L’Exposition Haute en Couleur de Dior à Arles

1-.jpg

La maison Dior fête ses 70 ans et, en plus d’une double l’exposition se tenant aux Musées des Arts Décoratifs de Paris, voici que la griffe honore un autre pan de son univers créatif : le maquillage et la couleur. Aujourd’hui porté par le talent exceptionnel de Peter Philips, il n’est un défilé de la maison du 33 de l’Avenue Montaigne qui n’émerveille par la mise-en beauté qui y est créée. Et il faut dire que trois talents sans pareil ont fait du maquillage Dior l’un des plus iconiques du domaine.  Pour la première fois à Arles, la Maison de Dior ouvre ainsi un espace au coeur de la Galerie du Cloître : l’exposition « Dior, l’Art de la Couleur » est un voyage chromatique dédiée à la passion de Monsieur pour la couleur. Nous y retrouverons la toute récente palette Dior Metallics, le mascara Diorshow et l’iconique rouge Dior.

Dans ce lieu chargé d’histoire et donc d’émotion – le Festival de la Photographie se tient à Arles depuis 1969 – Dior honore trois de ses plus grands architectes de la mode, anciens et actuel Directeurs de la Création et de l’Image du Maquillage: Serge Lutens, Tyen et Peter Philips. Du 3 juillet au 24 septembre 2017, la beauté expressionniste des films de Serge Lutens côtoiera ainsi l’esthétique sensuelle et fantasmagorique de Tyen, ainsi que des images hommage issues de la collaboration de Richard Burbridge et Peter Philips. Les 40 nuances de rouge de Serge Lutens, inspiré en pleine révolution du New Look, la palette 5 couleurs signée Tyen en 1987 depuis devenue iconique… Chez Dior, la couleur se vit comme une passion !

Dior : The Art of Color, parcourt pour la première fois ces instants hauts en pigments. Mieux, la maison de Monsieur célèbre aussi sa première participation à Arles en soutenant une rétrospective consacrée à la photographe Annie Leibovitz: les premières années 1970-1983 / Archives Projet n ° 1, présentent ainsi 8 000 images d’archives en noir et blanc du New-York des années 70 comme capturé par l’une des légendes de la photographie. 

Christian Dior Expose son Rêve au Musée des Arts Décoratifs

diorexpo.jpg

Du 5 Juillet au 7 Janvier 2018, la maison Dior célèbre ses 70 ans autour d’une exposition d’envergure : ‘Christian Dior, Couturier du Rêve’ habille ainsi l’espace du Musée des Arts Décoratifs de Paris de la fougue et la richesse créative de Monsieur. Fondée en 1947, la griffe du numéro 30 de l’Avenue Montaigne peut en effet déployer un patrimoine extraordinaire qui, par là même, retrace l’histoire de la mode et de la couture Française. Photographies iconiques – œuvres de grands photographes tel Richard Avedon – parfums embouteillés dans des flacons aussi exclusifs que précieux, robes coutures les plus folles : lorsque la maison ouvre ses archives, c’est pour exposer des documents originaux et des oeuvres d’art en elles-mêmes.

Ainsi, c’est une ballade dans l’univers couture et olfactif que propose la maison. Une ballade qui s’ouvre sur l’univers du couturier-parfumeur – le mythique Miss Dior, la « fille chérie » de Christian accueille ainsi les visiteurs dans la longue et belle histoire des fragrances. Le lyrisme de Dior se dévoile ensuite autour des robes de Monsieur : de la toute première confectionnée par Christian Dior lui-même en 1949 pour sa sœur Catherine, jusqu’au merveilleux modèle dit « pointilliste » de Raf Simons, en passant par la splendeur brodée par Maria-Grazia Chiuri ; rien n’est laissé au hasard pour émerveiller les visiteurs. L’exposition se poursuit sur les origines Grassoises du couturier avec la vitrine ‘Dior et la région de Grasse’. On y retrouve les racines provençales des Parfums Dior et le Château de La Colle Noire, l’eden de Christian Dior, sa dernière demeure… Un peu plus loin, ce sont des flacons aussi époustouflants que prodigieux qui se montrent pour la première fois au public : la première trilogie bleu-blanc-rouge fuselée par la cristallerie Baccarat, les amphores d’Otoniel ou de Victoire de Castellane jusqu’aux éditions d’exception aux noeuds brodés par les ateliers Couture – ici s’illustre tout l’art du flaconnage Dior.

Enfin, c’est l’art de la couleur et le sacre de J’adore, parfum des parfums, qui embaume le visiteur du rêve de Christian Dior. Le couturier artiste plonge ses disciples dans l’univers ‘Colorama’, la Couleur Dior. Une fresque d’objets décline ainsi les couleurs fondamentales de la Maison en s’attardant comme il se doit sur les plus grands talents de la Beauté Dior : Serge Lutens, Tyen ainsi que Peter Philips, l’actuel génie de la création des maquillages de la maison. L’exposition ‘Christian Dior, Couturier du Rêve’ s’achève aussi sur l’Or, l’Or de Dior qui, comme Jean Cocteau aimait à le répéter : « Un nom magique qui comporte ceux de Dieu et or. » Un éclat d’élégance et de magie teinté de mythe qui occupe donc le Musée des Arts Décoratifs jusqu’en Janvier 2018.

La Parenthèse So British de Dior Chez Harrods

diorharrods.jpg

Dior s’invite chez Harrods ! L’élégance française s’impose, depuis le 16 mars dernier, dans ce haut lieu du luxe britannique : pendant un mois, les vitrines du grand magasin Harrod’s serviront d’écrin au pop-up store de Dior. Rendant hommage aux icônes britanniques qui ont auréolé la maison, Raf Simons installe une collection couture, parfum et maquillage exclusive, autour des couleurs mythiques du royaume de Windsor.

Cette véritable exhibition est l’occasion pour Dior de faire (re)découvrir ses mythiques fragrances, telles les parfums J’adore et Miss Dior, ou d’en lancer de nouvelles : Gris Montaigne, créé par le nez de la maison François Demachy autour de notes de bergamote de Calabre, de rose de Turquie, de patchouli, de jasmin Sambac et de mousse boisée, sera ainsi dévoilé. Côté maquillage, la palette de fards et gloss Claridge’s 48 s’expose, évoquant le jour où Miss Dior, première fragrance lancée par le couturier, fut dévoilée au sein du célèbre palace londonien. La poudre My Lady affiche la silhouette du Lady Dior, le sac mythique créé pour Lady Diana. Côté couture, les sacs et pochettes s’habillent de tartan. Le sac Diorissimo voit la vie en vert : Dior s’amuse à réinterpréter les teintes emblématiques de chez Harrod’s, ce célèbre temple de la mode.

Pour un « coffee-break », un Café Dior est expressément construit pour l’occasion. On peut notamment y déguster de délicieux cupcakes frappés du sigle Dior. Pour une expérience des plus addictives et Diorific. So chic !