Le Tailleur Chanel avec Basques de l’Automne/Hiver 2018

tailleur-chanel-automne-hiver-2018-2019-icon-icon-sebastien-girard.jpg

Sous la nef du Grand Palais, la maison Chanel a bel et bien fait pousser une forêt éphémère pour célébrer tout le charme de l’automne. Le sol recouvert de feuillages, les arbres dénudés de leurs feuilles – Karl Lagerfeld parle d’un été indien ; d’une saison hautement poétique. Et pour vêtir une femme Chanel éminemment tournée vers les activités forestières, cette saison, le directeur artistique réinvente le mythique tailleur de Mademoiselle, twisté de basques ponchos !

            Taillé dans un tweed classique et duveteux, le tailleur Chanel avec basques de l’Automne/Hiver 2018/19 signe la silhouette idéale pour une balade en forêt. « Chanel, c’est la vie même, des vêtements qui ont une possibilité de vie » précise d’ailleurs Karl Lagerfeld. Et il est vrai que Coco elle-même a cherché à composer des toilettes, des pièces comme autant d’éléments favorisant et accompagnant l’activité extérieure de la femme. Toujours aussi sublime, le tailleur Chanel réchauffe ici la mannequin Felice Noordhoff dans une version inédite aux teintes automnales.

            Le col net et épais, la silhouette longue et les épaules carrées – le tailleur Chanel avec basques de l’Automne/Hiver 2018/19 s’évase légèrement à la manière de doubles ponchos horizontaux. Et c’est bien là toute la force et le caractère de cette pièce iconique : une façon d’épouser toutes les lignes, toutes sortes de volumes sans ne jamais rien compromettre de l’allure emblématique de Chanel. Le temps n’a en effet pas d’emprise sur les icônes, le style et l’allure de la maison de la rue Cambon – une allure qui, assurément, saura convaincre les égéries de la maison. Les ambassadrices que sont Keira Knightley, Vanessa Paradis, Alma Jodorowsky, Marie Bäumer ou encore Lily Allen.

Le Tailleur Rose Dragée Chanel Haute Couture Printemps/Eté 2018

tailleur-dragee-chanel-spring2018-icon-icon-sebastien-girard.jpg

Pour le défilé Chanel Haute Couture Printemps/Eté 2018, Karl Lagerfeld transforme le Grand Palais en jardin versaillais. Dans un décor de bosquet très Le Nôtre, entouré d’une galerie en treillage sur lequel grimpent mille et une roses, Chanel distille une allure sophistiquée et incroyablement douce et romanesque. « C’est une ambiance romantique, pas seulement basée sur des volants », a déclaré le directeur artistique. « C’est une romance moderne. Je n’ai jamais pensé que je voulais faire une collection romantique – ça a juste fini comme ça. » Et dans un tel étourdissement de tulle, de plumes, de tweed et de roses, on ne peut que tomber en pâmoison devant tant de beauté.

            Dans cette collection Haute Couture Printemps/Eté 2018 donc, le tailleur iconique se réinvente ainsi en s’amusant d’une teinte dragée. Le tweed, léger et veiné de lurex, passe du rose pâle au blanc avec la versatilité si raffinée qu’on lui connait. Sa veste ici est droite autour d’un col dégagé – épaules accentuées et un dos légèrement bombé… Juste sous la poitrine viennent se glisser deux poches fendues. Et on y glisse les mains dans ce que Karl Lagerfeld veut pour être « la nouvelle attitude ». La jupe, elle, s’entrouvre sur un satin uni et coloré qui vient joliment contraster avec la douceur du tweed tissé.

            Dans cet élégant jeu de matières, le mythique tailleur en tweed démontre une nouvelle fois sa capacité à se réinventer. Une silhouette poudrée qui gagne aussi en prestance aérienne et royale, quand la collection s’amuse finalement des volumes. L’élégante Chanel, elle, semble renouer avec la dimension toute aristocratique de ses débuts coutures. Le « tweed de Coco » se fait ici juvénile et effronté !