J’Adore De Dior, Icône De La Parfumerie

Jean Cocteau disait de Dior: « Un nom magique (qui) combine Dieu et or . » Le parfum J’Adore a fait de l’or une effluve magique et enivrante.

L’Histoire Du Parfum J’Adore de Dior

L’histoire du parfum débute en 1999 lorsque la maison Dior, sous l’impulsion de Sabina Belli, alors directrice marketing international de Parfums Christian Dior, mandate le nez Calice Becker pour réaliser la nouvelle senteur de la maison.

La seule contrainte? Celle de respecter la diorness. Autrement dit, la féminité, l’élégance et l’émotion des femmes Dior. C’est l’une des premières compositions de Calice Becker pour Dior. Ce faisant, elle décide de rendre hommage au couturier-fondateur, disparu en 1957.

Lui était convaincu que «  les fleurs (après les femmes) sont les créations les plus divines.  » Fidèle à la vision de Christian Dior, Calice Becker rompt alors avec les codes olfactifs des parfumeurs de la décennie et initie le genre floral fruité… « comme les bouquets de fleurs qui accompagnent toujours les rites de passage féminins, tels que le mariage » précise le nez.

Celle qui fut maître parfumeur chez Balmain et Tommy Hilfiger a voulu capter l’émanation d’un bouquet floral, flatté par une douce et pesante lumière solaire.

Pour se faire elle forge le coeur à partir du mariage entre la violette de France, le Champaca (sorte de magnolia d’Inde à odeur fraîche et fruitée) et l’orchidée cristallisée. En fond, une note de musc de mûre épouse de manière suave le bois d’amarante. Obtenue par un procédé de Haute Parfumerie, la distillation, Calice Becker fait jaillir l’essence éclatante et délicate de la fleur.

Le flacon est confié quant à lui à Hervé Van der Straetenle. L’ancien joaillier s’inspire alors des des colliers Massaïs que John Galliano a fait défiler pour la collection Automne/hiver 1997. Sensuelle, la bouteille prend la forme d’une amphore de verre, un écho à la première bouteille Miss Dior. Il raconte avoir eu comme idée « une goutte très épurée et beaucoup d’or. L’or symbolise l’éternité, la chaleur, le soleil et la sensualité. »

Plus Iconique Que Le N°5?

Un an après sa sortie, baptisé d’une exclamation très Française, J’Adore est commercialisé en édition limitée à 500 exemplaires avec un flacon en cristal et fils d’or réalisé par Baccarat. Tout comme Miss Dior avant lui, l’édition très spéciale suit la commercialisation du nouveau parfum…

Et c’est son nom qui va contribuer à faire de ce parfum l’étendard d’une nouvelle parfumerie. J’Adore,  un nom « qui peut se dire dans toutes langues et dans lequel on entend or et Dior » rappelle Sabine Belli. John Galliano lui même y trouve un souvenir…

A son arrivée à Paris,  très timide et parlant très mal Français, John Galliano ne connaissait que cette formule, « J’adore, j’adooore! »

Deux ans plus tard, J’Adore rafle la première place des ventes au mythique n°5 de Chanel. Sans doute aidée par une campagne de publicité devenue elle-même une icône du genre, avec Carmen Kass dans un bain d’or.

Charlize Theron, là encore sous l’objectif de Jean-Baptiste Mondino, sensuelle et divine.

Une effluve qui a le pouvoir d’habiller d’or tout corps qui la côtoie. Des essences rares pourtant si chaleureuses, c’est en deux mots l’attitude Dior.

J’adore de Dior Célèbre la Journée des Femmes avec Charlize Theron

jadoreinjoy_encartsofistic_f39.jpg

Le parfum J’adore de Christian Dior est une ode olfactive et physique à la femme, à son charme et à sa puissance. Composée en 1999 par Calice Becker, J’adore renferme dans un flacon ciselé comme une amphore, une senteur florale, lumineuse, gaie et affirmée ! Le parfum vedette se réalise ainsi autour d’un mariage inédit de fleurs – le Champaca, et son odeur fraîche et exotique ; la violette et l’orchidée cristallisée… En fond, c’est le bois d’amarante qui vint s’accorder avec une note de vin de Banyuls et de prune confite… Une sophistication rare qui vient éminemment symboliser la féminité absolue de la femme Dior.

            Depuis 2004, c’est l’actrice au sourire lumineux, Charlize Theron qui lui prête ses traits et son aura. Cette année pour le 8 Mars, la belle expose devant la caméra, une réflexion sur ce que signifie d’être une femme aujourd’hui. Indépendante et sensuelle, forte et gracieuse, la femme Dior incarnée par Charlize Theron questionne en même temps qu’elle atteste la nécessité d’imposer sa vision, ses choix et sa personnalité. J’adore Être Une Femme devient ainsi l’ode audacieuse et contemporaine d’un parfum iconique !

            Il est de ces choses que l’on croit avoir toujours connues, dont on pense avoir toujours été accompagné – le parfum J’adore de Dior est de cela… Et aujourd’hui, la Journée Internationale de la Femme est l’occasion d’attester d’une nouvelle vision de la féminité – une femme forte qui renverse les normes et les codes établis, sans ne jamais renier qui elle est… Une femme d’esprit, authentique, généreuse, pétillante et indubitablement engagée !

La Nouvelle Campagne Dior J’adore

Compagnon intemporel venant illuminer la vie à chaque fois qu’il jaillit, le parfum J’adore de Dior a cela qu’il embrasse le cou de toutes les femmes, comme une ode de toutes les fleurs. Sans cesse réinventé depuis sa création, il est la senteur Dior par excellence : composition complexe mais imperceptible. Jamais ne faisant la démonstration prétentieuse de sa virtuosité, J’adore épouse en son coeur les fleurs rayonnantes qui allient les contraires, concluant des notes florales iconiques un ensemble attirant, inédit et terriblement mystérieux. Il y a d’abord l’Ylang-Ylang des Comores, puis sonne le fabuleux Jasmin de Grasse – emblématique du pays grassois, terre de Monsieur Dior lui-même. Enfin, l’accord capture l’essence de la Rose Damascena turque… Charnelle sans être pesante, la fragrance, souvent, est un lieu rêvé à la mesure du désir des femmes Dior.

Et voici qu’aujourd’hui Jean-Baptiste Mondino ouvre un nouveau chapitre de la passionnante saga du parfum J’adore. Dans ce nouvel opus, réalisé comme un nouveau départ : « Elle est à présent totalement libre, plongée dans une nature souveraine et débarrassée de tous les artifices. Son regard désigne ce qui importe aujourd’hui plus que tout : préserver notre planète et tout particulièrement l’eau qui est notre nouvel or. Elle nous dit que le luxe peut avoir du sens » explique le réalisateur. Justement, l’égérie Charlize Theron incarne à merveille la beauté et l’absolu du joyau intact qu’est J’adore en revenant aux fondamentaux – un luxe qui se cultive avec mystère, mais toujours sublime et complexe lorsqu’il épouse la Nature.

 

Le Mascara des Tapis Rouges : Diorshow Iconic Overcurl

Mascara.jpg

« Le cinéma, comme la peinture, montre l’invisible », nous dit Godard. Le cinéma, un haut-lieu de créations et de métamorphoses, né de l’instant et de l’imaginaire. Un monde dans lequel le costume enveloppe son personnage jusqu’à en extraire une essence parfaite : une icône captivante, telle une Marlene Dietrich en Lola-Lola, dans L’Ange bleu. Cet art de la transformation, celui des coulisses, Dior l’immortalise cette année par son tout nouveau mascara, le Diorshow Iconic Overcurl. Ce rimmel inédit sait s’inscrire dans la continuité du fameux Diorshow Iconic que nous connaissons depuis 2002, tout en étant révolutionnaire et novateur.

Il s’inspire du spectaculaire, du grandiose et du luxe tout droit reçus de l’aura sensuelle des actrices des années 30. Si le costume et le maquillage fascinent, les astuces et techniques make-up de l’époque passionnent également : la brosse de l’Overcurl est incurvée et de taille XXL, telle la doublure de son actrice principale et originelle qu’est, aussi surprenant soit-il, la brosse à dent. La formule du mascara est enrichie de polymères-K, dont on reconnaît le caractère tenseur, gainant et fixateur. Le pinceau alors créé, entre héritage et innovation, offre et révèle des cils à la courbe parfaite et au volume foudroyant.

L’oeil de biche est ainsi le costume parfait que Dior nous offre, un costume à la fois intemporel, naturel et indispensable : il est aussi facile à porter qu’à enlever, entre artifice divin et nudité magnifique. Le Diorshow Iconic Overcul se présente tel une seconde peau, par laquelle nous deviendrions les héroïnes de notre propre mise en scène, de notre propre histoire. Entre podium, écran et quotidien, tout se confond, tout se transforme, et l’on croise aussi bien Marilyn Monroe que Grace Kelly, sans oublier Charlize Theron. Avec l’Overcurl, la peinture de l’invisible et de l’ineffable beauté féminine est à son comble.