L’Iconique Bougie Baies De Diptyque Se Présente Dans Un Nouveau Format

diptyque_-_visuel_diptyque_baies_600g_ambiance_2.jpg

Paris, 1961. Trois amis s’associent pour ouvrir une boutique au 34 boulevard Saint-Germain. C’est un endroit un brin spécial que les Parisiens découvrent alors : des tissus avant-gardistes exclusifs, et une multitude d’objets rapportés de leurs virés à travers le monde, forment en effet un mic-mac aussi fascinant que réjouissant. Et les curieux ne tardent pas à arriver. L’univers est si riche culturellement, si coloré et surtout si inspiré qu’ils en demandent plus. C’est ainsi que germe l’idée de confectionner des bougies colorées à la cire parfumée… Une effluve inimitable habille alors l’atmosphère du magasin et, c’est ainsi que naissent les bougies Diptyque.

Aujourd’hui, ces bougies sont reconnues pour laisser planer une ambiance rythmée comme une mélodie ! La bougie Baies, composée comme une dualité entre rose et feuilles de cassis, devient rapidement l’emblématique olfactif de la griffe. Une irrésistible odeur fruitée qui transporte vers un ailleurs – un ailleurs à l’ombre d’une tonnelle romantique ; une promenade poétique olfactive où les pétales de roses de Bulgarie répondent dans une symphonie très spéciale à l’amertume des feuilles de cassis…

Et aujourd’hui, la célèbre maison édite son icône dans une version un brin plus généreuse :  une nouvelle contenance de 600g ! Présentée dans un nouveau format trois mèches, la bougie conserve bien évidemment tout de sa fabrication manuelle – et toujours, cette écrin en porcelaine noire, à l’image de la porte l’ovale de la maison !  La fraîcheur irrésistible d’un bouquet de roses piqué de feuillage de cassis, clin d’œil à l’emblématique fragrance de diptyque, L’Ombre dans l’Eau, assure, quant à elle, d’enivrer n’importe quelle pièce, pour un clin d’oeil certain à la richesse des cultures du monde.

L’Icône diptyque l’Ombre dans l’Eau se Célèbre en Poésie

dip.jpg

En Mars 2017, la maison diptyque célèbre les 35 ans de sa fragrance iconique baptisée L’Ombre dans l’Eau. C’est en 1983 qu’elle est pour la première fois commercialisée sous forme d’une eau de toilette – une senteur surprenante qui conte elle-même le souvenir d’un jardin au bord d’un lac. Souvenir d’enfance de l’un des trois fondateurs de diptyque, la fragrance reprend ainsi l’esprit d’un paisible jardin d’été aux douces notes de cassis et de rose, sur fond d’ambre gris et de musc.

Nichée au bout du boulevard Saint-Germain, la boutique s’est ainsi batî autour de cette réminiscence :  « Il régnait ici une atmosphère unique, où l’envie de transmettre et de créer du lien attirait une clientèle éclectique : show-business, président de la République, têtes couronnées comme habitants du quartier y trouvaient un terrain d’échanges formidable » raconte Henri Fournier, actuel directeur de la boutique.

Et la boutique diptyque a conservé l’aura des premiers moments, magiques, fantastiques et ô combien poétiques. Au milieu des tissus d’ameublement et des senteurs provenant du monde entier, on découvrait aussi un petit théâtre Pollock, un cheval de bois, des rouleaux de papier parfumé ou encore le premier parfum de maison diffusé à la flamme d’une bougie… Et voici qu’aujourd’hui, le parfum floral, piquant et envoûtant prolonge ou plutôt distille l’aventure au détour d’un poème, titré L’Œil du Poète – à découvrir en magasin dès ce mois de Mars 2017 !

 

 

 

 

« Une Nuit Chez Diptyque » – Les Nouvelles Bougies

L’iconique maison de senteurs Diptyque s’associe de nouveau avec le dessinateur Pierre Marie pour mettre au monde l’histoire, ou plutôt le conte du 34 boulevard Saint Germain. Puisant son inspiration dans le folklore ou les films animés, c’est au côté d’Ahmed Terbaoui qu’il réalise un mini court-métrage tendre et poétique ; au cœur de l’histoire se nichent ainsi les trois nouvelles bougies de la maison, Arlequin et les théâtres de Pollock.

En 3 actes se déroule ainsi le Noël d’Henri, au 34 boulevard Saint Germain – « un soir d’hiver, alors qu’une tempête de neige venait de s’abattre sur Paris, le fictif Henri se retrouve coincé dans sa boutique. La pénombre, le nez à la fenêtre » Henri se voit submerger d’un étrange sentiment de tristesse quand, soudain, il entendit le murmure de son prénom : « Henri ! » Ainsi débute le conte enchanteur ; une histoire chargée d’odeurs puisque de ce léger éclat de voix amorce en réalité toute la vie des bougies. Encens Etoilé, Epices et Délices ou encore Le Roi Sapin – les nouvelles senteurs de la maison porte ainsi vers un opéra : vanille, notes délicates de résine et tonalités boisées de cèdre et de patchouli… Apaisants et tout autant voluptueux, les nouveaux parfums ondoyant de la maison se pensent ainsi pour réenchanter la nuit de Noël.

 

La Collection Hiver 2015 de Diptyque

bougies2.jpg

L’arbre a cela d’exceptionnel qu’il symbolise l’éternité, capturant, au cœur de ses écorces, l’histoire oubliée de l’humanité… Avant les hommes, il y avait le ciel, la terre, et l’arbre, puissant registre de mystification et de poésie. De son bois s’exaltent des odeurs, des souvenirs et des contes qui, de saison en saison, émeuvent tout à chacun. Aujourd’hui, la maison Diptyque capture l’esprit de Sylvain, dieu de la forêt, au cœur d’une bougie forte d’enchantement. Et pour cette nouvelle escapade sensorielle, la maison de parfum s’associe à Julien Colombier, un peintre consacré aimant à décalquer l’aura mystérieuse des jungles et des forêts envoûtées.

Des premières hypnoses qui conduisirent le pinceau de Matisse ou celui Keith Haring, en passant par les artistes capables de peindre l’énergie de la gaieté, Diptyque a souvent cherché à capturer l’essence olfactive de ces instants. Dans ces captivants tableaux olfactifs ou visuels, la Nature intervient en un constant détonateur : Diptyque y puise ses matières premières les plus nobles, tandis que Julien Colombier eut en charge de dessiner cet écrin… Une géométrie universelle qui fut ici prétexte aux volumes souples ou pointus, dans des tons très hivernaux. Une poétique des contrastes qui charme à la fête autour de trois parfums : Sapin, Liquidambar, et Oliban… Disponible dès novembre prochain.

La Collection Hiver 2015 de Diptyque

bougies2.jpg

L’arbre a cela d’exceptionnel qu’il symbolise l’éternité, capturant, au cœur de ses écorces, l’histoire oubliée de l’humanité… Avant les hommes, il y avait le ciel, la terre, et l’arbre, puissant registre de mystification et de poésie. De son bois s’exaltent des odeurs, des souvenirs et des contes qui, de saison en saison, émeuvent tout à chacun. Aujourd’hui, la maison Diptyque capture l’esprit de Sylvain, dieu de la forêt, au cœur d’une bougie forte d’enchantement. Et pour cette nouvelle escapade sensorielle, la maison de parfum s’associe à Julien Colombier, un peintre consacré aimant à décalquer l’aura mystérieuse des jungles et des forêts envoûtées.

Des premières hypnoses qui conduisirent le pinceau de Matisse ou celui Keith Haring, en passant par les artistes capables de peindre l’énergie de la gaieté, Diptyque a souvent cherché à capturer l’essence olfactive de ces instants. Dans ces captivants tableaux olfactifs ou visuels, la Nature intervient en un constant détonateur : Diptyque y puise ses matières premières les plus nobles, tandis que Julien Colombier eut en charge de dessiner cet écrin… Une géométrie universelle qui fut ici prétexte aux volumes souples ou pointus, dans des tons très hivernaux. Une poétique des contrastes qui charme à la fête autour de trois parfums : Sapin, Liquidambar, et Oliban… Disponible dès novembre prochain.

La Bougie Diptyque de Noël 2014

diptyque_-_winter14_ambiance_collection.jpg

La collection 2014 de Diptyque se dévoile sous trois thèmes, ou plutôt, trois senteurs : Épice, Hiver et Résine. Ces senteurs se font évoquant les horizons blancs des pentes arborées, et le délice des chaleurs gourmandes. Si Hiver incarne le bleu qui conte la blancheur enveloppée dans une facette embaumée, l’ambiance Epice se fait chaude et vibrante, comme une force voluptueuse chargée de cannelle enivrante. Alors le vert des bougies Résine recèle tout ce que le pin peut offrir. Elles sont ces senteurs qui nous font par instinct fermer les yeux, pour mieux explorer la réminiscence léguée par leur puissance d’évocation.

Mais ce qui fait toute la magie de ces bougies, c’est aussi le design de leur photophore. Et c’est un collectif de jeunes artistes qui s’est prêté à l’exercice : baptisé Qubo Gas, il cultive une mixité créatrice, mêle techniques traditionnelles et technologie. Dans ce croisement du passé, du présent et du futur, c’est finalement l’intemporel qui se génère. Ainsi, ces paysages étranges, fait d’une superposition de transparences, de states graphiques, crayon, plume, collage, aquarelle – paysages abstraits donc sont un trait d’union de nature à la fois simple et onirique de Diptyque. Car dans cette abstraction, ce sont les toiles de Desmond Know Leet, l’un des trois fondateurs de la maison, qui s’exhibe. Des bougies de prédilection disponible en novembre 2014.

Diptyque et Mina Perhonen, Senteurs et Poésies

image002.jpg

Cette saison, la célèbre marque de bougies Diptyque s’associe à la marque japonaise Mina Perhonen, pour une collection exclusive.

Depuis près de 50 ans, la maison Diptyque crée des bougies parfumées et des fragrances évocatrices de voyages et de dépaysement. Avec une exigence légendaire, la maison fabrique des bougies raffinées véritables symboles du luxe parisien. Pour chacune de ses fragrances, la marque vise l’équilibre olfactif parfait et chaque bougie est constituée de 8 cires de très grande qualité afin de restituer l’essence du parfum le plus fidèlement possible.

Cette saison, Diptyque s’associe à la marque Mina Perhonen, fondée en 1955 par le créateur japonais Akira Minagawa. Né de l’amour du designer pour la culture finlandaise, (Mina signifie “je” et Perhonen, “papillon” en finnois), le label se passionne pour l’artisanat d’art. Spécialisée dans le travail des matières et des imprimés, la marque crée selon un savoir-faire unique, objets et vêtements poétiques.

De la collaboration entre Diptyque et Mina Perhonen sont nées Ciel, Joie et Infini, toutes inspirées par les poèmes d’Akira Minagawa. Les univers cotonneux et délicats  des deux maisons s’entremêlent avec harmonie et raffinement à travers ces compositions florales, herbacées et boisées. Patrick Süskind dans son romain le Parfum a bien raison « Qui maîtrise les odeurs, maîtrise le cœur de l’humanité ». 

Bougies Parfumées par Diptyque

diptyque-scented-candles-graphic-french.jpg
On peut s’inspirer du proverbe japonais, « la vie est une bougie dans le vent », pour clamer qu’aujourd’hui, « Diptyque est la bougie dans le vent ».
Créée par un trio d’amis à l’âme créative et artistique, la marque propose une ligne de bougies parfumées fabuleuse. Les senteurs s’inspirent de la nature et du souvenir, entre mélancolie et délicatesse. L’art de cet artisanat du luxe est de sélectionner les plus nobles et précieuses matières premières pour offrir un univers olfactif magique et intense. L’art du contenant est aussi remarquable: la sobriété ainsi que l’élégance sont la signature de Diptyque. D’inspirations florale, fruitée, boisée, herbacée ou même épicée, les bougies Diptyque proposent une gamme large de senteurs dans lesquelles chacun retrouvera un souvenir choyé et intime. George Sand n’écrivait-elle pas « le souvenir est le parfum de l’âme »? 
Enfin, on peut annoncer que Diptyque fête en ce moment ses 50 ans de création : la marque inaugure un assortiment éphémère aux senteurs d’hiver et ambrées. Leur habit graphique et coloré atteste une collection festive et originale pour cette nouvelle année.

Diptyque, La Bougie Haute Couture

hf_c_choisya_mex-orange-blos_floral.jpg

Au bout de l’avenue Saint-Germain, au numéro 34, tout près du restaurant la Tour d’Argent se trouve le mythique magasin Diptyque. En 1960, ce n’est pas encore l’écrin de luxe réservé aux initiés que l’on connait aujourd’hui : les trois fondateurs Christiane Gautrot, architecte, Desmond Knox-Leet peintre et Yves Coueslant administrateur et décorateur de théâtre y vendent tissus et papiers peints de leur création.

Peu à peu, avec un goût très sûr, le trio transforme la petite boutique en un bazar chic inédit à Paris, un “marchand de rien” comme les baptisent Henri Gault et Christian Millau. C’est alors le seul endroit en ville où l’on peut découvrir des objets insolites ou tout simplement très beaux, chinés et customisés par le trio au gré de leurs voyages en Irlande, au Maroc, au Mexique, en Inde ou encore en Italie. C’est dans ce contexte particulier que le trio parisien s’associe à un parfumeur anglais pour créer ses premières bougies en 1963 : Aubépine, Cannelle et Thé, des senteurs exotiques inédites pour l’époque. Embaumées, envoûtantes et chaleureuses, les bougies, alors moulées dans des simples verres achetés à l’Hôtel de Ville, sont tout de suite un succès. Avec leur étiquette marquée d’inimitables lettrines noires sur un ovale blanc, leur charme simple et discret plait.

Au fil des années, les senteurs se multiplient mais, les créateurs, passionnés d’authenticité et toujours dans une quête de beauté sans ostentation, n’utilisent que des matières premières naturelles comme la fleur d’oranger ou la feuille de cassis. La marque réalise elle-même un mélange de cires qui s’accordent à chaque parfum de bougie. En paraffine de qualité supérieure, non toxique pour les humains et l’environnement, cette cire de premier choix permet aux bougies diptyque d’avoir une durée de combustion encore inégalée. Si la maison commercialise depuis 1968 près de 16 eaux de toilettes ; “les fragrances les plus proussiennes qui existent” dixit Phillipe Starck; ce sont les bougies qui suscitent intérêt et dévotion. C’est d’ailleurs ces bougies qui ont été choisies par Meghan Markle pour décorer et parfumer son mariage  avec le Prince Harry.  

Au temple de la “Haute Couture de la Bougie” selon Marisa Berenson, le geste pour vous faire humer la cire parfumée est semblable à celui d’un rituel entre magie et raffinement.