Trench en Tout Genre chez Burberry pour l’Automne/Hiver 2018

defile-burberry-printemps-ete-2018-londres-look-21-icon-icon-sebastien-girard.jpg

C’est aujourd’hui après 17 ans à la tête de la direction artistique de Burberry que Christopher Bailey quitte ses fonctions. À cette occasion, son ultime collection célèbre les codes de la maison tout en honorant ses valeurs. « Je voulais que la collection soit un reflet du passé de Burberry, de notre présent, mais aussi de mon grand enthousiasme quant à ce que le futur réserve pour Burberry. » À retrouver pour l’Automne/Hiver 2018 : une myriade de pièces iconiques, devenues en deux décennies les vêtements clés de la mode. En tête de cette collection témoin, le mythique trench Burberry. 

Et Christopher Bailey le présente d’emblée dans une version originale des plus désirables ; le trench modèle 1970 signe le look numéro 21. Un peu plus loin, c’est la silhouette 41 de cette collection Burberry Automne/Hiver 2018 qui retient aussi l’attention. Le Trench ici se pense en double association. Un effet de superposition avec un coupe-vent vient quelque peu réinventer l’icône. Et en tant que forte composition, la pièce ne peut que briller par son audace. Ainsi, au cœur des volumes époustouflants du Dimco building, Christopher Bailey a aussi tenu à honorer les valeurs de la maison Burberry — comment ? En mettant en avant les couleurs de l’arc-en-ciel ; véritable engagement auprès des communautés LGBTQ+. 

C’est pourquoi un autre des codes majeurs de la griffe fut ici réinventé. Le check Burberry, signature même de la maison en tartan beige, noir et rouge, prend pour l’Automne/Hiver 2018 les couleurs de l’arc-en-ciel ! Nombre des pièces clés du vestiaire Burberry de ces 20 dernières années furent ainsi réintroduites pour être proposer dans une collection capsule destinée à défendre le droit de ces minorités. Mieux, toutes ces pièces et les nouveaux trenchs sont d’ores et déjà disponibles à l’achat !

Burberry Automne-Hiver 2016 : Le Trench Est Mort – Vive Le Trench !

burberry.jpg

Ce fut l’atelier d’artisan Makers House à Soho que Christopher Bailey choisis pour y tenir le défilé Burberry Automne Hiver 2016. Fidèle à son patrimoine, Burberry s’est inspiré du roman Orlando de Virginia Woolf, pour plonger ses invités dans une autre époque. Faire entrer la maison dans le see-now-buy-now est un fait, mais l’occasion fut aussi choisie pour renouer avec les pièces les plus iconiques du vestiaires Burberry – et notamment le Trench trempé dans un beige army, celui que l’on ne rêvait plus de trouver.

Épaules tombantes un brin aristocrate encanaillé, la silhouette du Trench version 2016 joue clairement sur l’ambiguïté du masculin-féminin. Cette ambiguïté travaillait par celle qui mit le Trench au pas de la mode – Marlene Dietricht. Elle qui, toujours a joué avec les styles par-delà le genre, adopte le pantalon la première, et popularise aussi le Trench-coat… Tempérant la féminité avec détachements, la pièce demi-couture présente aujourd’hui l’apothéose de sa métamorphose.

En retrouvant cette coupe large et décintrée, la pièce apparaît actualisée, sans col – plus cool, tout simplement. Avec un front croisé, la mythique doublure de tartan est loin de l’ennui ; au contraire, ce retour aux sources du Trench avec son beige militaire ravi ! Défilant dans un building du quartier plus de Soho, celui là même qui autrefois abritait Foyles, la meilleure librairie d’occasion de Londres, fait dire à Christopher Bailey : « Ce lieu reflète la collection. Les bâtiments restent, mais leurs habitants changent ». Tout comme le Trench finalement.

 

Le Parapluie Burberry, l’Elegance Britannique

burberry1.jpg

C’est en France, au 18ème siècle, que le parapluie-canne fait son apparition. Essentiellement diffusé dans la Haute Société, il devient un véritable article de mode. Rapidement, il évolue et s’équipe d’un manche télescopique, plus moderne. Il faudra peu de temps à la Griffe Anglaise, pour faire de cet accessoire un produit phare. L’illustre tartan écossais blanc, noir et camel, le Nova Check, orne chacun des parapluies, pour les transformer en pièces chic et sophistiquées. Indétrônable, Burberry use de son esprit novateur pour satisfaire sa clientèle exigeante, et conserver sa position dans l’univers du luxe.

En 2014, le parapluie de la Maison est mis à l’honneur dans un court métrage, réalisé pour la campagne des fêtes de fin d’année. Dans un cadre épuré, Roméo Beckham arpente avec grâce les rues de Londres, et danse sous la neige de Noël… « From London with Love » présente l’accessoire, dans une atmosphère rêveuse et mélancolique. Christopher Bailey, directeur artistique de Burberry, s’inspire des comédies musicales à succès pour transmettre au trench anglais et au parapluie, cette note « british », tant appréciée des fidèles de la griffe. Désormais, la pluie sera votre allié, et fera de vous une véritable icône du style…

 

Le Duffle-Coat Burberry Automne-Hiver 2016

burberry_menswear_january_2016_collection_-_look_6.jpg

Si Christopher Bailey a, lundi, présenté sa vision de l’homme pour la saison Automne/Hiver 2016, c’est bel et bien le mélange des genres qui orchestrait la nouvelle collection Burberry. En signant un style dans l’équilibre parfait entre casual, sportswear et inspiration militaire, le directeur artistique de la maison a ici mis en lumière un homme d’une élégance folle, dans un tailoring à la simplicité mesurée.

Christopher Bailey revisite ainsi la gimmick Burberry le long d’un duffle-coat vert kaki – englobant, un tombé nonchalant sublimant à merveille la silhouette de l’homme, la pièce révèle une longueur peu habituelle mais ô combien rêvée. Subtilement feutrée, teint dans un vert forêt, le duffle-coat conserve toutefois l’éternel cordage beige… Avec cette collection, Burberry signe ainsi l’allure d’un homme profondément dans l’air du temps, élégant, l’air de rien.

Le « Trench Par-Dessus » Automne-Hiver 2016 par Burberry

burberry_menswear_january_2016_collection_-_look_31.jpg

Christopher Bailey a cette année fait plus que rechercher dans les archives de la maison une grammaire parfaite pour l’époque – depuis quelques saisons déjà, à force de réinventer les codes de la maison, Bailey parvient aujourd’hui à mettre en mode le millésime du trench imaginé par Thomas Burberry il y a plus d’un siècle.

Et c’est ainsi que la pièce centrale du défilé se fait parfois demi-zippée, parfois sans, tantôt utilisée comme par-dessus, tantôt enfilée comme un trench. Zippée blanc, et avec un long col léger tout à la fois esthétique et protecteur, la nouvelle variation autour du trench Burberry sent bon la fin des seventies. Allurant sans hésitation l’homme qui le fait sien, le trench par-dessus, dans sa nouvelle équation, s’impose comme le must-have de l’hiver prochain.

Le Trench Imprimé de Burberry Automne-Hiver 2015-2016

burberry.jpg

On le sait, Christopher Bailey est fasciné par le rythme et le changement du monde. Pour autant, voici que le directeur artistique de la maison Burberry s’éprend, s’amuse, et éprouve même un certain bonheur à l’idée de ralentir la marche du monde – du moins, à son niveau. La collection se nomme Patchwork, Motif et des Tirages… C’est ainsi qu’il se mit à réfléchir sur le trench au prisme d’une réalité : il est une pièce qui se transmet de génération en génération, un héritage qui parfois remonte à son statut de manteau des tranchées… Le voici qui se confie alors sur son désir de léguer de nouvelles pièces patrimoniales.

Dans ce vestiaire post-hippie, la palette est chaude : du bordeaux au bleu canard, on passe par des nuances vert bouteille et ocre. Le kaki, l’orange et le vert turquoise se déclinent et s’entremêlent sur des pièces résolument ethniques. Et le fameux trench ceinturé se revisite sous des influences bohèmes. Inspirée des artisanats nationaux, l’esthétique hippie est portée à un tel degré de raffinement que le trench à motifs fleuris est un véritable hommage à scène folk des années 60-70… Un témoignage de la richesse et de la force de proposition de la griffe.

My Burberry Eau de Toilette

smallmyburb.jpg

Tonique et rafraîchissant. Ainsi peut se qualifier la nouvelle fragrance de la maison britannique. Aussi singulier qu’élégant, le parfum My Burberry Eau de Toilette est à l’image de l’icône qui l’inspire, l’éternel trench-coat Burberry. A l’instar du défilé Automne-Hiver 2016 mettant en exergue fleurs et jardins anglais, My Burberry est une eau très florale. En effet, la première goutte projète immédiatement les sens dans un jardin printanier où, sous l’effet du mercure des petites pluies, l’air prend une odeur toute composée de fleurs mouillées. C’est exactement ainsi que My Burberry Eau de Toilette capture l’essence des jardins anglais, avec, en notes de têtes, pois de senteur et fleur de citronnier. Le cœur de la fragrance se compose autour de pivoines, de fleurs de pêcher et freesia, pour reposer sur une composition de rose de Damas, leucobryum glaucum et musc…

 Grand floral, My Burberry Eau de Toilette part aussi en campagne ! Photographiée à Londres, capturée par l’œil mécanique de Mario Testino sous la direction de Christopher Bailey, la campagne met en avant l’inspiration et la création, le trench-coat Heritage et le parfum. Pour les incarner, Bailey a choisi Kate Moss et Cara Delevigne, représentations solennelles de l’esprit naturel de My Burberry de par leur énergie radieuse et déconcertante. Le flacon reste le même que celui dessiné par Christopher Bailey. Aussi, de la même manière que pour My Burberry Eau de Parfum, il possible de personnaliser leur flacon My Burberry Eau de Toilette, en y apposant jusqu’à 3 initiales… Et la senteur est déjà disponible !

Le Trench Imprimé de Burberry Automne-Hiver 2015-2016

bur_0299.jpg

On le sait, Christopher Bailey est fasciné par le rythme et le changement du monde. Pour autant, voici que le directeur artistique de la maison Burberry s’éprend, s’amuse, et éprouve même un certain bonheur à l’idée de ralentir la marche du monde – du moins, à son niveau. La collection se nomme Patchwork, Motif et des Tirages… C’est ainsi qu’il se mit à réfléchir sur le trench au prisme d’une réalité : il est une pièce qui se transmet de génération en génération, un héritage qui parfois remonte à son statut de manteau des tranchées… Le voici qui se confie alors sur son désir de léguer de nouvelles pièces patrimoniales.

Dans ce vestiaire post-hippie, la palette est chaude : du bordeaux au bleu canard, on passe par des nuances vert bouteille et ocre. Le kaki, l’orange et le vert turquoise se déclinent et s’entremêlent sur des pièces résolument ethniques. Et le fameux trench ceinturé se revisite sous des influences bohèmes. Inspirée des artisanats nationaux, l’esthétique hippie est portée à un tel degré de raffinement que le trench à motifs fleuris est un véritable hommage à scène folk des années 60-70… Un témoignage de la richesse et de la force de proposition de la griffe.

Le Défilé Burberry Homme et ses Écharpes

00470h_479738167_north_552x.jpg

La collection, le directeur artistique de Burberry, Christopher Bailey choisiT de la titrer « Classically Bohemian ». Il faut dire que le directeur artistique est depuis longtemps épris de la façon dont les bohèmes jouent avec les classiques ; mais lorsqu’il s’agit d’introduire cet air-de-rien dans l’héritage Burberry, le designer pioche dans les cultures lointaines, et les traditions populaires. Et c’est ainsi que, sans écorner la tradition du géant Burberry, la gamme de couleurs égraine des nuances d’ailleurs quand les motifs cachemire et les micromiroirs à l’indienne composent le vestiaire idéal de l’homme du XXIe siècle.

Mieux, si Bailey décide de capturer la nature dans des tentures épaisses, c’est pour laisser l’homme Burberry se draper dans des ponchos ou d’énormes châles frangés. Une ligne « décorative et libre », selon ses propres mots. Des écharpes monogrammées donc, introduites à la vente immédiatement après le défilé. Et c’est une première ! La collection Clasically Bohemian ouvre ainsi la voie au runway made to order, avec le détachement et l’élégance des nomades Burberry, qui ne s’échappent sans écharpe pour les lointaines contrées. 

Le Conte de Noël des Vitrines du Printemps par Burberry

noel-printemps-412e4075956-original.jpg

C’est devenu une tradition : pour la saison des fêtes et jusqu’au 10 janvier, l’antre de la mode parisienne accueille chaque année le conte de Noël d’une maison de mode. Après Prada en 2013, le Printemps noue un partenariat avec la maison anglaise, Burberry. Pour l’occasion, la maison investit les vitrines, la façade et l’atrium du grand magasin Printemps, situé sur le boulevard Haussmann à Paris. Inauguré cette semaine en présence de l’icône Kate Moss, et du mannequin Cara Delevingne, ce partenariat lance également le coup d’envoi d’une collection de pièces en édition limitée, designée exclusivement pour le Printemps. A l’honneur, trench coats, accessoires, idées cadeaux et des pièces collector, elles-mêmes mises en scène dans les vitrines.

Et à travers les onze vitrines justement, Burberry nous légende son conte de Noël. C’est l’histoire d’un petit garçon et de son nounours se lançant dans une traversée qui prend naissance dans le flagship Burberry au 121 Regent Street à Londres, pour s’achever au grand magasin Printemps à Paris. Et les vitrines mettent en scène un casting de marionnettes faites main – portant toutes différentes versions de la collection exclusivement en vente au Printemps. Parmi les scènes du voyage : « La Traversée de la Manche », mais avec la particularité qu’elle nous est contée par Christopher Bailey, l’as de la fusion des technologies de communication et de la mode. Oui, car à l’aide de leurs smartphones, les visiteurs pourront entrer eux-mêmes dans l’expérience des vitrines, et ainsi intéragir avec chacune des scènes. Ainsi, lorsque le petit garçon traverse la Manche, les spectateurs peuvent contrôler le climat dans la vitrine… recréant les bruits et les éclairs d’un orage au-dessus de la mer, avec en toile de fond les falaises anglaises.