Le Trench Burberry s’Invente en Superposition pour le Printemps/Eté 2019

_bur0073.jpg

« J’ai débarqué ici à 17 ans, j’étais d’une timidité maladive, j’avais peur de la vie, je ne savais pas qui j’étais ou comment m’exprimer. Londres et la culture anglaise m’ont poussé à sortir de ma coquille. Naturellement, j’ai développé une obsession pour le style d’ici, j’étais curieux de toutes ses richesses : la reine et les punks, les skinheads et les victoriens, etc. J’ai beaucoup contribué au développement du streetwear dans le luxe. Mais je trouve que la mode d’aujourd’hui est trop street. On en a oublié le design et la sophistication que je trouve si importants. » Riccardo Tisci faisait ainsi défiler au coeur d’un ancien entrepôt du Royal Mail à Vauxhall une collection plurielle, homme et femme, à la hauteur de la diversité britannique.

 

133 silhouettes et autant de variations autour du patrimoine Burberry ! Si le designer italien avait déjà annoncé un nouveau logo pour la maison, c’est autour du mythique trench-coat qu’il réalise ses plus belles performances. Impeccables, brodées de plumes ou de perles, taillées en robe ou en chemise, c’est dans sa version toute en superposition que l’icône accroche toute l’attention. 

 

Il faut dire qu’ainsi taillée dans du crocodile dans un double effet de longueur, la pièce phare du vestiaire Burberry du Printemps/Eté 2019 a de quoi faire tourner les têtes… Épique transformation de la métaphore même du style britannique, le trench Burberry façon Tisci habille une femme ultrachic et ultra élégante dans cette pièce portée à même la peau ! Eminemment réjouissant…

Le Nouveau Monogramme Burberry Habille Stella Tennant pour le Printemps/Eté 2019

_bur0325_jpg_7541_north_1382x_black-2.jpg

Riccardo Tisci faisait défiler à Londres son tout premier opus pensé pour la maison Burberry. Et, déjà annoncé au courant de l’été, le nouveau monogramme trouvait là un écho bien particulier. En se réappropriant le patrimoine identitaire de cette maison bi-centenaire, l’Italien Tisci a ainsi pioché dans les archives un motif dessiné par le fondateur lui-même. En 1908, avant même d’imaginer le trench-coat, Thomas Burberry donnait une identité visuelle à sa maison — un motif fait des lettres TB comme entrelacées qui, sous l’impulsion de Tisci, fut appelé à être réinventé ! 

C’est donc au célèbre designer Peter Saville que le nouveau directeur artistique de Burberry a soumis l’exercice. L’artiste disposait ainsi de quatre semaines pour donner vie à la vision Tisci pour Burberry. Et le pari fut réussi — sur une palette mêlant dynamiquement orange et blanc et beige, couleur iconique de la maison, est ainsi né le monogramme idéal pour l’époque. Plus abstrait, il vient donc se poser sur nombre de créations du Printemps/Eté 2019. En vedette : un ensemble coupé dans une soie onctueuse, arboré par la mannequin Stella Tennant ! 

Imprimé sur un chemisier à col lavallière, ton-sur-ton avec la doublure en soie d’un blazer en laine très British, le nouveau monogramme sur cette silhouette n°25 admet la démarche de Riccardo Tisci. Celle de célébrer la Grande-Bretagne dans un geste inclusif. Jeunes, âgés, sophistiqués, club kids ou punks, bourgeoises ou aristocrates : Riccardo Tisci l’a dit, il veut habiller et réunir tous les styles et toutes les générations. Et ce autour d’un monogramme fixé entre passé et présent !

Burberry et Vivienne Westwood: La Collaboration Déjà Iconique

portrait-of-riccardo-tisci-vivienne-westwood-and-andreas-kronthaler-c-courtesy-of-burberry-brett-lloyd-002-1530879161.jpeg

Riccardo Tisci a récemment succéder à Christopher Bailey à la tête de la direction artistique de Burberry — c’est ainsi que le designer s’est pris de fascination pour la beauté, l’héritage et le patrimoine de la maison Britannique. Mais l’Italien ne s’est pas arrêté là; de son propre aveu, il a toujours rêvé d’une collaboration avec l’icône absolu du style Britannique — Dame Vivienne en personne! 

« Vivienne Westwood est l’une des premières créatrices qui m’a fait rêver de devenir moi-même designer. Quand j’ai commencé chez Burberry, j’ai su tout de suite que c’était l’opportunité idéale de travailler avec elle. C’est une rebelle, une punk et un personnage unique en son genre dans sa représentation du style britannique. Elle a inspiré beaucoup d’entre nous. Je suis tellement fier de ce que nous allons créer ensemble » déclarait Riccardo Tisci. 

Et si aucune pièce n’a actuellement filtrée, la collection capsule devrait faire la part belle aux pièces à très, très fort potentiel de désirabilité! « Il y aura des pièces iconiques de l’ère punk revisitées pour aujourd’hui, sans tomber dans la nostalgie. Riccardo et moi nous sommes rencontrés il y a environ deux mois, puis j’en ai parlé à Vivienne et elle a adoré l’idée » détaille Andreas Kronthaler. Une collection à découvrir en Décembre prochain dont une partie des bénéfices seront reversés à Cool Earth, une ONG luttant contre la déforestation et le réchauffement climatique. Une collection très Westwood en somme! 

 

Gosha x Burberry: La Seconde Collection Capsule

gosha-burberry.jpg

C’est la seconde fois que la maison Burberry s’associe au jeune designer Gosha Rubchinskiy pour réaliser une collection capsule jouant des codes, des thèmes, bref, des pièces phares de la maison. Et pour sa deuxième collaboration, le Russe a proposé 13 pièces en édition limitée faisant la part belle au tartan, trench et autres duffle-coats oversizes iconiques du Britannique. Revisitées à travers la patte ironique et idéaliste de Gosha  Rubchinskiy, les pièces en question fusionnent archives Burberry et décalage contemporain. 

Dans les coloris noir, vert foncé et bordeaux, les duffle-coats jouent ainsi d’attaches en bois de hêtre et d’une capuche détachable… Côté tailoring, des chemises en flanelle fusionnant deux tailles de tartan pour un effet détourné des plus actuel. Mieux, le mythique  trench coat est ici retravaillé avec une ceinture à double boucle inspirée des archives du style militaire… Les accessoires, eux, intègrent le tartan en total look le long d’écharpes en cachemire, sur des bobs en flanelle à carreaux et autres mocassins en cuir. Une collection hautement efficace, déjà disponible en ligne, dans les boutiques Burberry et chez Dover Street Market !

Trench en Tout Genre chez Burberry pour l’Automne/Hiver 2018

defile-burberry-printemps-ete-2018-londres-look-21-icon-icon-sebastien-girard.jpg

C’est aujourd’hui après 17 ans à la tête de la direction artistique de Burberry que Christopher Bailey quitte ses fonctions. À cette occasion, son ultime collection célèbre les codes de la maison tout en honorant ses valeurs. « Je voulais que la collection soit un reflet du passé de Burberry, de notre présent, mais aussi de mon grand enthousiasme quant à ce que le futur réserve pour Burberry. » À retrouver pour l’Automne/Hiver 2018 : une myriade de pièces iconiques, devenues en deux décennies les vêtements clés de la mode. En tête de cette collection témoin, le mythique trench Burberry. 

Et Christopher Bailey le présente d’emblée dans une version originale des plus désirables ; le trench modèle 1970 signe le look numéro 21. Un peu plus loin, c’est la silhouette 41 de cette collection Burberry Automne/Hiver 2018 qui retient aussi l’attention. Le Trench ici se pense en double association. Un effet de superposition avec un coupe-vent vient quelque peu réinventer l’icône. Et en tant que forte composition, la pièce ne peut que briller par son audace. Ainsi, au cœur des volumes époustouflants du Dimco building, Christopher Bailey a aussi tenu à honorer les valeurs de la maison Burberry — comment ? En mettant en avant les couleurs de l’arc-en-ciel ; véritable engagement auprès des communautés LGBTQ+. 

C’est pourquoi un autre des codes majeurs de la griffe fut ici réinventé. Le check Burberry, signature même de la maison en tartan beige, noir et rouge, prend pour l’Automne/Hiver 2018 les couleurs de l’arc-en-ciel ! Nombre des pièces clés du vestiaire Burberry de ces 20 dernières années furent ainsi réintroduites pour être proposer dans une collection capsule destinée à défendre le droit de ces minorités. Mieux, toutes ces pièces et les nouveaux trenchs sont d’ores et déjà disponibles à l’achat !

Le Trench Amusé de Burberry

burberry_2017.jpg

Lors de la semaine de la mode Londonienne, la maison Burberry a présenté son désormais tant attendu défilé see-now/buy-now. En prenant possession de la Old Sessions House, ancienne prison fermée au public depuis plus d’un siècle, la griffe au tartan mythique a choisi de renouer avec l’essence même de la Grande Bretagne ; à savoir, un style savamment désagencé. Dans cette mode toute faite de textures, de couleurs et de silhouettes surprenant l’oeil bienséant, Christopher Bailey pioche des archétypes, des looks comme des portraits de l’éclectisme Britannique. Et le 16 septembre dernier, c’est bien la tradition Burberry qui se liait à l’audace de la rue.

Devant un parterre de stars et d’icônes, de Kate Moss à Naomi Campbell, le défilé a introduit une ribambelle de retournements stylistiques : le plastique waterproof, très habituel dans la capitale Britannique, se fond ici dans la structure d’un trench luxueux ; des teintes vives épousent le célèbre tartan Anglais… Mais la pièce qui capture tout l’esprit de cette collection est inévitablement le trench amusé – un paletot coupé en gabardine tropicale, évidemment tissée en Angleterre. Pièce classique du vestiaire et de l’histoire de la Grande Bretagne, la trench flirte ici largement avec le second degré Britannique. A la fois léger et protecteur, sobre et élégant, le trench version Automne/Hiver 2017 s’amuse aussi de l’imagerie de l’Albion.

A travers des imprimés à dessins esquissés à la main dans les studios Burberry, Christopher Bailey joue en fait des classiques de cette culture populaire : Huffin & Puffin, ou encore le lapin d’Alice au Pays des Merveilles qui n’en peut plus de courir après le temps sur le dos d’un Double Decker ! Une pièce aussi attrayante que parfaitement atemporelle donc, qui insère un peu plus Burberry dans l’aura caustique et urbaine de l’époque. 

My Burberry Black – Le Nouveau Parfum Pour Femme

bloggif_5923f211d748f.jpeg

Une fois de plus, la nouvelle fragrance Burberry s’attache à redéfinir les codes des parfums féminins. En partant de l’idée d’un corps nu enveloppé dans un trench coat Burberry, la senteur tend à traduire cet élément sensuel, cette extase sensorielle. Composé par le nez Francis Kurkdjian en collaboration avec Christopher Bailey, My Burberry Black fusionne l’odeur de la fleur de jasmin et celle du nectar de pêche – là, c’est la vanille et le confit de rose qui se rencontre pour donner toute la vivacité et la douceur à cette senteur. La note de signature rose au coeur de My Burberry donne aussi une touche sucrée, tandis qu’une note riche de patchouli ambré équilibre le parfum pour l’arrondir autour d’une finition profonde et captivante.

My Burberry Black est ainsi mis en bouteille dans un flacon de couleur ambre, dont les lignes reflètent les détails du trench coat Heritage noir Burberry… Un bouchon en corne sombre évoquant les boutons distinctifs et un noeud en gabardine anglaise noué à la main à Castleford, dans le Yorkshiren rendent principalement hommage au tissu résistant aux intempéries, inventé par Thomas Burberry il y a plus d’un siècle de cela.

Et pour incarner cette nouvelle femme Burberry, la maison fait shooter sa campagne par le photographe Mario Testino, sous la direction créative de Christopher Bailey. Avec Lily James en campagne pour sa première publicité mondiale, la maison a aussi accompagné l’idée d’une interprétation plus que réussi de ‘I Put a Spell on You’ par la chanteuse-compositrice britannique Duffy. Mieux, puisque Burberry version Christopher Bailey entend bien découvrir tous des nouveaux médias, c’est sur le Snapchat de Burberry que la campagne a tout d’abord été dévoilée. A découvrir dès aujourd’hui, notamment sur les écrans de Coventry House à Piccadilly, Londres.

Le Trench Burberry Automne-Hiver 2017-2018, l’Héritier du Sublime Anglais

burb.jpg

Dans un nouveau calendrier axé sur le see now buy now, Burberry dévoilait donc lors de la Fashion Week de Londres sa collection pour la saison Automne-Hiver 2017-2018. En prenant pour point d’ancrage le travail du sculpteur Henry Moore, Christopher Bailey a ainsi introduit une collection aux accumulations asymétriques de volants virevoltants dans des matières diverses, et des coupes originales et alambiquées. Une juxtaposition parfaite des contrastes qui admet le fait que le directeur artistique de la griffe est bel et bien au sommet de son art.

Sur les épaules d’Amber Witcomb ou Elfie Reigate, les pièces dépassent les proportions traditionnelles et bouscules les codes du style contemporain – en puisant dans ce que l’Angleterre a de plus aristocratique et poétique, Christopher Bailey met au monde des silhouettes romantiques où la forme, les textures et les détails subliment les corps comme jamais. C’est ce mariage des contrastes qui habille la fille Burberry pour la saison à venir. La maille estivale se porte donc déstructurée quand les robes corsetées one-shoulder, rivalisent de cool avec des empiècements inattendus.

Loin des variations classiques, le trench coat se fluidifie au contact d’un travail sur les manches et le col : « Il y a quelque chose dans l’épaule, le trench coat dépend vraiment de l’épaule, avec ses rabats, et l’épaule était aussi quelque chose d’important pour Henry Moore » a ainsi déclaré Christopher Bailey en coulisse.  Ses alliés pour l’automne prochain (déjà disponible pour certains produits) ? Le noir, le marine et le beige certes, mais pour le rendre encore plus iconique par opposition à la vibrance des tons, la sophistication s’incarne dans ses volants en spirale autour des manches. Définitivement au dessus de la mêlé, cette version du mythique trench coat est un must-have en devenir !

 

Burberry Automne-Hiver 2016 : Le Trench Est Mort – Vive Le Trench !

burberry.jpg

Ce fut l’atelier d’artisan Makers House à Soho que Christopher Bailey choisis pour y tenir le défilé Burberry Automne Hiver 2016. Fidèle à son patrimoine, Burberry s’est inspiré du roman Orlando de Virginia Woolf, pour plonger ses invités dans une autre époque. Faire entrer la maison dans le see-now-buy-now est un fait, mais l’occasion fut aussi choisie pour renouer avec les pièces les plus iconiques du vestiaires Burberry – et notamment le Trench trempé dans un beige army, celui que l’on ne rêvait plus de trouver.

Épaules tombantes un brin aristocrate encanaillé, la silhouette du Trench version 2016 joue clairement sur l’ambiguïté du masculin-féminin. Cette ambiguïté travaillait par celle qui mit le Trench au pas de la mode – Marlene Dietricht. Elle qui, toujours a joué avec les styles par-delà le genre, adopte le pantalon la première, et popularise aussi le Trench-coat… Tempérant la féminité avec détachements, la pièce demi-couture présente aujourd’hui l’apothéose de sa métamorphose.

En retrouvant cette coupe large et décintrée, la pièce apparaît actualisée, sans col – plus cool, tout simplement. Avec un front croisé, la mythique doublure de tartan est loin de l’ennui ; au contraire, ce retour aux sources du Trench avec son beige militaire ravi ! Défilant dans un building du quartier plus de Soho, celui là même qui autrefois abritait Foyles, la meilleure librairie d’occasion de Londres, fait dire à Christopher Bailey : « Ce lieu reflète la collection. Les bâtiments restent, mais leurs habitants changent ». Tout comme le Trench finalement.