui confère une touche encore plus chic, et encore plus glamour. Une icône en devenir.

 

Le Nano Bag Selon fendi

f.jpg

Il est un sac qu’il ne sert à rien de présenter : le Peekaboo, imaginé par Silvia Venturini Fendi  en 2008. L’accessoire est un sac au chic épuré. Un sac à l’élégance chuchotée, proprement débraillé. L’icône Peekaboo se porte tout soufflet ouvert. Une tendance ancrée dans une nouvelle idée, celle d’une sensualité ludique.

Et voici que, la saison prochaine, le Peekaboo s’introduit en version nano. Porté à la main, au cou, ou tenu du bout des doigts, le sac imprègne la liberté, ou plutôt la légèreté. Décliné dans des couleurs chic, engravé à l’aide de techniques japonaises afin de créer de magnifique détails bontaniques, le Nano-bag selon Fendi frôle, dangereusement, le haut degré de désirabilité ! 

 

La Boy.Friend Tweed

chanel.jpg

“Je me dis qu’il suffit de porter quelque chose au poignet pour avoir confiance en l’avenir” – Gabrielle Chanel était de ces êtres spirituels ayant, dans un mouvement créatif sans précédent, libérer corps et époque. La maison qui porte son nom perpétuait encore ce dessein en 2015 avec la création d’un nouveau garde-temps à l’allure masculine totalement dédiée aux femmes, la Boy.Friend. A l’occasion de Baselworld 2016, une toute nouvelle version de la Chanel Boy.Friend nous est dévoilée.

Il n’est un secret pour personne : Chanel aimait à mêler le féminin au masculin. Il est aussi une chose que l’on ne sait que trop bien concernant Coco: sa sensibilité amoureuse a accompagné son chemin jusqu’à être une de ses principales sources d’inspiration. C’est sans doute cette légende qui est aujourd’hui travaillée par les ateliers Chanel horlogerie, puisque la nouvelle version de la montre Boy.Friend est composée comme le point de rencontre entre le tweed et l’acier. 

Le premier, le tweed est duveteux et fait de laine tissée. Il sort tout droit d’Ecosse et de sa relation avec le duc de Westminster. Grâce à lui, elle découvre le tweed Anglais et en fait le point cardinal de la grammaire de la maison de la rue Cambon. Elle en fera surtout le tissu de la pièce qui signe son triomphe deux ans après son come-back, la veste en tweed. Le second, l’acier, est glacé et rappelle une vie faite d’épreuves – Coco abandonnée, fut quelque temps bénie des Dieux avant que ceux-ci ne lui retirent son âme soeur, Boy Capel.

En cette année 2016, la Boy.Friend et sa nouvelle déclinaison tweed garde sa forme octogonale inspirée de la géométrie de la place Vendôme, twiste les matières pour en faire un objet envoûtant. Un bracelet en tweed vient enserrer et boucler le poignet des femmes éveillant par là même le charme de l’allure garçonne. Un cadran en acier noir guilloché, ceinturé de diamants pour un des modèles, vient parachever un garde-temps dans le temps et hors du temps, imaginée comme un hymne à l’amour inconditionnel. Un opus de l’horlogerie Chanel entre écriture boyish et esthétique épurée à porter peut-être avec la veste la plus copiée du monde… En tweed bien sûr !

Retour Sur Le Tailleur Chanel Automne-Hiver 2017

a.jpg

Le défilé Chanel introduisait une saison Automne / Hiver 2016-2017 placée sous le signe de Coco – au plus près de la silhouette originale développée par la Dame aux Camélias. Karl Lagerfeld modernisait le style dans une exagération maîtrisée. Sans thème précis, si ce n’est l’inspiration équestre, le Directeur Artistique parvenait à composer des silhouettes toutes plus désirables les unes que les autres.

Des débuts de Coco Chanel en passant sur un mode contemporain audacieux, mêlant héritage et modernité, le tailleur se fait en effet hautement désirable. Ajusté par un zip remontant ou descendant à l’envie, fendu sur le côté, coulé dans le tweed, il s’accompagne d’une courte veste classique, mais avec une poche pour iPhone en résille de cuir. Fil or sur fond noir, la femme Chanel renoue cet hiver avec son passé, charmant et séduisant comme une dame au fait des réalités du monde.

Le Gommino Tod’s Automne/Hiver 2017

tts.jpg

Le défilé Tod’s s’est ouvert sur une ode faite au cuir avec la performance de Vanessa Beecroft en ouverture du défilé, qui donnait le ton de l’hiver à venir. L’artiste a imaginé un tableau vivant avec, autour de l’artisan historique de la maison en blouse blanche, Toni Ripani, une dizaine de mannequins dont l’une des Top du moment, la belle Karlie Kloss. Comme figées, les modèles étaient habillées de chutes de cuir qui avaient été assemblées par les artisans historiques de la maison, venus pour l’occasion directement de l’usine Tod’s installée dans la région des Marches.

A travers cette œuvre, Vanessa Beecroft et Tod’s ont voulu célébrer un tryptique cher à la maison : l’art, le made in italy et le savoir faire de ses artisans ; sans oublier le glamour ici incarné par le top Karlie Kloss. Nonchalante mais néanmoins graphique, la collection travaillait le cuir sur des perfectos, trenchs et autres robes, sublimés par des accessoires inattendus.

Dans un style minimaliste mais iconique, le Gommino de la maison Tod’s fut aussi imaginé dans de nouvelles mesures : polyvalent et plus sensuel, le Gommino de l’hiver 2017 devient plus versatile sans pour autant délaisser la tradition. Un brin plus contemporain, avec style couture et chaîne double, le voilà promis à un avenir toujours plus prometteur ! Associé à des jupes coupées dans le cuir et jouant des plis et de détails métalliques, l’accessoire ne pouvait autrement être mis en perspective. A l’instar de l’artisanat italien mis ici en lumière, qui, sans prétention lègue à la planète des extases plus qu’ordinaires.

 

 

La Fourrure Fendi Automne/Hiver 2016/2017

f.jpg

De ce défilé Automne-Hiver 2016-2017, l’inspiration, venue tout droit du Japon, a guidé le duo de designers vers l’utilisation riche et variée d’un motif vagues – ou plutôt un motif d’ondes. Sensorielles, elles le deviennent au contact d’une fourrure travaillée dans une modernisation du style seventies, associées à des silhouettes d’inspiration victorienne.

Ainsi les ondes se sont-elles gravées dans une palette très colorée pour la saison prochaine. Du jaune moutarde à l’orange, en passant par de magnifiques nuances de bleu, de violet, ou de bronze, la fourrure se pare d’une touche cool et funky ! Loin d’être trop travaillée, la fourrure chez Fendi apporte ici une légèreté obtenue par un mélange inattendu des couleurs, piquée de rayures arc-en-ciel. Une intention très moderne qui, assurément, séduira les filles en quête réjouissance stylistique !

 

Le Parfum L’Interdit de Givenchy

g.jpg

L’Interdit est un parfum d’amitié, un parfum capturant dans une essence sans pareille la rencontre imprévue mais sublime entre un couturier et sa muse, entre un homme et une femme : Hubert de Givenchy a 27 ans lorsqu’il fait la connaissance d’Audrey Hepburn. L’actrice, tout juste découverte, se pose en figure de proue d’une nouvelle féminité. Il faut dire qu’Audrey est en rupture avec la vogue des années 50 : filiforme, quasi-androgyne, gracieuse et gracile, elle est à mille lieues des femmes voluptueuses et autres pin-up blondes que le tout Hollywood s’arrache, à l’instar de Marilyn Monroe et Jayne Mansfield. Audrey Hepburn est différente : elle est chic, sophistiquée et romantique. Et c’est ainsi que la composition olfactive d’Hubert de Givenchy ne put être autrement faite.

 «Sans être sulfureux, l’Interdit évoque une séduction passionnelle » Françoise Donche, olfactologue chez Givenchy. Comme Audrey, la fragrance est outrageusement féminine. Imaginée pour une femme de charme, d’esprit et de style, elle est aussi le parfum d’une femme exclusive. Lorsque Hubert de Givenchy décide de commercialiser ce parfum, la star qui le porte déjà depuis trois ans lui répond : « Mais, je vous l’interdis. » Une sentence presque sans appel qui baptise du même coup ce parfum : ce bouquet de fleurs moderne annonce un style.

Là encore, le couturier, l’air de rien, est en réalité en train de transgresser l’image trop lisse, trop sage des senteurs romantiques. Pour ce cadeau à Audrey Hepburn, il fait appel au laboratoire Roure Bertrand Dupont, aujourd’hui Givaudan, qui imagine, avec les aldéhydes, un départ très lumineux. « Une ambiguïté troublante, le côté espiègle des notes de tête se révèle finalement très sensuel, l’œillet n’est pas si sage et le clou de girofle, une épice brûlante, apporte une touche clairement enivrante. » explique Françoise Donche. Le tout est capturé par le designer Pablo Reinoso, dans un flacon aux lignes rectangulaires paré d’un cartouche champagne rosé !

 

L’Edition Limitée du Parfum Alaïa

ala.jpg

Cercles, demi-lunes ou triangles, ces motifs géographiques, Azzedine Alaïa les projette depuis longtemps déjà sur ces créations coutures. Que ce soit sur une robe, au revers d’une chemise, incrusté sur une pochette ou un sac, le perforé est le sceau même du couturier – constellé pour qu’à travers lui se devine la peau, le jeu intriguant de voilé-dévoilé vient aujourd’hui accompagner la première senteur du créateur.

 Une matière dont les ouvertures cachent autant qu’elles révèlent, une signature visuelle apposée depuis sa première application sur le cuir d’une ceinture-corset conçue dans les années 80.

Et c’est ainsi qu’Azzedine Alaïa, le designer Martin Szekely et des artisans verriers ont mû l’écrin de l’eau Alaïa en un photophore emplis de mystère. Le motif perforé, d’apparence opaque, révèle ici sa magie une fois le flacon mis en lumière. Une création d’exception, qui, sans tapage, atteint la précision parfaite d’une création Azzedine Alaïa.