La Première Campagne Raf Simons : Un Passé-Présent

50f6839a3b6ef.jpg

Les premières photos de la campagne printemps-été 2013 Raf Simons pour Dior circulent déjà sur papier ou tablette. Sur un décor blanc, épuré, les petits nuages surréalistes de Magritte parsèment une aura immaculée, minimaliste et follement poétique.

Puis, se greffe le style du créateur belge : un chic géométrique plein de discrétion et de délicatesse ; comme pour darder le grandiloquent de John Galliano. Cassant la faculté du britannique à contraindre les femmes sous une fantaisie qui n’appartient plus à cette ère, Raf Simons cherche à mettre en exergue la sensibilité à fleur de peau du « bel animal » qu’est la femme.

Sous l’objectif de son ami et photographe Willy Vanderperre, Raf Simons fait poser de vivantes poupées, drapées dans un vestiaire masculin-féminin, que l’architecture corolle corrèle à l’imaginaire. Les pièces phares y sont divulguées. Micro-jupes noires en soie irisée, tops aux tons pastels en jersey de soie qu’un énorme nœud noue dans le dos… Le smocking reste néanmoins la grande réussite de cette première. Alors que chez Saint-Laurent on actualise les codes, c’est ici un tailleur-pantalon dont la veste fleure bon le tailleur-bar époque Christian Dior qui témoigne d’un retour à l’authentique. Pourtant, si le nouveau directeur artistique joue du passé c’est pour mieux s’imprégner du présent. Et, l’unité se crée.

The Fetish Box Clutch par Diane Von Furstenberg

Fetish-Box-Clutch-Diane-Von-Furstenberg.jpg
The Fetish Box Clutch se dessine sous le crayon de Yavan Mispelaere pour Diane Von Furstenberg. Luxe et fantaisie se mêlent pour incarner l’inessentiel quotidien : la montre, le dé, l’oeil ou la bouche se changent en minaudière, prenant enfin allure d’accessoire.
Depuis 1974, ses modèles révolutionnent l’histoire de la mode : l’iconique robe portefeuille traduit l’audace et, sans surprise, celle-ci se retrouve sur les femmes de caractère. La collection Rendez-vous de cet automne s’inscrit dans le même registre où l’humour enraille la mode conventionnelle : neuf modèles de minaudières surréalistes faites comme des boîtes secrètes.
Proposées en un nombre très limité – de 25 à 50 exemplaires numérotés pour chaque modèle – elles sont réalisées à la main, dans les ateliers italiens de la maison. Cuir, cristaux et broderies se marient aux motifs fantaisistes : du cœur rouge en perles au cadran d’horloge, en passant par l’imprimé nuage ou téléphone, l’intérieur s’orne d’un miroir en forme d’oeil stylisé qui, probablement, saura porter chance et protection à sa propriétaire.