Les Bûches Iconiques de Noël 2019

Comme chaque année, les Chefs Pâtissiers Français débordent d’imagination pour orchestrer les bûches les plus folles — focus sur les plus iconiques !

Il y a longtemps déjà que la tradition de la bûche de Noël ne consiste plus à laisser brûler un bout de bois — au contraire ! Véritable exercice de créativité pâtissière, la tradition sonne désormais comme le rendez-vous très attendu par les gourmets de l’hexagone. Du monde entier même — tradition gourmande à souhait, les Chefs Pâtissier Français sont passés maîtres dans l’exercice.

C’est ainsi que cette année le Chef Pâtissier Dominique Costa revisite pour le Peninsula Paris la forme des vignes. Mais en version sucrée et hautement inspirée. Sa bûche se compose ici autour d’un bonbon praliné amande associé à un craquant au chocolat noir vanillé… Le tout enveloppé d’un fin glaçage où le croquant libère un biscuit aérien et parfumé au pain d’épices. La touche finale? Des morceaux de poire au vin exaltés par une légère mousse vanillée.

Autre lieu iconique de Paris, autre style. Pour La Réserve Paris, le Chef Pâtissier Adrien Salavert a choisi de célébrer leur impressionnante collection de livres anciens. La bûche devient ainsi trompe-l’oeil et, joue à chaque couverture d’une couche de chocolat légère et ravissante pour le palais — parfumée au thé et aux agrumes. Pour le Grand Hôtel du Cap-Ferrat, Florent Margaillan, champion de France des desserts en 2010, a voulu honorer l’harmonie des saveurs toutes simples et gourmandes.

C’est aussi le parti pris par Nicolas Paciello, nouveau Chef Pâtissier du Fouquet’s. Avec l’aide de l’historienne Marion Godfroy-Tayart de Borms, ils ont composé une bûche autour d’un biscuit Malmaison aux amandes torréfiés, beurre de noisette et zeste d’agrumes… Une composition qui célèbre les 120 ans Fouquet’s, complétée d’une crème madame et insert bergamote — une association inédite ! Autre création inédite, celle de Pierre Hermè pour le Royal Monceau: une bûche comme une roue, débordante d’une sophistication extrêmement gourmande. Elle se dévore déjà des yeux.

Tout comme la création exotique faite par Jimmy Mornet pour le Parc Hyatt Paris-Vendôme. Autour du sudashi, petit agrume vert et sauvage Japonais, le Chef pâtissier a développé toute une saveur aidée par l’audace du duo confit poire et citron, biscuit moelleux, citron jaune, sirop de poire et d’un croustillant amande et chocolat dulce.

Le Café Pouchkine n’est pas en reste puisque Patrick Pailler a, lui, concocté la bûche ‘Tropiki Pouchkine’. Un délice encagé dans une construction en chocolat blanc aux tons orangés… A l’intérieur? Une bûche composée d’un biscuit amande, d’un confit de mangue avec des morceaux de mangues fraîches… Imbibé d’un sirop de rhum blanc-passion, d’une mousse vanille de Madagascar et d’une gelée mangue.

Enfin c’est aux deux mythiques palaces de Paris que se découvre la tradition version 2019. Là où, pour l’hôtel Crillon, le Chef Matthieu Carlin imagine une bûche comme ‘Le Carrosse de Noël’ dont l’intégralité peut être dégustée. Une plongée Proustienne dans l’enfance, notamment parsemée d’une mousse au chocolat noir 66% et une gelée de pamplemousse rouge. Mais c’est justement l’antre de Marcel Proust qui dévoile la bûche la plus convoitée de l’année.

Il faut dire que le Chef François Perret pour le Ritz fut, en 2019, consacré meilleur Chef Pâtissier au monde. Un talent qui se dévore autour d’une bûche légère mais gourmande. Une création bâtie autour d’un biscuit moelleux aux noisettes torréfiées — enrobées d’un crémeux Gianduja et d’un chocolat noir Carúpano 70%. Une spirale désirable à souhait, à mettre sur toutes les tables de Noël.

Les Folles Rencontres du Crillon 

capture_decran_2018-09-19_a_21.37.09.jpg

Le Crillon fourmille de petites histoires sur ses hôtes de prestige. Alors lorsque pour la première fois de son histoire le Musée Grévin autorise la sortie de 17 de ses illustres statues de cire, c’est à Emanuele Scorcelletti qu’il confie la mise en place d’une exposition très particulière. Du 18 Septembre au 25 Novembre 2018 ‘Les Folles Rencontres du Crillon’ célèbrent ainsi les noces de coton de la réouverture du chef d’oeuvre de la Place de la Concorde — une réouverte tout en beauté et décontraction ! 

 

Juillet 2017. Le Crillon rouvre ses portes après ce qui est tenu pour être un ‘ravalement de beauté’. Cet écrin de luxe et de savoir-recevoir, jadis décrit par Salvador Dali comme le « symbole du raffinement parisien », est aussi un hôtel légendaire. L’un des plus anciens hôtels au monde fut ainsi la maison de passage pour nombre d’artistes — Piaf, Hendrix ou encore Hemingway : voilà que le photographe Emanuele Scorcelletti compose aujourd’hui des rencontres loufoques et rêvées entre ces personnalités hors norme… 

 

Du Général de Gaulle à Louis de Funès, d’Édith Piaf à Madonna, les ors du cinq-étoiles content une nouvelle histoire à partir de légendes bien gardées. L’interprète de ‘La Vie en rose’ aimait par exemple pousser la chansonnette dans l’ancien bistrot de l’hôtel, qui se trouvait au sous-sol. Au bar Les Ambassadeurs, qui souvent accueillait Ernest Hemingway ou Charles Aznavour, Mick Jagger reprend sa position sur le zinc — le leader des Rolling Stones aimait y chanter haut perché ! Quelques mètres plus haut, la suite Bernstein, avec sa terrasse privée offrant une vue imprenable sur le Grand Palais et la Tour Eiffel, sert désormais de scène à un Jimi Hendrix survolté ! Oui, les ‘Folles Rencontres du Crillon’ auront de quoi générer de drôle de souvenirs.