Le Camélia, Symbole Souverain de Chanel

Thème totémique dans l’univers Chanel, le Camélia fut à Mademoiselle aussi précieux qu’il fut pour Karl Lagerfeld, et Virginie Viard – un grigri travaillé jusqu’à l’émerveillement.

D’où Vient Le Camélia Chanel?

Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que le camélia parvient à entrer en Europe. Venu de l’extrême Orient, connu par-delà l’Himalaya depuis des millénaires déjà, il faut attendre le siècle des Lumières et son ouverture au monde pour voir l’espèce fleurir sur le vieux continent.

Mais c’est un siècle plus tard que l’harmonie parfaite de ses pétales et toute la symbolique qu’il porte en lui achève aimer def Dandys et autres esthètes de l’époque. Ainsi se réfère-t-on souvent à La Dame aux Camélias, célèbre courtisane immortalisée par Alexandre Dumas puis par Verdi dans la Traviata, pour avoir fait sa légende.

Et justement, à l’âge de treize ans, une certaine Gabrielle Bonheur Chasnel tombe d’émoi devant l’interprétation de Sarah Bernhardt sur les planches. L’adaptation par Alexandre Dumas Fils de son roman autobiographique, La Dame aux Camélias, où il y conte son amour malheureux pour la courtisane Marie Duplessis.

Cocotte, Coco l’était surement. Maie elle avait un talent, une vision et quelque chose à dire. Devenue Chanel, voici qu’elle a pioché, une fois de plus dans le vestiaire masculin, un apparat bien pensé. Une seule fleur, piquée sur la boutonnière de Proust et ses amis dandys.

Enfin, elle l’aurait, seulement, car il est bien difficile de déceler le vrai du faux dans le mythe de Coco. Néanmoins, une chose est sûre: un jour qu’elle se baladait sur une plage d’Etretat, Chanel décide de cueillir un camélia pour l’épingler à la ceinture de sa marinière…

Cette idée fait son chemin et, en 1923, elle pique la fleur pour la première fois sur la robe en mousseline à l’austérité allurée qu’elle vient de créer. Coco serait ainsi tombée amoureuse du camélia car cette fleur a «  la délicatesse de n’exhaler aucun parfum, pour mieux offrir aux femmes la liberté de choisir le leur. »

Sa signature est née. Il n’est alors plus de saison sans que le fétiche de Mademoiselle n’apparaisse sur les silhouettes Chanel. Et c’est Monsieur Lemarié qui lui en sert, de tout son talent.

Les Camélias Chanel, Lemarié, Karl Lagerfeld Et Virginie Viard

Confectionné en tweed, en cuir, en plume, en fourrure, en satin et en organdi, Lemarié livre jusqu’à 20 000 camélias par an à la maison. Hier partenaire, Lemarié a depuis rejoint les rangs du groupe Chanel. Les Métiers d’Art comme composés par Karl Lagerfeld dès 2005.

L’art de la plumasserie, de la confection de fleurs en tissu et la couture se perdant alors, le directeur iconique de la maison a soudé autour de Chanel plus d’un experts. De Lesage à Lemarié en passant par Goossens.

Lorsque le camélia rencontre ainsi la couture de Lagerfeld, il adopte mille et un visages. Dans sa version d’un blanc immaculé, en tweed, ou recouvert de diamants sur une bague, une broche ou un sautoir, la fleur de Mademoiselle orne et émerveille la modernité avec une prestance incontournable !

Figées ou récemment détachables dans la fameuse ligne de Haute Joaillerie ‘1.5 1 Camélia, 5 Allures’, les lignes du camélia sont d’une telle perfection pour Chanel qu’elles deviennent intemporelles. En 2012, c’est une collection entièrement dédiée, sous le nom plus de Jardin de Camélias, qui émerveille l’oeil autour de 99 pièces…

Et la Haute Horlogerie de la maison fait aussi entrer sa montre Première dans le monde des hautes complications horlogères en la stylisant en camélia, la Première Camélia Squelette. « Au lieu d’enlever le métal, nous avons fait en sorte que les roues, les ponts… s’inscrivent dans le dessin du camélia, fleur fétiche de Gabrielle Chanel, dont nous fêtons cette année les 60 ans » indiquait commente Nicolas Beau, en 2017, le directeur international de Chanel Horlogerie.

Récemment, c’est lors du défilé Haute Couture présenté à Paris en Juillet 2017 que le camélia fut une nouvelle fois mis-en-beauté… La mariée entre en scène dans une majestueuse robe en satin double face blanc, ornée de guirlandes de plumes tels des bouquets de camélias. La collection Métiers d’Art 2019/2020 par Virginie Viard a aussi puisé dans le camélia une veste des plus folles — toute faite de camélias, d’une blancheur hypnotisante.

Le Camélia et la Pré-Collection Solaire Chanel Printemps-Eté 2017

landscape.jpg

Ce n’est plus un secret : le camélia et Mademoiselle Chanel n’allaient l’un sans l’autre. Fleur des dandys, appréciée fraîche et équilibrée, Gabrielle avait déjà de son vivant fait d’elle l’un des grigris iconiques de la maison. Et aujourd’hui, près d’un siècle après son introduction dans un vestiaire aussi noble qu’élégant, voici que la griffe revisite le camélia dans une version féminine et décalée, apposée sur des solaires ! La pré-collection lunettes de la saison prochaine se compose ainsi de deux lignes de solaires ; alors que l’une s’amuse du Camélia, l’autre s’éprend de pastels et de fluo.

Sur des montures sport et décontractées, une nouvelle histoire s’écrit donc autour du camélia – des pétales en nylon noir ou blanc fleurissant tout autour de verres miroirs, noirs ou rosés. Mieux, c’est sur des montures oeil-de-chat que se monte ainsi un camélia dans une forme papillon… À l’inverse, des montures ovales jouent sur les transparences vives et acidulées ! Ainsi, les nouvelles lunettes de soleil signées Chanel s’éprennent aussi d’allures de néon jaune, rouge ou bleu, néanmoins adoucis de rose tendre ou de vert pomme… Leurs verres XXL sont rivetés à même l’acétate des montures. Larges et confortables donc, ces nouvelles versions, en adoptant un camélia (extra)ordinaire, annoncent un été aussi doux que pointu. A découvrir à partir du mois de janvier, dans les boutiques Chanel, exclusivement !

Les Poudres Lumières de Kyoto et Camélia de Chanel

chanelllll.jpg

Lumières de Kyoto est une création exclusive des studios de création maquillage de la maison Chanel. Une création qui capte la lumière et l’atmosphère rêveuse du Japon automnal. Feuilles brunies des arbres évanescents dans un brouillard charmant,  la poudre Lumières de Kyoto adapte ses teintes dans un camaïeu en trois tons :  une teinte illuminatrice aux reflets beiges satinés, un blush à l’iridescence dorée rouge et rosée, et une teinte compacte beige clair… Toutes trois viennent se confondre pour s’harmoniser et sublimer chaque point du visage. Avec un naturel aussi spontané que la Nature l’est, ce maquillage vient se poser comme un voile de teintes. 

Le Camélia de Chanel, lui, reprend tout de la longévité, de la pureté, mais aussi de l’esthétisme cher à Coco. Et c’est aussi pour son naturel que la teinte fut choisie :  emblème iconique de la griffe, de la fleur est extraite une nouvelle poudre illuminatrice capturée dans un boîtier laissant apparaître un camélia embossé beige et satiné ! À appliquer en forme de C. Toutefois, voilà deux nouvelles poudres en édition (très) limitée. 

 

La Montre Boy.Friend de Chanel

bfchanelsmall.jpg

Il n’est sûrement pas d’autre garde­-temps dans la grammaire de la maison de la rue Cambon qui reflète aussi bien l’attitude boyish de sa fondatrice que la nouvelle Boy.Friend. Cette attitude, on raconte que c’est à son grand amour Arthur Capel – décédé brutalement en décembre 1919 – qu’elle la doit. Lui qu’elle surnomma “Boy“… Les neuf années passées à ses côtés ont suffi à forger la gimmick styliste des créations de Gabrielle : ce fut d’abord le N°5, parfum né du manque et de l’absence de son aimé, après son décès survenu deux ans auparavant. Chanel apaisera aussi sa peine dans la spiritualité : « Je crois à la quatrième dimension, et à une cinquième (…) C’est né d’un besoin d’être rassurée, de croire que l’on ne perd jamais tout et qu’il se passe quelque chose de l’autre côté. »

Aujourd’hui, la maison Chanel rappelle l’idée en dessinant un garde-­temps inscrit dans le vocabulaire horloger de la maison. Avec sa sobriété, son esthétique épuré et sa forme identifiable, la Boy.Friend porte en elle l’art de twister aux éléments du vestiaire masculin un dessin tout à la fois classique et contemporain, puisque c’est à la Première qu’elle emprunte ses courbes. C’est tantôt dans un format XL de 37 x 28,6 mm, tantôt dans un format Large de 34,6 x 26,7 mm que la boîte incurvée révèle une nouvelle dimension esthétique. Soulignée par de nombreux angles biseautés et des finitions satinées et polies, deux couleurs d’or, blanc ou beige, des diamants ou non, mettent en lumière un garde­temps à la forme oblongue et dépouillé de chiffres.

Voilà que les questions de l’allure, de l’équilibre, de la proportion et les détails sont résolues. En adoptant une attitude masculine presque virile, la Boy.Friend bouscule et transforme l’académisme de l’horlogerie féminine. C’est en effet reliée à un bracelet en alligator Mississipiensis que la Boy.Friend vient enserrer et boucler le poignet de ces belles, éveillant par là même le charme de l’allure garçonne. En plongeant dans les archives de la bouleversante mort du grand amour de Gabrielle, Chanel dépouille le temps de ses chiffres et, dans une dernière pirouette, respecte la spiritualité salvatrice de la Dame aux Camélias qui un jour s’est dit « qu’il suffit de porter quelque chose au poignet pour avoir confiance en l’avenir. » Déclinée en six versions toutes plus désirables les unes que les autres, la montre Boy.Friend est à découvrir dès le 1er septembre prochain.

La Montre Boy.Friend de Chanel

montre2.jpg

Il n’est sûrement pas d’autre garde­-temps dans la grammaire de la maison de la rue Cambon qui reflète aussi bien l’attitude boyish de sa fondatrice que la nouvelle Boy.Friend. Cette attitude, on raconte que c’est à son grand amour Arthur Capel – décédé brutalement en décembre 1919 – qu’elle la doit. Lui qu’elle surnomma “Boy“… Les neuf années passées à ses côtés ont suffi à forger la gimmick styliste des créations de Gabrielle : ce fut d’abord le N°5, parfum né du manque et de l’absence de son aimé, après son décès survenu deux ans auparavant. Chanel apaisera aussi sa peine dans la spiritualité : « Je crois à la quatrième dimension, et à une cinquième (…) C’est né d’un besoin d’être rassurée, de croire que l’on ne perd jamais tout et qu’il se passe quelque chose de l’autre côté. »

Aujourd’hui, la maison Chanel rappelle l’idée en dessinant un garde-­temps inscrit dans le vocabulaire horloger de la maison. Avec sa sobriété, son esthétique épuré et sa forme identifiable, la Boy.Friend porte en elle l’art de twister aux éléments du vestiaire masculin un dessin tout à la fois classique et contemporain, puisque c’est à la Première qu’elle emprunte ses courbes. C’est tantôt dans un format XL de 37 x 28,6 mm, tantôt dans un format Large de 34,6 x 26,7 mm que la boîte incurvée révèle une nouvelle dimension esthétique. Soulignée par de nombreux angles biseautés et des finitions satinées et polies, deux couleurs d’or, blanc ou beige, des diamants ou non, mettent en lumière un garde­temps à la forme oblongue et dépouillé de chiffres.

Voilà que les questions de l’allure, de l’équilibre, de la proportion et les détails sont résolues. En adoptant une attitude masculine presque virile, la Boy.Friend bouscule et transforme l’académisme de l’horlogerie féminine. C’est en effet reliée à un bracelet en alligator Mississipiensis que la Boy.Friend vient enserrer et boucler le poignet de ces belles, éveillant par là même le charme de l’allure garçonne. En plongeant dans les archives de la bouleversante mort du grand amour de Gabrielle, Chanel dépouille le temps de ses chiffres et, dans une dernière pirouette, respecte la spiritualité salvatrice de la Dame aux Camélias qui un jour s’est dit « qu’il suffit de porter quelque chose au poignet pour avoir confiance en l’avenir. » Déclinée en six versions toutes plus désirables les unes que les autres, la montre Boy.Friend est à découvrir dès le 1er septembre prochain.

La Montre Chanel Première Haute Horlogerie

premic3a4re_openwork_flying_tourbillon_soldat_fb.jpg

La Première, est bien la première montre imaginée par Chanel, exclusivement pour les femmes. Nous sommes en 1987. L’objet s’inspire de la forme octogonale du bouchon du flacon du N°5 , elle-même calquée sur la silhouette de la place Vendôme. La Première est une icône. Et aujourd’hui, l’icône se réinvente dans une sophistication extrême.

Finement sertie de diamants, la Première Tourbillon Volant Ajouré, stylisée en camélia, dévoile un tourbillon volant dépourvu de pont supérieur, battant, tout en retenue, au cœur d’un mouvement très finement ajouré. C’est ici le fruit de la collaboration entre l’imaginaire Chanel et le savoir-faire exceptionnel des maîtres-horlogers suisses Renaud & Papi. En or jaune, beige ou blanc, la lunette est sertie de 104 diamants taille brillant et de 4 diamants taille baguette. Le cadran en nacre blanche capture ainsi le calibre tourbillon – un mouvement d’exception, une pièce envoûtante. Une édition limitée à 12 pièces…

La Montre Chanel J12 Haute Horlogerie

Lorsque l’exceptionnel est la règle, la haute horlogerie Chanel bien souvent parvient à composer des garde-temps mêlant à la préciosité et au sublime une technique horlogère des plus aboutis. Et 2015 n’échappe pas à la règle : la J12 Haute Horlogerie est le fruit d’une collaboration entre les ateliers de la maison de la rue Cambon et les maîtres-horlogers suisses de Renaud & Papi. Le tourbillon stylisé en comète précieuse tournoie ainsi avec légèreté ; on a l’impression de le voir se libérer de l’apesanteur à travers une complication noble et subtile. Sous l’impulsion du savoir-faire Renaud & Papi, le tourbillon se défait en fait de son pont supérieur et, comme flottant au-dessus du temps, en active pourtant le battement.

La J12 Haute Horlogerie se dévoile ainsi dans deux versions inédites : la J12 Tourbillon Volant Squelette, diamants ou diamantée, et la J12 Tourbillon Volant Comète. La première se construit autour d’une boîte en céramique high-tech noire mate, cerclée d’une lunette en or blanc. Le cadran, ajouré de 74 diamants taille brillant, se pique d’aiguilles en or blanc, elles-mêmes serties de 21 diamants. La J12 Tourbillon Volant Comète décalque l’un des totems de la maison. Composé de 18 rubis, son mouvement, conçu en exclusivité pour Chanel par la Manufacture Renaud et Papi, se scelle ainsi dans le cabochon du tourbillon en or blanc serti de 19 diamants taille brillant. Mais puisque l’exceptionnel est la règle, l’édition est limitée à 20 exemplaires.

La Montre Chanel J12 Haute Horlogerie

j12_skeleton_open-worked_flying_tourbillon_fb.jpg

Lorsque l’exceptionnel est la règle, la haute horlogerie Chanel bien souvent parvient à composer des garde-temps mêlant à la préciosité et au sublime une technique horlogère des plus aboutis. Et 2015 n’échappe pas à la règle : la J12 Haute Horlogerie est le fruit d’une collaboration entre les ateliers de la maison de la rue Cambon et les maîtres-horlogers suisses de Renaud & Papi. Le tourbillon stylisé en comète précieuse tournoie ainsi avec légèreté ; on a l’impression de le voir se libérer de l’apesanteur à travers une complication noble et subtile. Sous l’impulsion du savoir-faire Renaud & Papi, le tourbillon se défait en fait de son pont supérieur et, comme flottant au-dessus du temps, en active pourtant le battement.

La J12 Haute Horlogerie se dévoile ainsi dans deux versions inédites : la J12 Tourbillon Volant Squelette, diamants ou diamantée, et la J12 Tourbillon Volant Comète. La première se construit autour d’une boîte en céramique high-tech noire mate, cerclée d’une lunette en or blanc. Le cadran, ajouré de 74 diamants taille brillant, se pique d’aiguilles en or blanc, elles-mêmes serties de 21 diamants. La J12 Tourbillon Volant Comète décalque l’un des totems de la maison. Composé de 18 rubis, son mouvement, conçu en exclusivité pour Chanel par la Manufacture Renaud et Papi, se scelle ainsi dans le cabochon du tourbillon en or blanc serti de 19 diamants taille brillant. Mais puisque l’exceptionnel est la règle, l’édition est limitée à 20 exemplaires.

La Montre Camelia Haute Horlogerie de Chanel

eternelles_de_chanel_high_jewelry_camelia_secret_watch_open.jpg

Conçue comme une collection capsule, la montre Haute Joaillerie Camélia continue à s’enrichir au fil des ans. En 2015, la maison convoque les inspirations fondatrices de la Haute Joaillerie de Chanel : la magie de la comète, la légèreté de la plume, et la simplicité du camélia. Il est ici question d’une audace virtuose : imaginer des pièces toujours plus complexes mais toujours plus délicates.

Ainsi naît le Camelia Haute Horlogerie. Sublime hommage à la fleur d’exception choisie par Gabrielle Chanel pour sa somptueuse simplicité, le garde-temps se compose autour d’une manchette immaculée de diamants, structurée avec la poésie d’un jardin. Le doigt se promène sur une allée scintillante de fleurs et de feuilles, mouvant ainsi un petit camélia, qui secrètement s’actionne pour révéler un cadran pavé de diamants baguettes. Une somptuosité horlogère qui se collectionne plus qu’elle ne s’acquiert.