Le Manteau Jungle Jap du Douanier Rousseau pour l’Automne/Hiver 2018

kenzo_automne_hiver_2018-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

Un jour de 1970, au gré de ses flâneries, c’est par hasard que Kenzo découvre une ancienne boutique de vêtements dans la galerie Vivienne. Avec deux amies, Kenzo fait l’acquisition d’un magasin dont il refait tout l’intérieur. Pour se faire, il puise l’inspiration d’un décor de jungle dans l’une des dernières toiles du Douanier Rousseau. Fasciné par cet art qualifié de naïf, Kenzo voit dans cette femme alanguie sur un canapé rouge en plein cœur d’une jungle tropicale, l’élément clé de son style. C’est ainsi que naît la Jungle Jap, le nom de la maison Kenzo, et l’emblème iconique qu’est le tigre.

            Aujourd’hui, pour la collection Memento N°3, les directeurs artistiques de Kenzo que sont Carol Lim et Humberto Leon remettent au goût du jour cette inspiration première. Sur un manteau à l’esthétique un brin Mongole, l’onirisme de ce tableau intitulé Le Rêve trouve un écho particulièrement intéressant. Transposée en dessins imprimés sur le vêtement, la Jungle Jap devient une tapisserie ponctuée de laine de mouton sur ce manteau idéal de l’Automne/Hiver 2018/19…

            Pièce phare de ce défilé-hommage, le Manteau Jungle Jap est une ode même à la révérence de Kenzo pour le Douanier Rousseau. « L’adoration de Kenzo pour les œuvres du « Douanier » Rousseau a été le point de départ de La Collection Memento N°3, notre toute dernière collection animée, colorée et réalisée façon tapisserie » indiquait le duo à la tête de la création. Mieux, le peintre ami de Guillaume Apollinaire et Picasso rêvait lui-même de voir ces toiles changées en vêtement. Et il faut croire que plus d’un siècle plus tard, la mode enfin pénètre l’art avec une justesse et une équation digne des grands maîtres.

La Robe Imprimée Jungle Jap Signée Kenzo

look-38.jpg

Carol Lim et Humberto Leon ont opéré un virage à 360° dès leur prise de direction à la tête de la maison Kenzo. En actualisant l’héritage du fondateur Kenzo Takada pour y injecter une dose inattendue d’urbanité et de cooliness toute américaine, le duo a ainsi pris l’occasion de la collection Printemps/Eté 2018 introduite à Paris la semaine passée pour mettre en exergue la force du style de Kenzo, évidemment liée à ses origines Japonaises. Il faut dire que le style de Kenzo Takada est en effet reconnaissable entre tous – dès les années 70, l’artiste attire l’attention de par son shop éloquent : la Jungle Jap. Là se mêle avec une habilité rare la modernité et le romantisme ; les couleurs, les formes et les lignes inspirées d’un mélange des cultures. Très vite, ses tissus imprimés et ses pièces composés avec une grande créativité lui valent la reconnaissance de toute la profession.

Entre musique live et acrobates prenant d’assaut la façade du lycée Camille Sée, la maison Kenzo introduisait ainsi un défilé hautement centré sur le Japon – pour cause, la totalité du casting venait d’Orient. Pour la prochaine saison estivale, le tandem bouscule gentiment les codes du prêt-à-porter – en faisant défiler l’Homme et la Femme Kenzo sur le même podium, voici que se dévoilent des costumes-short en trompe l’oeil, les mélanges d’imprimés où le rayé hypnotique côtoie la Jungle Jap, où les cyclistes à dentelles viennent raviver les silhouettes féminines. A l’instar de Kenzo Takada à l’époque, ils mettent en place un jeu décousu de proportions au premier abord venant en fait dérider la mode de la saison à venir. Pièce vedette ou maîtresse de ce vestiaire Printemps/Eté 2018: la robe imprimée Jungle Jap au col jabot. Avec son allure très années soixante-dix et l’association improbable mais hautement réussie aux chaussettes rayées, la silhouette célèbre ici l’ADN même de Kenzo.

C’est finalement une collection éclectique aux motifs multiples qui ancre un peu plus Carol Lim et Humberto Léon dans ce processus de modernisation de la maison. Sans ne jamais gommer les éléments iconiques du dressing Kenzo, le duo préfère les fondre dans l’air du temps jusqu’en révéler toute la pertinence. D’ailleurs, c’est installé au premier rang que le fondateur a pu suivre le défilé – un défilé orchestré comme un véritable manifeste de la beauté asiatique mettant à l’honneur deux figures de l’esprit du Japon. La première, Ryuichi Sakamoto, pionnier de la musique électronique devenu compositeur, militant et danseur adorée par la maison car «  incarnant à la perfection le progrès, la réforme, l’éveil et l’enrichissement spirituels ». La seconde, Sayoko Yamaguchi, très célèbre mannequin dans les années 1970. Elle fut l’un des premiers modèles asiatiques à s’imposer dans les capitales de la mode, incarnant la féminité Japonaise. Muse de Mr Takada lui-même, ce fut ainsi un défilé où se mélangeait passé et modernité, à l’instar de la robe imprimée Jungle Jap.

Flashback 2012 : Le Pull Tigre de Kenzo

50ad07e635b07.jpg

Après Antonio Marras en 2003, place au nouveau duo hype, Humberto Leon et Carol Lim, nommés directeurs artistiques de Kenzo depuis l’été 2011. Fondateurs du concept Opening Ceremony, ces deux jeunes créateurs, désormais incontournables dans le monde de la mode, entendent bien moderniser la marque tout en conservant l’esprit « Jungle Jap » des années 70.

Kenzo, c’est d’abord des imprimés, de la couleur, des inspirations asiatiques, une véritable invitation au voyage, que l’on retrouve dans la campagne de la marque confiée au célèbre artiste Jean-Paul Goude. Traduisant une volonté de modernité et de puissance, Kenzo fait du tigre son emblème. Motif préféré du créateur Kenzo Takada, le tigre revient au goût du jour. Le bestiaire avait déjà envahi nos placards ces derniers mois, il est de retour cet hiver avec le sweat shirt Kenzo décliné en plusieurs modèles. L’important, explique Humberto Leon, « c’est de s’amuser », ce pull molletonné imprimé tigre va égayer nos penderies bien qu’il soit considéré, par le nouveau créateur lui-même, comme « la nouvelle tête de mort ».

Mélange entre le sophistiqué et le casual, ce nouvel accessoire est fait pour « des hommes modernes évoluant dans la jungle urbaine ».